Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/3RecensionsJacques Ellul, Les sources de l’é...

Recensions

Jacques Ellul, Les sources de l’éthique chrétienne. Le Vouloir et le Faire, parties IV et V

Introd. et notes de F. Rognon, Genève, Labor et Fides, 2018, 314 p.
Marie-Jo Thiel
p. 320-321
Référence(s) :

Jacques Ellul, Les sources de l’éthique chrétienne. Le Vouloir et le Faire, parties IV et V, introd. et notes de F. Rognon, Genève, Labor et Fides, 2018, 314 p.

Texte intégral

1Avec la publication de cet inédit de Jacques Ellul, notre collègue F. Rognon assoit encore un peu plus son travail de diffusion du célèbre philosophe de Bordeaux (1912-1994), penseur protestant de première importance et particulièrement connu pour ses réflexions autour de la technique en lien avec l’éthique et la théologie.

2Le présent texte est la seconde partie de l’ouvrage classique de l’A., Le Vouloir et le Faire. La longue introduction de plus de cinquante pages nous présente la genèse de l’ouvrage, les raisons de la non-publication initiale de ce long texte faisant suite aux trois chapitres de l’ouvrage français publié en 1964 (chez Labor et Fides) et réédité en 2013, au titre homonyme, sa place dans l’architecture de l’œuvre éthique et théologique ellulienne — « chacun des livres du versant sociologique trouvait son contrepoint théologique dans un ouvrage de l’autre versant » (p. 13) — inaugurée avec un premier ouvrage, Présence au monde moderne, publié en 1948. L’œuvre éthique dont Le Vouloir et le Faire est l’introduction, devait être publiée en trois étapes à l’instar des trois vertus théologales. Seule la première a été réalisée intégralement du vivant d’Ellul avec les deux tomes de l’Éthique de la liberté et Les combats de la liberté (contrepoint à La technique ou l’enjeu du siècle). La seconde doit encore paraître sous le titre Éthique de la sainteté. Tandis que la troisième n’a jamais été initiée.

3Si Présence au monde moderne ouvre des perspectives, celles-ci tracent surtout une feuille de route pour Le Vouloir et le Faire. L’A. pose les conditions d’une éthique chrétienne, en situant son inspiration dans la Bible (p. 55), à partir de Gn 3, c’est-à-dire après la Chute car avant l’humain était en « communion existentielle avec le Bien » (p. 24) qui est la volonté de Dieu. « Le chrétien n’est appelé ni à fuir le monde ni à s’y conformer, mais […] à y être présent » (p. 22), sa mission est « essentiellement spirituelle » (p. 22), il doit refuser « la religion du fait accompli » (p. 22). « L’homme définit le Bien, mais ce Bien n’est pas celui de Dieu, c’est le Bien de l’homme qui constitue sa morale. […] Le péché est l’acte de vouloir décider le Bien et de fixer la morale » (p. 25). Celle-ci est totalement disqualifiée, alors même, comme le reconnaît l’A., qu’elle est nécessaire pour vivre en société. Ce point mériterait d’être discuté avec Ellul lui-même tant il semble ignorer un pan des sciences humaines, à force de vouloir absolument tout ramener à Dieu jusqu’à oublier ou déconsidérer les médiations humaines.

4Pour autant les thèses développées ne manquent pas d’intérêt : elles échafaudent à leur manière tout l’édifice ellulien dans ses perspectives à la fois stimulantes mais aussi corrosives, spécialement dans sa charge contre l’éthique sociale, et indirectement contre Paul Ricœur et le christianisme social (p. 44). Surtout, il offre « au lecteur plusieurs développements sur des questions que notre auteur n’a abordées nulle part ailleurs » (p. 7) et que Rognon résume en cinq points (p. 48). Pour l’A. en effet, la Bible est un livre de questions et non de réponses ; la relation entre Loi et Évangile est dialectique ; il pose la thèse d’une éthique sans obligation ni sanction. « L’analogie de la foi » est une grille de lecture pour dégager une éthique. Et pour défendre ses idées, l’A. n’hésite pas à critiquer parfois très fortement d’éminents philosophes et théologiens (p. 55), non seulement Ricœur, mais aussi Luther et Calvin, Reinhold Niebuhr et Karl Barth (ainsi que les barthiens).

5La place immense de l’Écriture dans cet ouvrage est aussi en elle-même à la fois surprenante et presque « intrigante ». En tout cas, le livre est réellement une provocation à penser, d’autant plus forte que l’A. est aussi celui qui a tellement détricoté la société technicienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Jacques Ellul, Les sources de l’éthique chrétienne. Le Vouloir et le Faire, parties IV et V »Revue des sciences religieuses, 93/3 | 2019, 320-321.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Jacques Ellul, Les sources de l’éthique chrétienne. Le Vouloir et le Faire, parties IV et V »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/3 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/6966 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.6966

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search