Navigation – Plan du site
Recensions

Sylvaine Landrivon, Marie de Magdala « apôtre » ?

Vers une ré- interrogation du rôle des femmes dans l’Église (Patrimoines), Paris, Cerf, 2017
Ataa Denkha
p. 423-424
Référence(s) :

Sylvaine Landrivon, Marie de Magdala « apôtre » ? Vers une ré- interrogation du rôle des femmes dans l’Église (Patrimoines), Paris, Cerf, 2017, 199 p.

Texte intégral

1La théologienne S. Landrivon élabore une étude en quatre parties consacrée à la figure de Marie de Magdala et aux différents privilèges que le Christ lui a attribués.

2Dans la première partie, l’A. s’interroge sur son identité dans les écrits du Nouveau Testament, mais aussi dans les traditions patristiques qui donneront un éclairage sur sa personnalité, son parcours et son message. L’idée dominante qui ressort des évangiles : Marie de Magdala est le premier témoin de la résurrection de Jésus, qu’elle a suivi depuis ses débuts. Les Pères de l’Église l’appellent « l’apôtre des apôtres ». La deuxième partie montre la difficulté à discerner le vrai portrait de Marie de Magdala. D’une part, la tradition exégétique orientale distingue les différentes Marie des évangiles, tandis que celle de l’Occident les a souvent confondues. D’autre part, des similitudes avec certains apocryphes chrétiens et les hymnes de Romanos le Mélode ainsi que des homélies de Grégoire le Grand, qui l’associe à la femme pécheresse citée dans les évangiles, ont abouti à fusionner en Marie de Magdala différentes figures. La troisième partie revient sur l’image trompeuse qui résulte de telles fusions grâce aux apports combinés des exégètes et des théologiens, en proposant un nouveau regard sur Marie de Magdala, enfin reconnue dans sa dignité, dans sa fidélité, dans sa foi sans faille. La quatrième partie, toujours à partir des textes des Écritures, met en avant le rôle de la femme dans la société contemporaine et dans l’Église en particulier. Ces femmes qui doivent témoigner et collaborer avec les hommes dans l’annonce de la Bonne Nouvelle du Christ plutôt que de se substituer à eux.

3Sous l’apparence d’un livre d’érudition, d’une enquête historique un peu complexe, S. Landrivon invite dans son ouvrage les lecteurs à découvrir de nouveau le visage de Marie de Magdala en ouvrant d’autres pistes sur la condition féminine et le rôle que les femmes ont à jouer aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ataa Denkha, « Sylvaine Landrivon, Marie de Magdala « apôtre » ? », Revue des sciences religieuses, 92/3 | 2018, 423-424.

Référence électronique

Ataa Denkha, « Sylvaine Landrivon, Marie de Magdala « apôtre » ? », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/3 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/5122

Haut de page

Auteur

Ataa Denkha

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page