Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92/2RecensionsCécile Vanderpelen‑Diagre, Caroli...

Recensions

Cécile VanderpelenDiagre, Caroline Sägesser (éd.), La Sainte famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique

Problèmes d’histoire des religions 24, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2017
Bertrand Dumas
p. 294-295
Référence(s) :

Cécile Vanderpelen-Diagre, Caroline Sägesser (éd.), La Sainte famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique (Problèmes d’histoire des religions 24), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2017, 241 p.

Texte intégral

1Issu d’une recherche interdisciplinaire menée conjointement par quatre centres de l’Université libre de Bruxelles, le présent ouvrage entend « interroger la manière dont le monde catholique belge a réagi à […] la révolution sexuelle » (p. 7). Il s’agit donc d’un collectif impliquant un nombre important de collaborateurs (vingt-deux) et de disciplines.

2Parmi les points forts, mentionnons :

  • la structuration pertinente du propos : des considérations historiques (Église médiévale, Concile de Trente, Casti Connubii) jusqu’aux réflexions actuelles, en passant par l’expérience belge. L’expérience belge ? De prime abord, le lecteur pourrait s’étonner de cette sorte de particularisme. Pourtant, il découvre avec bonheur la richesse de la réflexion catholique belge de la deuxième moitié du XXe siècle. Deux noms ressortent particulièrement : Pierre de Locht et le cardinal Suenens, fondateur des colloques sexologiques de Louvain. Ainsi, l’ouvrage évite l’effet « collier de perles » trop fréquemment associé aux collectifs et présente, au contraire, une unité et une progression appréciables ;

  • les présentations subtiles et attentives au caractère plastique du catholicisme : discours médiéval, Concile de Trente et son Catéchisme, interrogation des pénitents en matière de contrôle des naissances, gestion contemporaine des demandes liées aux couples catholiques homosexuels, etc. L’ouvrage donne à penser un catholicisme pluriel et évolutif, loin des imaginaires monolithiques encore fréquents.

3En revanche, on est surpris du nombre de contributions fondées sur une vision foucaldienne non critiquée. Certes, l’auteur de la fameuse Histoire de la sexualité demeure une référence : on ne peut plus ignorer les mécanismes de pouvoir présents en creux dans tout discours et toute norme sexuels. Pour autant, fallait-il en faire un axe d’analyse privilégié — explicitement (p. 43ss. et 56ss.) ou implicitement (p. 11, 92, 107ss., 118ss., 171ss., 198ss., 231…) — au point de peiner à envisager le positionnement catholique autrement qu’en termes de lutte d’influence ? Souvent réticent à concéder aux catholiques autre chose qu’une volonté de domination par l’imposition d’un « pouvoir sur le corps et la société » (p. 231, page finale), à notre avis, le livre tape un peu à côté. Au fond, de quel catholicisme parle‑t-on ?

4Conséquence de cette approche non critiquée : quelques contributions scientifiquement faibles. Relevons-en deux : d’abord, l’analyse féministe d’Amoris laetitia par M.-A. Case, juriste. Bien sûr, la démarche féministe — y compris son versant critique — est à la fois stimulante et très nécessaire. Mais le manque visible de connaissance profonde du christianisme et de la Bible font échouer une bonne partie de l’argumentation (par ex. p. 195, quand l’A. affirme que « pour l’Église, la famille est un problème »… citant dans les Actes le couple Ananias et Saphira et omettant celui de Priscille et Aquilas). Mais surtout, l’article intellectuellement malhonnête de G. Fradois. Appuyé sur un seul cas, il en tire prétexte pour déverser tous les poncifs du genre, assaisonnés d’un ensemble impressionnant de remarques acerbes à l’encontre de « l’entreprise de morale » (p. 136), de l’avidité grand-bourgeoise (p. 139 s.), de la « manipulation » (p. 142), de « l’entre‑soi » (p. 143), etc. du monde catholique engagé dans l’éducation affective et sexuelle. On se demande pourquoi les directrices de l’ouvrage ont accepté une telle contribution, si manifestement anti-scientifique et anti-dialogale. Dans une perspective revendiquée de recherche, il y aurait peut-être là un positionnement méthodologique à (ré)interroger.

5Somme toute, un livre assez inégal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Dumas, « Cécile VanderpelenDiagre, Caroline Sägesser (éd.), La Sainte famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique »Revue des sciences religieuses, 92/2 | 2018, 294-295.

Référence électronique

Bertrand Dumas, « Cécile VanderpelenDiagre, Caroline Sägesser (éd.), La Sainte famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique »Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/4983 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.4983

Haut de page

Auteur

Bertrand Dumas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search