Navigation – Plan du site
Recensions

Paul H. Dembinski, Jean-Claude Huot (éd.), Le bien commun par-delà les impasses

Préf. de C. Morerod et postf. de J. Welby, Saint-Maurice (VS), Saint-Augustin, 2017
Marc Feix
p. 141-142
Référence(s) :

Paul H. Dembinski, Jean-Claude Huot (éd.), Le bien commun par-delà les impasses, préf. de C. Morerod et postf. de J. Welby, Saint-Maurice (VS), Saint-Augustin, 2017, 352 p.

Texte intégral

1Bien commun ou intérêt général ? Si l’intérêt général permet de penser le rapport entretenu entre le particulier et le collectif de la personne, le bien commun permet de penser l’être humain dans la complexité de ses relations interpersonnelles. La personne est en même temps être singulier et être social. Si le bien commun, inspiré par la pensée sociale chrétienne durant de nombreuses années, a cédé la place à l’intérêt général dans la pensée moderne séparée de son sol nourricier chrétien, il retrouve aujourd’hui des couleurs comme l’atteste le présent ouvrage. Ce dernier rassemble, sous la direction de P. H. Dembinski et C. Huot, les contributions des plus marquantes d’un important colloque tenu à l’université de Fribourg (Suisse) du 3 au 5 septembre 2015, organisé par les facultés de théologie et de sciences économiques et sociales, autour du thème : « Le bien commun, entre passé et avenir ». Le colloque et le présent ouvrage (qui ne se présente pas comme les actes du colloque) s’attachent à revisiter de fond en comble la notion de bien commun, éminemment transdisciplinaire, et à « l’éclairer à la lumière de ses sources historiques, philosophiques et théologiques » (p. 14), en en redécouvrant la « dimension dynamique et dialogale » (p. 15). Le bien commun possède une dimension temporelle importante, toujours en dialogue avec les sociétés en perpétuelles évolutions et transformations dans lesquelles il cherche à s’inscrire. La première partie de l’ouvrage est consacrée aux « Visages du bien commun » comme importante notion en théologie chrétienne (Sienkiewicz, Collaud, Müller, Serra-Coatanea, Nebel). La deuxième partie s’intéresse au « bien commun en dialogue » pour décrire les convergences, les divergences et les passerelles entre le bien commun et les différents courants de pensée, notamment dans la réflexion éthique et la pensée économique (Meyer-Bisch, Zamagni, Bonvin, Pius, Schluter). La troisième partie intitulée « construire le bien commun » explore les nouvelles dimensions ou formes du bien commun dans la finance, dans l’attention aux fragiles et aux exclus ou dans les questions soulevées par le climat et l’environnement (Dembinski, Huot, Egger). La quatrième partie évoque les « espaces du bien commun ». Ce dernier, s’il se déploie dans une temporalité comme nous l’écrivions plus haut, s’inscrit évidemment dans des espaces comme la famille, l’aménagement du territoire, l’entreprise ou les nouvelles formes de développement économique (responsabilité sociale des entreprises – RSE, économie sociale et solidaire – ESS, développement durable, etc.). Le bien commun, rappelait le pape Benoît XVI dans sa lettre encyclique Deus caritas est, possède une dimension constitutive proprement chrétienne mais dépasse par définition le cercle des chrétiens, dont la foi pourtant en assure la vitalité et en donne l’horizon (§ 7).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Paul H. Dembinski, Jean-Claude Huot (éd.), Le bien commun par-delà les impasses », Revue des sciences religieuses, 92/1 | 2018, 141-142.

Référence électronique

Marc Feix, « Paul H. Dembinski, Jean-Claude Huot (éd.), Le bien commun par-delà les impasses », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/4571

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page