Navigation – Plan du site
Recensions

Joseph Rassam, Le silence comme introduction à la métaphysique

Nouvelle éd. corrigée et enrichie, Paris, Artège Lethielleux, 2017 (19801)
Françoise Vinel
p. 571-572
Référence(s) :

Joseph Rassam, Le silence comme introduction à la métaphysique, nouvelle éd. corrigée et enrichie, Paris, Artège Lethielleux, 2017 (19801), 279 p.

Texte intégral

1J. Rassam (1917-1977), philosophe d’origine assyro-chaldéenne, n’est sans doute pas connu de beaucoup, et la réédition de sa thèse, soutenue à Toulouse en 1962 et parue seulement en 1980, est bienvenue et utile dans le contexte contemporain, si on l’éprouve en quelque sorte comme en attente de silence. Héritier de la pensée thomiste, Rassam convoque de nombreuses sources depuis la pensée antique et plus particulièrement Plotin, mais son milieu favori de réflexion est celui des philosophes français de la première moitié du xxe siècle : Bergson, Gilson, Lavelle, Blondel, ou encore Aimé Forest, dont le maître ouvrage, Le consentement à l’être, paru en 1936, est souvent cité ; à l’inverse, sans céder à quelque polémique ni développer un argumentaire critique, l’A. prend ses distances, comme on peut s’y attendre, à l’égard de quelques représentants de l’idéalisme allemand (« C’est le langage qui est le plus vrai », selon l’affirmation de Hegel rappelée p. 79), mais aussi de la phénoménologie découverte à travers l’œuvre de Merleau‑Ponty ou de l’entreprise psychanalytique, perçue de manière assez réductrice. Pourtant, il ne s’agit nullement d’un livre d’histoire de la philosophie et ses sept chapitres s’inscrivent à la frontière de l’interrogation métaphysique et de la spiritualité (si l’on veut bien comprendre ce terme sans connotation négative sous prétexte qu’il serait d’un registre non-philosophique). Réhabiliter le silence, d’abord, comme intérieur au langage même et non comme son au-delà et sa limite, c’est bien en faire une question métaphysique, où sont liés être et vérité d’un côté et silence et langage de l’autre. Deux phrases du chapitre II (« Le silence et la métaphysique ») définissent la ligne directrice de l’A. : « Le silence désignerait ainsi la double limite qui empêche la philosophie de se fermer sur elle-même, parce que cette double limite constitue la double ouverture de la philosophie : dans son commencement par un don à assumer, dans son achèvement par un transcendant à adorer » (p. 84), et, un peu plus loin : « Appeler silence ce point où nous expérimentons notre référence à l’être, revient simplement à signifier que notre accès à la vérité est accueil d’une lumière qui ne vient pas de nous, et que toute notre sagesse consiste à savoir écouter les enseignements d’une vérité qui s’annonce sans nous contraindre » (p. 87). L’A. ne cache pas l’inspiration chrétienne de ses réflexions, mais de telles affirmations s’inscrivent dans une sphère beaucoup plus large si l’on songe à la longue tradition du néoplatonisme. On se permettra de signaler à ce sujet l’ouvrage de S. Lilla, Il silenzio nella filosofia greca. Galleria di ritratti e raccolta di testimonianze (Roma, 2013), des penseurs présocratiques aux Pères grecs. Dès lors, c’est la frontière entre métaphysique, théologie et spiritualité, qui est fragilisée, suspendue, et les trois derniers chapitres se centrent progressivement sur le silence comme réponse à la signification de l’existence humaine dans sa totalité. Il est d’ailleurs intéressant de voir sur ce point comment l’A. introduit dans le dernier chapitre (« Le silence et la vie spirituelle ») quelques incursions dans les recherches pédagogiques de M. Montessori qui reconnaît, dit Rassam, « le rôle éducateur du silence » (p. 229‑232). Deux annexes inédites (« Le silence et la prière » ; « Le silence et l’inexprimable ») concluent cette étude, et dans la seconde, très brève, l’A. s’allie les réflexions de V. Jankélévitch dans un essai intitulé La musique et l’ineffable, paru en 1961.

2Soigneusement réédité, ce livre pourrait toucher un public large (regrettons seulement, dès les deux premières pages, une erreur sur la date de la mort de J. Rassam ; p. 109 et 112, problèmes de transcription de citations de Plotin), et c’est sans doute l’intuition du maître d’œuvre de sa publication, P.‑M. Margelidon, qui signe la préface et note que « la question philosophique du silence […] revient à l’ordre du jour » (p. 19, avec des références bibliographiques en note).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Joseph Rassam, Le silence comme introduction à la métaphysique », Revue des sciences religieuses, 92/4 | 2018, 571-572.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Joseph Rassam, Le silence comme introduction à la métaphysique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 92/4 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsr/5883

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals