Navigazione – Piano del sito

HomeNuméros92/1RecensionsMichel Dujarier, Église-Fraternit...

Recensions

Michel Dujarier, Église-Fraternité. L’ecclésiologie du Christ-Frère aux huit premiers siècles

T. 2 : L’Église est fraternité en Christ (ive-ve siècle) - Patrimoines, Paris, Cerf, 2016
Hugues Agbenuti
p. 131-132
Riferimento/i:

Michel Dujarier, Église-Fraternité. L’ecclésiologie du Christ-Frère aux huit premiers siècles, t. 2 : L’Église est fraternité en Christ (ive-ve siècle) (Patrimoines), Paris, Cerf, 2016, 872 p.

Testo integrale

1Cet ouvrage est le deuxième d’une série de trois, annoncée par Michel Dujarier sur l’ecclésiologie du Christ-Frère dans les huit premiers siècles de l’Église. Le premier volume consacré aux trois premiers siècles a montré qu’en Orient comme en Occident, le titre de fraternité (adelphotès) était privilégié par les chrétiens pour désigner « l’ensemble des frères et sœurs qui vivent de la vie de Dieu en Christ, grâce à l’Esprit qu’ils ont reçu par le baptême ». Ce second volume présente l’évolution spirituelle de ce titre vers une véritable théologie du Christ-Frère et de l’« Église Fraternité » en Christ aux ive et ve siècles. C’est un parcours assez riche à travers la littérature chrétienne du Proche-Orient (première partie) et de l’Occident (deuxième partie).

2En Orient, la théologie du Christ-Frère, déjà enracinée dans la tradition, est reprise par l’Égypte de Cyrille, Athanase et Didyme dans un véritable développement. Les titres de « frère », « nos frères », « les frères » fréquemment utilisés dans les lettres, les homélies et les commentaires bibliques indiquent bien le visage de l’« Église fraternité » comme lien avec le Christ « premier-né d’une multitude de frères » (chap. 1). Les écrits des Cappadociens, Basile, Grégoire de Nazianze et Grégoire de Nysse (chap. 2) approfondissent cette théologie du « frère rédempteur » comme fondement de la fraternité ecclésiale et monastique, lieu de communion et de vie dans l’Esprit saint. En Syrie, la signification spirituelle et ecclésiale de la fraternité en Christ prendra le sens théologique de la participation et de la communion à la vie du Père à travers le Fils depuis son Incarnation jusqu’à son exaltation dans la gloire. La vie sacramentelle et communautaire est le lieu de son déploiement. Éphrem (chap. 3), Jean Chrysostome (chap. 4), en seront les grands maîtres spirituels, de même que bien d’autres auteurs de l’Asie mineure et de l’Arabie (chap. 5). On note également la persistance et l’importance de cet idéal de fraternité en Christ dans toutes les provinces orientales, de Syrie-Palestine jusqu’en Arménie. Malgré la faible récurrence du vocable chez les Pères en la deuxième moitié du ve siècle, l’idéal de la fraternité ecclésiale ne disparaît pas pour autant.

3L’Occident chrétien à la même période (deuxième partie) connaît lui aussi un affermissement de la fraternité ecclésiale, que ce soit en Afrique du Nord, en Gaule avec Hilaire de Poitiers, dans les Églises de la péninsule ibérique, avec Maxime de Turin ou avec Augustin d’Hippone. Malgré l’usage peu abondant du vocable « fraternité », il reste fondamentalement ecclésial lorsqu’Augustin évoque le « mystère des frères en Christ ». La fraternité désigne également chez lui un lien naturel, une communauté ecclésiale ou monastique, un lien spirituel en Christ et même un titre épiscopal (chap. 11). Hilaire de Poitiers, avant lui, situe la profonde réalité de la fraternité dans sa dimension trinitaire : la médiation du Christ rend les hommes co-participants à la vie du Père avec lui dans l’Esprit (chap. 9). Dans les Églises d’Italie au IVe siècle jusqu’à saint Ambroise, le thème de la fraternité marque l’unité et l’égalité des baptisés, par et dans le Christ (chap. 10). Les mêmes significations s’observent chez les contemporains d’Augustin avec un accent liturgique quand la fraternité se réunit, célèbre, prie et chante. La fin du ve siècle en Occident insiste sur la dimension épiscopale de la fraternité, l’assemblée des évêques et l’assemblée synodale (chap. 12). La théologie de la « fraternité » des Pères des ive et ve siècles se fonde sur une conscience du lien au Christ, lui le « premier-né d’une multitude de frères », selon l’expression néotestamentaire sans cesse invoquée. Cette fraternité sacramentaire consacre l’égale dignité des frères. Ceux qui appartiennent ainsi au Christ ont la responsabilité de mettre en œuvre un amour fraternel (philadelphia), d’en assurer la croissance et de l’étendre au projet et au plan d’amour de Dieu pour toute l’humanité.

4L’étude de M. Dujarier offre une vision renouvelée de l’Église des ive et ve siècles dans la mesure où elle révèle la prégnance du sens de la fraternité en Orient comme en Occident, dans un développement similaire, chez les pasteurs, les prédicateurs, les théologiens, les mystiques et même les hérétiques — la richesse des textes cités ou signalés invite en outre les lecteurs à poursuivre l’enquête. Cet ouvrage fait traverser cette période de la vie de l’Église dans une approche progressive axée sur l’appartenance au Christ, dans un profond sentiment de fraternité ecclésiale et universelle — qui peut entrer en résonance avec les questionnements ecclésiologiques contemporains.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento cartaceo

Hugues Agbenuti, «Michel Dujarier, Église-Fraternité. L’ecclésiologie du Christ-Frère aux huit premiers siècles»Revue des sciences religieuses, 92/1 | 2018, 131-132.

Riferimento elettronico

Hugues Agbenuti, «Michel Dujarier, Église-Fraternité. L’ecclésiologie du Christ-Frère aux huit premiers siècles»Revue des sciences religieuses [Online], 92/1 | 2018, Messo online il 01 janvier 2019, consultato il 06 mars 2021. URL: http://journals.openedition.org/rsr/4501; DOI: https://doi.org/10.4000/rsr.4501

Inizio pagina

Autore

Hugues Agbenuti

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© RSR

Inizio pagina
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search