Navigation – Plan du site
Recensions

Faouzia ZebdiGhorab, Le jeûne protestataire en Islam

Martyre ou damnation ?, Charleston (USA), Édition à compte d’auteur, 2016
Sonia Drissi
p. 485-486
Référence(s) :

Faouzia ZebdiGhorab, Le jeûne protestataire en Islam. Martyre ou damnation ?, Charleston (USA), Édition à compte d’auteur, 2016, 361 p.

Texte intégral

1Le besoin de dire non devant une injustice ou une tyrannie, quelle que soit la société en question, appelle par lui-même une opposition. Cette opposition peut se prévaloir de moyens tant brutaux que pacifiques. Or, quelle est la position de ceux qui choisissent de dire non à la tyrannie par une grève de la faim tant il est vrai qu’un tel gréviste sait pertinemment que son action pourra entraîner sa mort ?

2Au plan du droit musulman historique, cette action sera-t-elle condamnable et s’assimile-t-elle au suicide ? Au contraire, sera-t-elle louable, s’assimilant à tout « effort » déployé contre le mal ? C’est ainsi que l’auteur analyse des conceptions du jeûne selon une approche coranique où elle tente de relever les subtilités linguistiques notamment sur la distinction entre sawm (jeûne de piété et abstinence de la parole, tel le jeûne de Marie dans le Coran), et siyâm (jeûne comme privation de nourriture – carême).

3L’effort que le musulman déploie contre le mal (« jihâd ») a fâcheusement pris une tournure uniquement militaire, qui avait sa raison d’être historique. Au contraire, « jihâd » doit avant tout renvoyer, en son sens fort et premier, à une éducation spirituelle afin de pouvoir résister aux passions négatives de l’ego. C’est faire appel à la capacité de l’Homme lui-même : « La plus noble et la plus authentique des luttes ou jihads résident avant tout dans la spécificité exclusive de l’Homme ».

4Il faudra donc essayer de déterminer ce qu’est l’action de résistance par la grève de la faim. L’auteure doit alors recourir à l’ « ijtihâd » (terme du droit musulman renvoyant à l’effort tendant vers la production d’un avis juridique), qui est un « processus qui permet d’assurer l’intemporalité et l’universalisme de l’Islam. Afin que la pratique du croyant reste inscrite dans une logique d’action et de réflexion, l’ijtihâd doit concourir à la dynamique de revivification des sciences religieuses. » L’ijtihâd est l’outil qui permet de lutter contre le mimétisme de la pensée et permet de penser un phénomène comme la grève de la faim. L’auteure rappelle que l’enseignement du Prophète de l’islam consiste à opposer face à la tyrannie, comme une négation absolue de la vérité et de ses modes d’expression, une parole de vérité absolument nue.

5Or il n’est pas question, pour l’auteure, de promulguer un avis juridique (« fatwa » ou autre), même si elle fait état de l’ijtihâd, mais de « suggérer quelques éléments de réponse » dans un monde de « paupérisation matérielle et intellectuelle inquiétante ». Le but est de donner « un début de réponse qui ne renvoie pas à la capacité de faire, mais bien à la légitimité de faire ». Ainsi, il faut plutôt « savoir mourir pour mieux renaître » et opposer la « force et [le] tranchant de la Vérité, face au tranchant et à la brutalité du sabre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Drissi, « Faouzia ZebdiGhorab, Le jeûne protestataire en Islam », Revue des sciences religieuses, 91/3 | 2017, 485-486.

Référence électronique

Sonia Drissi, « Faouzia ZebdiGhorab, Le jeûne protestataire en Islam », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3893

Haut de page

Auteur

Sonia Drissi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals