Navigation – Plan du site
Recensions

Laurence Dalmon, Un dossier de l’Épistolaire augustinien

La correspondance entre l’Afrique et Rome à propos de l’affaire pélagienne (416-418), Leuven, Peeters, coll. « Studia Patristica Supplement 3 », 2015, 703 p.
Françoise Vinel
p. 128-129
Référence(s) :

Laurence Dalmon, Un dossier de l’Épistolaire augustinien : la correspondance entre l’Afrique et Rome à propos de l’affaire pélagienne (416-418) : traduction, commentaire et annotations, Leuven, Peeters, coll. « Studia Patristica Supplement 3 », 2015, 703 p.

Texte intégral

1La publication des lettres de saint Augustin est en cours dans la collection de la Bibliothèque Augustinienne, sous la direction de M. Dulaey – sont déjà parus les volumes 40, Lettres 1-29 et 40 A, nouvelles Lettres 1-30 (Divjak). L’ouvrage présenté ici regroupe huit lettres d’Augustin, en lien avec la controverse pélagienne. De manière thématique aussi, Carole Fry avait publié en 2012 les Lettres croisées de Jérôme et Augustin (Belles Lettres / Éditions J.‑P. Migne), un ensemble précieux en particulier sur les questions d’exégèse biblique.

2L’imposant « dossier » publié par L. Dalmon se présente en trois grandes parties : cinq chapitres de mises au point historiques et de présentation (p. 1-256) ; un groupement de lettres (repris de l’édition Goldbacher, CSEL 58, publié en 1923), celles échangées entre Augustin et le pape Innocent, suivies de trois lettres de Zosime, puis par la lettre 201 envoyée par les empereurs Honorius et Arcadius à l’évêque de Carthage Aurelius en 419 – désignée à tort, parfois, comme rescrit impérial – (p. 257-537) ; enfin des notes de traduction et des notes complémentaires (p. 541-652). Une bibliographie et deux tableaux (« Lieux parallèles augustiniens » et « Parallèles scripturaires augustiniens »), constituent d’importantes annexes en fin du volume (p. 653-703). La clarté de la construction de l’ensemble et la table des matières détaillée – sans compter l’ampleur du tout – font comprendre l’absence d’index. Volumineux, certes, l’ensemble est d’une très grande précision dans la rédaction du texte et des annotations, et dans l’utilisation de la bibliographie, textes-sources et études – un ouvrage de référence ! Il s’agit de l’« affaire pélagienne » dans ses aspects ecclésiaux et politiques et il ne faut donc pas chercher dans l’étude de L. Dalmon une nouvelle approche théologique de la question pélagienne, ni un éclairage sur la personne même de Pélage et sur son œuvre (comme le fait par exemple Winrich Löhr dans Pélage et le pélagianisme, publié en 2014 au Cerf dans la collection des « Conférences de l’ÉPHE/École Pratique des Hautes Études »). Toutes ces données sont prises en compte mais c’est bien plutôt un tournant dans l’histoire de l’Église qui se définit, avec la naissance de relations diplomatiques entre l’Église d’Afrique et le siège romain, particulièrement à travers les lettres échangées par Augustin et ses confrères et le pape Innocent.

3L’introduction elle-même propose, comme on s’y attend, une entrée en matière historique : « Les données de la question pélagienne jusqu’en 416 » et « Les conciles, le pape et l’empereur : jeu diplomatique et options ecclésiologiques ». On s’arrêtera ici aux trois derniers chapitres de l’introduction, qui rendent le lecteur particulièrement attentif au caractère diplomatique et officiel de ces lettres, avec les conséquences que cela présente pour le style, le mode de rédaction. « Une littérature de chancellerie », selon l’intitulé du chapitre trois, et l’A. la présente comme « un genre en voie de constitution » ; l’importance de la littérature conciliaire et des lettres épiscopales y est mise en évidence. Naissance d’un genre, appelé à un grand développement au Moyen Âge, qu’une approche stylistique, par l’étude minutieuse des modes d’expression, des reformulations… comme des omissions ou des non-dits, permet de mettre en évidence. Mais le messager lui-même, le perlator, a un rôle : il est invité lui aussi à transmettre oralement un message et, conclut L. Dalmon : « Dans le cas de notre corpus, ce concept de double délivrance [de la lettre et d’un message oral] invite enfin et surtout à majorer l’à-côté théologique de lettres qui, en elles-mêmes (excepté la 194) ne dépasseraient guère le compendium » (p. 168).

4Cette impressionnante introduction, enrichie encore de précieuses notes complémentaires en fin d’ouvrage (entre autres sur « l’activité conciliaire africaine » et sur la question du « degré de familiarité du clergé romain avec le pélagianisme »), ne doit pas faire oublier le corpus des lettres données en édition bilingue – les trois d’Augustin et ses frères évêques au pape Innocent, les trois d’Innocent à Augustin et ses frères évêques, enfin les deux lettres d’Augustin au prêtre romain Sixte –, un ensemble grandement éclairé par toutes les analyses qui ont nourri l’introduction.

5L’intérêt majeur du livre de L. Dalmon tient enfin à la façon dont cette recherche honore la pluridisciplinarité, associant éditeurs philologues, historiens de l’Antiquité tardive et spécialistes d’Augustin, historiens des doctrines et exégètes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Laurence Dalmon, Un dossier de l’Épistolaire augustinien », Revue des sciences religieuses, 91/1 | 2017, 128-129.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Laurence Dalmon, Un dossier de l’Épistolaire augustinien », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3764

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals