Navigation – Plan du site
Recensions

Christoph Theobald, Donner un àvenir à la théologie

Postf. De P. Goujon (Théologie), Montrouge, Bayard, 2017
Bertrand Dumas
p. 426-427
Référence(s) :

Christoph Theobald, Donner un àvenir à la théologie, postf. De P. Goujon (Théologie), Montrouge, Bayard, 2017, 89 p.

Texte intégral

1« Un petit texte programmatique » (p. 13) concernant l’enseignement de la théologie en post-modernité : la modestie du propos ne doit pas en dissimuler l’audace. De par ses dimensions, il est vrai que l’ouvrage tient plus du livret qu’autre chose. Pourtant, le contenu en est très dense. En effet, c’est en 1980 que C. Theobald, jésuite, auteur reconnu, a commencé à enseigner la théologie fondamentale et la dogmatique aux facultés jésuites de Paris (Centre Sèvres). Fort de cette riche expérience personnelle et de certaines expérimentations récentes du Centre Sèvres, il livre ici quelques réflexions très stimulantes pour quiconque s’intéresse à l’enseignement de la théologie.

2Quatre temps scandent la réflexion.

  • Le premier (p. 22 ss.) concerne le contexte et donc les conditions d’enseignement de la théologie en post-modernité. Sous une forme ramassée, on retrouve ici un résumé percutant d’une situation actuelle par ailleurs bien connue et, plus intéressant à nos yeux, des défis qui en découlent pour l’enseignement théologique à des jeunes pétris de cette culture : unité de la théologie, liens entre théologie et vie spirituelle, développement d’un habitus critique et d’une raison argumentative, ecclésialité de la théologie.

  • Puis l’A. développe l’idée — qui lui est chère — que le concile Vatican II constitue une référence indispensable (p. 38 ss.). Enseigner la théologie consiste alors à continuer de progresser dans un processus légué par le Concile, caractérisé notamment par une vision historique et ouverte de la Tradition chrétienne.

  • Troisième moment (p. 63 ss.) : les finalités de l’enseignement théologique. Le titre parle de lui-même : « Former des ouvriers apostoliques ». L’A. développe une vision équilibrée qui ne verse pas dans l’instrumentalisation ecclésiale (dénoncée p. 13) et qui ne se laisse pas non plus hypnotiser par une prétention à la scientificité retirant à la théologie tout caractère kérygmatique et ecclésial. Exercice difficile quand on sait les tensions qui persistent en ce domaine où le service de la théologie se trouve trop souvent sommé — à tort — de choisir entre annonce et science.

  • Enfin (p. 69 ss.), la mise en œuvre de ce programme. L’A. se réfère ici à l’année d’introduction au premier cycle de philosophie – théologie, mise en place au Centre Sèvres depuis une dizaine d’années. Quatre pôles la structurent : biblique, avec entre autres une lecture continue de Luc-Actes pour faire entrer les étudiants dans le récit conjoint de l’histoire du salut en Jésus et des premières communautés chrétiennes ; historique, afin d’opérer une traversée intégrale de l’histoire du christianisme, de ses institutions et de sa théologie ; philosophique, pour travailler le lien entre histoire et vérité ; de théologie fondamentale enfin, consacré tout à la fois aux références objectives de la foi et à ses régulations ecclésiales.

3Au final, il s’agit d’une lecture stimulante. Bien sûr, on peut regretter le caractère très synthétique de l’ouvrage : il paraît parfois manquer de chair, alors qu’on devine à l’arrière-plan le poids et l’audace de la tradition ignacienne qui anime aussi bien C. Theobald que l’équipe du Centre Sèvres. D’ailleurs, on peut se demander si ce livre rencontrera son public : contrairement au titre choisi par Bayard, il s’agit sans doute plus d’un texte destiné à des enseignants en théologie qu’à des chrétiens lambda. Pour autant, l’A. (re)plonge son lecteur dans la beauté ordinaire de l’enseignement théologique : « À l’ombre de la scène publique de la théologie, dominée par des colloques de recherches, publications d’ouvrages et articles de revue […], se trouve en effet un espace d’apprentissage continuel, aussi passionnant que peu connu, où s’élabore modestement la théologie de demain » (p. 14). L’enseignement ordinaire, persévérant, se trouve amoureusement mis en lumière… et interroge les théologiens : où en sommes-nous, personnellement et en équipe(s), de la prise en compte de la post-modernité dont sont pétris les étudiants ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Dumas, « Christoph Theobald, Donner un àvenir à la théologie », Revue des sciences religieuses, 92/3 | 2018, 426-427.

Référence électronique

Bertrand Dumas, « Christoph Theobald, Donner un àvenir à la théologie », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/3 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/5149

Haut de page

Auteur

Bertrand Dumas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page