Navigation – Plan du site
Recensions

Éric Mangin, La nuit de l’âme. L’intellect et ses actes chez Maître Eckhart

(Études de philosophie médiévale 105), Paris, Vrin, 2017, 252 p.
Françoise Vinel
p. 314-315
Référence(s) :

Éric Mangin, La nuit de l’âme. L’intellect et ses actes chez Maître Eckhart (Études de philosophie médiévale 105), Paris, Vrin, 2017, 252 p.

Texte intégral

1Avec plusieurs livres déjà publiés sur Maître Eckhart ainsi qu’un volume des Écrits allemands (Sermons, traités, poème), paru au Seuil en 2015, É. Mangin est un des meilleurs spécialistes du Maître rhénan en France. À lui seul, le nom de l’éditeur de ce nouvel ouvrage suffirait à en indiquer l’orientation nettement philosophique : s’y conjuguent la question de l’âme et celle de la connaissance de Dieu et de nous-mêmes. Comme le rappelle l’A. dès son introduction, l’intellect est pour Maître Eckhart (ME) plus qu’une des puissances de l’âme, l’essence même de l’âme — et pourtant l’accès qu’il donne à la connaissance de Dieu, à Dieu même, reste limité, et en cela, ME est fidèle à l’Écriture, à l’expérience de Moïse comme à celle de Paul. Les huit chapitres du livre proposent une analyse des difficultés auxquelles se heurte l’intellect dans sa quête sans fin de la vérité, une manière de mettre à nu le travail même de l’intellect. Pour cela, l’A. lit en parallèle l’œuvre latine du Lesemeister, de l’universitaire, et l’allemand vernaculaire des sermons d’Eckhart, et les rapprochements proposés sont d’un grand intérêt, confirmant la continuité et l’unité de l’ensemble. En citant et en commentant nombre de textes, l’A. montre toute la créativité lexicale de ME pour dire, ou plutôt essayer de dire, le travail de l’intelligence (p. 249, un tableau donne l’ensemble des termes) ; chacun des verbes employés trace le parcours de l’étude : dépouiller, élever, unir, saisir, s’émerveiller, chercher, prêcher. En célébrant « la puissance merveilleuse des paroles humaines » (p. 149), ME se fait parfois poète : l’A. analyse les effets stylistiques de rythme et d’images, par exemple dans les sermons 111 et 89, et « la force du Poème [qui] consiste à faire passer le lecteur d’un Dieu lointain à un Dieu proche » (p. 155).

2Il y a un ordre du travail de la pensée, dans lequel l’acte intellectuel est aussi une étape spirituelle — on pourrait dire aussi une sorte de biographie intellectuelle de ME. Et si sa formation aristotélicienne et thomasienne est indéniable, l’A. met aussi en évidence la manière dont ME renoue avec la patristique grecque marquée par le néoplatonisme, et surtout l’influence du Pseudo-Denys, dont les écrits avaient été traduits en latin. Deux aspects centraux situent également ME dans les débats philosophiques et théologiques de son temps : la question de l’union de l’âme à Dieu, toujours à venir et pourtant présente — « Il se donne à elle dans l’éternité d’un maintenant toujours nouveau, continuellement verdoyant » (sermon 111a, cité p. 104) —, et la question du rapport entre volonté et intellect, débat d’école qui a vu s’opposer longuement Franciscains et Dominicains. Images et expérience sensible viennent ici au secours de ME prédicateur mais ne cessent en même temps d’exprimer les limites du langage et de la connaissance — c’est encore l’héritage de l’apophatisme dionysien. Le sermon 66, qui commente la conversion de Paul sur le chemin de Damas, amène É. Mangin à préciser « l’épreuve de l’intellect devant ce qu’il ne peut saisir » (p. 124), « nuit de l’âme » mais aussi ouverture au dynamisme toujours renouvelé de l’intellect.

3Les deux derniers chapitres, « chercher » et « prêcher » sont aussi un éloge de l’intellect : « prêcher de manière intellectuelle » (sermon 116, cité p. 211), telle est l’ambition de ME, pour lui-même, bien sûr, mais aussi pour son auditoire — celui de l’Université mais aussi celui des moniales et des laïcs —, ainsi élevé, si l’on peut dire, à la compréhension de l’Écriture et à la connaissance de Dieu même.

4Richesse des analyses de la langue eckhartienne au service d’un éloge du travail de l’intellect qui cherche Dieu, tel est le parcours que nous offre É. Mangin — une invitation à lire l’œuvre même du Maître rhénan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Éric Mangin, La nuit de l’âme. L’intellect et ses actes chez Maître Eckhart », Revue des sciences religieuses, 93/3 | 2019, 314-315.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Éric Mangin, La nuit de l’âme. L’intellect et ses actes chez Maître Eckhart », Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/3 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/6928

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals