Navigation – Plan du site
Recensions

Jon Sobrino, Jésus-Christ libérateur

Lecture historico-théologique de Jésus de Nazareth, traduit de l’espagnol par Th. Benito avec la collaboration de D. Brette et Marillys Delgutte, préface de G. Gutiérrez, Paris, Cerf, 2014, 534 p.
Xavier Morales
p. 130-132
Référence(s) :

Jon Sobrino, Jésus-Christ libérateur. Lecture historico-théologique de Jésus de Nazareth, traduit de l’espagnol par Th. Benito avec la collaboration de D. Brette et Marillys Delgutte, préface de G. Gutiérrez, Paris, Cerf, 2014, 534 p.

Texte intégral

1Il est heureux que l’ouvrage classique de Jon Sobrino (JS), publié en espagnol en 1991, soit enfin traduit en français. Avec La foi en Jésus-Christ. Essai à partir des victimes (1999, tr. fr., Paris 2014), il constitue un traité complet de christologie dans la perspective de la théologie de la libération. L’auteur salvadorien, compatriote de Mgr Romero et disciple de I. Ellacuría, se place dans le sillage de Leonardo Boff (Cristo libertador, 1972), de José Luis Segundo (El hombre de hoy ante Jesús de Nazaret, 1982) et de J. I. González Faus (La humanidad nueva. Ensayo de cristología, 1986).

2Contrairement aux idées reçues, la théologie de la libération n’est pas une théologie sauvage improvisée à partir des seules expériences pastorales concrètes (la fameuse « praxis »), mais une théologie consciente d’elle-même et de ses présupposés épistémologiques. Ses exposés les plus aboutis incluent toujours de vastes réflexions sur l’objet et la méthode de la théologie. Le livre de JS commence donc par une première partie consacrée à la « Méthodologie de la christologie latino-américaine ».

3La théologie de la libération n’est pas non plus une naïve transposition de l’interprétation marxiste de l’histoire comme lutte entre les classes, même si elle est une théologie engagée dans la lutte (théologie « dialectique »), reprochant à la théologie occidentale, sous couvert d’impartialité ou d’objectivité scientifique, de se rendre historiquement complice des puissances de « l’anti-royaume ». Cette perspective critique en fait non seulement une théologie en contexte (social, culturel et historique) mais une théologie en débat et une théologie qui suscite le débat. Ma recension est une réponse succincte à cet appel au débat.

4Tout discours théologique part d’un parti pris. JS a choisi de centrer sa christologie autour du concept de « Royaume de Dieu » (deuxième partie, chapitre 4 et excursus 1). Ce choix est néanmoins problématique pour un traité de christologie, car il substitue à la question attendue de l’identité problématique de Jésus la question du contenu de son message, ce qui suppose le choix d’une identité principalement prophétique de Jésus au détriment de son identité messianique. Il en résulte que le très beau chapitre sur le « Dieu qui est Père » (chapitre 5) a pour corrélatif, non un chapitre sur Jésus comme Fils, mais un chapitre sur Jésus comme « prophète » (chapitre 6 et excursus 2).

5Ce premier choix en entraîne un deuxième. Le point culminant de la vie de Jésus est la Croix (troisième partie, chapitres 7 et 8 et excursus 3), alors que la Résurrection est renvoyée à un second volume (La Foi en Jésus-Christ). JS prend ainsi le contrepied de la tendance occidentale contemporaine à structurer la christologie à partir de la Résurrection, et critique même nommément l’approche dite proleptique de W. Pannenberg. Certes, ce choix donne lieu à un autre beau chapitre sur la souffrance du Dieu crucifié et ses conséquences pour la théologie fondamentale (chapitre 9), explicitement inspiré de J. Moltmann, mais l’absence d’un développement sur l’identité divine de Jésus, au profit exclusif du « Jésus de l’histoire » (chapitre 3), empêche de comprendre en quoi la souffrance de Jésus sur la croix est la souffrance de Dieu.

6Le dernier chapitre (10) démontre, s’il en était besoin, que le véritable objet de la christologie n’est pas le Christ crucifié puis ressuscité, mais le « peuple crucifié » qui n’a pas encore fait l’expérience de la résurrection. Cette identification entre le Crucifié et le peuple latino-américain atténue voire supprime toute singularité de Jésus Christ, présenté comme un modèle à suivre, et non comme la cause efficiente du salut. Il en résulte une sotériologie plutôt pélagienne.

7Encore une fois : la théologie de la libération n’est pas une théologie sauvage ou simpliste – les ouvrages classiques de G. Gutiérrez le démontrent sans doute mieux que ce livre de Jon Sobrino, parfois maladroit, et desservi par une traduction encore plus maladroite (les « illustrations » qui émaillent le texte renvoient en réalité à la philosophie des Lumières !). La théologie classique, à la suite de J. Moltmann, que JS évoque toujours avec approbation, peut et doit s’en inspirer pour ne pas succomber à ses démons, l’apophase résignée de la « mort de Dieu » ou la fécondité illusoire d’une nouvelle orthodoxie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Morales, « Jon Sobrino, Jésus-Christ libérateur », Revue des sciences religieuses, 91/1 | 2017, 130-132.

Référence électronique

Xavier Morales, « Jon Sobrino, Jésus-Christ libérateur », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3768

Haut de page

Auteur

Xavier Morales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals