Navigation – Plan du site
Recensions

Claude Langlois, Les premiers thérésiens. De l’Histoire d’une âme (1898) à la canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus (1925)

Paris, Honoré Champion, coll. « Mystica », vol. 5, 2015, 425 p.
Denis Donetzkoff
p. 292-293
Référence(s) :

Claude Langlois, Les premiers thérésiens. De l’Histoire d’une âme (1898) à la canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus (1925), Paris, Honoré Champion, coll. « Mystica », vol. 5, 2015, 425 p.

Texte intégral

1Spécialiste du « catholicisme au féminin » depuis son monumental Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle (Paris, Cerf, 1984), suivi en 2011, chez D.D.B., de : Catholicisme, religieuses et sociétés. Le temps des bonnes sœurs, C. Langlois a également « été, pendant une quinzaine d’années, l’attentif lecteur des écrits de Thérèse ». Il a « cherché patiemment à identifier » les « trois grands écrits » de Thérèse « pour eux-mêmes » en étudiant « les modalités de leur composition, les circonstances de leur élaboration, la réalité aussi de leur intention ». Il a « aussi commencé […] à regarder du côté de l’après-Thérèse ». Ce sont les premiers résultats de cette enquête passionnante qu’il nous livre dans ce fort volume, résultats d’autant plus intéressants que C. Langlois n’étudie pas « ceux qui prient » Thérèse, « l’implorent, la célèbrent, la font connaître, la veulent rapidement voir portée sur les autels », mais bien « ceux qui se sont exprimés directement par écrit sur Thérèse dans des correspondances, des journaux, des brochures, des souvenirs, des livres plus rarement » et qui « l’ont fait avant la béatification de 1923 ». Quelle sont leurs caractéristiques ? D’abord, ils « sont en plus petit nombre », mais surtout, ils ne disent pas « ce que Thérèse a fait pour eux », mais bien « ce qu’est, en elle-même, celle qui soudain vient les visiter ». Ces thérésiens « inscrivent, par un propos spontané ou à travers un texte raisonné » leurs réactions devant l’Histoire d’une âme. Nul n’est ignoré « dans ce flot grandissant d’admirateurs », pas plus les « éléments hostiles » que les « esprits critiques », et parmi ces derniers, l’abbé Bremond. Non sans peut-être un peu de malice, C. Langlois confie « qu’il faut avouer aussi que la voix des opposants n’a pas été enregistrée à Lisieux avec la même scrupuleuse attention que celle des louangeurs ». Pour parvenir au but qu’il s’est proposé, c’est une masse considérable de « documentation hétérogène » qui a été passée au crible : « les préfaces oubliées des trois premières éditions » de l’Histoire d’une âme, la documentation rassemblée lors du procès ordinaire de 1910-1911, « le recueil des correspondances immédiatement reçues par le carmel » accompagné « d’une sélection plus ample de correspondances reçues au carmel jusqu’à 1910 ». Cette « quête documentaire » a été élargie « par des recherches variées, lecture d’ouvrages de spiritualité, dépouillement de revues, enquête dans des fonds d’archives » qui, pour certains, sont hélas restés « désespérément fermés ». Ont été systématiquement exclus de cette enquête « les carmélites de Lisieux » que « Thérèse, de son vivant, n’a pas » toutes « touché[es] » ainsi que les « miraculés de Thérèse ». Ceux que C. Langlois privilégie, ce sont ceux qui ont établi avec Thérèse « une connivence existentielle, avec la nécessité, malgré la difficulté à s’en exprimer, en en rendant compte par écrit, d’en témoigner à autrui et pour autrui ». La valeur de la recherche de C. Langlois tient aussi à ce que « ces témoignages épars, inconnus ou oubliés », il les a rassemblés dans son ouvrage et « pour les plus importants d’entre eux, publiés dans leur intégralité, si possible à partir des documents originaux ». Ce sont « les linéaments d’une histoire spirituelle » qui est ainsi ressuscitée ; de la sorte, C. Langlois découvre à nos yeux « un paysage spirituel ignoré » et « donne à lire […] des textes qui avaient disparu de la mémoire même des thérésiens patentés ». Même si l’auteur applique lui-même à son « itinéraire » l’épithète de « sinueux », il vaut d’être parcouru avec lui : c’est un monde oublié, comme effacé par cet « ouragan de gloire », pour reprendre l’expression attribuée à Pie XI, aboutissant si rapidement à la canonisation de la carmélite de Lisieux, qui revit pour notre instruction et notre bonheur. Permettra-t-on à l’auteur de ces lignes de souligner, pour finir, cum grano salis, une anecdote significative – une perle, parmi tant d’autres – rapportée par C. Langlois ? Elle concerne le même Pie XI qui rejette en 1932 « la demande d’accorder à Thérèse de Lisieux l’honneur suprême du titre de docteur de l’Église » en déclarant : « Obstat sexus ! […] la féminité fait obstacle ! » S’il existe alors « un partage possible entre hommes et femmes de l’expérience mystique et de l’accès à l’écriture pour en rendre compte », c’est bien finalement « du côté du clerc théologien, théologien parce que clerc, que se situe, en dernier ressort, une parole plus légitime ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Claude Langlois, Les premiers thérésiens. De l’Histoire d’une âme (1898) à la canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus (1925) », Revue des sciences religieuses, 91/2 | 2017, 292-293.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Claude Langlois, Les premiers thérésiens. De l’Histoire d’une âme (1898) à la canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus (1925) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 91/2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3983

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals