Navigation – Plan du site
Varia

Irénée, Adversus haereses III, 3, 2 à la lumière de la traduction de l’article grec dans la version latine

Irenaeus, Adversus haereses III, 3, 2 in the Light of the Translation of the Greek Article in the Latin Version
Enrico Cattaneo s. j.
p. 395-412

Résumés

L’examen d’un certain nombre de cas de traduction de l’article grec dans l’ancienne version latine permet de formuler une nouvelle hypothèse sur le fameux passage d’A. H. III, 3, 2. Bien que toute correction du texte de ce passage ne puisse que rester conjecturale, cette analyse aide à mieux saisir l’ecclésiologie d’Irénée, à l’aide du critère synchronique (présence de la tradition apostolique dans chaque Église) et diachronique (continuité de cette tradition grâce à la succession des évêques). La primauté de l’Église de Rome se trouve ainsi mieux située dans l’ensemble de l’Église universelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous suivons l’édition des Sources chrétiennes (SC).
  • 2  Voir S. Lundström, Studien zur lateinischen Irenäusübersetzung, Lund, Gleerup, 1943.

1À partir de l’ancienne version latine de l’Adversus haereses (A.H.)1 d’Irénée de Lyon, on peut voir que le traducteur, lorsqu’il trouve un nom séparé de son article par un ou plusieurs mots, tend à transposer l’article grec par une phrase relative, formée avec le pronom is, ea, id, ou ille, illa, illud, suivi de qui, quae, quod et associé au verbe esse. Cette circonlocution est souvent superflue et alourdit la phrase, mais dénote la fidélité littérale du traducteur à son modèle2. Bien évidemment, la comparaison n’est possible que là où l’original grec a été préservé.

I. Quelques exemples

Livre I

2I, praef., 1 (fr. gr. 1, 5) : διὰ τῆς πανούργως συγκεκροτημένης πιθανότητος = per eam quae est subdole exercitata uerisimilitudo. Ici, il n’y a pas de concordance entre le pronom eam et le nom (on aurait pu trouver uerisimilitudinem). Cependant, dans la plupart des cas, il y a accord avec le démonstratif.

3I, praef., 2 (fr. gr. 1, 42) : καὶ τῆς εἰς τὸν Θεὸν βλασφημίας = et eius quae est in Deum blasphemationis.

4I, 2, 1 (fr. gr. 1, 153) : καὶ τὴν ἄναρχον ῥίζαν ἱστορῆσαι = et eam quae sine initio est radicem contemplari.

5I, 2, 2 (fr. gr. 1, 155) : τῆς ὑπὸ τοῦ ʼΑνθρώπου καὶ τῆς ʼΕκκλησίας προβεβλημένης = ea quae ab Anthropo et Ecclesia emissa fuerat.

6I, 2, 2 (fr. gr. 1, 165) : διά τε […] τὴν πρὸς αὐτὸν στοργήν = et propter eam quae erat erga eum dilectionem.

7I, 8, 2 (fr. gr. 1, 807) : τὸ τέλος τῆς περὶ τοὺς Αἰῶνας πραγματείας = finem eius quae est circa Aeonas dispositionis.

8I, 8, 2 (fr. gr. 1, 816) : τήν τε μετὰ τῶν ἡλικιοτῶν τοῦ Σωτῆρος παρουσίαν = et illam quae est cum coetaneis Saluatoris aduentatio [codd. -nem edd.].

9I, 8, 4 (fr. gr. 1, 878) : τὴν ἐκτὸς πληρώματος… διατριβήν = eam quae est extra pleroma […] immorationem.

10I, 10, 1 (fr. gr. 1, 1109) : τὴν ἐκ τῆς Παρθένου γέννησιν = eam quae est ex Virgine generationem.

11I, 14, 8 (fr. gr. 9, 327) : ἄνω ψυχή = illa quae sursum est anima.

12I, 15, 3 (fr. gr. 9, 434) : τοῦ ἐκ τῆς οἰκονομίας ἀνθρώπου = eius qui est ex dispositione homo. Ici, il pourrait y avoir hominis.

Livre II

13II, 31, 2 (fr. gr. 8, 3-4) : τῆς κατὰ τόπον ἐκκλησίας πάσης αἰτουμένης = ea quae est in quoquo loco ecclesia uniuersa postulante.

14II, 33, 2 (fr. gr. 10, 26-27) : ὑπὸ τοῦ εἰσοδίου δαίμονος = ab eo qui est super introitum daemone.

Livre III

  • 3  On trouve la même construction dans d’autres passages, dont le texte grec n’est pas conservé. Ains (...)

15III, 3, 3 (fr. gr. 3, 4) : ἐν ταῖς πρὸς Τιμόθεον ἐπιστολαῖς = in his quae sunt ad Timotheum epistolis. Ici, la traduction la plus naturelle aurait été : in epistolis ad Timotheum3.

16III, 3, 3 (fr. gr. 3, 12) : τοῖς ἐν Kορίνθῳ […] ἀδελφοῖς = inter eos qui Corintho essent fratres.

17III, 3, 3 (fr. gr. 3, 13) : ἐπέστειλεν ἐν Ῥώμῃ ἐκκλησία = scripsit quae est Romae ecclesia. Cependant, d’après la manière habituelle de traduire l’article séparé de son nom, je pense que, dans ce cas, le texte devrait être corrigé : <ea> quae est Romae ecclesia. Cf. III, 3, 4 (fr. gr. 5, 5), où nous avons : ἐν τῇ ἐν Σμύρνῃ ἐκκλησίᾳ, que le latin a traduit : in ea quae est Smyrnis ecclesia. De même, en III, 3, 4 (fr. gr. 6, 1) : ἐν Ἐφέσῳ ἐκκλησία, il faut lire dans le latin : <ea> quae est Ephesi ecclesia.

18III, 3, 3 (fr. gr. 4, 8-9) : τε ἀπὸ τῶν ἀποστόλων ἐν τῇ ἐκκλησίᾳ παράδοσις = ea quae est ab apostolis in ecclesia traditio.

19III, 3, 4 (fr. gr. 5, 11) : αἱ κατὰ τὴν Ἀσίαν ἐκκλησίαι = <eae> quae sunt in Asia ecclesiae. L’intégration <eae> est ma conjecture, justifiée comme ci-dessus.

20III, 11, 8 (fr. gr. 11, 8-9) : τῶν ἁπάντων τεχνίτης Λόγος = qui est omnium artifex Verbum. Le qui est paraît superflu, et il faudrait mettre quod est en accord avec le neutre Verbum.

21III, 11, 8 (fr. gr. 11, 20-21) : τὴν κατὰ ἄνθρωπον αὐτοῦ παρουσίαν = eum qui est secundum hominem aduentum eius.

22III, 11, 8 (fr. gr. 11, 25-26) : τὴν ἀπὸ τοῦ Πατρὸς ἡγεμονικὴν αὐτοῦ καὶ ἔνδοξον γενεάν = illam quae est a Patre principalem et efficabilem et gloriosam generationem eius. Peu après, nous avons une phrase avec le même nom (fr. gr. 11, 33) : τὴν κατὰ ἄνθρωπον αὐτοῦ γενεάν = eam quae est secundum hominem generationem eius.

23III, 12, 2 (fr. gr. 14, 6) : καὶ τὴν εἰς αὐτὸν πίστιν ἐκήρυσσον = et eam quae in eum est fidem adnuntiabant. Ici aussi eam quae […] est paraît superflu ; il aurait suffi de traduire : et fidem in eum adnuntiabant.

24III, 22, 2 (fr. gr. 34, 5-6) : τὰς ἀπὸ τῆς γῆς […] τροφάς = eas quae a terra erant […] escas.

Livre IV

  • 4  W. W. Harvey, Sancti Irenaei episcopi Lugdunensis. Libros quinque adversus Hae­reses, 2 t., Cantab (...)

25IV, 18, 5 (fr. gr. 7, 8-9) : ὡς γὰρ ἀπὸ τῆς γῆς ἄρτος = quemadmodum enim qui est a terra panis. La traduction latine confirme la présence de l’article ὁ dans le texte grec transmis par Jean Damascène ; il faut donc lire comme dans SC 100, p. 610, fr. gr. 7, 8-9, et non comme dans Harvey, qui omet l’article : ὡς γὰρ ἀπὸ τῆς γῆς ἄρτος4.

26IV, 20, 12 (fr. gr. 11, 3) : ἐξ ἐθνῶν ἐκκλησία = ea quae ex gentibus est ecclesia.

27IV, 38, 1 (fr. gr. 23, 27) : τρώγειν καὶ πίειν […] τὸν τῆς ἀθανασίας ἄρτον = manducare et bibere […] eum qui est immortalitatis panis. Il aurait suffi de dire : immortalitatis panem.

Livre V

28V, 2, 2 (fr. gr. 4, 3) : τὸ ἀπὸ τῆς κτίσεως ποτήριον = eum calicem qui est a creatura.

29V, 2, 2 (fr. gr. 4, 5) : καὶ τὸν ἀπὸ κτίσεως ἄρτον = et eum panem qui est a creatura.

30V, 2, 3 (fr. gr. 4, 19) : περὶ τῆς κατὰ τὸν ἀληθινὸν ἄνθρωπον οἰκονομίας = de ea dispositione quae est secundum uerum hominem.

31V, 2, 3 (fr. gr. 4, 40) : μήτε τῆς περὶ Θεὸν δόξης = neque ab ea quae est circa Deum gloria.

32V, 5, 2 (fr. gr. 6, 30) : οὖν συμπαροῦσα αὐτοῖς τοῦ Θεοῦ χείρ = quae igitur adfuit illis manus Dei.

33On trouve cependant des cas où l’article, bien que séparé de son nom, n’est pas traduit. Ainsi, en III, 17, 4 (fr. gr. 24, 6) : πᾶσαν τὴν κατὰ ἄνθρωπον οἰκονομίαν, on aurait attendu : omnem quae est secundum hominem dispositionem, mais on lit : omnem secundum hominem dispositionem. Toutefois, ces cas sont rares.

34Enfin, il y a également des cas où l’article est traduit avec la circonlocution dont nous avons parlé, même s’il n’est pas séparé de son nom, comme dans III, 12, 3 (fr. gr. 15, 7) : τὴν ἀνάστασιν τῶν νεκρῶν κηρύσσων = resurrectionem quae est a mortuis adnuntians. Le quae est paraît totalement superflu, mais c’est comme si le traducteur lisait le texte dans un ordre différent : τὴν τῶν νεκρῶν ἀνάστασιν κηρύσσων. L’inversion des mots pourrait être due à l’auteur de la chaîne d’où est tiré le fragment grec.

II. Un cas particulier

35Les exemples donnés ci-dessus sont plus que suffisants pour notre propos. Ils pourraient en effet aider à clarifier le fameux passage de A.H. III, 3, 2, où l’original grec est manquant. De fait, on y trouve trois fois cette circonlocution qui, comme on l’a vu, sert à traduire l’article quand il est séparé du nom qu’il accompagne :

Ad hanc enim ecclesiam

propter potentiorem principalitatem

necesse est omnem conuenire ecclesiam,

hoc est eos qui sunt undique fideles, (1)

in qua semper ab his qui sunt undique (2)

conseruata est ea quae est ab apostolis traditio. (3)

36Dans la première occurrence, on lit le nom fideles (eos qui sunt undique fideles), ce qui, en rétroversion grecque, devrait donner : τοὺς πανταχόθεν πιστούς. Dans la troisième occurrence, la proposition relative contient également un nom, à savoir traditio (ea quae est ab apostolis traditio), ce qui devrait donner en rétroversion : ἡ ἀπὸ τῶν ἀποστόλων παράδοσις. Or, dans la deuxième occurrence, le nom qui devrait compléter la phrase relative (ab his qui sunt) fait défaut, et pourtant il devrait y être, vu la construction utilisée ; et ce, d’autant plus que la structure de la période est clairement ternaire. C’est pourquoi, si notre hypothèse est correcte, il faudrait, dans une édition critique, indiquer une lacune après ab his qui sunt undique, ou bien insérer le signe † qui indique un locus desperatus. En outre, pour la même raison, le deuxième undique doit ou bien être conservé, ou bien être remplacé par un autre mot, comme nous le verrons.

  • 5  E. Cattaneo, « Ab his qui sunt undique. Una nuova proposta su Ireneo AH III, 3, 2b », Augustinianu (...)
  • 6  L’expression cum constitutis presbyteris est empruntée à Clément de Rome, 1 Clem 54, 2 : μετὰ τῶν (...)

37Quel est donc le nom disparu et quel serait le mot à mettre à la place du deuxième undique ? Tout d’abord, il doit s’agir d’un nom masculin pluriel, compte tenu du ab his qui sunt qui précède, et, comme je l’ai avancé dans une étude antérieure, je crois que le nom qui est tombé est presbyteri5. Cependant, contrairement à ce premier travail, où j’avais purement et simplement abandonné undique, je pense désormais qu’il faut en tout cas conserver un mot avant presbyteri à la place de undique, et je propose constituti6. Voici donc le texte que je conjecture :

Ad hanc enim ecclesiam

propter potentiorem principalitatem

necesse est omnem conuenire ecclesiam,

hoc est eos qui sunt undique fideles,

in qua semper ab his qui sunt <constituti presbyteri>

conseruata est ea quae est ab apostolis traditio.

38L’hypothétique rétroversion grecque, extraite de SC 211, p. 33, avec mes ajouts, donnerait :

πρὸς ταύτην γὰρ τὴν ἐκκλησίαν, διὰ τὴν ἱκανωτέραν ἀρχὴν,

ἀνάγκη πᾶσαν συμφωνεῖν ἐκκλησίαν,

τουτέστι τοὺς πανταχόθεν πιστούς,

ἐν ἀεὶ ὑπὸ τῶν <καθεσταμένων πρεσβυτέρων>

ἐφυλάχθη ἀπὸ τῶν ἀποστόλων παράδοσις.

39La traduction, avec des crochets explicatifs, en serait :

Car avec cette Église [= celle de Rome],

en raison de son origine plus excellente [= les apôtres Pierre et Paul],

doit nécessairement s’accorder toute Église,

c’est-à-dire les fidèles de partout,

elle [= l’Église de Rome] en qui toujours,

par les <presbytres établis>,

a été conservée la Tradition qui vient des apôtres.

40En ce qui concerne le terme presbyteri, Irénée le suggère lui-même. En effet, si nous explicitions la phrase en question, où in qua correspond à in ecclesia, nous aurions : ab his qui in ecclesia sunt <...> semper conseruata est ea quae est ab apostolis traditio. Or l’expression hi qui sunt in ecclesia se retrouve deux fois et elle est toujours associée à presbyteri :

IV, 26, 2 : Quapropter eis qui in ecclesia sunt presbyteris obaudire oportet, his qui successionem habent ab apostolis.

IV, 32, 1 : … apud eos qui in ecclesia sunt presbyteri, apud quos est apostolica doctrina.

41Le terme presbyteri convient parfaitement à la pensée d’Irénée, qui relie toujours le concept de traditio (παράδοσις) à celui de presby­teri, puisque précisément ce sont les « anciens » qui, dans l’Église (ou dans les Églises), sont les gardiens de la tradition apostolique :

Cum autem iterum ad eam traditionem quae est ab apostolis,
quae per successiones presbyterorum in ecclesiis custoditur,
prouocamus eos (III, 2, 2).

  • 7  Le passage que nous venons de citer emploie l’expression per successiones presby­terorum, puis en (...)

42Dans un autre passage, ces presbyteri sont appelés episcopi7.

  • 8  Voir G. Morin, « Une erreur de copiste dans le texte d’Irénée sur l’Église Romaine », Revue Bénédi (...)
  • 9  Le texte transmis est maintenu, entre autres, par P. Nautin (voir n. 23) et par Rousseau et Doutre (...)

43Comment expliquer la disparition de deux mots comme <constituti presbyteri> en III, 3, 2 ? Ce n’est pas évident, sinon en recourant à l’hypothèse d’une faute de copiste, qui, sous l’influence de l’undique de la ligne précédente, l’aurait répété8. Il faut reconnaître que cette proposition ne rencontre guère de consensus parmi les chercheurs les plus récents, qui sont tous pour le maintien du texte transmis9. Pourtant, comme le remarquait A. Rousseau :

  • 10  SC 210, p. 143-144.

… le texte de [la] version [latine] reste grevé d’une quantité notable d’erreurs de transmission communes à toute la tradition manuscrite — pour ne rien dire d’erreurs affectant la traduction elle-même, soit que le traducteur ait commis des contresens, soit qu’il ait eu sous les yeux un texte grec déjà altéré par le fait de copistes antérieurs10.

44Notre hypothèse ne serait donc pas complètement infondée. En outre, pour que le texte transmis ait un sens acceptable, les éditeurs du volume des Sources chrétiennes sont forcés de postuler non pas une faute de copiste, mais une erreur du traducteur latin, qui aurait compris le datif d’intérêt τοῖς πανταχόθεν comme un datif d’agent, le traduisant ab his qui sunt undique au lieu de propter eos qui sunt undique. Mais il faut se rappeler que τοῖς πανταχόθεν n’est qu’une conjecture élaborée a posteriori, étant donné que l’original grec manque à cet endroit. Voici la traduction de Rousseau et Doutreleau :

  • 11  SC 211, p. 33. L’explication est donnée en SC 210, p. 233-236.

Car avec cette Église [de Rome], en raison de son origine plus excellente, doit nécessairement s’accorder toute Église, c’est-à-dire les fidèles de partout, — elle [= Église de Rome] en qui toujours, au bénéfice des gens de partout, a été conservée la Tradition qui vient des apôtres11.

  • 12  E. Bellini – G. Maschio, Ireneo di Lione. Contro le eresie e gli altri scritti (Già e non ancora 3 (...)

45Les traductions qui suivent cette proposition amplifient encore le sens du passage, de sorte que « au bénéfice des gens de partout » devient même « pour tous les hommes », comme dans la version italienne d’E. Bellini12. Cependant, Bellini lui-même observe avec perspicacité :

  • 13   BelliniMaschio, Ireneo di Lione, p. 597 (les italiques sont nôtres).

Reste toujours la difficulté d’expliquer les derniers mots, qui dans la traduction latine sont : in qua semper ab his qui sunt indique conseruata est ea quae est ab apostolis traditio. Si dans in qua il s’agit, comme il est naturel, de l’Église de Rome, sa signification n’est pas claire : « dans laquelle a été préservée par tous les fidèles la tradition apostolique ». C’est pourquoi la suggestion de A. Rousseau, qui, à la place du complément d’agent, postule un datif d’intérêt, paraît séduisante. Mais c’est une proposition qui ne peut être considérée comme absolument certaine13.

46Pour notre part, nous avouons que cette interprétation ne nous convainc absolument pas.

  • 14  D. van den Eynde, Les normes de l’enseignement chrétien dans la littérature patristique des trois (...)

47Notre proposition a l’avantage d’être en harmonie avec d’autres passages de l’A.H., tels que IV, 26, qui a de nombreux points de contact avec III, 1-3, comme l’a déjà observé D. van den Eynde14. Si l’on considère les dernières lignes de III, 3, 2, on constate qu’elles trouvent un parallèle significatif en IV, 26, 2, qui contient même une référence explicite au livre III (sicut ostendimus) :

Image 10000000000004A000000168F4BE504CCBF666B4.jpg

48Il est aisé de mettre en évidence les parallèles entre les textes A et B :

  • les fideles de A sont implicites dans obaudire (scil. nos) de B ;

  • au necesse est de A correspond l’oportet de B ;

  • le in qua de A correspond à in ecclesia de B ;

  • à ab apostolis traditio de A correspond successionem […] ab apostolis de B ;

  • à conseruata est de A correspond le habent de B ;

  • enfin, au centre des deux textes se trouvent les presbyteri comme garants de la tradition apostolique et auxquels il faut obéir si l’on veut être dans l’Église.

49En fin de compte, selon Irénée, on peut suivre la chaîne de la Tradition dans une double direction : celle qui, en partant des apôtres et en passant par les presbytres, descend jusqu’à nous, et celle qui, à partir de nous et en passant à travers les presbytres remonte jusqu’aux apôtres :

apostoli → presbyteri/episcopi → fideles

fideles (nos) → presbyteri/episcopi → apostoli

III, 3, 1 : Traditionem apostolorum […] episcopi in Ecclesiis […] usque ad nos.

III, 3, 2 : … ab apostolis traditionem […] per successiones episcoporum […] usque ad nos.

III, 3, 2 : qui sunt undique fideles […] ab his qui sunt <constituti presbyteri> […] ea quae est ab apostolis traditio.

50Jusqu’ici, nous sommes resté sur un plan strictement philologique. Nous avons ainsi pu faire une proposition qui donne un sens satisfaisant pour la reconstitution du passage examiné. Il reste maintenant à s’interroger sur son interprétation.

III. Une lecture de la section III, 2, 2 – 4, 3

  • 15  Ici, Irénée vise les marcionites et non les gnostiques valentiniens, car ceux-ci ne contestaient p (...)

51Irénée consacre la section III, 2, 2 – 4, 3 au thème de la vraie Tradition, « qui vient des apôtres et qui, grâce aux successions des presbytres, est conservée dans les Églises » (III, 2, 2). Les hérétiques la contestent, tout comme ils contestent les Écritures apostoliques. À leurs yeux, celles-ci ne sont pas « pures », mais sont contaminées par la mentalité juive, celle qui s’exprime dans la Loi de Moïse et dans les paroles du Démiurge (= le Dieu de l’Ancien Testament)15. Ainsi, se proclamant « plus sages que les presbytres et même que les apôtres » (ibid.), ils finissent par se prêcher eux-mêmes, méprisant le Seigneur et le Père lui-même et se coupant du salut (III, 1, 2).

