Navigation – Plan du site
Recensions

Frédéric Rognon (dir.), Mon corps et moi. N’ai-je de devoirs qu’envers autrui ?

Chemins d’éthique 9, Strasbourg, Presses universitaires, 2017
Marc Feix
p. 293-294
Référence(s) :

Frédéric Rognon (dir.), Mon corps et moi. N’ai-je de devoirs qu’envers autrui ? (Chemins d’éthique 9), Strasbourg, Presses universitaires, 2017, 177 p.

Texte intégral

1Ce nouvel ouvrage est le fruit de contributions réunies à l’occasion du séminaire interdisciplinaire « Éthique et droits de l’homme », organisé conjointement par les deux facultés de théologie de l’université de Strasbourg entre 2014 et 2016. Philosophes, éthiciens, théologiens, juristes, sociologues et psychologues, universitaires et praticiens se sont succédé. La confrontation des univers est une marque de fabrique de ce séminaire qui se veut à l’interface entre la recherche universitaire et la société dans son ensemble. Depuis les questionnements sur le génome et le droit à ou de l’enfant (gestation pour autrui), en passant par les conduites à risques des adolescents ou le droit à la « mort délibérée », les auteurs ont également interrogé différents registres relatifs à la socialisation ou les relations entre le corps et soi (l’hygiène, l’esclavage moderne, le corps dans les droits de l’homme, la sécularisation, la thanatopraxie…). L’affirmation kantienne dans les Fondements de la métaphysique des mœurs (1785) — « Agis de telle sorte que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen » — se trouve ainsi questionnée de multiples manières. Les contributions réunies ici reflètent parfaitement la pluralité des approches, même si l’on peut regretter que tous les apports n’aient pas pu être colligés dans cet ouvrage. Nous pensons par exemple à la contribution du mouvement du Nid sur la lutte contre la prostitution ou celle de Ruwen Ogien sur l’éthique minimale. Comme le rappelle F. Rognon dans son introduction à propos d’Ogien, qui a tout fait pour être présent : « Avec sa profonde affabilité, il nous a dit, sur un ton grave et badin : “C’est peut-être ma dernière conférence…” Il eut encore le temps d’écrire un livre (Mes mille et une nuits. La maladie comme drame et comme comédie, Paris, Albin Michel, 2017), qui rend compte de la dégradation progressive de son corps, et relate le quotidien d’un malade pourfendeur de tout dolorisme. » Il s’est éteint quelques mois plus tard, le 4 mai 2017. L’université de Strasbourg s’enrichit d’une nouvelle contribution pour la visibilité de sa recherche en publiant cet ouvrage qui ouvre des perspectives comme autant de champs d’exploration, qui stimule de nombreuses réflexions et qui suscite de nombreux questionnements éthiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Frédéric Rognon (dir.), Mon corps et moi. N’ai-je de devoirs qu’envers autrui ? », Revue des sciences religieuses, 92/2 | 2018, 293-294.

Référence électronique

Marc Feix, « Frédéric Rognon (dir.), Mon corps et moi. N’ai-je de devoirs qu’envers autrui ? », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/4947

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page