Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/3RecensionsLéonard de Corbiac, Correspondanc...

Recensions

Léonard de Corbiac, Correspondance Frédéric Ozanam et Amélie Soulacroix. Poèmes, prières et notes intimes

En collab. avec M. Houssay, Paris, Desclée de Brouwer, 2018, 856 p.
Bertrand Dumas
p. 317-318
Référence(s) :

Léonard de Corbiac, Correspondance Frédéric Ozanam et Amélie Soulacroix. Poèmes, prières et notes intimes, en collab. avec M. Houssay, Paris, Desclée de Brouwer, 2018, 856 p.

Texte intégral

1Fruit d’un travail historique, le présent ouvrage réunit en un seul volume la correspondance de Frédéric Ozanam (désormais Fr.) et d’Amélie Soulacroix (épouse Ozanam, désormais Am.). Outre les poèmes et diverses notes, il s’agit donc d’un dialogue épistolaire qui s’étale entre 1840 et 1851, au gré des circonstances qui ont amené les deux fiancés — puis les époux — à vivre ponctuellement séparés : fiançailles d’abord, puis ensuite soucis de santé ou déplacements professionnels. On y suit l’itinéraire conjugal d’un couple catholique bourgeois du xixe siècle qui s’apprivoise timidement, puis grandit dans un amour réciproque dont l’intensité les surprend, en ce siècle si prude et si peu propice à la passion conjugale. Une passion jamais démentie jusqu’à la mort tragique de Fr., emporté précocement par la tuberculose.

2Comme souvent avec le genre littéraire de la correspondance, le lecteur devra arpenter de nombreuses pages sans grand intérêt (hormis documentaire) : considérations domestiques et terre-à-terre ou au contraire envolées lyriques tirant vers le mièvre, longueurs, anecdotes sans grande portée… et pourtant, son courage sera récompensé. Car au fond de tout cela gît un trésor, bien caché sous l’apparente banalité du quotidien. Deux traits, au moins, méritent d’être relevés.

  1. La réhabilitation d’Am. Si tout le monde connaît le bienheureux Fr. Ozanam, universitaire et fondateur de la Société Saint-Vincent-de-Paul, en revanche son épouse restait jusqu’à maintenant largement ignorée. Quelques travaux universitaires commençaient à la mentionner (surtout depuis le tournant du xxie siècle), mais du chemin reste à faire. Ses lettres demeuraient inédites, et l’on ne peut que rester stupéfait que l’Église catholique continue de déclarer bienheureux ou saint des personnes mariées sans considérer plus avant le rôle du conjoint. À lire leurs échanges, on mesure tout ce que Fr. devait, humainement et spirituellement, à son épouse.

  2. Au-delà de leurs personnes, c’est la grandeur insoupçonnée de l’amour conjugal qui se trouve mise en lumière. Étonnés par leur propre passion amoureuse, Am. et Fr. devront eux-mêmes vivre une sorte de conversion de leurs représentations pour comprendre que cet amour, loin de les distraire de l’amour divin, leur est donné providentiellement pour aimer davantage Dieu et la terre. On voit le mariage nourrir, comme une racine, la vie spirituelle aussi bien que l’engagement social du couple Ozanam.

3Sacrement de la joie, de l’attachement au Seigneur crucifié et de l’aspiration au Royaume… l’amour conjugal prend ici des proportions étonnantes. Loin de tout repliement bourgeois et confortable, il y a là un témoignage propre à faire réfléchir encore les chrétiens du xxie siècle, spécialement les catholiques. Comment nier ces courants puissants qui, dans l’Église catholique, continuent de hiérarchiser les vocations en s’appuyant le plus souvent sur une exégèse simpliste et une reprise paresseuse de la Tradition ? Comment oublier encore qu’en presque deux mille ans d’histoire, on n’a assisté qu’à deux canonisations de couples ? À l’heure où l’Église se trouve en lutte avec un cléricalisme tenace, la considération de l’humble grandeur de la vie conjugale vécue sous le regard de Dieu ne peut que contribuer à rétablir un équilibre rompu depuis de nombreux siècles. De plus, au rebours de la sensibilité intimiste actuelle qui peine à envisager le couple en dehors des catégories de la passion et de l’accomplissement de soi, Am. et Fr. possèdent le mérite de nous faire envisager l’imbrication de l’amour et du don — ici dans sa vocation sociale. Une piste féconde, propre à désenclaver le mariage — la réalité humaine comme le sacrement — pour le remettre au cœur de l’aventure humaine.

Merci à Léonard de Corbiac et à Magdeleine Houssay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Dumas, « Léonard de Corbiac, Correspondance Frédéric Ozanam et Amélie Soulacroix. Poèmes, prières et notes intimes »Revue des sciences religieuses, 93/3 | 2019, 317-318.

Référence électronique

Bertrand Dumas, « Léonard de Corbiac, Correspondance Frédéric Ozanam et Amélie Soulacroix. Poèmes, prières et notes intimes »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/3 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/6945 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.6945

Haut de page

Auteur

Bertrand Dumas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search