Navigation – Plan du site
Varia

Les loci bibliques dans les actes épiscopaux. Paradigmes rhétoriques et modèles exégétiques dans les préambules des actes épiscopaux de Laon (xie-xiie siècles)

Biblical loci in Episcopal Acts. Rhetoric Paradigms and Exegetical Models in the Preambles of the Episcopal Acts of Laon (11th and 12th centuries)
Adele Di Lorenzo
p. 393-414

Résumés

Les préambules, qui ouvrent une partie des actes par des considérations générales, montrent à certaines époques une ampleur, un soin, une recherche de l’autorité via de multiples citations, qui appellent une étude. Une telle analyse, promue par les diplomatistes depuis les travaux de H. Fichtenau et de H. Hunger, est ici appliquée au corpus des actes des évêques de Laon du XIe et de la première moitié du xiie siècle. Sur fond de croissance de l’acte épiscopal, qui se fait plus nourri et plus ferme, on peut identifier de véritables stratégies rhétoriques : la citation, plus ou moins allusive, peut couronner l’édifice textuel ; en d’autres cas, démultipliée, elle peut saturer le discours de figures et de motifs, jouant sur leur pouvoir d’évocation. Jeu d’école, sans être gratuit, le préambule est de ce fait une source non négligeable d’étude de l’exégèse médiévale.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Chantal Senseby et Olivier Guyotjeannin, qui m’ont encouragée et fait bénéficier de leurs précieux conseils.

  • 2 A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, Hachette, 1894 (réimpr. Genève, 1975), p. 537-546, pages fe (...)

1Les spécialistes des chartes médiévales jusqu’au milieu du xxe siècle ont souvent négligé le potentiel historique des préambules, qui ouvrent par des considérations générales une partie des actes, aux fins de légitimer leur contenu : ils étaient dépréciés pour leur penchant à reproduire des thèmes et formules séculaires et pour leur pratique supposée de la langue de bois, dissimulant les arrière-pensées des donateurs et des dominants2.

  • 3 H. Fichtenau, Arenga : Spätantike und Mittelalter im Spiegel von Urkundenformeln (Mitteilungen des (...)
  • 4 H. Hunger, Prooimion, Elemente der byzantinischen Kaiseridee in den Arengen der Urkunden (Wiener by (...)
  • 5 À titre d’exemple : A. Adamska, « Dieu, le Christ, la Vierge et l’Église dans les préambules polona (...)

2La perspective a été renversée par Heinrich Fichtenau dans un maître-livre paru en 1957 : le préambule ne saurait être isolé de son contexte ni de la longue tradition dont il émane ; l’on peut y découvrir le reflet de la culture et de l’idéologie de son temps3. D’autres grands essais suivirent, qui par un paradoxe apparent tournèrent le regard moins vers les textes ecclésiastiques que vers les préambules des actes impériaux et royaux, espérant sans doute combler les lacunes criantes des sources de l’histoire du pouvoir princier4. Les études sur les autres catégories sociales, ecclésiastiques en tête, mises en scène dans les préambules, ne manquèrent pourtant pas, mais furent, et demeurent, éparpillées5.

  • 6 Nombreux exemples dans A. De Boüard, Manuel de diplomatique française et pontificale, t. 1 : Diplom (...)
  • 7 L. Morelle, « Un grégorien au miroir de ses chartes : Geoffroy, évêque d’Amiens (1104-1115) », dans (...)

3Le préambule, au sein de la grande famille des prologues, constitue bien un genre, et un genre qui a une histoire. La longueur, la texture, les matériaux, la thématique, et jusqu’au jeu de l’absence/ présence, trahissent une époque ou un type d’auteurs. Dans le royaume de France, l’évolution est contrastée : le haut Moyen Âge réemploie volontiers des textes stéréotypés, polarisés par les deux thèmes du don (don aux églises, don aux fidèles du roi) et de la nécessaire mise par écrit des contrats6. Vers le xie siècle, la prise de parole par les monastères réformés puis par les autorités épiscopales7 détermine l’éclosion de textes plus longs, plus variés et plus riches, qui sont parfois de véritables morceaux de bravoure, remarquables par l’habile entrecroisement des thèmes et des citations, greffés sur un même tronc : la charité comme ciment social, l’autorité de la charge de l’évêque, bonus pastor, et celle de l’écrit. Certains se font théologiques et brodent sur la Chute et la Rédemption, sur l’intercession des saints, sur l’institution divine du mariage. Il n’est pas étonnant de voir alors se développer le recours aux citations, fondements et preuves des assertions, parfois fondations de l’architecture du texte — citations d’autorités, scripturaires dans une écrasante majorité, mais prises parfois à des auteurs antiques, à des Pères, plus tard à des textes juridiques, surtout lors du revival du préambule vers la fin du xiiie siècle. Car dans le contexte des deux derniers siècles du Moyen Âge, le préambule retrouve une fonction argumentative, une volonté de convaincre et d’instruire, désormais mieux partagées avec les pouvoirs laïcs, dans une proportion certes très minime si l’on considère l’ensemble de la production documentaire, mais avec une insistance (lettres d’indulgences), des thématiques (chartes seigneuriales de franchises, traités internationaux), un éclat (actes royaux fondateurs) non moins dignes d’intérêt.

  • 8 Les remarques ici faites sont tirées d’un mémoire de diplôme postdoctoral : A. Di Lorenzo, Les préa (...)
  • 9 N. Le Long, Histoire ecclésiastique et civile du diocèse de Laon, Châlons, Seneuze, 1783 (réimpr. a (...)
  • 10 C. Giraud, Per verba magistri. Anselme de Laon et son école au xiie siècle (Bibliothèque d’histoire (...)
  • 11 M. Van Uytfanghe, « L’origine et les ingrédients du discours hagiographique », Sacris erudiri 50, 2 (...)
  • 12 Mon intérêt pour cette recherche est né il y a quelques années dans le cadre d’une première étude, (...)

4Mes recherches récentes ont porté sur les préambules des actes des évêques de Laon, du xe au xiie siècle8. Le siège épiscopal de Laon, riche et prestigieux, voit son apogée avec le long épiscopat de Barthélemy de Joux (1113-1151)9, concomitant de l’essor d’une « école » théologique réputée10. J’ai concentré mon attention sur des aspects jusqu’à présent traités de façon très générale. M’appuyant sur la richesse et la variété de la bibliographie relative aux domaines « littéraires » au sens large, tels que l’hagiographie et les différentes branches de la philologie patristique, où la pratique de la citation biblique est volontiers étudiée11, j’ai travaillé sur la présence dans les préambules à la fois d’une structure textuelle et d’un formulaire qui ne doivent rien au hasard ou à la fantaisie12. L’enjeu était de comprendre comment ces textes sont pensés et construits et en quoi ils sont les héritiers d’une tradition littéraire plus ou moins raffinée. De cette enquête découle logiquement une interrogation sur la manière dont a été codifié le formulaire du préambule et sur la place et la fonction des citations dans les actes.

5Pour mieux éclairer ces remarques générales, je propose quelques exemples de préambules d’actes où la citation biblique (ou patristique) présente une physionomie et une importance des plus variées. Ils sont tous tirés du corpus des actes des évêques de Laon de 857 à 1151 (322 actes, tous modes de tradition confondus), la plus grande partie, et de loin (262 actes), ayant été produite sous Barthélemy de Joux. Les préambules relevés dans ce corpus offrent trois cas de figure : des citations directes, des citations indirectes, et des citations paraphrasées, que je vais illustrer par autant d’exemples. Une deuxième section sera consacrée plus particulièrement aux préambules des actes émis sous l’épiscopat de Barthélemy de Joux.

I. Les citations bibliques : des modalités d’emploi variées

6La citation ne permet pas seulement d’étayer les concepts ou de relever le style du préambule, elle devient bientôt partie prenante du formulaire. On l’utilise à l’occasion dans plusieurs types d’actes de droit privé et public, chartes de douaires, donations pieuses, testaments, concessions, ou encore ventes. Les références bibliques se trouvent parfois en dehors du préambule, dans l’exposé (narratio) ou plus régulièrement dans la formule de sanctio spiritualis. Toutefois, c’est surtout dans le préambule que la citation occupe une place significative et devient partie intégrante du formulaire.

7Il n’est pas rare que, d’un point de vue stylistique et rhétorique, les textes soient construits d’une manière très complexe ; dans ce cas, la citation amplifie et enrichit le tissu narratif. Parfois, les compositions sont brèves, et la citation constitue le seul élément qui élève le texte stylistiquement et le rend paradigmatique.

8Les trois exemples suivants illustrent la variété des modes d’insertion de la citation au cœur du texte.

1. Un exemple de citation directe

  • 13 Dufour-Malbezin n27. Giraud, Per verba magistri, p. 57-63, a déjà insisté sur la fréquence des pr (...)

9Dans certains cas, le verbe ait introduit une citation dans la partie finale du préambule. Tel est le cas d’un acte d’Élinand, évêque de Laon (1052-1095), par lequel il donne à l’abbaye de Saint-Amand d’Elnone l’autel de Saint-Remy, sis à Barisis, à charge pour les moines de célébrer la mémoire des évêques de Laon et de payer un droit de visite d’un sou (1065)13 :

  • 14 Ma traduction : « Quelque fidèle que ce soit qui travaille à ce que le culte de Dieu, qui dans l’Ég (...)

Quicumque fidelium in hoc laborat ne Dei cultus, qui in Ecclesia fit labendo, deficiat et locis ideo Deo sacratis res, unde continuentur et qui inserviunt victitare possint, pro posse augmentant, scimus qui Deo cui servitur reddunt placita et sanctorum meritis et servientium votis juvantur, ut exonerati a peccatis percipiant de benefactis merita. Ex diversis et probatis procedunt testimonia, quia his qui promerentur preces que in Ecclesia fiunt, multa dant suffragia, ut qui eas sibi emunt securi se possunt de animarum redemptione et Dei clementia. Hinc Salomon ait : « Redemptio anime viri divitie ejus » [Pr 13, 8]. Ille sibi ad redemptionem anime divitias parat, qui eas misericorditer pro Dei amore vel pauperibus erogat vel ejus ecclesiis et inibi servientibus subministrat14.

  • 15 Sous le nom de donationes pro anima, on entend les donations et les dispositions testamentaires pri (...)

10La thématique est courante : le préambule, avec quelques variations, appartient à une famille de textes codifiés pour les actes de donation pieuse15. Le texte peut être divisé en quatre séquences, dont les trois premières permettent de mesurer l’importance de la citation finale.

  • Une première séquence (Quicumque… augmentant) concerne le devoir des fidèles : l’action au profit de la communauté des religieux se reflète dans la vitalité même du culte divin.

  • Dans la deuxième séquence (Scimus… merita), l’accent du préambule se déplace sur la personne de l’évêque ; le rédacteur veut expliquer avec plus de force quels sont les mérites de la prière pour les saints hommes, les moines, de la part de ceux qui en bénéficient.

  • La troisième séquence (Ex diversis… clementia) confirme le principe, fondé sur le nombre de témoins, attestant le but de la prière, c’est-à-dire la redemptio de l’âme.

  • Dans le parcours thématique offert par les trois séquences, on relève que les deux premières focalisent l’attention sur les personnes (les fidèles, l’évêque) appelées à aider ceux qui se consacrent à la prière ; dans la troisième, l’accent est plutôt mis sur le spirituel, déplaçant le discours vers l’importance de la prière et le but ultime du chrétien, le salut de l’âme. En point d’orgue, la citation des Proverbes dans la quatrième et dernière séquence (Hinc… subministrat) soutient la fonction éducatrice du préambule, qui initie son auditoire potentiel à la morale chrétienne et affirme la fonction salvatrice de l’aumône faite aux pauvres du Christ.

2. Un exemple de citation indirecte

11L’exemple suivant montre une référence indirecte aux Écritures, placée, comme dans le premier cas, à la fin du texte.

  • 16 Dufour-Malbezin no 18. Comme l’a remarqué Giraud, Per verba magistri, p. 61, une portion du préambu (...)

12Gébuin, évêque de Laon (1030-1040), rend au chapitre et au trésorier de Notre-Dame de Laon l’avouerie de certaines de leurs terres qu’il avait concédées en fief à Garnier, son chevalier. L’évêque autorise en outre chacun des chanoines à prononcer des sentences d’excommunication en ce qui concerne leurs charges ; l’acte est souscrit par le roi Henri Ier (1046)16 :

  • 17 Cf. 2 Tm 2, 4 : Nemo militans Deo implicat se negotiis saecularibus.
  • 18 Ma traduction : « Tous ceux qui, serviteurs des cultes divins, travaillent au progrès de la sainte (...)

Quicumque in divinis cultibus mancipati, ad profectum sancte Dei Ecclesie, unde exaltetur et amplificetur, laborant et res ejus, a predecessoribus qualitercumque dispositas, ad meliorationem reducere decertant, sciant quia procul dubio his cristiane plebis cetu fidelissimo eximie laudis promerentur favorem et, quod majus est a Christo, cui sponsaliter devincta est, eternam in futuro remunerationem. Si igitur ad predecessorum respiciamus instituta, liquet quia per probatissimos et studiosos pastores gradatim quasi de nichilo ad aliquid et de magno ad majus, ad tantam usque profectionem primitiva excrevit Ecclesia, ut de magnis persecutionibus, Domino opitulante, exempta sua absque inquietudine possideret tranquilla et de fide fidelium gloriaretur pacata. Sed proh dolor ex membris suis in se diffidentibus longo post revigorante malitia, et rectorum e contra in negligentiam decidente vigilantia, ad tantam nunc dejectionem videtur devoluta, ut paulatim de lapsu ad lapsus dejecta, ad extremitatem dejectionis jam pateat pene esse redacta. Plura etenim predecessores nostri pretenderunt bono animo et rationabiliter instituerunt pro tempore et necessitatis negocio, que postmodum ab adversariis depravata sunt tirannidis eorum dominio, ut de multis unum dicamus, ecclesiasticam advocationem in medio proferamus, que pro deffensione ab adversantium impugnatione potestati ideo fuit tradita laicali, quia nobis qui Deo militamus, clericis et divinis induimur armis, militie seculari secundum Apostolum non licet implicari [cf. 2 Tm 2, 4]17. Sed tales quos hodie cernimus deputatos ecclesie tutores, non solum modo sunt, verum etiam sunt pessimi insecutores et rerum ejus intolerabilissimi pervasores18.

13Les méfaits du chevalier Garnier et les excommunications subséquentes lancées par l’évêque sont au centre d’un texte très polémique ; la citation est de nouveau placée à la fin du texte, en couronnement de la trame argumentaire. Le préambule peut être divisé en quatre séquences.

  • La première section (Quicumque… remunerationem) est elle-même le texte préliminaire et annonce le cœur, le dispositif de l’acte ; on y met en évidence les avantages accordés aux bénéficiaires de l’acte.

  • Dans la deuxième séquence (Si… pacata), la référence à l’autorité des prédécesseurs de l’évêque justifie la nécessité d’une intervention, et donc les décisions prises. Le modèle de l’Église primitive, exemple de spiritualité intacte, est placé au centre de cette séquence.

  • La troisième séquence (Sed… redacta) aborde l’événement qui motive l’élaboration de l’acte juridique : c’est, en général, la méchanceté de certains ; dans le cas en question, c’est celle de Garnier, qui anéantit les bonnes actions des évêques antérieurs.

    • 19 Ep 6, 13-17.

    Dans la quatrième et dernière séquence (Plura… pervasores), le texte revient sur les œuvres exemplaires des anciens évêques ; cependant, la référence à la décadence de l’Église, vue comme la rupture entre pouvoir séculier et pouvoir ecclésiastique, est présentée de manière très concrète, actuelle. À ce point, la référence à saint Paul prend toute sa valeur et conduit à la réflexion claire et péremptoire qui clôt le préambule. En effet, la citation est tirée d’une catéchèse morale paulinienne très développée sur le sujet des armes du chrétien19.

3. Un exemple de citations indirectes et paraphrasées

  • 20 Dufour-Malbezin no 51.

14Le troisième texte proposé appartient à un groupe de préambules qui présentent un mélange de citations indirectes et paraphrasées, c’est-à-dire une sorte de synthèse plutôt proche du texte biblique d’origine. Cette combinaison amène à souligner la capacité et le talent du rédacteur, qui a édifié une solide architecture textuelle, dont le noyau thématique se développe harmonieusement à l’aide de références scripturaires. Dans le cas qui nous occupe, Hugues, évêque de Soissons, et Enguerrand, évêque de Laon, confirment les donations faites au prieuré de Saint-Paul-au-Bois, dépendant de la Sauve-Majeure, par Renaud Ier, châtelain de Coucy, et son épouse Helvide (1096)20 :

  • 21 Ma traduction : « On lit dans le récit de la construction du Tabernacle, tel qu’il fut façonné par (...)

In aedificatione tabernacoli figulariter per Moysen divinitus edoctum constructi legitur principes tribuum multa et mystica et cultu divino condecentia obtulisse, videlicet utensilia auro argentoque insignia, cum lapidum varietate, pilos caprarum cum pellium distinctione, quae omnia, Apostolo edocente, parabola et figura sunt instantis Ecclesiae ; porro in exordio nascentis Ecclesiae fertur quod plerique fidelium apostolorum vestigia sequentes, possessionibus distractis, pretia earum in commune deferebant, ut deinceps communiter viverent plerique, si non ejusdem perfectionis ac justitiae, devotionis tamen ac fidei sincerae apostolis apostolorumque discipulis, ne in praedicatione deficerent de suis substantiis subsidia ministrabant, hoc etiam more catholici viri ac seculares ac ecclesiastici universalis ecclesiae particulares ecclesias in toto orbe venerati sunt ac suis sumptibus monasteria construentes, inibi Deo servientibus ex suis reditibus necessaria largiti sunt21.

15Dans la première section, on trouve jusqu’à deux paraphrases bibliques et une citation indirecte. La première paraphrase condense en une seule phrase les passages de l’Exode consacrés à la construction et à la décoration du tabernacle de Moïse (Ex 25–30). Voici le tableau synoptique avec les mots communs en italique :

Dufour-Malbezin no 51
In aedificatione tabernacoli figuraliter per Moysen divinitus edoctum constructi legitur principes tribuum multa et mystica et cultu divino condecentia obtulisse, videlicet utensilia auro argentoque insignia, cum lapidum varietate, pilos caprarum cum pellium distinctione…

Ex 25, 1‑9
Locutusque est Dominus ad Moysen,
dicens : 2 Loquere filiis Israel, ut tollant mihi primitias : ab omni homine qui offeret ultroneus, accipietis eas. 3 Haec sunt autem quae accipere debeatis :
aurum, et argentum, et aes, 4 hyacinthum et purpuram, coccumque bis tinctum, et byssum, pilos caprarum, 5 et pelles arietum rubricatas, pellesque ianthinas, et ligna setim : 6 oleum ad luminaria concinnanda : aromata in unguentum, et thymiamata boni odoris : 7 lapides onychinos, et gemmas ad ornandum ephod, ac rationale. 8 Facientque mihi sanctuarium, et habitabo in medio eorum : 9 iuxta omnem similitudinem tabernaculi quod ostendam tibi, et omnium vasorum in cultum eius…

16Suit une citation indirecte, qui renvoie à saint Paul (mentionné comme Apostolus) :

Dufour-Malbezin no 51
…quae omnia, Apostolo edocente,
parabola et figura sunt instantis ecclesiae
.

He 9, 9
…quae parabola est temporis instantis.

17Plus avant, dans un style historiographique, le verbe impersonnel fertur introduit un bref développement sur l’organisation des premières communautés chrétiennes (porro in exordio nascentis Ecclesiae ferturde suis substantiis subsidia ministrabant), pour laquelle les sources sont principalement bibliques, à commencer par les Actes des Apôtres (en particulier Ac 2, 37-47 ; 5, 1-11.27-32 ; 6, 1-7). En point d’orgue sont présentées les constructions et dotations de lieux de culte contemporains, « particules » de l’Église universelle.

  • 22 Giraud, Per verba magistri, p. 63-65.

18La composition de ce préambule a fait l’objet d’un soin particulier22 : les rédacteurs ont créé un modèle susceptible d’être réutilisé sans qu’il soit besoin de modifier sa structure interne. On peut parler d’une architecture argumentative dans laquelle les citations bibliques jouent un rôle essentiel, car elles constituent elles-mêmes le tissu narratif du préambule : en incipit et en explicit, deux paraphrases résument l’histoire de l’Église, de la construction du tabernacle à la vie des premières communautés chrétiennes.

  • 23 Cf. M. Van Uytfanghe, « Modèles bibliques dans l’hagiographie », dans : P. Riché – G. Lobrichon (éd (...)

19La place, la variété et l’expertise des traitements imposés aux citations rappellent les pratiques des auteurs « littéraires »23. Ces aspects communs ne sauraient étonner : les actes épiscopaux de l’époque sont produits soit dans les monastères ou chapitres destinataires des chartes, soit dans le cercle assez informel des rédacteurs qui entourent l’évêque, souvent liés à l’école cathédrale, très éloignés du « notariat » routinier, mais aussi cultivés que polyvalents.

II. Le cas de Barthélemy de Joux

  • 24 J.‑L. Tetard, « Barthélemy, évêque de Laon, moine cistercien de Foigny », Mémoires de la Fédération (...)

20L’activité de l’évêque Barthélemy est bien illustrée par le travail frénétique de sa chancellerie : sa copieuse production documentaire, qui s’étend sur près de quarante ans, de 1113 à 1151, dessine les traits d’une figure pastorale de grand relief et d’évidente autorité24. Les préambules, déjà relativement fréquents sous ses prédécesseurs, prennent dans ses actes une place rarement atteinte à l’époque : si l’on exclut 11 actes connus par une simple mention et 5 actes jugés faux ou suspects par Annie Dufour-Malbezin, ce ne sont pas moins de 69 % des chartes mises sous son nom et parvenues jusqu’à nous (170 sur 245) qui s’ouvrent par un préambule. Le temps n’est certes plus aux grands morceaux de bravoure et déjà pointe le goût du xiie siècle pour la normalisation et la stéréotypie des thèmes et des expressions.

21Malgré ce caractère sériel, les préambules sont souvent très argumentés, enrichis de la présence de références bibliques, parfois patristiques. Leur structure est assez développée, avec une trame formelle solide et une tendance évidente à accentuer l’aspect rhétorique ; tous ces éléments concourent à donner un poids et un retentissement certains aux idées et aux thématiques exprimées. Celles-ci, martelées avec la volonté de convaincre, tournent autour de deux pôles, parfois conjoints, et liés, quand l’on y regarde de plus près, à des réalités, sinon à des débats très contemporains : la nécessité de mettre par écrit les actions humaines, qui étaye le rôle d’intermédiaire de l’évêque dans les « restitutions » de biens ecclésiastiques ; les grandeurs et servitudes de la charge pastorale, définie comme un office, toujours plus mimétique du modèle pontifical. Les ressources de la rhétorique des citations n’en sont que plus sollicitées.

1. Le travail des citations

  • 25 Dufour-Malbezin no 107.

22Un premier exemple permet d’illustrer le propos : Barthélemy accorde à l’abbaye de Saint-Denis le droit de détenir désormais sans personnat les autels de Sorbais et d’Autreppes (1125)25 :

  • 26 Cf. Augustin, De doctrina christiana 1, 12 : cum sano et puro interiori oculo […] praesens ; Héric, (...)
  • 27 Ma traduction : « Puisque, avec la faveur de la Divinité, nous siégeons, malgré notre indignité, su (...)

Quia propitia divinitate, licet indigni, pontificali cathedre residemus, oportet ut juxta typum quatuor animalium, ex Ezechielis vaticinio [cf. Ez 1] et Apochalipsi beati Johannis et in circuitu et intus oculos [cf. Ap 4, 6-8] habeamus, videlicet ut et interiora sagaci oculo26 perspiciamus et exterioribus nichilominus debitam sollicitudinis curam impendamus, predecessorum nostrorum erga Dei et sancte Ecclesie cultum bene acta et consulta, auctoritate nostra roborantes et, si qua ab illis minus plene peracta sunt, ope nostra pro nostre facultatis modulo adimplentes27.

23Le texte de ce préambule a une structure compacte ; il fait largement appel à un formulaire, et met l’accent sur la responsabilité et le devoir de l’évêque. Cependant, l’élément qui rend ce texte singulier est la référence directe à deux passages bibliques : la prophétie d’Ézéchiel et celle de Jean dans l’Apocalypse, qui font référence aux quatre êtres vivants identifiés aux quatre évangélistes : Matthieu avec l’homme ailé, Marc avec le lion, Luc avec le bœuf, Jean avec l’aigle. L’espace réservé dans le texte à la citation se situe à la limite entre la proposition causale (quia… presidemus), qui introduit le thème de l’importance de la charge épiscopale, et la proposition consécutive (ut… impendamus). Au centre, la référence à l’eschatologie biblique a une force visuelle, comme le montre la formule juxta typum, où le mot typus décrit la scène comme une sorte de bas-relief figuratif des quatre évangélistes. Pour renforcer cet effet, le texte insiste sur le lexique de la perception, comme le montrent la répétition du mot oculus et l’emploi du verbe perspicio.

24Avec une certaine habileté rhétorique, le rédacteur met l’accent sur la double fonction de ses références bibliques : l’évocation visuelle, qui a en soi la force d’un avertissement terrible, et l’inspiration spirituelle, qui influence le comportement de l’évêque ; celui-ci, sagaci oculo, supervisera les actions à l’intérieur et à l’extérieur de son diocèse.

  • 28 Dufour-Malbezin no 115.

25Un second exemple lie la citation à l’utilisation d’une métaphore : Barthélemy concède en aumône à l’abbaye de Saint-Denis et à son abbé Suger l’autel de Roubais ainsi que la dîme en dépendant (1126)28 :

  • 29 Ma traduction : « Parce que nous avons été appelés au faîte suprême du rang pontifical, malgré notr (...)

Quia ad pontificalis gradus sublime fastigium divine clementie respectu, licet indigni, vocati sumus, dum ex injuncti officii debito secularium occupationum tumultibus undique pulsamur et per viam mundi offendiculis et pulvere plenam nequaquam ad liquidum puro et inoffenso vestigio multimodo, fragilitatis nostre tardante defectu, eluctari prevalemus, oportet ad sanctorum suffragia suffugientes imbecillitatis atque imperfectionis nostre erumnam deploremus et, si quos in laboriosa Marthe administratione lapsus incurrimus, eorum qui in Maria parte optima [cf. Lc 10, 38-42], ab hujus seculi fluctuante pelago, ad placidum ac tranquillum contemplationis portum transierunt orationibus aliquatenus sublevari studeamus29.

26Très complexe dans l’argumentation, la structure syntaxique du préambule utilise la proposition principale oportet… comme une limite entre la première et la seconde section de la longue période. En effet, la nécessité de l’action épiscopale se mesure à l’aune de la difficulté contingente exprimée par les deux propositions temporelles (dum… pulsamuret… prevalemus), mieux spécifiée dans la seconde avec l’ablatif absolu tardante defectu. La seconde section se compose de deux propositions complétives (deploremus et studeamus), dont la seconde représente l’apodose d’une conditionnelle potentielle, avec la protase si incurrimus.

27La référence biblique se trouve à la fin du texte ; cette citation fournit, en harmonie avec la teneur générale du préambule, un paradigme pour la conduite d’un bon religieux, dont l’évêque s’inspire. Deux séquences sont reconnaissables dans le préambule, dont le sujet est toujours l’évêque. La première (Quia… prevalemus) décrit l’écart entre le rang ecclésiastique atteint et la responsabilité correspondante, pour laquelle l’évêque admet son manque de préparation, usant d’une formula humilitatis. Ce thème introduit la deuxième séquence (oportet… studeamus), dans laquelle le rédacteur insère la référence au passage du Nouveau Testament qui rapporte l’hospitalité offerte à Jésus par Marthe et Marie, les sœurs de Lazare. Le passage biblique reconstruit une scène idéale, qui montre les deux attitudes différentes dans l’accueil : Marthe incarne la maîtresse de maison, qui prend soin de l’hôte, tandis que Marie inaugure un rôle différent pour une femme, car elle se place aux pieds du Maître comme un disciple. À Marthe qui se plaint de l’oisiveté de sa sœur, Jésus répond qu’elle a choisi la seule chose importante, qui est d’écouter la Parole, afin de mettre en pratique l’enseignement reçu (Lc 10, 42 : Maria optimam elegit partem quae non auferetur ab ea).

  • 30 Voir par exemple Laon, acte de donation, 7 février 1127 (Dufour-Malbezin no 116).

28La seconde moitié de cette péricope joue un rôle essentiel dans le fonctionnement du préambule, qui, en insistant sur les devoirs des évêques, attire l’attention sur l’imperfection humaine et donc sur la nécessité de bien travailler et de faire le bon choix. L’allusion biblique y trouve parfaitement sa place. La métaphore du voyage spirituel à travers les tentations du monde est très appréciée par la chancellerie de Barthélemy, qui l’utilise souvent30, en la renouvelant sans cesse à l’aide de nouveaux détails tirés des champs sémantiques de la route et de la mer. De plus, la métaphore du voyage est enrichie par l’image évangélique de Marthe qui s’active dans la maison, tandis que Marie, inactive, écoute les paroles du Christ : c’est l’image, courante, du couple séculier/régulier.

  • 31 Dufour-Malbezin no 123.

29Le troisième exemple montre une élaboration rhétorique extrême : Barthélemy confirme la possession des biens de l’abbaye Notre-Dame et Saint-Jean-Baptiste de Laon, dans laquelle Louis VI avait remplacé, en mai 1128, une communauté religieuse de comportement déviant (1129)31 :

  • 32 Lc 9, 5: etiam pulverem pedum vestrorum excutite.
  • 33 Ct 5, 3 : expoliavi me tunica mea quomodo induar.
  • 34 Ma traduction : « Puisque, de par la largesse du Seigneur, nous œuvrons malgré notre indignité dans (...)

Quia, largiente Domino, in ovilis dominici cura, licet indigni, laboramus, dum ex injuncti nobis officii occasione ad secularium hominum negotia rapiamur, si pedes nostros terreni actus pulvere attactos [cf. Lc 9, 5]32 et in saeculi lubrico titubantes ad plenum firmare et emundare minime praevalemus, devotae charitatis obsequiis eorum suffragia promereri satagamus, qui in beata Sponsae ipsius sorte censentur, qui, lotis pedibus et tunica [cf. Ct 5, 3]33, in lectulo quietis internae cum Sponso coelesti ineffabili jocunditate perfruuntur. Quanto enim majore labantium rerum contemptu curam corporis abjecerunt, et deplorata pristinarum enormitate culparum, compressisque ingruentium tumultibus cogitationum, defecata et pura conscientia ad sola superna se surrigunt eo gratius in eis divinae Majestatis exiberi credimus obsequium, si ab iis qui cum ad Rachelis desiderabile consortium necdum pertingere possunt, laboriosam cum Lya [cf. Gn 29, 1-31] tolerant servitutem, ad usum vitae labilis eorum profectus augeatur, quominus terreni stipendii defectu tentati sanctae contemplationis otium interrumpere compellantur34.

30La longue arenga développe deux thèmes ecclésiologiques : l’âme libérée de la contamination de la mundanitas, et l’union mystique entre l’Église et Dieu. Dans la stratégie rhétorique choisie par le rédacteur, l’accent est mis sur le jeu continu des métaphores bibliques, réparties en deux grandes macro-séquences textuelles. La première (Quia… perfruuntur) a pour sujet l’évêque, pris dans la lutte entre les pouvoirs laïc et clérical. Le texte insiste sur la gravité du devoir de l’évêque et sur le difficile chemin qui mène de la condition terrestre à l’élévation spirituelle, chemin symbolisé par la première métaphore, prise à Luc. La section se termine par la métaphore de l’union mystique entre le Christ et la communauté des religieux. Dans la deuxième macro-séquence (Quanto… compellantur), le sujet est constitué par les moines, qui, contrairement à l’évêque, sont déjà purs ; on retrouve la métaphore précédente suivie du syntagme tunica expoliata, qui évoque le Cantique des Cantiques (5, 3).

31À ce point intervient la dernière image biblique, le récit de la Genèse (29, 1-30), souvent utilisé dans le formulaire des actes dotaux, et qui a pour objet trois personnages paradigmatiques, Jacob, Rachel et Léa. Il rapporte l’amour du jeune Jacob pour Rachel ; en lui promettant la main de sa fille, Laban contraint Jacob à sept ans d’esclavage. À la fin du temps convenu, Laban trompe Jacob et lui donne la nuit l’aînée, Léa, en lieu et place de la belle Rachel. Par amour, Jacob supporte encore sept années d’esclavage ; Léa aura de Jacob une descendance fertile, Rachel deux fils seulement, et mourra en enfantant le deuxième. Les deux femmes représentent dans l’exégèse biblique le contraste entre la vie contemplative et la vie active. Dans le texte, la reprise du passage biblique est un exemplum de la force spirituelle et de la puissance de l’édification, représentées par Jacob, qui endure les difficultés d’une vie non désirée dans l’attente d’une récompense plus importante — l’union avec la femme qu’il aime, Rachel. Les thèmes de l’union spirituelle et de la force de l’endurance dans ce monde sont les paradigmes qui sous-tendent, à des fins didactiques, la paraphrase biblique : un avertissement, un modèle de vertu et de force, celui de Jacob, que le préambule veut mettre en relief, en opposition avec la conduite répréhensible des religieuses, expulsées de leur abbaye par l’évêque.

2. L’art de la variation : l’évêque comme intendant fidèle

32Dans les années 1120 apparaît un groupe d’actes dont le préambule brode de façon originale sur le thème, courant, du pouvoir délégué au pasteur (« nous avons été, quoique indigne, commis par la grâce de Dieu, au gouvernement de l’Église »), en empruntant l’image néotestamentaire du bon intendant (Lc 12, 42 : fidelis dispensator et prudens quem constituit Dominus supra familiam suam ; parallèle dans Mt 24, 45, qui donne servus pour dispensator). Les similitudes rédactionnelles de ces textes adressés à un nombre élevé de bénéficiaires appuient fortement l’hypothèse d’une production et d’une mise au point dans l’entourage de l’évêque.

  • 35 Respectivement Dufour-Malbezin no 97, 116, 118, 146, 170 et 193.

33Un premier enrichissement introduit l’image de la maison/maisonnée pour désigner la famille du Seigneur (l’Église) : domo Domini (1122), domo Ipsius (1127), summi Patris familias domo (1129), domo Ejus (1133), domo Israelis (1135), domo Dei (1139)35.

  • 36 Dufour-Malbezin no 119, 130, 153, 170 et 206.
  • 37 Dufour-Malbezin no 119 (mais l’acte n’est connu que par des copies).

34Second enrichissement avec l’apparition, dès 1129, de dispensator, figure transparente du prélat d’Église. La prégnance de la citation est d’autant plus forte que d’autres termes sont empruntés à des versets proches, servus (Lc 12, 37), Pater familias (Lc 12, 39). Le jeu des variations/combinaisons est quasi infini pour désigner l’exercice de la charge : dispensatoris locum sortiti (1129), dispensatoris vice fungimur (1131), dispensatoris vices agere censemus (1133), gradu et officio preminentes dispensatoris (1135), fidelis servi ac prudentis dispensatoris loco nos constituit (1141)36. Les qualificatifs en arrivent à se répondre, ainsi quand le Pater familias divin devient par une hardie transposition Pastoris familias (1129)37.

  • 38 La citation et la glose du passage impliqué ont été fréquentes aux temps patristiques et médiévaux… (...)

35La chancellerie laonnoise n’est certes pas la première à se livrer à ces jeux, que pratiquaient déjà les notaires de Louis le Pieux, mais son matériau est ici scripturaire. La citation, sans jamais se dévoiler complètement, a un fort pouvoir d’évocation ; mieux, elle s’enrichit progressivement, et aboutit à une métaphore complexe et articulée : placé par Dieu à la tête de sa maisonnée, le pasteur est dans la situation de l’intendant à qui est confié un pouvoir de gestion des hommes et des richesses (matérielles et spirituelles), et de distribution de la nourriture (matérielle et spirituelle), mais qui devra des comptes à la mesure du pouvoir délégué38.

  • 39 La question, étonnamment délaissée, a été vigoureusement posée par M. Parisse, « Une enquête à mene (...)

36Le soin apporté à la composition des préambules suggère, à lui seul, que les actes qu’ils ouvraient avaient vocation à être proclamés, lus et glosés, transcrits, exhumés et à nouveau proclamés lors de conflits. On peut même se demander s’ils étaient cantonnés à la communication entre élites ecclésiastiques : à l’évidence des clercs lettrés prenaient goût à l’audition, à la lecture, à la composition de certaines de ces créations, remarquables par leur style soutenu, leur habileté dialectique, leur capacité suggestive, leur art d’accommoder les citations. Loin d’être exclu, il est même vraisemblable qu’ils trouvaient à l’occasion un public plus large, aux compétences variables, du grand noble frotté de théologie au chevalier chapitré sur les fins du mariage chrétien39.

37À la lumière des thèmes ecclésiologiques et théologiques évoqués dans les préambules, la fonction des citations n’est pas liée seulement aux intentions rhétoriques des rédacteurs : dans certains cas, les citations constituent l’ossature du préambule ; dans d’autres, elles soutiennent le raffinement stylistique. En général, on peut affirmer que la citation a une importance conceptuelle et formulaire évidente, et qu’elle conserve une partie de sa force propre lorsqu’elle se répète au sein d’un leitmotiv indubitablement standardisé et figé par l’usage. La lecture attentive de la structure des préambules montre que plus on veut mettre l’accent sur la prémisse idéologique, plus la citation relève la formulation textuelle et rend celle-ci paradigmatique. Ce phénomène est directement lié à plusieurs facteurs : la longueur, le nombre des citations, leur emplacement, que ce soit en incipit, au centre, ou à la fin du préambule et — ce qui n’est pas l’élément le moins important — la nature directe ou indirecte de la citation. Au-delà du fait de relever stylistiquement le préambule et d’en renforcer le contenu didactique, la citation peut constituer elle-même le texte du préambule. Dans ce cas, elle peut occuper la plus grande partie de l’espace consacré au préambule ; parfois enfin, le rédacteur se livre à un jeu plus élaboré, et place la citation dans le texte pour résumer les prémisses thématiques de base, de sorte que la citation a une fonction de « tachygraphie », afin de résumer le texte et en même temps d’en relever le style. Quant aux citations indirectes, il convient de souligner un point majeur : bien que le rédacteur s’appuie sur les mêmes citations pour construire les préambules, chaque référence est insérée dans des contextes différents tant du point de vue du contenu conceptuel que du style. Par conséquent, la citation indirecte est intégrée à la trame textuelle et appartient à un système stylistique mobile, applicable ad usum à des exigences textuelles spécifiques.

  • 40 P. Bourgain, « Les prologues des textes narratifs », dans : J. Hamesse (éd.), Les prologues médiéva (...)
  • 41 Ce point, pour l’instant, n’a pas fait l’objet d’études. J’essaye de poser les bases de cette reche (...)

38La présence et la fonction pédagogique et rhétorique des références bibliques sont massives et transversales dans quasiment tous les textes rédigés, quelles que soient leurs finalités ; les citations constituent des paradigmes destinés à la conservation d’une mémoire exemplaire culturelle, religieuse et juridique. Bien que restant encore à développer et à systématiser, une perspective comparatiste ne peut que bénéficier aux études diplomatiques. Comparer les préambules des actes et les praefationes des textes tirés de la littérature techniques, surtout les ouvrages rhétoriques, grammaticaux, juridiques40, peut être particulièrement fructueux et instructif. Les points communs sont manifestes : pour les grammairiens et magistri, dans le travail d’excerptio et de collatio, la place donnée à la praefatio constituait l’occasion de présenter un projet pédagogique et didactique, exactement comme dans les préambules que composaient, souvent à la demande de l’autorité épiscopale ou des bénéficiaires, les rédacteurs des actes41. Au sein du schéma rhétorique des prologues narratifs, dans l’ensemble de la production littéraire de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, les compilateurs insistent sur leur propre humilitas et sur leur dette envers la tradition littéraire dont ils sont les héritiers, tout comme l’évêque, qui, licet indignus, invoque le magistère de ses prédécesseurs. Dans les praefationes comme dans les préambules, une lecture attentive révèle, au-delà des lieux communs et des contraintes d’un corpus de formules et de métaphores plus ou moins figé, la culture de l’auteur, pour les textes littéraires, et du rédacteur, pour les textes documentaires, le niveau acquis en la matière et le degré auquel ils la possèdent.

39L’attention portée aux aspects techniques et textuels de la rhétorique du préambule a permis de mieux définir la cible de l’écrit, les habitudes de rédaction, l’ambiance culturelle, ainsi que — et ce n’est pas le moindre intérêt — les principales orientations idéologiques qui définissent l’office épiscopal.

40Dans la lignée de ce constat, il apparaît pertinent de mettre les éléments stylistiques et conceptuels issus des préambules des actes épiscopaux en relation avec les exemples qu’offre la littérature homilétique et théologique contemporaine, avec la production canonique et conciliaire, et avec les sources juridiques depuis l’Antiquité tardive jusqu’au xiie siècle. Quoi qu’il en soit, les préambules des actes doivent être incontestablement rangés parmi les sources, encore trop méconnues, des développements de l’exégèse chrétienne médiévale.

Haut de page

Notes

2 A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, Hachette, 1894 (réimpr. Genève, 1975), p. 537-546, pages fertiles en intuitions mais bridées par les préjugés contemporains.

3 H. Fichtenau, Arenga : Spätantike und Mittelalter im Spiegel von Urkundenformeln (Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung. Ergänzungsband 18), Graz, Böhlau, 1957.

4 H. Hunger, Prooimion, Elemente der byzantinischen Kaiseridee in den Arengen der Urkunden (Wiener byzantinische Studien 1), Wien, Böhlau, 1964 ; S. Barret – B. Grévin, Regalis excellentia : les préambules des actes des rois de France au xive siècle, 1300-1380 (Mémoires et documents 98), Paris, École des chartes, 2014, avec revue historiographique et large bibliographie. Tout récemment, pour les préambules d’actes essentiellement — mais pas uniquement — royaux et princiers, dans un espace étiré de la Bohême aux rives de la Baltique : S. Rossignol – A. Adamska (éd.), Urkundenformeln im Kontext. Formen der Schriftkultur im Ostmitteleuropa des Mittelalters (13.-14. Jahrhundert) (Veröffentlichungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung 65), Wien, Böhlau, 2016.

5 À titre d’exemple : A. Adamska, « Dieu, le Christ, la Vierge et l’Église dans les préambules polonais du Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des chartes 155/2, 1997, p. 543-573 ; L. Morelle, « Une écriture minimaliste : les préambules des sponsalicia clunisiens (Xe siècle) », dans : P. Chastang – P. Henriet – C. Soussen (éd.), Figures de l’autorité médiévale. Mélanges offerts à Michel Zimmermann (Histoire ancienne et médiévale 142), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 121-136.

6 Nombreux exemples dans A. De Boüard, Manuel de diplomatique française et pontificale, t. 1 : Diplomatique générale, Paris, Picard, 1929, p. 269-270.

7 L. Morelle, « Un grégorien au miroir de ses chartes : Geoffroy, évêque d’Amiens (1104-1115) », dans : M. Parisse (éd.), À propos des actes d’évêques, hommage à Lucie Fossier (Actes des évêques de France), Nancy, Presses universitaires, 1991, p. 177-218.

8 Les remarques ici faites sont tirées d’un mémoire de diplôme postdoctoral : A. Di Lorenzo, Les préambules des actes des évêques d’Arras et de Laon (ixe-xiie siècles), Paris, École Pratique des Hautes Études, 2016, sous la dir. de Laurent Morelle. Éd. critique : A. Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon des origines à 1151 (Documents, études et répertoires 65), Paris, CNRS, 2001 (désormais : Dufour-Malbezin, suivi du numéro de l’acte).

9 N. Le Long, Histoire ecclésiastique et civile du diocèse de Laon, Châlons, Seneuze, 1783 (réimpr. anast. Bruxelles, 1980) ; J. Lusse, Naissance d’une cité. Laon et le Laonnois du ve au Xe siècle (Archéologie et histoire médiévales), Nancy, Presses universitaires, 1992 ; A. Saint-Denis, Apogée d’une cité : Laon et le Laonnois, xiie-xiiie siècles (Histoire et archéologie médiévales), Nancy, Presses universitaires, 1994. Rapide synthèse historique sur Laon et ses évêques dans A. Dufour-Malbezin, Actes des évêques, p. 9-20.

10 C. Giraud, Per verba magistri. Anselme de Laon et son école au xiie siècle (Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge 8), Turnhout, Brepols, 2010. Voir aussi G. Lobrichon, La Bible au Moyen Âge (Les médiévistes français 3), Paris, Picard, 2003.

11 M. Van Uytfanghe, « L’origine et les ingrédients du discours hagiographique », Sacris erudiri 50, 2011, p. 35-70.

12 Mon intérêt pour cette recherche est né il y a quelques années dans le cadre d’une première étude, où j’ai analysé la documentation publique et privée d’Italie méridionale du xᵉ au xiiᵉ siècle. En conclusion de ce travail, j’ai pu établir l’existence d’un formulaire des préambules, sujet à variations selon les différents environnements de production. Voir A. Di Lorenzo, « Tra retorica e formularità. Le arenghe degli atti di donazione italo-greci di età normanna nel Mezzogiorno continentale », Medioevo greco 9, 2009, p. 107-177.

13 Dufour-Malbezin n27. Giraud, Per verba magistri, p. 57-63, a déjà insisté sur la fréquence des préambules dans le corpus des actes d’Élinand, leur longueur, leur haute tenue, leur tropisme réformateur.

14 Ma traduction : « Quelque fidèle que ce soit qui travaille à ce que le culte de Dieu, qui dans l’Église va se perdant, ne défaille, et ainsi donc augmente, autant qu’il le peut, les biens des lieux consacrés à Dieu afin qu’ils soient perpétués et que ceux qui les desservent puissent subvenir à leurs besoins, nous savons qu’ils rendent à Dieu, qu’ils servent, un culte agréable, et sont assistés pas les mérites des saints et les prières de ceux qui servent Dieu, pour que, déchargés de leurs péchés, ils reçoivent les récompenses de leurs bienfaits. Il existe des témoignages de sources diverses et sûres que nombreux sont les suffrages donnés à ceux qui méritent les prières qui se font dans l’Église, de sorte que ceux qui se les acquièrent puissent s’assurer de la rédemption de leur âme et de la clémence de Dieu. C’est pourquoi Salomon dit : “La rédemption de l’âme d’un homme, voilà sa richesse”. Il dispose pour lui des richesses, en vue de la rédemption de son âme, celui qui avec miséricorde pour l’amour de Dieu les distribue aux pauvres ou les remet aux églises de celui-ci et à ceux qui y servent. »

15 Sous le nom de donationes pro anima, on entend les donations et les dispositions testamentaires prises en faveur de l’Église, d’institutions de bienfaisance ou de pauvres, pour le salut de l’âme du disposant ou d’autres.

16 Dufour-Malbezin no 18. Comme l’a remarqué Giraud, Per verba magistri, p. 61, une portion du préambule a été reprise et condensée dans un acte de l’évêque Élinand en 1059-1067 (Dufour-Malbezin no 29).

17 Cf. 2 Tm 2, 4 : Nemo militans Deo implicat se negotiis saecularibus.

18 Ma traduction : « Tous ceux qui, serviteurs des cultes divins, travaillent au progrès de la sainte Église de Dieu, à son exaltation et à son amplification, et luttent pour redonner à ses possessions l’état d’excellence dans lequel elles furent instituées par leurs prédécesseurs, doivent savoir que par cela ils méritent sans aucun doute la faveur d’une haute louange de la part de l’assemblée très fidèle du peuple chrétien, et, ce qui est mieux, l’éternel salaire que donnera le Christ, à qui l’Église est liée par les liens du mariage. Si donc nous regardons ce qu’ont établi nos prédécesseurs, il est manifeste que, grâce à des pasteurs très dignes et attentionnés, peu à peu, l’Église primitive a crû de rien à quelque chose, de grand à plus grand, jusqu’à son si haut développement actuel, en sorte qu’affranchie des grandes persécutions par le secours du Seigneur elle possède dans le calme et sans inquiétude ses biens et se glorifie, apaisée, de la foi des fidèles. Mais, hélas, la malice reprenant longtemps après force parmi ses propres membres qui s’opposent les uns aux autres, et, en sens inverse, la vigilance de ses chefs fléchissant, elle s’avère réduite à la si grande ruine d’à présent, au point que, se précipitant peu à peu de chute en chute, nous la voyons quasiment à présent réduite au dernier précipice. En effet, nos prédécesseurs, de bonne intention et avec raison, ont pris diverses mesures en fonction du temps et de la gestion du besoin, qui par la suite furent ruinées par ses adversaires, forts du pouvoir de leur règne tyrannique ; pour ne citer qu’un fait, retenons la protection ecclésiastique, qui fut ainsi confiée à la puissance laïque pour se défendre de l’attaque des adversaires, parce que nous, qui combattons pour Dieu, sommes revêtus des armes du clergé et de Dieu, et ne devons pas, comme le dit l’Apôtre, nous mêler des armes du siècle. Mais ces protecteurs choisis de l’Église, tels que nous les voyons aujourd’hui, non seulement sont les persécuteurs et les envahisseurs de ses biens, mais encore ils sont les pires et les plus insupportables. »

19 Ep 6, 13-17.

20 Dufour-Malbezin no 51.

21 Ma traduction : « On lit dans le récit de la construction du Tabernacle, tel qu’il fut façonné par Moïse sur les instructions de Dieu, que les chefs des tribus offrirent de nombreuses choses, symboliques, dignes du culte divin, à savoir des ustensiles magnifiques en or et en argent, avec de multiples joyaux, des toisons de chèvre dépecées, toutes choses qui, selon l’enseignement de l’Apôtre, sont des images et des figures de l’Église d’à présent ; au reste, on rapporte qu’au début de la naissance de l’Église beaucoup de fidèles, marchant dans les pas des apôtres, ayant renoncé à leurs biens, mettaient en commun le produit de leur vente, la plupart vivant ensuite en communauté, en apôtres de la dévotion et de la foi sincères et en disciples des apôtres, même s’ils ne leur étaient pas égaux en perfection et en justice ; et pour que les apôtres ne vinssent à faillir à leur prédication, ils leur venaient en aide sur leurs biens. Suivant cette coutume, les hommes catholiques, laïcs comme ecclésiastiques, membres de l’Église universelle, vénèrent de par le monde entier les Églises particulières ; construisant à leurs frais des monastères, ils offrent sur leurs revenus les ressources nécessaires à ceux qui y servent Dieu. »

22 Giraud, Per verba magistri, p. 63-65.

23 Cf. M. Van Uytfanghe, « Modèles bibliques dans l’hagiographie », dans : P. Riché – G. Lobrichon (éd.), Le Moyen Âge et la Bible (Bible de tous les temps 4), Paris, Beauchesne, 1984, p. 449-488.

24 J.‑L. Tetard, « Barthélemy, évêque de Laon, moine cistercien de Foigny », Mémoires de la Fédération des sociétés d’histoires et d’archéologie de l’Aisne 46, 2001, p. 7-20 ; A. Lacourte, L’abbaye de Saint-Martin de Laon sous les abbatiats de Garin (1151-1171), Barthélemy de Mons (1171-1179) et Gautier II (1179-1186), mémoire de master, université de Reims, 2007 ; R. Ribeiro, Administrer par l’écrit : le Grand cartulaire de l’évêché de Laon, mémoire de master II recherche, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2014 (http://www.memoireonline.com/02/16/9449/Administrer-par-lecrit--le-grand-cartulaire-de-levche-de-laon.html).

25 Dufour-Malbezin no 107.

26 Cf. Augustin, De doctrina christiana 1, 12 : cum sano et puro interiori oculo […] praesens ; Héric, Homiliae 30, 127 : ad ieiunia facienda sagaci oculo intendit.

27 Ma traduction : « Puisque, avec la faveur de la Divinité, nous siégeons, malgré notre indignité, sur la chaire pontificale, il faut que, selon le modèle des quatre Vivants de la prophétie d’Ézéchiel et de l’Apocalypse de saint Jean, nous ayons nous aussi des yeux tout autour et au-dedans, c’est-à-dire que nous scrutions l’intérieur d’un œil perçant et appliquions néanmoins la nécessaire attention de notre sollicitude à l’extérieur, confirmant de notre autorité les bons actes et les bonnes décisions de nos prédécesseurs envers le culte de Dieu et de la sainte Église, et, quand ils auraient moins pleinement accompli certaines choses, les perfectionnant par notre action dans la faible mesure de nos moyens. »

28 Dufour-Malbezin no 115.

29 Ma traduction : « Parce que nous avons été appelés au faîte suprême du rang pontifical, malgré notre indignité, par l’attention de la divine clémence, alors que par le devoir de notre office nous sommes sollicités de toutes parts par les troubles des affaires séculières et que nous ne parvenons pas à gagner, par un quelconque chemin pur et dégagé sur la route du monde, pleine d’obstacles et de poussière, la clarté, parce que le défaut de notre fragilité nous retarde, il faut que, cherchant refuge dans les suffrages des saints, nous pleurions sur le fardeau de notre faiblesse et de notre imperfection, et que nous nous attachions à être autant que possible soulagé par les prières de ceux qui, ayant en Marie la meilleure part, ont passé de la mer fluctuante de ce siècle au port paisible et tranquille de la contemplation, au cas où nous pécherions dans la laborieuse administration de Marthe. »

30 Voir par exemple Laon, acte de donation, 7 février 1127 (Dufour-Malbezin no 116).

31 Dufour-Malbezin no 123.

32 Lc 9, 5: etiam pulverem pedum vestrorum excutite.

33 Ct 5, 3 : expoliavi me tunica mea quomodo induar.

34 Ma traduction : « Puisque, de par la largesse du Seigneur, nous œuvrons malgré notre indignité dans la bergerie du Seigneur, alors que, du fait de l’office qui nous est imposé, nous sommes accaparés par les affaires des gens du siècle, si nos pieds sont salis par la poussière de l’action terrestre, et si nous ne parvenons pas, chancelant au milieu des marais de ce siècle, à marcher d’un pas sûr et d’un pied net, nous mettons notre effort à mériter par le service d’une dévote charité les suffrages de ceux qui sont recensés dans la maison de l’Épouse divine, eux qui, les pieds lavés et libérés de leur tunique, jouissent d’une ineffable allégresse dans le lit du repos intérieur avec l’Époux céleste. Nous croyons en effet que leur service est d’autant plus agréable à la Majesté divine qu’ils ont rejeté d’un plus grand mépris des choses labiles le souci du corps, et, ayant pleuré la masse de leurs fautes d’autrefois et réprimé les tumultes des pensées belliqueuses, s’élèvent vers les seules choses d’en haut d’une conscience assainie et pure, si, grâce à ceux qui, ne pouvant encore atteindre à la société désirable de Rachel, supportent la servitude du travail avec Léa, leur progrès est accru à l’usage d’une vie labile, pour qu’ils ne soient pas tentés, parce que les ressources terrestres viendraient à leur manquer, ni forcés d’interrompre l’occupation de leur sainte contemplation. »

35 Respectivement Dufour-Malbezin no 97, 116, 118, 146, 170 et 193.

36 Dufour-Malbezin no 119, 130, 153, 170 et 206.

37 Dufour-Malbezin no 119 (mais l’acte n’est connu que par des copies).

38 La citation et la glose du passage impliqué ont été fréquentes aux temps patristiques et médiévaux… au moins jusqu’à Anselme de Laon (Ennarationes in evangelium Matthaei [attribution incertaine], cap. XXIV, éd. Patr. lat., t. 162, col. 1457B).

39 La question, étonnamment délaissée, a été vigoureusement posée par M. Parisse, « Une enquête à mener : la spiritualité des nobles au miroir des préambules de leurs actes », dans : C. Duhamel-Amado – G. Lobrichon (éd.), Georges Duby, l’écriture de l’histoire (Bibliothèque du Moyen Âge 6), Bruxelles, De Boeck Université, 1996, p. 307-316.

40 P. Bourgain, « Les prologues des textes narratifs », dans : J. Hamesse (éd.), Les prologues médiévaux (Textes et études du Moyen Âge 15), Turnhout, Brepols, 2000, p. 245-273. Pour les préfaces des ouvrages grammaticaux latins de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge : L. Munzi, « Il ruolo della prefazione nei testi grammaticali latini », dans : Problemi di edizione e di interpretazione nei testi grammaticali latini. Atti del Colloquio Internazionale, Napoli 10-11 dicembre 1991, Roma, Gruppo Editoriale Internazionale, 1994, p. 103-126. Pour les praefationes d’ouvrages théologiques et homilétiques : G. Braga, « Prologhi delle opere in prosa di Oddone di Cluny : fra narratio causae e instructio audientium », dans : Hamesse (éd.), Les prologues médiévaux, p. 114-140 ; N. Beriou, « Les prologues de recueils de sermons latins du xiie au xve siècle », ibid., p. 395-426 ; G. Dahan, « Les prologues des commentaires bibliques (xiie-xive siècle) », ibid., p. 427-470.

41 Ce point, pour l’instant, n’a pas fait l’objet d’études. J’essaye de poser les bases de cette recherche au cas par cas, en mettant en parallèle les préambules marqués par une structure narrative et argumentative notable au détriment de ceux qui en sont privés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adele Di Lorenzo, « Les loci bibliques dans les actes épiscopaux. Paradigmes rhétoriques et modèles exégétiques dans les préambules des actes épiscopaux de Laon (xie-xiie siècles) », Revue des sciences religieuses, 92/3 | 2018, 393-414.

Référence électronique

Adele Di Lorenzo, « Les loci bibliques dans les actes épiscopaux. Paradigmes rhétoriques et modèles exégétiques dans les préambules des actes épiscopaux de Laon (xie-xiie siècles) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/3 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/5067 ; DOI : 10.4000/rsr.5067

Haut de page

Auteur

Adele Di Lorenzo

Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page