Navigation – Plan du site
Recensions

Josèphe Flavius, Guerre des Juifs. Livre V

Texte établi et trad. par A. Pelletier, revu par O. Munnich, introd., notes et commentaires d’O. Munnich (Classiques en poche 118), Paris, Les Belles Lettres, 2017
Françoise Vinel
p. 567-568
Référence(s) :

Josèphe Flavius, Guerre des Juifs. Livre V, texte établi et trad. par A. Pelletier, revu par O. Munnich, introd., notes et commentaires d’O. Munnich (Classiques en poche 118), Paris, Les Belles Lettres, 2017, XXII, 364 p.

Texte intégral

1Le lecteur francophone dispose déjà d’au moins deux traductions françaises de l’œuvre majeure de Flavius Josèphe, celle, intégrale, de P. Savinel publiée en un volume chez Gallimard en 1977 et celle, avec édition du texte grec, d’A. Pelletier parue dans la Collection des universités de France (le vol. 4, pour les livres VI et VII, n’est jamais paru). Le livre V de la Guerre des Juifs a figuré en 2016‑2017 au programme de l’agrégation de Lettres classiques et a requis ainsi toute l’attention d’O. Munnich, professeur à l’université de Paris-Sorbonne. Il nous livre le récit du siège de Jérusalem par Titus et son armée et de la chute annoncée de la ville — le début du livre VII, le dernier de la Guerre des Juifs, s’ouvre sur le récit de la destruction du Temple. Mais la résistance à l’ennemi romain va de pair avec les divisions mortifères entre Juifs dans la ville.

2O. Munnich a opéré quelques choix différents de ceux de Pelletier pour le texte grec et sa révision de la traduction vise surtout à lui donner plus de précision et à harmoniser l’ensemble pour certains mots ou expressions (voir p. 204‑209), mais ce sont l’annotation et le commentaire qui constituent le grand apport de cette publication dans la version de poche de la Collection des universités de France. En effet, si certaines notes restent un peu trop spécifiquement à l’intention d’agrégatifs de Lettres, l’enrichissement des notes historiques, l’apport de données archéologiques récentes, complétées par quatre plans donnés en annexe (plans de Jérusalem et du Temple, et schéma des opérations militaires rapportées dans le livre V) ainsi que la place faite aux sources rabbiniques poussent le lecteur à ne pas quitter de vue la question du regard de l’historien. Le discours de Josèphe (§ 362-419) et l’analyse d’O. Munnich ont à cet égard une place centrale. Josèphe, grand stratège dans les livres précédents, exhorte désormais ses congénères — mais à qui son discours s’adresse-t-il exactement ? — à renoncer à leur résistance aux Romains. En jeu, pour le lecteur, la position de Josèphe à l’égard des Romains, mais aussi le portrait d’« un acteur majeur d’une guerre entre Juifs, dans laquelle les Romains passent en quelque sorte au second plan » (p. 341). De discours politique, les paroles de Josèphe sont dans un second temps pleines de réminiscences bibliques visant moins, selon O. Munnich, à soutenir sa propre position qu’à démonter le discours théologico-politique des factieux, qui reflète en partie les attentes eschatologiques affirmées dans la littérature apocalyptique qui se développe dans le judaïsme des Ier siècle avant et Ier siècle après de notre ère. C’est donner raison à V. Nikiprowetzky définissant la Guerre des Juifs comme « une âpre polémique, de portée essentiellement religieuse, contre les Insurgés » (cité p. 325). Les usages respectifs des désignations « Hébreux », « Juifs » et « juif » prennent alors une portée déterminante : Josèphe introduit une « disqualification politique du terme “Juif”, doublée d’une réévaluation du terme “Hébreu” » (p. 316). En opposant en conclusion un passage du Talmud de Babylone au récit de Josèphe, O. Munnich repère la divergence durable entre l’image positive du peuple juif élaborée par la littérature rabbinique et la dissociation opérée par Flavius Josèphe entre les Juifs, assimilés aux factieux, et les Hébreux, la population de Jérusalem, lointaine descendante des « personnages non-violents du passé biblique ». Dans une perspective plus large de réflexion sur le « théologico‑politique », les rappels faits de la manière dont Eusèbe de Césarée, dans le livre I son Histoire ecclésiastique, reprend la distinction entre Juifs et Hébreux (p. 317 et 348) montrent qu’une partie des questions suscitées par la lecture du Bellum Iudaicum entrent dans le champ des discussions toujours actuelles sur les représentations de l’histoire et sur le développement de théologies de l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Josèphe Flavius, Guerre des Juifs. Livre V », Revue des sciences religieuses, 92/4 | 2018, 567-568.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Josèphe Flavius, Guerre des Juifs. Livre V », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/4 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/5851

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals