Navigation – Plan du site
Recensions

Didier Lafleur, Greek New Testament Manuscripts from Albania

With the assistance of L. Brogly (New Testament Tools and Studies 57), Leiden – Boston, Brill, 2018, XVII, 626 p.
Christophe Guignard
p. 309-311
Référence(s) :

Didier Lafleur, Greek New Testament Manuscripts from Albania, with the assistance of L. Brogly (New Testament Tools and Studies 57), Leiden – Boston, Brill, 2018, XVII, 626 p.

Texte intégral

1Le territoire de l’actuelle Albanie, dans sa partie méridionale, a compté sous l’empire ottoman — et compte d’ailleurs encore — une minorité orthodoxe grecque, dont les églises et bibliothèques abritaient des manuscrits parfois importants, à l’image des célèbres évangiles sur parchemin pourpre longtemps conservés à Bérat : le Codex purpureus Beratinus (vie siècle) et le Codex aureus Anthimi (ixe siècle), respectivement Φ.043 et 1143 selon la numérotation Gregory-Aland. L’isolement, d’abord géographique, puis politique de l’Albanie a longtemps rendu les manuscrits grecs de ce pays particulièrement difficiles d’accès pour les savants occidentaux. Par ce volume, D. Lafleur, chercheur à la Section grecque de l’IRHT, élargit considérablement la connaissance des fonds en question. S’il touche d’abord les manuscrits du Nouveau Testament, à bien des égards il éclaire plus généralement l’histoire des manuscrits grecs aujourd’hui conservés à Tirana.

2C’est en effet dans cette ville, aux Archives nationales (Arkivi Qëndor i Shtetit), que sont aujourd’hui conservés une bonne partie des fonds de manuscrits grecs autrefois dispersés dans le sud du pays ; ils y constituent le fonds 488. Comme le relève l’A., il s’agit de « l’une des collections de manuscrits grecs les moins bien connues des Balkans » (p. 1). On y retrouve notamment une partie des manuscrits de Bérat, qui avaient fait l’objet de diverses descriptions à la fin du xixe et au début du xxe siècle, ainsi que des manuscrits d’Ardenicë (Ardenica), de Gjirokastër (Argyrokastro), de Körçe (Koritza), de Vlorë (Valone) et de Voskopojë (Moscopole), mais la provenance de bien des volumes reste à déterminer. Dans ces conditions, un catalogue des manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés en Albanie ne pouvait guère se contenter de décrire ces volumes et leur contenu biblique sans s’intéresser à l’histoire des fonds. On ne peut donc que saluer les efforts de l’A. pour retracer l’histoire de la recherche sur les fonds en question (en particulier celui de Bérat, qui est le mieux documenté), des premières descriptions de Mgr Anthimos Alexoudis, métropolite de Bérat de 1855 à 1887, à la publication posthume, en 2003, de celles que Theofan Popa avait rédigées à l’époque communiste (chap. 2, sections 1-7), en passant par la mission à Bérat de Pierre Battifol en 1885 pour étudier le Codex purpureus. Le récit de cette véritable expédition est reconstitué à partir d’une très riche documentation d’archives. Plus impressionnante encore est la documentation réunie dans la section consacrée à la redécouverte en 1968 des deux célèbres codices de Bérat, qui avaient été cachés dans l’église métropolitaine de la ville pendant la deuxième guerre mondiale, et à leur restauration en Chine, pays dont l’Albanie était alors proche, entre 1968 et 1971 par une équipe sino-albanaise : ces événements sont éclairés par la traduction d’un rapport inédit de l’administration locale de Bérat relatif à cette découverte (p. 67-68) et par des informations tirées de sources chinoises (p. 68-70). À propos de cette restauration, cas sans doute unique dans l’histoire des manuscrits grecs, il faut relever avec l’A. combien il est étonnant que « deux pays non-religieux, géographiquement si éloignés l’un de l’autre, tous les deux engagés dans des purges politiques dramatiques, aient décidé de restaurer des objets chrétiens anciens » (p. 69). Outre ces riches éléments historiques, l’A. s’efforce de retracer autant que possible l’histoire du fonds 488 et des collections qui l’ont constitué à partir des quelques indices codicologiques dont on dispose (p. 63-67). Dans cette section, seules les pages consacrées à von Soden (p. 52-53) étonnent par leur sécheresse et par l’absence de discussion des sources dont il tirait ses indications sur le contenu textuel et paratextuel des manuscrits d’Albanie. Ce désintérêt s’explique manifestement par la conviction que von Soden n’a pas disposé de renseignements de première main — conviction contestable, puisqu’un de ses collaborateurs, Alfred Schmidtke (qui n’est pas mentionné dans l’ouvrage), s’est rendu en Albanie (voir H. von Soden, Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestalt, Göttingen, 19112, p. VI). Cette mission aurait sans doute mérité une enquête — ou au moins une mention.

3Le catalogue lui-même (p. 71-519), qui couvre 21 manuscrits ou fragments (dont pas moins de 16 manuscrits des quatre évangiles), contient non seulement une description physique de chaque manuscrit ou fragment et un inventaire de son contenu, mais aussi des indications relatives à certains versets dont soit la forme textuelle, soit la présence ou l’absence est particulièrement significative (par exemple Mc 1, 1 ou la Pericope adulterae), ainsi qu’une collation d’un échantillon de passages destinée à faciliter l’identification du type de texte transmis par le manuscrit. Cette collation permet aussi d’établir que, parmi les manuscrits décrits, aucun ne s’avère être la copie d’un autre (p. 521). L’A. offre également une bibliographie présentée comme exhaustive (p. 4-5). Les notices consacrées aux deux codices purpurei sont particulièrement développées (p. 73-149 et 150-209).

4Dans un bref « Postscript » (p. 520-521), l’A. résume utilement les principales leçons de son travail, en remarquant d’une part que la présence parmi les manuscrits examinés de plusieurs volumes luxueux d’origine constantinopolitaine confirme l’importance de la région parmi les axes de communication byzantins et d’autre part que l’ensemble des témoins décrits transmet un texte de type byzantin, à l’exception de quelques manuscrits à la tendance alexandrine plus ou moins affirmée (dont Φ.043).

5Le reste de l’ouvrage contient notamment une concordance qui permet de relier entre eux les différents systèmes de numérotation, une riche bibliographie et 24 planches, ainsi qu’un index des manuscrits et des noms. On peut seulement regretter l’absence d’un index signalant les paratextes et les textes non-néotestamentaires. Je relève par exemple : une souscription inhabituelle de Jean (ms. 5, fl. 297r), des fragments de la Sagesse de Salomon (ms. 5, f. 308r-v), ou encore le Sermo catecheticus in Pascha (CPG 4605, ms. 29, f. 282v-283v).

6À n’en pas douter, ce volume remarquable par sa rigueur et l’exploitation de nombreuses sources difficiles d’accès marque une étape importante dans la redécouverte des manuscrits grecs d’Albanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Guignard, « Didier Lafleur, Greek New Testament Manuscripts from Albania »Revue des sciences religieuses, 93/3 | 2019, 309-311.

Référence électronique

Christophe Guignard, « Didier Lafleur, Greek New Testament Manuscripts from Albania »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/3 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsr/6888

Haut de page

Auteur

Christophe Guignard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals