Navigation – Plan du site
Recensions

Éphrem de Nisibe, Hymnes contre les hérésies. Hymnes contre Julien. T. 1 : Hymnes contre les hérésies I-XXIX | T. 2 : Hymnes contre les hérésies XXX-LVI

Paris, Cerf, 2017
Françoise Vinel
p. 568-569
Référence(s) :

Éphrem de Nisibe, Hymnes contre les hérésies. Hymnes contre Julien, texte critique du CSCO [par] E. Beck, introd., trad., notes et index par D. Cerbelaud, t. 1 : Hymnes contre les hérésies I-XXIX (Sources chrétiennes 587), Paris, Cerf, 2017, 517 p.

Éphrem de Nisibe, Hymnes contre les hérésies. Hymnes contre Julien, texte critique du CSCO [par] E. Beck, introd., trad., notes et index par D. Cerbelaud, t. 2 : Hymnes contre les hérésies XXX-LVI (Sources chrétiennes 590), Paris, Cerf, 2017, 547 p.

Texte intégral

1Plusieurs œuvres d’Éphrem étaient déjà disponibles dans la collection « Sources chrétiennes » (Hymnes pascales, Hymnes sur le Paradis), mais ces nouveaux volumes comportent pour la première fois le texte syriaque en vis‑à‑vis de la traduction. C’est le texte édité dans le Corpus scriptorum Christianorum Orientalium par E. Beck en 1957 qui est repris, grâce aux soins de J. Pflieger et de D. Gonnet, responsable de la littérature syriaque à l’Institut des Sources chrétiennes. Je n’ai pas les compétences nécessaires pour commenter cette édition de Beck, mais ce choix d’une édition bilingue est dans la logique de toute la collection et il est d’une grande utilité pour les chercheurs. D. Cerbelaud, quant à lui, a déjà publié plusieurs traductions d’œuvres d’Éphrem ; signalons, dans la collection « Spiritualité Orientale » de Bellefontaine : Hymnes sur le jeûne, les Carmina Nisibena (sous le titre La descente aux enfers), Hymnes sur la virginité (sous le titre Le Christ en ses symboles), Hymnes De Ecclesia (sous le titre Le combat chrétien).

2L’introduction est étrangement courte, comme l’était déjà celle aux Hymnes pascales (SC 502) et, même si cela peut s’expliquer en partie par l’ampleur des hymnes de ces deux volumes, c’est vraiment dommage ! À la fin du deuxième volume, cependant, sont présentés en annexe par D. Gonnet et J. Pflieger des éléments de métrique et rythme des hymnes. Les rimes structurant chaque strophe en syriaque étaient évidemment difficiles à rendre, mais D. Cerbelaud s’est attelé à une traduction aussi littérale que possible, en gardant la disposition des strophes. L’annotation est, elle aussi, plus que réduite et le lecteur doit s’en tenir à la brève présentation précédant chaque pièce. Ce choix minimaliste serait‑il choix de poète, donnant à lire chaque hymne « tel qu’en lui‑même » ? On peut comprendre en ce sens l’allusion à un poème de Cavafis où l’imaginaire du poète reste habité par le souvenir douloureux laissé aux chrétiens d’Antioche par le règne de Julien (t. 2, p. 472). Mais pour le lecteur, c’est la place dominante de la polémique, même si le traducteur signale l’affleurement de thèmes plus spirituels et théologiques, qui fait rapidement obstacle à la poésie. Marcion, Bardesane et Mani, auxquels s’ajoutent souvent les Juifs, sont les principales cibles d’Éphrem, et tous les topoi — et tous les noms d’oiseaux, si l’on peut risquer l’image ! — de l’hérésiologie se succèdent. Pourtant, les questions abordées éveillent l’écho d’autres Pères contemporains d’Éphrem, ne serait-ce que pour la critique de l’astrologie (voir les traités Contre le destin de Grégoire de Nysse ou de Diodore de Tarse, ou encore la Question 115 Sur le destin de l’Ambrosiaster — la liste des sources patristiques, en ce sens, serait à compléter). À propos de Mani est seulement signalée la thèse de F. Ruani sur Le manichéisme vu par Éphrem le Syrien, mais combien de lecteurs pourront y avoir accès ? Quelques éléments de comparaison feraient percevoir comment ces hymnes d’Éphrem abordent bien des questions communes aux théologiens du ive siècle. Les introductions aux quatre Hymnes contre Julien, d’ailleurs, font davantage de place à la mise en contexte et aux différentes présentations du règne de Julien chez les historiens ecclésiastiques.

3Malgré tous ces points critiques, c’est la traduction de soixante hymnes d’Éphrem par un excellent spécialiste qui est mise à la disposition du public francophone, ce qui est bien la vocation première de la collection des « Sources chrétiennes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Éphrem de Nisibe, Hymnes contre les hérésies. Hymnes contre Julien. T. 1 : Hymnes contre les hérésies I-XXIX | T. 2 : Hymnes contre les hérésies XXX-LVI », Revue des sciences religieuses, 92/4 | 2018, 568-569.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Éphrem de Nisibe, Hymnes contre les hérésies. Hymnes contre Julien. T. 1 : Hymnes contre les hérésies I-XXIX | T. 2 : Hymnes contre les hérésies XXX-LVI », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/4 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/5862

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals