Navigation – Plan du site
Recensions

Agnès Desmazières, Le dialogue pour surmonter la crise. Le pari réformateur du pape François

Préf. d’A. Thomasset, postf. de F.-M. Léthel (Forum), Paris, Salvator, 2019, 231 p.
Françoise Vinel
p. 321-322
Référence(s) :

Agnès Desmazières, Le dialogue pour surmonter la crise. Le pari réformateur du pape François, préf. d’A. Thomasset, postf. de F.-M. Léthel (Forum), Paris, Salvator, 2019, 231 p.

Texte intégral

1A. Desmazières enseigne au Centre Sèvres et propose aux lecteurs l’essentiel des thématiques de sa thèse sur travaux soutenue en 2017. Le P. Thomasset, s.j., souligne dans la préface la volonté de l’A. de rejoindre un large public « grâce à une écriture à la fois simple et nuancée » (p. 7), et le P. Léthel ouvre sa postface en déclarant que l’A. « nous fait entrer dans l’âme du pape François » (p. 219). Tant de bonne volonté édifie et nul ne saurait contester l’importance d’une réflexion sur le dialogue dans le contexte actuel de l’Église catholique, qu’il s’agisse de ses rapports avec la société, avec les autres Églises ou avec les autres religions. Pourtant un malaise s’insinue au cours de la lecture et, à la réflexion, il tient au mélange des genres : témoignage personnel (la première personne revient régulièrement au début de chaque chapitre) et langage médiatique passe-partout (p. 67 : « ADN chrétien ») — mais aussi discours apologétique ou de prédication (par exemple, p. 218) coexistent avec des analyses théologiques nourries de multiples références. Mais pour ces dernières, la rapidité des allusions, le peu de notes, sûrement volontaire, demande une large culture théologique et une bonne connaissance de l’histoire récente de l’Église, par exemple des débats sur la « nouvelle théologie », ou d’œuvres de Rahner, de Balthasar, de Schönborn ou encore de Theobald. C’est qu’il est difficile de simplifier des questions complexes ! Le diagnostic posé sur la difficulté du dialogue dans l’Église, surtout, note l’A., à l’intérieur de l’Église, a déjà été fait depuis longtemps, et il est sans doute plus intéressant de voir signaler, à plusieurs reprises, l’importance d’une première étape du dialogue, celle du dialogue entre théologiens.

2Ces difficultés liées au brassage de trop de données et de sources en trois chapitres sont nettement moins sensibles, il est vrai, à partir du moment où l’A. analyse la pensée et les écrits de J.-M. Bergoglio / du pape François publiés entre 1983 et 2018, dont les extraits sont bien choisis et introduits (chap. 4 à 9). Il est d’autant plus regrettable que le dernier chapitre, « Le dialogue, une expérience spirituelle », ait de nouveau une tonalité plus apologétique, tout comme la conclusion (« Oser l’aventure du dialogue ! ») où la première personne reprend ses droits — mais fallait-il plus de 200 pages pour affirmer : « Il est urgent de développer un dialogue authentique » (p. 218) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Agnès Desmazières, Le dialogue pour surmonter la crise. Le pari réformateur du pape François », Revue des sciences religieuses, 93/3 | 2019, 321-322.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Agnès Desmazières, Le dialogue pour surmonter la crise. Le pari réformateur du pape François », Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/3 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsr/6976

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals