Navigation – Plan du site
Recensions

Abbé Grégoire, Lettres inédites sur l’Augustinus

Éloge du jansénisme dans le sillage des Provinciales. Édition Jean Dubray, Paris, Classiques Garnier, 2015, 277 p.
Denis Donetzkoff
p. 129-130
Référence(s) :

Abbé Grégoire, Lettres inédites sur l’Augustinus. Éloge du jansénisme dans le sillage des Provinciales. Édition Jean Dubray, Paris, Classiques Garnier, coll. « Univers Port-Royal, 25 », 2015, 277 p.

Texte intégral

1Lors des obsèques de l’abbé Grégoire au cimetière du Montparnasse en 1831, son compagnon de la Convention, Thibaudeau, s’écriait, sur le bord de sa tombe : « Ils t’ont laissé mourir dans ta glorieuse indignité ». Oxymore hardi, mais qui caractérise bien la personne de Henri-Baptiste Grégoire (1750-1831), évêque constitutionnel de Blois, dont G. Gusdorf écrivait en 1978 qu’il était « une des figures les plus originales et les plus attachantes de l’intelligentsia révolutionnaire ». Si, entre autres, son engagement en faveur de la réhabilitation des minorités opprimées, les combats qu’il a menés contre la peine de mort et l’esclavage, sont bien connus, il a fallu attendre notre siècle pour que la force et l’originalité de sa pensée théologique soient mises en lumière, découverte marquée notamment par la journée d’études que lui a consacrée la Société des Amis de Port-Royal : « L’abbé Grégoire et Port-Royal » (Paris, Nolin, 2010) au cours de laquelle J. Dubray a donné une communication intitulée : « Grâce et libre arbitre dans la pensée de l’abbé Grégoire ». Or voici que ses recherches infatigables dans la masse considérable des manuscrits non encore édités de son héros lui ont heureusement permis d’exhumer, dans les papiers en possession de la famille Carnot, « dans un état de bonne conservation, un […] écrit […] dépourvu de titre, mais paré d’une étiquette, sur laquelle on pouvait lire : Dispute entre un jésuite et un prêtre janséniste sur l’Augustinus ». Ce texte est anonyme, mais il est de la main du dernier secrétaire de Grégoire, et porte « des ajouts ou corrections de la main de Grégoire lui-même ». J. D. – dont les travaux antérieurs sur l’abbé Grégoire constituent une référence : Les fondements anthropologiques et l’art social dans la pensée de l’abbé Grégoire, paru en 2005, et : La pensée de l’abbé Grégoire. Despotisme et liberté, paru en 2008 – édite ce document, composé de cinq lettres écrites à la manière des Provinciales, conformément à toutes les règles de l’édition critique : il a notamment de façon consciencieuse et admirable indiqué en note le texte latin original de l’Augustinus, correspondant aux citations françaises qu’en fait régulièrement Grégoire. Il en tire la substantifique moelle dans une copieuse et riche introduction de près de 130 pages. Après la « présentation du document », il met « en relief les principales problématiques théologiques surgies du texte et qui forment l’épine dorsale de l’argumentation ». C’est ainsi qu’il revient d’abord sur « la question du fait et du droit », avant d’examiner « la question de la nature et de la grâce », pour aborder enfin « la question de la rédemption universelle ». C’est un regard neuf et autorisé qui éclaire d’un jour nouveau la personne et l’œuvre de Grégoire et remédie à une lacune que J. D. souligne : « L’analyse des rapports de sa pensée révolutionnaire et de son jansénisme strict n’a jamais été véritablement cernée ni approfondie […] Le champ à explorer reste immense ». Qui plus est, « au-delà de la théologie janséniste » cet inédit de Grégoire « pose avec acuité le problème des rapports du christianisme avec l’humanisme et plus précisément avec les dimensions sociale et politique de celui-ci ». Quatre inédits sont donnés en annexe : « Essai sur l’utilité et la possibilité d’abolir les Douanes par M. Grégoire, ancien évêque de Blois » ; « Caractère du fâcheux » ; « Réponse aux accusations à propos de l’esclavage des Noirs » ; « L’abolition du droit d’aînesse ». Les lecteurs – qu’il faut souhaiter nombreux – de ce beau et riche volume découvriront un abbé Grégoire qui « se revendiquait fervent disciple de l’Augustinus jusqu’au début du xrxe siècle », et dont J. D. peut écrire à juste titre, pièces documentaires inédites à l’appui, qu’il « se montre avant tout comme un chrétien augustinien, désireux de réparer les séquelles funestes du péché originel, d’en tempérer les atteintes, d’en réparer les dégâts et d’adoucir finalement le malheur du monde ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Abbé Grégoire, Lettres inédites sur l’Augustinus », Revue des sciences religieuses, 91/1 | 2017, 129-130.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Abbé Grégoire, Lettres inédites sur l’Augustinus », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3766

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals