Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/1-2RecensionsRatzinger, Joseph / Benoît XVI, L...

Recensions

Ratzinger, Joseph / Benoît XVI, L’Alliance irrévocable. Joseph Ratzinger – Benoît XVI et le judaïsme

(Communio), Paris, Parole et silence, 2018, 284 p.
Philippe Capelle-Dumont
p. 200-201
Référence(s) :

Ratzinger, Joseph / Benoît XVI, L’Alliance irrévocable. Joseph Ratzinger Benoît XVI et le judaïsme (Communio), Paris, Parole et silence, 2018, 284 p.

Texte intégral

1Ce livre opportunément édité réunit à la fois le tout dernier texte de Benoît XVI sur le statut théologique de la relation entre le christianisme et le judaïsme, les lettres échangées à cette occasion avec le grand rabbin de Vienne, et une compilation circonstanciée de documents majeurs élaborés dans la période du cinquantième anniversaire de la déclaration conciliaire Nostra Ætate (1965), tant par le Magistère romain que par la Conférence des rabbins européens.

2Tout est parti en octobre 2017 de la rédaction par le pape émérite d’un texte initialement destiné à la Commission pour les relations religieuses avec le judaïsme, mais que son président, le cardinal Koch, a souhaité rendre public. D’abord publiées dans l’édition allemande de Communio en juillet 2018, puis dans son édition française, les thèses du pape-théologien formulées sous l’intitulé « Les dons et l’appel sans repentir » sont ici suivies d’une discussion serrée et d’une contextualisation remarquablement appropriée des problématiques abordées.

3L’ouvrage se présente — et c’est son premier intérêt — comme l’état des lieux d’un débat réouvert alors même qu’on l’estimait, sans doute trop vite, scellé par et depuis Vatican II. S’il n’en conteste à aucun moment la doctrine, Benoît XVI entend néanmoins apporter des « précisions » et des « approfondissements “quant à la” théologie de la substitution » (p. 40) et quant à la formule prononcée par Jean-Paul II en 1980 à Mayence selon laquelle l’ancienne Alliance « n’a pas été révoquée par Dieu ». Sur le premier point, s’il ne nie point que « l’idée d’un rejet d’Israël par Dieu a largement déterminé la représentation de sa fonction dans l’histoire présente du salut » (p. 27), il récuse avec érudition la thèse assez répandue selon laquelle la théorie de la substitution — totalement indéfendable — aurait été comme telle un élément explicite du discours magistériel dans les siècles précédant Vatican II. Son argumentaire passe par l’examen méticuleux de thèmes cruciaux : le culte du Temple, les lois du culte, droit et morale, le Messie, les promesses de la terre. Parmi eux, on retiendra celui qui concerne le statut de la reconnaissance d’Israël par le Vatican, Benoît XVI se faisant notablement critique face aux assimilations entre cet État et la réalisation des promesses divines.

4Sur le second point, le pape émérite replace le lexique de l’alliance vétérotestamentaire dans l’histoire effective de sa pluralisation, s’adossant au chapitre 9 de l’épître aux Romains qui parle non pas « d’Alliance mais des alliances » (p. 40) en référence à la dialectique de la relance divine et de l’infidélité humaine, dialectique dont la fatalité est brisée par la Nouvelle Alliance scellée par le Christ.

5Ces deux points — l’ouvrage en publie in extenso les argumentaires — furent ressaisis de façon très critique par le rabbin Arie Folger (Vienne) ; celui-ci ne manqua point, en contraposition, d’évoquer la statue placée sur la façade de la cathédrale de Strasbourg, représentant la Synagogue comme une pauvre femme aveugle (p. 49) ; mais étonnamment, sur le second point — le rapport entre l’« Ancien testament » et la « nouvelle alliance » —, il veut « deviner » (p. 49) ce que pense le Pape émérite en son fond. Nonobstant les fortes précisions apportées délicatement par celui-ci (et complémentairement dans l’édition de décembre 2018 de Herder-Korrespondenz : « Eine Mission der Juden ist nicht vorgesehen und nicht nötig [Une mission vers les Juifs n’est pas prévue et n’est pas nécessaire] », p. 14), les échanges font apparaître de façon emblématique la difficulté à harmoniser la rigueur du discours théologique et l’exigence de sa réception interreligieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Capelle-Dumont, « Ratzinger, Joseph / Benoît XVI, L’Alliance irrévocable. Joseph Ratzinger – Benoît XVI et le judaïsme  »Revue des sciences religieuses, 93/1-2 | 2019, 200-201.

Référence électronique

Philippe Capelle-Dumont, « Ratzinger, Joseph / Benoît XVI, L’Alliance irrévocable. Joseph Ratzinger – Benoît XVI et le judaïsme  »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/1-2 | 2019, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/6482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.6482

Haut de page

Auteur

Philippe Capelle-Dumont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search