Navigazione – Piano del sito

HomeNuméros92/3RecensionsThomas Knieps-Port Le Roi (éd.), ...

Recensions

Thomas Knieps-Port Le Roi (éd.), A Point of No Return ? Amoris Laetitia on Marriage, Divorce and Remarriage

INTAMS Studies on Marriage and Family 2, Berlin, LIT, 2017, III
Bertrand Dumas
p. 429-430
Riferimento/i:

Thomas Knieps-Port Le Roi (éd.), A Point of No Return ? Amoris Laetitia on Marriage, Divorce and Remarriage (INTAMS Studies on Marriage and Family 2), Berlin, LIT, 2017, III, 276 p.

Testo integrale

1Fruit d’un symposium tenu à l’université catholique de Louvain (Leuven) en octobre 2016, cet ouvrage s’avère précieux. Son titre en dit bien l’ambition : tenter d’évaluer l’ampleur des déplacements opérés ainsi que l’état de réception de l’exhortation Amoris laetitia (AL) concernant divorce et remariage. Entièrement en anglais, l’ouvrage procède en trois temps : analyse générale d’AL au regard du contexte théologique, éthique et pastoral (sept contributions, p. 1-119) ; analyse plus particulière concernant les personnes divorcées et/ou remariées (sept contributions, p. 123-232) ; de ce point de vue, réception concrète et mise en pratique d’AL dans les Églises locales (cinq contributions, p. 235-274). Un ouvrage équilibré, donc ; riche de l’apport de nombreux contributeurs, aussi bien théologiens confirmés que jeunes théologiens (voire doctorants).

2L’ensemble se signale par son caractère à la fois scientifique, accessible et ouvert aux réalités concrètes de la pastorale : une complémentarité appréciable ! Signalons quelques passages qui nous ont marqué : la pertinence ecclésiologique d’AL et de la démarche synodale dans un monde complexe (p. 29., 89 s., 161, 246) ; la question du caractère innovant d’AL (p. 102 ss., 215) ; le changement de paradigme valorisant accompagnement et conseil pastoral, assis sur une confiance renouvelée dans la conscience des fidèles (p. 65. 139 s., 171...) ; l’audace de certaines Églises — souvent germanophones — ayant d’une certaine manière anticipé tel ou tel aspect d’AL (p. 244 s., 255 s.). Exemple d’un article particulièrement stimulant : celui de Michaela C. Hastetter qui étudie AL d’un point de vue œcuménique (p. 195-214). Non contente de dresser un utile état des lieux de la doctrine, des pratiques et de leur évolution au sein des différentes Églises (catholique, orthodoxe, luthéro-réformées), elle pose une hypothèse audacieuse : AL constituerait une sorte de document supra-confessionnel. Une piste qu’il serait intéressant de confronter au vécu des Églises en question et qui expliquerait, peut-être, certaines résistances surprenantes au sein du monde catholique lui-même. Concernant ces oppositions, notons au passage que ce volume s’est délibérément ouvert à une contribution dissonante qui présente AL comme un document infidèle au Magistère papal précédent, donc — d’après l’A. — à plusieurs principes majeurs de l’éthique catholique (p. 45-64). D’accord ou pas, la démarche des éditeurs mérite d’être saluée.

3Bien sûr, on pourrait aussi adresser quelques critiques à l’ouvrage : telle contribution un peu creuse, un point de vue général seulement occidental. On pourrait surtout déplorer la quasi-absence de mise en perspective historique : sur un sujet aussi délicat, il est bien dommage de ne trouver aucune étude qui remonte au-delà du xvie siècle pour plonger dans la complexité et la polyphonie du christianisme médiéval et antique. À en rester à une vue assez courte de la Tradition qui hypertrophie de facto le Magistère pontifical récent, comment rendre compte théologiquement des déplacements dont témoigne AL et qu’elle encourage ?

4Au final, un ouvrage de qualité qui nous laisse sur une question pertinente autant que redoutable : avec AL, sommes-nous arrivés à un point de non-retour ? Et comment la théologie peut-elle contribuer à lutter contre ces forces qui prétendent fixer l’Église dans un état précédent de doctrine et de pratique, au nom d’une conception trop courte de la fidélité et de la Tradition ? Dans le monde européen des études consacrées au mariage et à la spiritualité conjugale, l’INTAMS (INTernational Academy for Marital Studies) occupe depuis bientôt trente ans une place importante. On ne peut que se réjouir de ce regain de visibilité, par le biais d’une publication de qualité.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento cartaceo

Bertrand Dumas, «Thomas Knieps-Port Le Roi (éd.), A Point of No Return ? Amoris Laetitia on Marriage, Divorce and Remarriage»Revue des sciences religieuses, 92/3 | 2018, 429-430.

Riferimento elettronico

Bertrand Dumas, «Thomas Knieps-Port Le Roi (éd.), A Point of No Return ? Amoris Laetitia on Marriage, Divorce and Remarriage»Revue des sciences religieuses [Online], 92/3 | 2018, Messo online il 01 janvier 2019, consultato il 26 février 2021. URL: http://journals.openedition.org/rsr/5170; DOI: https://doi.org/10.4000/rsr.5170

Inizio pagina

Autore

Bertrand Dumas

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© RSR

Inizio pagina
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search