Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92/1RecensionsJean-Baptiste Lecuit, Le désir de...

Recensions

Jean-Baptiste Lecuit, Le désir de Dieu pour l’homme. Une réponse au problème de l’indifférence

Cogitatio fidei 303, Paris, Cerf, 2017
Ovidiu-Sorin Podar
p. 139-140
Référence(s) :

Jean-Baptiste Lecuit, Le désir de Dieu pour l’homme. Une réponse au problème de l’indifférence (Cogitatio fidei 303), Paris, Cerf, 2017, 368 p.

Texte intégral

1L’indifférence religieuse ne peut laisser aujourd’hui personne indifférent. C’est en cela que ce problème en est devenu véritablement un. Or l’indifférence contemporaine à la religion, tout autant que l’athéisme, renvoie le théologien, et le philosophe, appelés à penser le phénomène, à leur permanent questionnement sur la nature de la religion. Qui, entre l’homme et Dieu, serait passif dans cette relation ? Au point où, l’Un, ne s’y manifestant pas, on finit par le croire Lui-même indifférent au sort de l’homme, au sens téléologique de son existence sur terre. Ou alors, pensant ne recevoir, décidément, de Lui aucune réponse, et décidant ainsi de son improbable existence, tant « aux Cieux » que dans ce Jésus qu’on appelle le Christ, l’homme rate — suivant un plus ancien, voltairien, soupçon d’illusion si ouvertement revendiqué de nos jours — la dynamique inscrite dans l’histoire même de l’humanité, dynamique constituant l’essentiel de leur — certes invisible, incompréhensible, infinie ! — union.

2À un problème de l’ordre de la sociologie de la religion (les scandales dans l’Église, la sécularisation, les différentes manières d’incarner la laïcité, l’athéisme militant, etc., Dieu ne nous en épargne pas !), apporter en fin de compte une réponse venant encore d’un ordre spéculatif, philosophique, mais enraciné dans le révélationnel, pourrait éclairer mieux et en toute rigueur les ressorts du problème de fond. Au « péché » d’indifférence, la meilleure réponse, toujours « salutaire », viendrait encore de la théo-logie, non pas tant comme discours, mais en tant que véritable — vérifiable, éprouvable surtout — dialogue avec Lui… de vivant à Vivant. Devant l’indifférence à la Foi, il n’y a que la Foi — en ce Dieu désirant-désiré, désiré car désirant avant tout — qui rompt le voile de l’indifférence. Certes, il faut avoir la foi pour y croire. Mais s’il est vrai que « Dieu a soif qu’on ait soif de lui », selon la belle expression de Grégoire de Nazianze mise en exergue dans le présent volume, c’est bien Son désir ardent pour l’homme, au cœur même de leur distance — désir à distance créationnel, providentiel, sotériologique, sacramentaire — qui rend ontologiquement, épistémologiquement, impossible l’indifférence face à l’Absolu. Si Dieu ne désirait pas l’homme, l’homme ne pourrait nourrir aucune sorte d’espoir… de bonheur, du moins eschatologique. Mais qu’Il désire, depuis toujours, et toujours encore, voilà de quoi se réjouir… en Jésus-Christ.

3C’est à une passionnante enquête que nous invite J.-B. Lecuit, clôturant ainsi une trilogie, après Anthropologie théologique à la lumière de la psychanalyse (2007) et Quand Dieu habite en l’homme (2010), toujours au éditions du Cerf, en parcourant les grands moments de la Tradition de l’Église, avec, en main, cette clé herméneutique vertigineuse — il faut le dire —, avec laquelle il s’essaie à ouvrir la porte qui justifie l’attribution à Dieu d’un désir pour l’homme, désir du Fond du Cœur sans lequel l’homme ne sera(it) l’homme qu’il est, et, d’abord, ni Dieu le Dieu qu’ « Il EST ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ovidiu-Sorin Podar, « Jean-Baptiste Lecuit, Le désir de Dieu pour l’homme. Une réponse au problème de l’indifférence »Revue des sciences religieuses, 92/1 | 2018, 139-140.

Référence électronique

Ovidiu-Sorin Podar, « Jean-Baptiste Lecuit, Le désir de Dieu pour l’homme. Une réponse au problème de l’indifférence »Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/4551 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.4551

Haut de page

Auteur

Ovidiu-Sorin Podar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search