Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/1-2VariaLa pratique dominicale au Pérou

Varia

La pratique dominicale au Pérou

Essai de diagnostic
Véronique Lecaros
p. 137-159

Résumés

Cet article analyse la pratique de la messe dominicale au Pérou. Les données fournies par les différentes méthodes (enquêtes, comptages) se contredisent : 30% de péruviens prétendent assister à la messe dominicale et environ 2 à 3% le font effectivement. Ces apparentes contradictions sont révélatrices du catholicisme péruvien. Il se caractérise par la foi en un Dieu tout-puissant et un grand prestige de l’Église, ce qui explique la valorisation des normes catholiques, et par ailleurs, par une diminution de la pratique sacramentelle causée par de grands changements sociaux. Les dévotions populaires encore vivaces fomentent peu la pratique eucharistique. En confrontant le vécu sacramentel et la perspective ecclésiale sur le sujet, cette étude nous permet d’aborder la problématique du « hiatus entre textes magistériels et pratiques pastorales », selon l’expression de François Wernert, d’un point de vue péruvien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  F. Wernert, Le Dimanche en déroute, les pratiques dominicales dans le catholicisme français au déb (...)

1Dans un ouvrage récent au tire suggestif, Le dimanche en déroute, François Wernert analyse la pratique de l’eucharistie en France et il juge nécessaire que des études similaires soient réalisées dans d’autres pays et sur d’autres continents1. Cet article a pour objectif de répondre à cette demande et de présenter brièvement la situation péruvienne.

  • 2  E. L. Cleary, How Latin America Saved the Soul of the Catholic Church?, New York, Paulist Press, 2 (...)
  • 3  N. Strotmann – J. L. Pérez Guadalupe, La Iglesia después de Aparecida (Quaestiones disputatae 2), (...)

2À la différence de la France (et de l’Europe en général), où l’ensemble des données indiquent des tendances clairement identifiables, les spécialistes d’études religieuses parviennent à des conclusions contradictoires sur l’Amérique latine et le Pérou en particulier, selon la méthode employée. Certains auteurs font montre d’un grand optimisme pour l’avenir de l’Église catholique latino-américaine2 ; d’autres au contraire sont beaucoup plus nuancés, voire plutôt pessimistes3.

3Sur certains sujets, en particulier la pratique sacramentelle, les indicateurs se contredisent et la réalité est difficile à évaluer et à comprendre. Selon les entreprises de sondages nationales et internationales, 30% des Péruviens affirment assister à la messe dominicale toutes les semaines, et 10 à 15% le feraient une fois par mois. Comparés à la situation européenne, ces résultats semblent indiquer un grand dynamisme religieux. Cependant, selon la méthode qui consiste à compter les personnes présentes, seulement 2 à 3% de la population assistent à la messe d’un dimanche du temps ordinaire. Des données aussi différentes rendent compte des divergences de diagnostic et demandent à être expliquées, car elles remettent en question la validité des enquêtes telles qu’elles sont conçues pour le public européen.

4La controverse ne se limite pas à la messe dominicale, elle touche aussi d’autres sujets, tels que le nombre de prêtres, un chiffre donné par l’Annuarium Statisticum Ecclesiae, qui ne prête donc pas à discussion. Certains considèrent l’augmentation du nombre de prêtres comme un signe de dynamisme et d’autres comme un simple rebond bien insuffisant et peut-être éphémère.

5Qu’en est-il donc du dynamisme de l’Église catholique dans un sous-continent où se joue en grande partie l’évolution future de l’Église puisque plus de 40% des catholiques y vivent ? Si l’assistance à la messe dominicale n’est pas un signe de dynamisme, y aurait-il d’autres pratiques catholiques plus spécifiques à l’Amérique latine ? Auquel cas, comment s’articulent-elles avec la messe ? Peut-il y avoir un catholicisme sans messe ?

  • 4  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 219.

6Dans un premier temps, nous présenterons les indicateurs dont nous disposons et la manière dont ils sont obtenus ce qui nous permet de mieux cerner la problématique. Dans un deuxième temps, nous proposerons une interprétation des apparentes contradictions à notre portée et nous les considérons comme révélatrices d’une forme de catholicisme. Finalement, cette étude nous conduira à confronter le vécu sacramentel des catholiques péruviens et la perspective ecclésiale sur le sujet. Notre objectif est d’ébaucher une analyse de ce que Wernert appelle le « hiatus entre textes magistériels et pratiques pastorales4 » d’un point de vue péruvien.

Indicateurs en hausse ? Qu’indiquent les indicateurs ?

7Dans cette section, nous présentons brièvement les données dont nous disposons, d’abord pour évaluer l’assistance à la messe dominicale et ensuite pour comptabiliser le nombre de prêtres.

Assistance dominicale désirée et réelle

  • 5  Le Pew Research Center présente un tableau qui cite tous les pays d’Amérique latine. À l’exception (...)
  • 6  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 32. Il est remarquable qu’aux États-Unis, la proportion de cat (...)

8Les différents sondages de ces dernières années au Pérou présentent des résultats relativement concordants. À la messe dominicale du temps ordinaire assisteraient entre 30 et 35% des catholiques. Selon le Pew Research Center (2014), 30% des catholiques vont à la messe toutes les semaines5. Cette donnée est confirmée par les entreprises de sondage péruviennes. Rien à voir avec le pourcentage de 4,5% de catholiques français assistant à la messe dominicale qu’indique Wernert6.

  • 7  J. L. Pérez Guadalupe, Ecumenismo, sectas y nuevos movimientos religiosos (Teología Pastoral 2), L (...)
  • 8  N. Strotmann, Carta pastoral a los sacerdotes de la Vicaría III después de la visita pastoral canó (...)

9Cependant, la réalité contredit ces chiffres. Une évaluation du taux d’assistance réelle peut être réalisée à partir de l’offre ecclésiale. José Luis Pérez Guadalupe, au début de la décennie 1990, avant que l’archevêché de Lima ne soit divisé, avait calculé à partir du nombre de messes et de l’espace disponible dans les édifices religieux que l’Église pouvait accueillir seulement 5% des catholiques7. Mgr Strotmann, évêque de Chosica, évalue que, dans son diocèse, situé dans la banlieue de la capitale avec prédominance de quartiers pauvres, seulement 2 à 3% des fidèles assistent à l’eucharistie le dimanche8.

  • 9  Lecaros, Fe cristiana y secularización, p. 35.

10Par ailleurs, nous avons procédé à une opération de comptage dans un quartier, Los Olivos, dit « émergent », c’est-à-dire une zone d’occupation récente (deux à trois décennies) dont la situation économique des habitants s’est progressivement améliorée au point de devenir, toutes proportions gardées, un lieu de résidence pour une partie de la nouvelle classe moyenne urbaine. Nous avons identifié les six paroisses de la zone et compté tous les assistants à la messe d’un dimanche du temps ordinaire. Nous avons comparé ce chiffre à la population qui se dit catholique9. Les résultats obtenus sont les suivants. L’Église a la capacité d’accueillir 1,4% de la population du quartier, ce qui représente environ 2% des catholiques. Nous avons constaté qu’environ 3% des catholiques assistent effectivement à la messe. La demande dépasse l’offre mais cette différence est gérable, car dans les messes les plus fréquentées, de nombreuses personnes restent debout. Nous ne prétendons pas que ces chiffres puissent être représentatifs de l’ensemble de Lima. Ils donnent seulement un ordre d’idée du fonctionnement ecclésial dans un quartier récent qui a eu le temps de s’urbaniser et qui dispose donc d’une infrastructure ecclésiale. Par ailleurs, ces chiffres correspondent à ceux qui sont obtenus par Perez Guadalupe et par Mgr Strotmann.

  • 10  P. Bréchon, « La mesure de l’appartenance et de la non-appartenance confessionnelle dans les grand (...)

11Il semble qu’il n’existe pas de concordance entre ceux qui prétendent assister à la messe dominicale et ceux qui le font effectivement, respectivement 30% et 3%, dans le meilleur des cas. Certes, le sociologue Pierre Bréchon remarque qu’il peut exister une différence entre la pratique des sacrements évaluée par les sondages et celle qui est mesurée in situ10. Cet écart se produit dans des pays où la pratique est considérée comme un acte socialement positif et valorisant. On peut donc, selon Bréchon, l’observer aux États-Unis mais pas dans les pays européens plus sécularisés. Cependant, dans le cas péruvien, l’écart est énorme et demande à être interprété de manière plus précise

Comment évaluer les ordinations presbytérales en Amérique latine ?

  • 11  Cleary, How Latin America, p. 41 ; Levine, Politics, Religion and Society, p. 69 ; Romero, « El Pe (...)

12Plusieurs auteurs rapportent avec grand optimisme l’augmentation du nombre des vocations sacerdotales et en général du personnel impliqué dans la pastorale, tel que les diacres ou les catéchistes11. Les termes de Daniel Levine sont particulièrement révélateurs de cette perspective :

  • 12  Levine, Politics, Religion and Society, p. 69. Levine mentionne rapidement la situation des religi (...)

En dépit d’une légère diminution du nombre de religieuses […], une augmentation substantielle d’ordinations de prêtres diocésains (ceux qui sont le plus en contact avec les paroissiens) suggère que les perspectives futures de croissance pour le clergé sont bonnes. Dans l’Église catholique, le nombre de diacres et de catéchistes a aussi énormément augmenté […]. Dans leur ensemble, toutes ces données représentent un bon augure pour la capacité de l’institution à pourvoir en personnel les églises et les institutions ecclésiales12.

13De fait, au Pérou, entre 2005 et 2014, environ 80 prêtres en moyenne sont ordonnés chaque année, mais 15, dans le même temps, abandonnent la prêtrise (voir Annexe).

14Cependant, cet optimisme doit être sérieusement nuancé. Les chiffres hors contexte donnent une image biaisée de la réalité. Certes, Levine reconnaît qu’il y a des difficultés à l’heure actuelle mais il est convaincu qu’elles pourront être prochainement surmontées.

  • 13  J. Klaiber, La Iglesia en el Perú, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 1996, p. 257.

15Historiquement, le Pérou souffre d’un manque chronique de prêtres13. L’absence de vocations a été partiellement compensée par la venue de prêtres étrangers qui répondaient à la demande de Pie XII dans l’encyclique Fidei donum. En 1953, il y avait au Pérou 1508 prêtres, 56% d’entre eux étaient péruviens et 44% étrangers. Aujourd’hui, plus aucun prêtre étranger ne vient au Pérou et ceux qui sont arrivés à la fin du siècle dernier sont déjà repartis ou sur le point de prendre leur retraite. Le Pérou, comme les autres pays d’Amérique latine, ne peut donc plus compter que sur ses propres ressources pour combler le manque de prêtres et compenser le départ des prêtres étrangers.

  • 14  Strotmann – Pérez Guadalupe, La Iglesia después de Aparecida, p.46.
  • 15  V Conferencia General del Episcopado Latinoamericano y del Caribe, Discípulos y Misioneros de Jesu (...)
  • 16  La croissance de 65 prêtres par an au Pérou ne peut pas être considérée comme un acquis. En effet, (...)

16Cependant, la situation est beaucoup plus complexe que ne le laisse entrevoir Levine. L’Amérique latine reste le continent avec le moins de prêtres par catholiques. En 2004, la moyenne mondiale était d’un prêtre pour 2706 fidèles ; en Amérique du Sud, la moyenne était d’un prêtre pour 7068 fidèles et en Europe, d’un prêtre pour 1394 fidèles14. La croissance en nombre de prêtres est positive mais elle n’est pas suffisante pour combler les manques et elle ne parvient même pas à suivre le rythme de croissance démographique des catholiques. Comme le souligne le Document final de la Conférence générale des évêques sud-américains d’Aparecida (2007) et Mgr Strotmann, la situation est toujours préoccupante15. De 1974 à 2004, le nombre de prêtres a augmenté de 43% mais dans le même temps, la population de l’Amérique latine a augmenté de 77% et le nombre de catholiques de 67%16.

  • 17  F. S. Portocarrero – H. Cueva – A. D. Portugal, La Iglesia católica como proveedora de servicios s (...)

17Ces données sont générales mais les manques se font particulièrement sentir dans les régions rurales reculées où existent des chapelles mais où manquent des prêtres et dans les zones de banlieues où l’urbanisation rapide et non planifiée n’a pas permis d’organiser des services ecclésiaux adéquats. Pour des motifs historiques, l’infrastructure ecclésiale ne correspond plus à la répartition de la population sur le territoire. En 2002, à Ayaviri, dans la Sierra, la moyenne était d’une paroisse pour 5645 fidèles et d’un prêtre pour 15 197 fidèles. En revanche, dans les banlieues de Lima, à Carabayllo, on comptait une paroisse pour 43 626 fidèles et un prêtre pour 25 921 fidèles ; à Chosica, une paroisse pour 48 329 fidèles et un prêtre pour 17 303 fidèles17.

18Si les chiffres nous présentent une situation contrastée, avec une évolution positive des vocations sacerdotales, qui reste malgré tout bien insuffisante pour compenser le manque initial, des données d’un autre ordre nous engagent à encore plus de circonspection. Il ne suffit pas d’un prêtre ordonné pour faire fonctionner une paroisse. Outre l’infrastructure en termes de bâtiments, il faut pourvoir au bon fonctionnement de l’institution et aux besoins du prêtre. À ce niveau se situe un autre goulot d’étranglement qui se transforme en cercle vicieux. D’une part, la pratique des sacrements est en baisse et, d’autre part, dans les quartiers pauvres, les familles ne peuvent pas apporter beaucoup à la paroisse. Dans les trois évêchés formés dans les banlieues défavorisées de Lima, les évêques et la plupart des prêtres étaient au moment de la formation de ces entités des étrangers, en général des religieux qui recevaient de leur pays d’origine, des fonds pour construire les édifices épiscopaux, séminaires, paroisses… Aujourd’hui, ce n’est plus le cas et les ressources doivent se générer sur place. Dans les paroisses pauvres de province la situation financière représente un véritable défi. L’aumône dominicale permet à peine de récolter l’équivalent de 25 euros (le salaire minimum est à 250 euros).

Dynamisme réel, imaginaire ou désiré ?

19Les données sont apparemment contradictoires et demandent à être interprétées de manière cohérente car elles produisent aujourd’hui des diagnostics divergents.

Assistance dominicale réelle et/ou désirée

  • 18  M. M. Marzal, Tierra encantada (Estructuras y procesos. Antropología), Madrid, Trotta, 2002, p. 37 (...)

20Malgré les imprécisions de la méthode de comptage dues à la difficulté d’effectuer un travail exhaustif et/ou de trouver un échantillon représentatif, la différence entre les sondages et l’évaluation par comptage demeure très importante. Les personnes prétendant aller à la messe sont dix fois plus nombreuses que celles qui y vont effectivement. Un tel décalage ne peut pas seulement se justifier par une valorisation sociale. En effet, cette situation s’explique dans un contexte où domine encore la perspective des « sociétés traditionnelles » selon l’expression de Marcel Gauchet. Celle-ci se caractérise par une conception hétéronome de la morale : Dieu omniprésent intervient dans les affaires humaines en tant que juge impartial qui punit et rétribue en général dans ce monde et en tout cas dans l’autre. Cette présence justicière divine est mentionnée par les spécialistes de la religion populaire18. Gauchet envisage la transformation des sociétés traditionnelles comme une absence (ou en tout cas un éloignement) de Dieu dans notre quotidien :

  • 19  L. Ferry – M. Gauchet, Le religieux après la religion (Nouveau collège de philosophie), Paris, Gra (...)

Dieu se désanthropomorphise […]. Il cesse d’être un prescripteur et un rétributeur, tenant un compte exact des conduites. Il a autre chose à faire que de châtier et de récompenser les bonnes et les mauvaises actions. […] L’enfer ne fait plus recette, le paradis n’est plus plausible comme lieu de délices promis aux justes. La croyance dans la survie personnelle qui reste forte se déconnecte du passage par un tribunal des vertus et des vices19.

  • 20  V. Lecaros, L’Église catholique face aux évangéliques, le cas du Pérou (Recherches Amériques latin (...)

21Cette perspective populaire lie de manière indissociable éthique et religion. Au Pérou, il existe une tendance à considérer l’athée comme immoral car ne craignant pas Dieu. De cette manière peut aussi s’expliquer que selon les sondages, l’immense majorité de Péruviens, environ 85%, se considèrent très religieux ou plutôt religieux20. Se dire religieux revient à se présenter comme une personne honnête.

  • 21  Cleary, How Latin America ; Romero, « El Perú, país de diversidad religiosa » ; V. Lecaros, « Los (...)

22À partir de cette même logique s’explique en partie le respect dont jouissent les institutions religieuses qui sont par ailleurs très appréciées pour leurs œuvres. Le prestige et la confiance qu’elles suscitent dépassent les 50% et atteignent même selon les sondages 70%21. En revanche, toutes les autres institutions sont très mal considérées, en particulier toutes celles qui sont liées à la politique (partis, congrès…).

23Par conséquent, dans cette perspective, assister à la messe régulièrement signifie un respect des normes ecclésiales, ce qui représente une garantie d’honnêteté. En affirmant aller à la messe, la personne reconnaît qu’il est bon d’y aller, qu’elle aimerait y aller, même si, concrètement, elle ne parvient pas à le faire. En d’autres termes, ce que mesurent les enquêtes conçues pour d’autres latitudes et d’autres mentalités, ce n’est pas la pratique réelle des sacrements mais la respectabilité dont jouit l’Église et la reconnaissance de la légitimité éthique des normes ecclésiales.

Pratique sporadique des sacrements

24Quid de la pratique des sacrements au Pérou ? Étant donné la géographie très accidentée du pays et le manque chronique de prêtres, particulièrement sensible depuis l’indépendance au début du xixe siècle, la plupart des Péruviens qui vivaient dans le monde rural n’ont jamais eu accès à une pratique des sacrements régulière et ordonnée. Traditionnellement, le prêtre — et c’est encore le cas dans les zones rurales éloignées — vient célébrer l’eucharistie une fois par an pour la fête patronale, il en profite pour célébrer les autres sacrements, baptêmes, mariages, bénir les maisons et prier pour les défunts. Malgré l’impossibilité de maintenir une pratique adéquate, il existait une articulation entre les normes ecclésiales, la pratique des sacrements et le quotidien des fidèles. En effet, le baptême s’insérait dans la dynamique sociale : le rite était censé protéger le bébé des mauvais esprits, il introduisait le nouveau-né dans la communauté et il créait des liens de parenté aussi forts que des liens de sang entre parrains et parents. Les mariages, qui créent aussi des liens entre clans, étaient célébrés par de grandes fêtes auxquelles contribuaient tous les habitants du village.

25De nos jours, les conditions de vie ont changé : deux tiers des Péruviens vivent en milieu urbain et, parmi eux, la plupart se trouvent dans les banlieues, les périphéries des grandes villes. L’attention ecclésiale est loin d’être adéquate ; il n’en demeure pas moins qu’une paroisse et une messe dominicale sont à la portée de toutes les familles. Pourquoi donc si peu d’assistance ?

  • 22  Dans cet article, nous n’abordons pas la situation des évangéliques, déjà traitée par ailleurs. Ce (...)

26Être à la portée de tous ne permet pas de supprimer les efforts nécessaires pour se rendre à l’église22. Pour une famille pauvre, prendre l’autobus pour aller à la messe un dimanche représente une dépense importante. Les conditions de vie dans ces zones sont parfois si complexes que suivre la logique sacramentelle est impraticable. Il ne faut pas non plus oublier la fatigue, les travaux ménagers dans une ville de dimensions démesurées et sans infrastructures adéquates. Par ailleurs, les sacrements d’initiation et le mariage impliquent un engagement important en réunions paroissiales, présentation de documents parfois coûteux, organisation familiale… Même si certains diocèses s’efforcent de simplifier les procédures et les coûts, il n’en demeure pas moins qu’ils ne peuvent pas les supprimer sans contrevenir au droit canonique.

  • 23  V. Lecaros, « L’evoluzione della pratica dei sacramenti a Lima », Religioni e Società 29/78, 2014, (...)

27Cependant, même sans minimiser les difficultés, les familles sont-elles prêtes à faire certains sacrifices comme autrefois pour célébrer les sacrements d’initiation et de mariage ? En effet, comme nous le disait un professeur de religion, « les familles ont de l’argent pour payer la bière du samedi soir mais pas pour les fournitures nécessaires à la préparation de la communion23 ». Les remarques de Mgr Strotmann s’orientent dans la même direction :

  • 24  StrotmannPérez Guadalupe, La Iglesia después de Aparecida, p. 12.

Durant ces dernières années, nous assistons en Amérique latine à une usure ecclésiale (ad intra et ad extra). Notre Église passe de plus en plus de temps pour moins de personnes avec moins de résultat. Le problème actuel n’est pas la validité de la foi mais la pertinence (sociale) de la foi (et de l’Église). Si nous croyons que le problème à la fin du xxe siècle était non pas la « demande religieuse » mais l’« offre religieuse », nous observons en ce début de siècle un panorama chaque fois plus différent, les personnes demandent moins de Dieu et de l’Église24.

  • 25  Par conséquent, il est impossible, au Pérou et en Amérique latine en général, d’évaluer le nombre (...)
  • 26  V. Lecaros, « L’evoluzione della pratica dei sacramenti ».

28Effectivement, les sacrements d’initiation et de mariage n’ont plus la signification sociale qu’ils avaient dans le cadre des communautés villageoises. Par ailleurs, il faut souligner que dans les villages, le processus administratif est beaucoup plus simple et moins coûteux. De nos jours, dans les centres urbains, l’âge du baptême est repoussé et parfois le sacrement n’est même pas célébré25. Quant au mariage, les évêchés constatent une diminution importante du nombre de mariages religieux, surtout s’il est tenu compte de l’augmentation de la population en âge nuptial. Ces chiffres sont confirmés par les recensements. En 1981, 7,6% des individus vivaient en cohabitation et 38% étaient mariés ; en 2007, ils sont 24,6% à vivre en cohabitation pour 28,6% à être mariés ; en 2017, la tendance se confirme, 26,7% vivent en cohabitation et 25,7% sont mariés26.

  • 27  E. Doré, Lima, labyrinthe urbain. Quête de modernité et désarroi identitaire dans un quartier popu (...)

29Il est important de souligner que les nouveaux citadins sont arrivés en ville, comme l’ont montré de nombreux auteurs, dans l’espoir de prospérer ou en tout cas d’offrir une bonne éducation à leurs enfants, qui puisse leur permettre d’accéder à un travail stable et correctement rémunéré. De nombreux parents sont disposés à de grands sacrifices pour permettre à leurs enfants d’accéder à une meilleure éducation. Étant donné les difficultés du quotidien et les déficiences des services publics, en particulier des transports, les objectifs immanents absorbent presque totalement l’attention et l’énergie des citadins27.

  • 28  De ce point de vue, les évangéliques ont beaucoup plus de succès que les catholiques car ils parvi (...)

30Dans ce contexte, l’assistance à la messe ne va pas de soi. D’une part pour la plupart des familles péruviennes, l’eucharistie dominicale n’est pas une tradition. Il faudrait donc la promouvoir, ce qui étant donné les déficiences ecclésiales et les changements d’aspiration actuelles est extrêmement difficile28. D’autre part, la pratique des sacrements d’initiation et le mariage, qui font partie des traditions bien établies depuis l’évangélisation coloniale, est battue en brèche, car elle a cessé d’être une priorité sociale et existentielle.

Succès des dévotions populaires

31Dans l’avion qui le ramenait à Rome en janvier 2018 après une visite de six jours au Chili et au Pérou, le Pape François affirmait avoir été surpris de l’enthousiasme et de la ferveur des Péruviens. Il prétendait qu’il n’avait pas reçu d’accueil aussi chaleureux ailleurs à l’exception des Philippines. Plus d’un million de personnes assistèrent à la messe du dimanche 21 janvier à Lima et par ailleurs des centaines de milliers de personnes accompagnèrent le Pape dans toutes ses activités. La contradiction entre le succès de ces rassemblements et la faible participation aux célébrations des sacrements n’est qu’apparente.

  • 29  V. Lecaros, L’Église catholique face aux évangéliques, p. 166.

32Le catholicisme péruvien, et latino-américain en général, se vit traditionnellement selon le rythme des dévotions populaires qui se sont implantées avec l’évangélisation coloniale. La fête du saint patron implique des manifestations communautaires de foi qui s’expriment par des processions, le pavoisement des rues, des orchestres, des chants, des danses et des tapis de fleurs. Par ailleurs, l’effervescence populaire peut produire des pénitences et des sacrifices spectaculaires dans tous les sens du terme et les festivités se closent en général par des réjouissances culinaires et des beuveries qui bien souvent dégénèrent29. La procession du Seigneur des Miracles à Lima est considérée comme une des plus grandes processions au monde. Chaque année, elle mobilise plus d’un million de personnes pendant le mois d’octobre. Les émigrés péruviens du monde entier organisent des processions en l’honneur du Seigneur des Miracles.

  • 30  Les objets de vénération sont en général des statues, des croix ou des peintures auxquelles sont r (...)

33Le succès de la visite du Pape peut être considéré comme une des formes de manifestation du catholicisme populaire. Dans cet enthousiasme s’imbriquent plusieurs facteurs : le prestige de l’Église, la dévotion pour le Saint Père, qui peut ressembler aux cultes des saints, et la curiosité (le seul Pape qui soit venu au Pérou était Jean-Paul II, il y a plus de 30 ans). Par ailleurs, renforçant cette ferveur, durant toute la visite, les dévotions populaires ont été mises à l’honneur. À Trujillo, les confréries ont apporté les images principales du Nord du Pérou30. La messe célébrée par le saint Père a eu lieu dans le stade de Trujillo, en présence de ces images qui étaient accompagnées de délégations de leur lieu d’origine et des dévots. À Lima, lors de la grand-messe, le Seigneur des Miracles était aussi présent.

Christianisme sans dimanche, catholicisme sans messe

34Les dévotions populaires seraient-elles le moyen de pallier les déficiences structurelles de l’Église et de maintenir la foi catholique vivace et dynamique ? Depuis l’indépendance, effectivement, le catholicisme s’est maintenu grâce aux dévotions qui ont permis de pallier l’attention sporadique du clergé. Cependant, les conditions de vie ont changé, les dévotions aussi, et les évangéliques sont devenus une force d’attraction très puissante ; or par leurs critiques des dévotions, ceux-ci les remettent en question.

Un catholicisme de dévotions

35La Conférence générale des évêques latino-américains à Medellin en 1968 a représenté un changement d’attitude par rapport à la piété populaire. Les évêques ont reconnu son importance et sa valeur. Depuis lors, dans les documents de la hiérarchie, la réflexion sur les dévotions occupe une place centrale. Lors de la dernière Conférence générale des évêques, à Aparecida (2007), l’orthodoxie et l’importance de la piété populaire sont clairement affirmées :

La piété populaire est une manière légitime de vivre la foi, une façon de se sentir partie prenante de l’Église et une forme d’être missionnaires. […] La piété populaire continue à être une puissante confession du Dieu vivant qui agit dans l’histoire et un canal de transmission de la foi (§ 264).

  • 31  J. C. Scannone, La Théologie du Peuple. Racines théologiques du Pape François (Donner raison 60), (...)

36Le Pape François, alors cardinal Bergoglio, est le rédacteur du Document final d’Aparecida. Dans cette appréciation, le Pape François s’inscrit dans la logique d’un courant de pensée qui s’est développé en Amérique latine, en particulier en Argentine, la théologie du peuple. Un des principaux théoriciens du mouvement et ami personnel du Pape François est le théologien Juan Carlos Scannone. Selon les termes de Scannone, « une caractéristique distinctive de la Théologie du Peuple est sa revalorisation théologique et pastorale de la religion du peuple, au point qu’elle en est arrivée à reconnaître une “mystique populaire”31. »

Les dévotions populaires comme panacée ?

  • 32  M. M. Marzal, Los caminos religiosos de los inmigrantes en la gran Lima, Lima, Pontificia Universi (...)

37Marzal, à la fin des années 80, au moment où le flux des migrants en provenance des campagnes atteint un pic de croissance, développe une recherche dans un des quartiers nouvellement occupés de Lima, El Agostino, pour étudier la manière dont les nouveaux citadins vivent leur religiosité32. Marzal conclut que, même si une minorité s’éloigne de la foi héritée, la grande majorité recrée dans un nouveau contexte les dévotions traditionnelles. Dans certains cas, les plus fréquents, les provinciaux d’une même origine se rassemblent à Lima pour honorer leur saint patron, reproduisant les traditions ancestrales en les adaptant aux nouvelles conditions. Dans d’autres cas, les citadins adoptent de nouveaux cultes ou se retrouvent avec leurs voisins dans des dévotions communes, comme la Sainte Croix qui est honorée dans tout le Pérou, en particulier dans les Andes. Pour Marzal, donc, l’exode rural massif n’affecte pas la ferveur traditionnelle. Les dévotions permettent de recréer le tissu social et aident d’une certaine manière à dépasser le traumatisme de l’exode.

  • 33  A. Díez Hurtado, « Antiche e nuove tematiche negli studi sulli feste patronali nelle Ande peruvian (...)

38Trente ans plus tard, on ne saurait plus être aussi optimiste. Le Document final d’Aparecida note l’existence d’« un des faits les plus déconcertants et les plus nouveaux […]. Nos traditions culturelles ne se transmettent plus d’une génération à l’autre avec la même fluidité que dans le passé » (§ 39). Dans un contexte urbain où prédomine la poursuite de la prospérité, les dévotions ont tendance à devenir plus intimistes et individuelles. Au lieu de s’imbriquer dans la dynamique communautaire comme c’est le cas dans un village et encore dans les confréries, où les réunions et célébrations rythment l’année, elles occupent une place plus réduite dans la vie de l’individu. Pour certaines personnes, la dévotion au Seigneur des Miracles se limite à passer quelques heures dans une procession et à garder une image du Seigneur dans le porte-monnaie et à l’entrée de la maison. Outre une diminution de l’implication personnelle dans le culte, l’anthropologue Alejandro Diez note de grandes transformations33. Du fait de la mondialisation, de l’émigration et du tourisme, les célébrations acquièrent de nouvelles dimensions et significations qui les assimilent davantage à des festivités identitaires et/ou folkloriques. Les grandes fêtes de la Vierge de la Chandeleur à Puno deviennent des occasions de défilés dansants massifs qui s’inspirent du carnaval de Rio et le reproduisent, toutes proportions gardées. Actuellement, même les adventistes, nombreux dans la région, dansent, sans toutefois faire la révérence devant la statue de la Vierge comme le veut la tradition. Par ailleurs, les émigrants envoient de l’argent et les fêtes de la région de leurs ancêtres deviennent pour eux l’occasion d’une visite à la famille. En d’autres termes, la fête continue mais le sens religieux tend à se diluer.

  • 34  W. Kasper, La miséricorde. Notion fondamentale de l’évangile, clé de la vie chrétienne (Theologia) (...)

39Outre l’affaiblissement de la ferveur religieuse, le principal défi pour l’Église provient de l’orthodoxie des dévotions. Depuis l’époque de l’évangélisation, le clergé lutte pour christianiser les croyances et les rites et épurer les formes syncrétiques. Dans le Document d’Aparecida, la hiérarchie, reprenant un thème fréquent dans les textes du magistère sur le sujet, demande à ce que la piété populaire soit « évangélisée et purifiée » (§ 262). La représentation de Dieu comme un Être suprême tout puissant et féroce (voir ci-dessus) entre en contradiction avec la miséricorde divine que Jésus est venu nous annoncer34.

  • 35  R. A. Chesnut, Devoted to Death. Santa Muerte, The skeleton Saint, New York, Oxford University Pre (...)
  • 36  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 290 ; G. Theissen, « La foi en Jésus-Christ relie-t-elle ou sé (...)

40Par ailleurs, la mondialisation favorise la naissance et l’expansion de nouvelles formes de culte fort éloignées de la Bonne Nouvelle. Un bon exemple de ce phénomène est la popularité de la dévotion mexicaine à la Santa Muerte (Sainte Mort), un squelette habillé de vêtements féminins, censé apporter toutes sortes de bonheur. Cette dévotion, vieille d’à peine deux à trois décennies, compte actuellement plus de dix millions de fidèles sur tout le continent américain35. Dans certaines dévotions, où prédominent les croyances et les rites autour d’amulettes, se perd la dimension éthique du christianisme, une composante fondamentale sur laquelle insistent des théologiens et qui représente un aspect central du message du Pape François36.

  • 37  Marzal, Tierra encantada ; Klaiber, La Iglesia en el Perú, p. 68.

41Si le christianisme a pu se maintenir au Pérou malgré le manque de prêtres et de structures ecclésiales en général, c’est grâce à un ensemble de dévotions articulées sur certaines pratiques sacramentelles. Marzal considère que, faute d’accompagnement missionnaire, une involution s’est produite après l’indépendance37. Cependant, dans le milieu rural où vivait la majorité de la population, les traditions ont survécu et le sens de la célébration religieuse a perduré. Aujourd’hui, ces conditions protégées n’existent plus. Il est hors de doute que les dévotions ont encore un bel avenir devant elles, mais plus détachées de l’institution religieuse, peut-être moins religieusement ardentes et d’une certaine façon plus éloignées du message central du catholicisme et parfois même de l’éthique chrétienne.

Hiatus entre le devoir être et l’être

42Les dévotions populaires s’articulent sur la liturgie de l’Église. Dans les festivités pour les saints patrons, une messe (ou plusieurs) occupe toujours une place centrale dans le programme. Le clergé s’est ainsi efforcé d’articuler ces dévotions à la liturgie. Cependant, en particulier dans les villes, où la pression communautaire est moindre, les fidèles suivent souvent la procession mais n’assistent pas à la messe car, pour eux, la procession qui est un « accompagnement du Seigneur » est l’acte religieux le plus significatif.

43Il existe un hiatus très marqué entre la perspective de la hiérarchie et la réalité vécue. En effet, comme l’exprime Benoît XVI dans son discours inaugural à Aparecida, « la célébration dominicale de l’Eucharistie doit être le centre de la vie chrétienne ». Le Pape François (et le Pape Benoît XVI) s’exprime en des termes similaires dans l’encyclique Lumen fidei. Le texte insiste sur le lien intrinsèque entre foi et sacrements :

S’il est vrai de dire que les sacrements sont les sacrements de la foi, il faut dire aussi que la foi a une structure sacramentelle. Le réveil de la foi passe par le réveil d’un nouveau sens sacramentel de la vie de l’homme et de l’existence chrétienne, qui montre comment le visible et le matériel s’ouvrent sur le mystère de l’éternité (§ 40).

  • 38  Pape François, Catéchèses. Credo-Sacrements-Dons du Saint Esprit, Paris, Parole et Silence, 2017, (...)

44Dans cette perspective, l’Eucharistie joue un rôle central : « La nature sacramentelle de la foi trouve sa plus grande expression dans l’Eucharistie » (§ 44). Dans ses catéchèses, le Pape François fait référence à l’Eucharistie comme étant au « sommet de l’action de salut de Dieu »38. Par ailleurs, le droit canonique est clair sur le sujet (CIC, 1983, c. 1247) : « Le dimanche et les autres jours de fête de précepte, les fidèles sont tenus par l’obligation d’assister à la messe. »

  • 39  R. Bauckham, The Christian World around the New Testament (Wissenschaftliche Untersuchungen zum Ne (...)
  • 40  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 291.

45Comment exiger ce qui est impossible pour la majorité des catholiques péruviens, ce que l’Église avec ses capacités actuelles ne peut pas offrir à ses fidèles et ce qui par ailleurs n’a jamais (ou guère) existé ? Mais un christianisme sans célébration dominicale, n’est-ce pas un oxymore ? En effet, le dimanche, depuis le tout début du christianisme, à la fin du premier siècle, était le jour de culte pour les fidèles et représentait une manière de commémorer l’événement central de leur foi39. Par ailleurs, même si les dévotions, dans le meilleur des cas, favorisent une ouverture au divin, voire à la célébration communautaire et comportent aussi une forme de sagesse, comme l’affirme la théologie du peuple, il n’en demeure pas moins que la messe dominicale est irremplaçable comme le souligne Wernert40. En effet, la dévotion n’implique pas une rencontre personnelle avec le Christ mort et ressuscité comme l’affirme le kérygme, ce qui représente le fondement du christianisme. De plus, la messe (ou tout du moins la célébration dominicale) permet le lien avec l’Église universelle, alors que la dévotion reste locale même si les symboles et le sens général sont partagés avec le reste des chrétiens.

  • 41  E. L. Cleary (éd.), The Challenge of Priestless Parishes. Learning from Latin America, New York, P (...)

46Pour que la norme ecclésiale ne reste pas lettre morte, il est impératif de développer une pastorale qui oriente vers une célébration dominicale et éventuellement vers l’Eucharistie. Ne nous leurrons pas : si, lors de la visite du Pape, les dévotions (et parmi elles, la dévotion au Saint Père) ont fortement contribué à l’assistance à l’Eucharistie, il n’en est pas de même dans le temps ordinaire. Si nous voulons éviter que le christianisme en Amérique latine s’enlise dans des dévotions de plus en plus familiales, identitaires et touristiques (sans parler des multiples dérives, comme la Santa Muerte), il est essentiel de préserver au moins le sens du dimanche en tant qu’il se rattache traditionnellement au cœur de la tradition chrétienne — la mort et résurrection du Christ. En ce sens-là, il faut souligner l’importance de la pastorale menée par les laïcs. Outre les dévotions traditionnelles, l’Amérique latine a été féconde en initiatives où, grâce à la participation des laïcs, le catholicisme garde sa vitalité et sa raison d’être. Cleary a édité un livre au titre très suggestif : « Le défi des paroisses sans prêtre : apprendre de l’Amérique latine41 ».

  • 42  Lecaros, Fe cristiana y secularización, p. 110.
  • 43  Cleary accorde à la pastorale animée par les laïcs et en particulier aux catéchistes une importanc (...)

47Au Pérou, en particulier dans le vicariat de Jaen confié aux jésuites, les catéchistes animent les paroisses, accompagnent les villageois dans leur quotidien et les réunissent le dimanche pour une célébration communautaire42. Sans pouvoir consacrer, ils fonctionnent comme des viri probati (ou des mulieres probatae, puisque certains catéchistes sont des femmes). Les catéchistes sont astreints à suivre une formation continue très régulièrement. Malgré les limitations du fonctionnement de l’institution des catéchistes, ces initiatives permettent de garder la signification du dimanche. Même si tous les villageois ne se rassemblent pas à la paroisse, loin s’en faut (en réalité, il n’y a souvent qu’une dizaine de personnes dans l’église pour des villages de 1000 habitants et plus), le sens chrétien du dimanche s’exprime. Néanmoins, les catéchistes ne sont pas présents avec la même vitalité et efficacité dans l’ensemble du Pérou : tout dépend de l’évêque, de l’importance qu’il accorde au programme et de la pérennité du programme43. Par ailleurs, même à Jaen, où la structure fonctionne bien, les autorités du vicariat soulignent la difficulté actuelle à recruter des catéchistes motivés dans des zones rurales où l’exode détruit le tissu social et où les priorités commencent à changer.

48Ces quelques réflexions nous conduisent à un panorama très nuancé des pratiques sacramentelles au Pérou. La réalité contredit les enquêtes d’opinion sur l’assistance dominicale. Alors que 30% de la population prétend assister régulièrement à la messe dominicale, en réalité à peine 2 à 3% le fait en milieu urbain et peut-être moins encore en milieu rural. Cependant, cette différence est en soi significative, elle constitue un indice de la valorisation des pratiques religieuses et de l’Église catholique en général. L’Église est respectée, ses normes sont tenues pour désirables mais ne sont pas prises en compte dans le quotidien. En quelques mots, à la différence du diagnostic de certains spécialistes : pas de grand dynamisme ecclésial mais en revanche un grand prestige du clergé et des religieux.

  • 44  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 159.
  • 45  Le propos de cet article n’est pas de présenter des plans de pastorale ; cependant, nous tenons à (...)

49Le Document final d’Aparecida constate à juste titre : « Ils sont nombreux les croyants qui ne participent pas à l’Eucharistie dominicale, ni ne reçoivent régulièrement les sacrements, ni ne s’insèrent activement dans la communauté ecclésiale » (§ 286). Il est illusoire de penser que, dans un avenir proche, l’augmentation des vocations sacerdotales qui par ailleurs, ne se manifestent pas dans tous les pays de la région et qui présentent quelques signes d’essoufflement, pourrait permettre de remplir l’engagement de l’Église, « le droit à l’Eucharistie44 » pour tous les Péruviens. Pour compenser la situation et maintenir vivace la foi catholique, il est aussi illusoire de miser exclusivement sur les dévotions traditionnelles et sur les catéchistes (et autres pastorales du laïcat similaires). Si les dévotions et la pastorale des catéchistes jouent un rôle essentiel, nous avons aussi montré comment à plus forte raison, dans les conditions actuelles, elles ne représentent pas une panacée. Il faut donc, et c’est ce que recommande le Document final d’Aparecida, être inventif, prendre en compte les transformations sociales et les nouvelles aspirations pour adresser le message de la Bonne Nouvelle de manière à ce qu’il devienne audible aux Péruviens d’aujourd’hui. « C’est un grand défi qui questionne en profondeur notre façon d’éduquer dans la foi et de nourrir la vie chrétienne ; un défi que nous devons affronter avec décision, avec courage et créativité45 » (§ 287).

Haut de page

Annexe

Brésil

1970

2009

2014

Population

96 020 772

198 982 000

202 777 000

Catholiques

81 815 000

163 900 000

Prêtres

12 472

19 999

21 488

Religieuses

36 786

31 594

29 314

  

Chili

1970

2009

2014

Population

9 496 003

17 134 000

17 819’054

Catholiques

8 835 000

12 532 000

Prêtres

2 309

2 327

2 375

Religieuses

5 838

4 529

4 065

  

Argentine

1970

2009

2014

Population

23 961 810

40 738 000

43 024 374

Catholiques

22 431 530

36 311 000

Prêtres

5 439

5 871

5 908

Religieuses

12 823

8 206

7 467

  

Mexique

1970

2009

2014

Population

50 596 201

110 293 000

125 386 000

Catholiques

46 007 000

98 831 000

Prêtres

8 707

15 985

16 896

Religieuses

22 859

27 913

27 031

  

Pérou

1970

2009

2014

Population

13 192 672

28 894 000

30 814 175

Catholiques

12 839 000

25 635 000

Prêtres

2 264

3 111

3 313

Religieuses

4 429

5 884

5 482

Sources : Annuarium Statisticum Ecclesiae pour le nombre de religieuses et de prêtres (le nombre de prêtres correspond aux prêtres séculiers et aux religieux). Les chiffres de 1970 et de 2009 sont tirés de Levine46. L’évaluation de la population en 2014 provient des instituts de statistiques officiels de chaque pays. Il nous a été impossible d’indiquer le nombre des catholiques en 2009, ne sachant pas quelles sources Levine a utilisées pour 1970 et 2009. En effet (voir ci-dessus), le nombre de catholiques varie énormément en fonction des paramètres choisis, recensements, enquêtes ou sources de l’Église.

Haut de page

Notes

1  F. Wernert, Le Dimanche en déroute, les pratiques dominicales dans le catholicisme français au début du 3e millénaire, Paris, Mediaspaul, 2010, p. 294.

2  E. L. Cleary, How Latin America Saved the Soul of the Catholic Church?, New York, Paulist Press, 2009 ; D. H. Levine, Politics, Religion and Society in Latin America (Religion in Politics and Society), Boulder (CO), L. Rienner, 2012 ; C. Romero, « El Perú, país de diversidad religiosa », dans : Id. (éd.), Diversidad religiosa en el Perú, Miradas múltiples, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2016, p. 13-41.

3  N. Strotmann – J. L. Pérez Guadalupe, La Iglesia después de Aparecida (Quaestiones disputatae 2), Chosica (Lima), Instituto de Teología Pastoral Fray Martín, 2008 ; V. Lecaros, Fe cristiana y secularización en el Perú de hoy, Lima, Universidad Jesuita Antonio Ruiz de Montoya, 2018.

4  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 219.

5  Le Pew Research Center présente un tableau qui cite tous les pays d’Amérique latine. À l’exception de l’Argentine, du Chili, du Venezuela et de l’Uruguay, pays dont les traditions et la dynamique religieuse n’obéissent pas à la même logique, le taux de participation à la messe dominicale est très élevé, 40% et plus ; le Pérou avec 30% présente un des taux les plus bas. Pas étonnant, par conséquent, que les spécialistes considèrent la communauté catholique latino-américaine comme une des plus engagées et dynamiques.

6  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 32. Il est remarquable qu’aux États-Unis, la proportion de catholiques qui participent à l’eucharistie une fois par semaine est beaucoup plus élevée qu’en France et en Europe en général. Selon C. Zech – M. Gautier – M. Gray – J. Wiggins – T. Gaunt, Catholic Parishes of the 21st Century, New York, Oxford University Press, 2017, p. 120, la proportion montre une diminution depuis les premières enquêtes mais reste relativement élevée : 65% en 1965, 41% en 1985 et 24% en 2010. Ces chiffres semblent confirmer ce que les sociologues considèrent comme la situation exceptionnelle de l’Europe.

7  J. L. Pérez Guadalupe, Ecumenismo, sectas y nuevos movimientos religiosos (Teología Pastoral 2), Lima, Instituto de Teología Pastoral Fray Martín, 2002, p. 419.

8  N. Strotmann, Carta pastoral a los sacerdotes de la Vicaría III después de la visita pastoral canónica 2006, http://www.diocesischosica.org (consulté le 5/12/09).

9  Lecaros, Fe cristiana y secularización, p. 35.

10  P. Bréchon, « La mesure de l’appartenance et de la non-appartenance confessionnelle dans les grandes enquêtes européennes », Social Compass 56/2, 2009, p. 163‑178 (p. 69).

11  Cleary, How Latin America, p. 41 ; Levine, Politics, Religion and Society, p. 69 ; Romero, « El Perú, país de diversidad religiosa », p. 17.

12  Levine, Politics, Religion and Society, p. 69. Levine mentionne rapidement la situation des religieuses sans y attribuer d’importance. Pourtant, dans plusieurs pays latino-américains, la diminution du nombre de religieuses est très prononcée et s’accentue au fil des années, sans toutefois atteindre les niveaux européen ou nord-américain. La plupart des spécialistes ou ne mentionnent pas ces chiffres ou ne leur accordent qu’une importance réduite, ce qui est révélateur d’une tendance à se centrer presque exclusivement sur l’évolution des vocations sacerdotales comme indicateur du dynamisme ecclésial.

13  J. Klaiber, La Iglesia en el Perú, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 1996, p. 257.

14  Strotmann – Pérez Guadalupe, La Iglesia después de Aparecida, p.46.

15  V Conferencia General del Episcopado Latinoamericano y del Caribe, Discípulos y Misioneros de Jesucristo para que nuestros pueblos en Él tengan vida. “Yo soy el Camino, la Verdad y la Vida” (Jn 16,4). Documento conclusivo, § 100a (traduction française disponible sur https://www.celam.org/aparecida/Frances.pdf) ; Strotmann – Pérez Guadalupe, La Iglesia después de Aparecida, p. 49.

16  La croissance de 65 prêtres par an au Pérou ne peut pas être considérée comme un acquis. En effet, le Pérou comme l’Amérique latine jouit actuellement de ce que les économistes appellent le bonus démographique, c’est-à-dire de nombreux jeunes, peu de personnes âgées, dans un contexte de chute relativement rapide de la natalité. Ces circonstances favorables se reflètent dans le nombre de séminaristes. Cependant comme le notent les économistes, la chute de la natalité devrait bientôt transformer la pyramide des âges et pourrait impliquer une diminution des vocations sacerdotales.

17  F. S. Portocarrero – H. Cueva – A. D. Portugal, La Iglesia católica como proveedora de servicios sociales : mitos y realidades (Documento de trabajo 69), Lima, Universidad del Pacífico, 2005, p. 20.

18  M. M. Marzal, Tierra encantada (Estructuras y procesos. Antropología), Madrid, Trotta, 2002, p. 374 ; Cleary, How Latin America, p. 51 ; V. Lecaros, « Dios castigador, Dios juez o Dios amado ? Imágenes de Dios en medios católicos y pentecostales peruanos », Horizonte (Belo Horizonte) 15/46, 2017, p. 557-605.

19  L. Ferry – M. Gauchet, Le religieux après la religion (Nouveau collège de philosophie), Paris, Grasset, 2004, p. 47.

20  V. Lecaros, L’Église catholique face aux évangéliques, le cas du Pérou (Recherches Amériques latines), Paris, L’Harmattan, 2012, p. 87.

21  Cleary, How Latin America ; Romero, « El Perú, país de diversidad religiosa » ; V. Lecaros, « Los católicos y la Iglesia en el Perú. Un enfoque desde la antropología de la religión », Cultura y Religión (Iquique) 9/1, 2015, p. 34-50 ; Lecaros, Fe cristiana y secularización, p. 92.

22  Dans cet article, nous n’abordons pas la situation des évangéliques, déjà traitée par ailleurs. Cependant, nous tenons à souligner que ces groupes fonctionnent de manière souvent informelle et que, de plus, ils sont présents dans tous les quartiers en grand nombre. Une famille peut donc facilement retrouver un lieu de culte près de son logement et peut y participer pleinement sans avoir à tenir compte d’un système légal complexe. V. Lecaros, L’Église catholique face aux évangéliques ; Ead., La conversion à l’évangélisme, le cas du Pérou (Recherches et documents), Paris, L’Harmattan, 2013.

23  V. Lecaros, « L’evoluzione della pratica dei sacramenti a Lima », Religioni e Società 29/78, 2014, p. 29-41.

24  StrotmannPérez Guadalupe, La Iglesia después de Aparecida, p. 12.

25  Par conséquent, il est impossible, au Pérou et en Amérique latine en général, d’évaluer le nombre de catholiques. En effet, selon le droit canon (CIC, 1983, c. 849), le baptême représente « la porte de tous les sacrements » et permet « l’incorporation à l’Église ». Un catholique est baptisé ou sur le point de l’être. Or, au Pérou, de nombreuses personnes (dont la quantité est difficile à évaluer) s’affirment catholiques mais ne sont pas baptisées pour de multiples motifs circonstanciels : ces individus ne figurent donc pas sur les listes paroissiales. Par ailleurs, beaucoup de catholiques sont devenus évangéliques mais sont encore sur les registres catholiques.

26  V. Lecaros, « L’evoluzione della pratica dei sacramenti ».

27  E. Doré, Lima, labyrinthe urbain. Quête de modernité et désarroi identitaire dans un quartier populaire (Recherches et documents), Paris, L’Harmattan, 2012, p. 172‑173.

28  De ce point de vue, les évangéliques ont beaucoup plus de succès que les catholiques car ils parviennent à conjuguer communauté religieuse, prospérité matérielle et éternité paradisiaque ou infernale. En effet, les évangéliques, adoptant sur ce sujet une perspective proche de l’Ancien Testament, considèrent la prospérité matérielle comme un signe de bénédiction divine ; voir V. Lecaros, La conversion à l’évangélisme.

29  V. Lecaros, L’Église catholique face aux évangéliques, p. 166.

30  Les objets de vénération sont en général des statues, des croix ou des peintures auxquelles sont rattachés des miracles et des faits extraordinaires. Ils sont appelés images (« imagenes ») ; par extension, le terme prend un sens très ample et peut même désigner des saints, la Vierge, voire le Christ. Dans le cas de peintures rupestres ou de fresque (cas du seigneur des Miracles), des reproductions dûment bénites et consacrées sont faites pour être transportées et acquièrent ainsi une valeur et un pouvoir similaires à l’image originale.

31  J. C. Scannone, La Théologie du Peuple. Racines théologiques du Pape François (Donner raison 60), Namur, Lessius, 2017, p. 202. Cette théologie, grâce à la traduction récente de plusieurs textes de Scannone, a ainsi été mise à la portée du public francophone. Comme le sous-titre l’indique, elle constitue les « racines théologiques du Pape François ». Une des différences principales entre la Théologie de la Libération mieux connue en Europe et la théologie du peuple est précisément l’importance accordée par cette dernière à la piété populaire. Voir aussi J. C. Scannone, Le Pape du peuple. Bergoglio par son confrère théologien, jésuite et argentin, Paris, Cerf, 2015.

32  M. M. Marzal, Los caminos religiosos de los inmigrantes en la gran Lima, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 1988.

33  A. Díez Hurtado, « Antiche e nuove tematiche negli studi sulli feste patronali nelle Ande peruviane », Religioni e Società 29/78, 2014, p. 52-65.

34  W. Kasper, La miséricorde. Notion fondamentale de l’évangile, clé de la vie chrétienne (Theologia), Nouan-le-Fuzelier (Loir-et-Cher), Éditions des Béatitudes, 2015.

35  R. A. Chesnut, Devoted to Death. Santa Muerte, The skeleton Saint, New York, Oxford University Press 2018.

36  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 290 ; G. Theissen, « La foi en Jésus-Christ relie-t-elle ou sépare-t-elle les religions ? Réflexions sur la christologie dans le pluralisme religieux », Revue d’histoire et de philosophie religieuses 96/4, 2016, p. 365-380.

37  Marzal, Tierra encantada ; Klaiber, La Iglesia en el Perú, p. 68.

38  Pape François, Catéchèses. Credo-Sacrements-Dons du Saint Esprit, Paris, Parole et Silence, 2017, p. 189.

39  R. Bauckham, The Christian World around the New Testament (Wissenschaftliche Untersuchungen zum Neuen Testament 386), Tübingen, Mohr Siebeck, 2017, p. 370 ; Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 305.

40  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 291.

41  E. L. Cleary (éd.), The Challenge of Priestless Parishes. Learning from Latin America, New York, Paulist Press, 2014.

42  Lecaros, Fe cristiana y secularización, p. 110.

43  Cleary accorde à la pastorale animée par les laïcs et en particulier aux catéchistes une importance capitale pour le catholicisme latino-américain. Étant donné le manque chronique de clergé, ces initiatives sont effectivement vitales pour la survie du catholicisme dans la région. Cependant Cleary ne tient pas compte du changement actuel des conditions de vie et de la diminution de la motivation du laïcat. Par ailleurs, Cleary minimise l’impact de la relation complexe de ces programmes avec le clergé. Étant donné le pouvoir des évêques et, au niveau local, des curés, il arrive souvent que les priorités pastorales et par conséquent les programmes varient en fonction des nominations ecclésiales, avec pour résultat un manque de continuité, une remise en question des résultats déjà acquis dans une direction… Les défaillances dans la coordination représentent un des problèmes majeurs de l’Église, en tout cas au Pérou. Voir Cleary (éd.), The Challenge of Priestless Parishes ; Id., How Latin America.

44  Wernert, Le Dimanche en déroute, p. 159.

45  Le propos de cet article n’est pas de présenter des plans de pastorale ; cependant, nous tenons à signaler que la prise en compte des aspirations des fidèles permettrait d’élaborer des projets viables. Le succès des évangéliques, dont l’offre présente des limites qui apparaissent maintenant de manière claire, peut s’expliquer par la façon dont ils ont su s’adresser à la population en un langage compréhensible et répondre aux aspirations et angoisses actuelles. Par exemple, il s’est développé récemment un fort désir d’apprendre et de comprendre la Bible qui s’inscrit dans l’objectif de progression sociale par le savoir. Certaines paroisses proposent des cours mais ce projet devrait se penser de manière systématique. Voir V. Lecaros, La conversion à l’évangélisme ; Ead., « Les sans religion en Amérique latine », Revue des sciences religieuses 89/1, 2015, p. 83-104.

46  Levine, Politics, Religion and Society, p. 70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Lecaros, « La pratique dominicale au Pérou »Revue des sciences religieuses, 93/1-2 | 2019, 137-159.

Référence électronique

Véronique Lecaros, « La pratique dominicale au Pérou »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/1-2 | 2019, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/6324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.6324

Haut de page

Auteur

Véronique Lecaros

Pontificia Universidad Católica del Perú

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search