Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/1-2RecensionsInnocent Himbaza – François-Xavie...

Recensions

Innocent Himbaza – François-Xavier Amherdt – Félix Moser, Mariage et bénédiction. Apports bibliques et débats en Église

(Patrimoines), Paris, Cerf, 2018, 277 p.
Bertrand Dumas
p. 196-198
Référence(s) :

Innocent Himbaza – François-Xavier Amherdt – Félix Moser, Mariage et bénédiction. Apports bibliques et débats en Église (Patrimoines), Paris, Cerf, 2018, 277 p.

Texte intégral

1Souhaitant éclaircir la nature et le rapport entre mariage et bénédiction, l’ouvrage a pour originalité d’être écrit à trois mains par un bibliste (réformé) et deux enseignants de théologie pratique (catholique et réformé). Sa structure est simple : partie biblique (p. 13-107), elle-même organisée en deux temps (mariage, bénédiction), puis exposé de la pensée catholique (p. 129-201) et réformée (p. 205-242). Une brève conclusion (p. 243-255) favorise utilement le croisement des points de vue.

2Un ouvrage à la fois œcuménique et interdisciplinaire, donc, aux nombreuses qualités : caractère scientifique, écriture accessible, souci d’une théologie engagée pastoralement mais libre de toute polémique stérile… Selon son centre d’intérêt ou ses lacunes, le lecteur profitera utilement : de l’enquête biblique fournie et subtile, attentive aussi bien aux évolutions du texte qu’à ses nuances irréductibles ; de l’exposé catholique judicieusement organisé autour d’une conception englobante de la vie humaine comme vocation à vivre l’Alliance ; ou encore de l’exposé réformé qui situe de manière intéressante son propos sur l’horizon d’une interrogation contemporaine brûlante : l’accueil et/ou la reconnaissance des couples homosexuels en Église(s). Actualité particulièrement sensible en Suisse romande, où vivent les trois auteurs, puisque l’acceptation en 2012 par l’Église réformée du Canton de Vaud d’un rite de bénédiction destiné à ces couples a suscité de vifs débats.

3Là, nous touchons, semble-t-il, une des faiblesses de l’ouvrage qui traite de cette question délicate, mais comme de manière indirecte et assourdie. Bien sûr, il est intéressant de prendre de la hauteur et l’on comprend que les auteurs n’aient pas voulu axer leur ouvrage directement sur la question du rapport entre homosexualité et conjugalité : en ce domaine, les tensions sont telles qu’elles paralysent souvent la réflexion. Un choix sans doute prudentiel, donc, mais qui risquera de dérouter voire de frustrer le lecteur qui voit cette question abordée à de multiples reprises, mais comme en passant (p. 63, 116, 169-172, 198-201, 238-242). Du reste, cette impression de rapidité se retrouve à plusieurs reprises : par exemple, était-il raisonnable de traiter de l’actualité biblique concernant l’amour, la fidélité, le mariage arrangé, l’endogamie, le lévirat, la polygamie, le divorce, la hiérarchie… en cinq pages (p. 110-114) ? Ou bien fallait-il résumer si rapidement l’histoire foisonnante du mariage (p. 138-149) et ses transformations contemporaines (p. 218-224) ? Ce faisant, on pourra s’étonner d’assertions quelquefois simplifiées (p. 234 : la bonté de la sexualité, une affirmation réformée ?), voire inexactes : non, l’Église catholique n’a jamais considéré comme nul un mariage conclu mais non consommé (p. 179). On se souviendra qu’il y eut débat historique sur cette question et que, dans un souci d’intégration des usages germains au droit romain adopté par l’Église, le Moyen-Âge latin se contenta prudemment de lier l’indissolubilité stricte du mariage — pas sa validité — à la consommation.

4Autre remarque fondamentale : fallait-il isoler l’exposé biblique ? Comme le relève bien F. Moser dans une conclusion ample (p. 251-255), cela témoigne d’un parti-pris épistémologique insuffisamment élucidé. Est-il juste que l’étude biblique se trouve comme en surplomb des positionnements traditionnels confessants, le bibliste « laissant [à ses] deux collègues le soin de croiser leur regard pastoral » (p. 243) ? Une telle dichotomie nous semble manquer à la théologie catholique aussi bien qu’à la vie des Églises protestantes qui expérimentent, sur ces sujets délicats, une diversité irréductible de positions. Peut-être l’ouvrage ne fait-il ici que refléter un phénomène plus large de cloisonnement universitaire théologique qui, s’il rend des services scientifiques, pose pourtant d’intenses questions intellectuelles et pastorales. De ce point de vue, la très intéressante conclusion dialogale (p. 243-255) aurait mérité d’être amplifiée jusqu’à constituer une partie en soi.

5Au final, un livre un peu trop court ou un peu trop long, qui semble hésiter entre deux publics (savant ou grand-public instruit). Un ouvrage de qualité tout de même, qui contribue positivement à nourrir un débat apaisé sur des questions difficiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Dumas, « Innocent Himbaza – François-Xavier Amherdt – Félix Moser, Mariage et bénédiction. Apports bibliques et débats en Église  »Revue des sciences religieuses, 93/1-2 | 2019, 196-198.

Référence électronique

Bertrand Dumas, « Innocent Himbaza – François-Xavier Amherdt – Félix Moser, Mariage et bénédiction. Apports bibliques et débats en Église  »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/1-2 | 2019, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/6461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.6461

Haut de page

Auteur

Bertrand Dumas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search