Navigation – Plan du site
Recensions

Laurence Vianès, Naissance de la Bible grecque

Textes introd., trad. et annotés par L. Vianès (La roue à livres 80), Paris, Les Belles Lettres, 2017
Françoise Vinel
p. 565-566
Référence(s) :

Laurence Vianès, Naissance de la Bible grecque, textes introd., trad. et annotés par L. Vianès (La roue à livres 80), Paris, Les Belles Lettres, 2017, 287 p.

Texte intégral

1Les textes rassemblés par L. Vianès, de l’université de Grenoble-Alpes, invitent les chercheurs intéressés par les études sur le Septante, et tout lecteur non spécialiste, à reprendre le dossier de la légende, largement diffusée, des origines et des raisons de la traduction de la Bible d’hébreu en grec. La Lettre d’Aristée, dont le texte et la traduction avaient été publiés par A. Pelletier en 1962 dans la collection « Sources chrétiennes », est retraduite d’après le texte édité par Pelletier. Le traité d’Épiphane (ive siècle) cache derrière son titre énigmatique un précieux ensemble d’annotations philologiques de la Bible et porte la marque de l’érudition d’Épiphane — annotations sur les questions orthographiques mais aussi lexicales de la Bible grecque ce qui inclut, suggère L. Vianès, les noms de poids et mesures « tombés en désuétude, ou dont le nom est emprunté à une langue étrangère au grec […] qui appellent immanquablement une note en marge

2du texte biblique » (introduction, p. XL). Connu surtout par la version syriaque, le texte grec a bénéficié en 1973, grâce aux travaux d’E. Moutsoulas, d’une nouvelle édition, qui sert de base à la traduction de L. Vianès. Enfin la partie la plus importante du volume regroupe les témoignages de multiples sources (grecques, latines, hébraïques, syriaques et arabes), du

3iie siècle avant notre ère au xve siècle : les textes retenus ne sont pas systématiquement donnés intégralement mais résumés en fonction d’une « grille de lecture constituée de douze questions » permettant de cerner le point de vue de l’auteur du texte retenu sur les raisons et les modalités de la traduction de la Septante. C’était sans aucun doute le seul moyen d’éviter une publication trop volumineuse, mais cela donne une présentation un peu disparate.

4La légende transmise par Aristée, dont la lettre, ou plus précisément la lettre-traité, a donné lieu à de multiples études depuis les années 2000, est bien connue : se présentant comme un haut fonctionnaire à la cour du roi Ptolémée II, l’auteur décrit à son destinataire les étapes de la traduction, achevée en 72 jours et par 72 traducteurs venus de Jérusalem avec des rouleaux de la Torah, réunis sur l’île de Pharos et travaillant ensemble. L’identité de l’auteur fait toujours débat et L. Vianès retient trois éléments à peu près assurés : un Juif vivant en Égypte à la fin du iie siècle avant notre ère. D’une lecture plus aride, le traité d’Épiphane commence avec une présentation des signes diacritiques utilisés dans les manuscrits de la Bible grecque que l’auteur a pu lire et fait place ensuite à un examen du travail d’Origène dans les Hexaples, mais la légende des traducteurs grecs y a sa place : le résultat de leur travail est bien une traduction unique, mais selon Épiphane, les traducteurs sont groupés par deux pour mener à bien le travail ; il situe ensuite les autres traducteurs grecs, Aquila, Symmaque et Théodotion dans la succession des rois Ptolémée puis des empereurs romains : Aquila sous le règne d’Hadrien, Symmaque, qualifié de « Samaritain appartenant à l’élite intellectuelle », sous le règne de Sévère, puis Théodotion sous le règne de Commode. Et à l’égard de leur œuvre, Épiphane a beau jeu ensuite de souligner l’unanimité des 72 traducteurs face aux désaccords de leurs successeurs (p. 69).

5Mis à part les passages qui ne sont présentés qu’à travers la grille de lecture précédemment mentionnée, on peut lire des textes de plusieurs pages, traduits par L. Vianès, parfois à nouveaux frais dans les cas où une traduction française a déjà été publiée (voir par ex. les choix faits pour l’extrait de l’Apologie de Justin, p. 94-95, ou pour le fragment d’Anatolios de Laodicée cité par Eusèbe, p. 100‑101). Les traductions des sources rabbiniques, syriaques et arabes bénéficient de l’apport de plusieurs publications antérieures (K. Müller en 1972 et A. et J. Wasserstein en 2006), ainsi que de plusieurs relecteurs. Les deux fragments les plus tardifs — un texte d’Ibn Khaldun au xive siècle et l’extrait d’un manuscrit arabe d’origine chrétienne daté de 1528 — sont les deux derniers témoignages présentés et ils attestent encore la persistance de données, parfois difficiles à interpréter, sur les origines de la Septante. La rigueur qui caractérise les références bibliographiques données pour chaque texte et en fin de volume font du livre de L. Vianès un instrument de travail qui pourra accompagner les nombreuses introductions à la Septante publiées ces dernières années. Car, si le dossier des origines de la Septante n’est toujours pas clos, la somme des textes rassemblés est un état de la question sans équivalent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Laurence Vianès, Naissance de la Bible grecque », Revue des sciences religieuses, 92/4 | 2018, 565-566.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Laurence Vianès, Naissance de la Bible grecque », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/4 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/5841

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals