Navigation – Plan du site
Présentations d'ouvrages

Jean Zumstein, L’évangile selon Saint Jean (1–12)

Genève, Labor et Fides, 2014
Jacques A. Ahiwa
p. 451-453
Référence(s) :

Jean Zumstein, L’évangile selon Saint Jean (1–12), Genève, Labor et Fides, coll. « Commentaire du Nouveau Testament », 4 a, 2014, 423 p.

Texte intégral

1Par ce chef d’œuvre, le Professeur émérite de la Faculté de théologie de l’université de Zurich, Jean Zumstein, signe le premier tome de son commentaire sur le quatrième évangile, qui paradoxalement sort sept ans après le second, consacré aux chapitres 13‑21, qui est paru en 2007. La raison de cette inversion de l’ordre, évoquée par l’auteur dans l’avant-propos du second tome, découle entre autres du fait qu’ « une lecture attentive du quatrième évangile montre que la clef herméneutique de l’évangile est donnée dans les discours d’adieu » (p. 5). Suivant le constat que le texte « ne livre pas ses secrets au lecteur pressé, mais [qu’]il réclame une lecture attentive et sans cesse reprise », l’auteur en sillonne avec minutie et un art accompli du maniement de l’outil exégétique les douze premiers chapitres pour en livrer les secrets profonds au lecteur intéressé.

2Le commentaire débute par une introduction générale qui fait le point sur le quatrième évangile et son milieu de production. Il relève dans un premier temps, à travers la présentation du macrorécit johannique, les éléments qui font l’originalité du texte par rapport aux évangiles synoptiques et présente la structure de l’évangile, le cadre géographique et chronologique du récit, ce qui relève de l’histoire et de la fiction dans le récit johannique. Dans un second temps, il aborde successivement l’histoire de la constitution du texte, les rapports entre Jean et les synoptiques, le langage johannique, marqué par un vocabulaire particulier, et surtout trois procédés littéraires — le malentendu, le symbolisme et l’ironie —, l’arrière-plan religieux de l’évangile et le milieu de production. Les derniers points de cette introduction portent sur une esquisse de la théologie de l’évangile qui prend en compte la christologie de l’incarnation, de l’envoyé, le monothéisme, la sotériologie et l’ecclésiologie, ainsi que la réception du quatrième évangile dans l’Église ancienne. Cette introduction ouvre à nouveau le débat sur la cohérence de l’organisation du texte et tout spécialement la disposition actuelle des chapitres 5, 6 et 7. L’auteur pense qu’il faut aujourd’hui abandonner la théorie qui réorganisait ces chapitres suivant un ordre originel hypothétique pour retenir le texte dans son état final, « attesté dans les plus anciens témoins » (p. 26). Pour réaliser son commentaire, l’auteur voudrait dépasser le modèle classique de la théorie des sources (diachronie et synchronie, critique des sources) qui ont montré leurs limites dans l’interprétation du texte johannique. Comme alternative, il adopte la théorie de l’intertextualité qu’il présente comme un outil intéressant de relecture, en ce sens qu’elle « permet d’explorer le rapport entre le texte-source et le texte-réception » (p. 30). Ce procédé lui permet, et cela est bien perceptible dans le commentaire, de mettre en rapport le quatrième évangile avec la Bible juive, avec les évangiles synoptiques, avec des sources extrabibliques, et même de rendre compte, par le procédé littéraire de l’intratextualité, du processus d’interprétation à l’intérieur même de l’évangile johannique.

3Le commentaire dans son ensemble suit les grands épisodes du ministère de Jésus rapportés par le rédacteur johannique. L’auteur sort des sentiers battus en renommant la première partie de l’évangile (1‑12), communément appelée « Livre des signes », « La révélation de la gloire du Christ devant le monde » ; la seconde partie (13‑20) étant alors intitulée « La révélation de la gloire du Christ devant les siens ». Cette nouvelle dénomination a le mérite de dépasser le cadre strict des signes pour prendre en compte tout le ministère de Jésus comme cadre de la révélation de son identité messianique dans le monde. Les différents récits sont interprétés suivant le même plan en cinq point, à savoir : 1) la traduction du texte, assez proche du grec, avec des notes discutant différentes variantes textuelles ; 2) une bibliographie sélective et circonscrite au texte étudié ; 3) l’analyse du texte comprenant une présentation générale de la péricope dans son contexte, de son genre et de sa forme littéraires, de sa structure, de son arrière-fond historico-religieux, si besoin est, et de sa réception ; 4) l’explication du texte, qui est le commentaire exégétique, et 5) une conclusion.

4Pour offrir une meilleure vue d’ensemble sur certains points qui font débat, le commentaire est entrecoupé de cinq excursus portant sur les Juifs (p. 72‑74), le Fils de l’homme (p. 118‑119), les paroles en « Je suis » (p. 226‑228), la fête des Tentes (p. 249-250) et le diable (p. 301-303). Certains de ces points sont revus à frais nouveaux, d’autres exposés selon les différentes hypothèses existantes. L’auteur se garde parfois de prendre position, laissant au lecteur le soin de continuer la réflexion et de se faire sa propre opinion. À côté de ces excursus, le fil du commentaire est entrecoupé de petits dossiers sous forme de parenthèses explicatives sur des points précis du texte. C’est le cas, par exemple, de la notion de Logos (p. 56‑57), de la venue du Messie (p. 76), des maris de la samaritaine (p. 152‑153), de l’interprétation de Jn 4, 22b (p. 154‑155), de la figure du paralytique guéri (p. 183‑184), de la collecte des restes des pains (p. 213), de l’expulsion de la synagogue (p. 324). Ces notes explicatives portent souvent sur des points de grammaire.

5L’ensemble du commentaire est scientifiquement documenté. Une bibliographie générale, donnée au début du texte, rassemble des commentaires, des monographies et des articles spécialisés. De nombreuses notes de bas de page sont proposées, dans lesquelles bien des fois l’auteur ne se contente pas de citer les auteurs consultés, mais discute différentes hypothèses sur une question donnée. L’argumentation est méthodique et conduit aisément le lecteur dans les méandres des hypothèses avancées et développées. L’expression est limpide, vivante et captivante. La force du langage le dispute à la pertinence de la réflexion scientifique. On y sent vibrer la fibre johannique du spécialiste dans sa familiarité avec l’univers de Jean.

6Le monde théologique francophone peut être reconnaissant au professeur J. Zumstein de lui offrir, au terme d’une longue période de recherche, un nouveau commentaire d’excellente facture sur le quatrième évangile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques A. Ahiwa, « Jean Zumstein, L’évangile selon Saint Jean (1–12) », Revue des sciences religieuses, 91/3 | 2017, 451-453.

Référence électronique

Jacques A. Ahiwa, « Jean Zumstein, L’évangile selon Saint Jean (1–12) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3832

Haut de page

Auteur

Jacques A. Ahiwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page