52Comment alors lutter contre de tels adversaires (adversus tales) ? En effet, ils sont comparables à des serpents « qui essaient d’échapper de tous côtés (undique) », et « nous devons donc leur tenir tête de toutes parts (undique) », dans l’espoir qu’ils se repentent de leur erreur (III, 2, 3).

53Selon Irénée (III, 3, 1), deux critères permettent de détecter la vérité de la tradition apostolique :

  1. la tradition apostolique n’a rien d’une secte, car elle peut être vue « dans chaque Église » (in omni ecclesia), c’est-à-dire « dans le monde entier (in toto mundo) » : c’est le critère synchronique ;

  2. la tradition apostolique forme un continuum vital : il est en effet possible d’énumérer la succession des évêques, inaugurée par les apôtres, « jusqu’à nos jours (usque ad nos) » : c’est le critère diachronique.

54Ces deux critères, synchronique et diachronique, sont étroitement liés. Bien qu’Irénée n’utilise jamais l’expression « Église catholique », il exprime néanmoins à plusieurs reprises l’universalité de l’Église, non seulement comme une donnée, mais comme quelque chose qui concerne sa nature originelle. L’universalité est désignée par cet undique, ce « partout », qui ne signifie pas une fragmentation de groupes autonomes et indépendants, mais traduit la fécondité et la richesse d’un unique corps. Bien que l’Église soit « disséminée » dans le monde entier (critère synchronique), et donc dans des langues et des cultures différentes, il n’en reste pas moins — et c’est quelque chose qui manifeste son origine divine — qu’elle maintient l’unité de la foi et de la doctrine, grâce à sa connexion avec l’origine apostolique (critère diachronique). Le lien entre universalité et unité est très marqué chez Irénée :

  • « l’Église, bien que dispersée dans le monde habité (καθʼ ὅλης τῆς οἰκουμένης) jusqu’aux extrémités de la terre, a reçu des apôtres et de leurs disciples la foi en un seul Dieu ... » (I, 10, 1) ;

  • « l’Église, bien que dispersée dans le monde entier, garde la foi avec soin comme n’habitant qu’une seule maison » (I, 10, 2) ;

  • « le chemin de ceux qui appartiennent à l’Église parcourt le monde entier, parce que possédant la solide Tradition venant des apôtres, il nous offre le spectacle d’une seule et même foi chez tous » (V, 20, 1) ;

  • « la prédication de l’Église est donc véridique et solide, puisque c’est chez elle qu’un seul et même chemin de salut apparaît à travers le monde entier » (V, 20, 1).

  • 16  Rappelons que ces hérésies touchaient des points de la foi non pas marginaux mais fondamentaux : l (...)

55Les hérétiques, au contraire, « sont éparpillés çà et là, sans harmonie et sans cohérence » (V, 20, 1). Ils ont perdu le lien avec l’origine apostolique, non seulement parce qu’ils sont nés postérieurement aux apôtres et indépendamment d’eux, mais parce qu’ils enseignent des choses totalement étrangères à la doctrine apostolique16.

56Si le critère synchronique est contrôlable par quiconque souhaite visiter les différentes Églises et vérifier leur unité de foi, le développement du critère diachronique basé sur les successions épiscopales de toutes les Églises serait « trop long (valde longum) » (III, 3, 2). Cependant, pour réfuter ceux qui, de quelque manière que ce soit, surgissent en dehors de l’Église, il suffit, pour Irénée, de citer l’exemple de l’Église de Rome. Dans cette Église, en effet, se trouvent vérifiés au plus haut degré les critères de vérité. En fait, selon III, 3, 2, l’Église de Rome :

  • est « très grande, très ancienne et connue de tous » ;

  • elle est apostolique, ayant pour fondement « les deux très glorieux apôtres Pierre et Paul » ;

  • elle a toujours conservé la tradition apostolique grâce à la succession de ses presbytres/évêques.

57Par conséquent, c’est à cette Église que doit se référer toute autre Église, c’est-à-dire « les fidèles de partout » (critère synchronique), car « en elle a toujours été préservée par les <presbytres établis> la tradition qui vient des apôtres » (ibid.) (critère diachronique). Il ressort de ces deux critères de vérité qu’il ne reste aucune trace d’une tradition secrète, de « mystères cachés » (recondita mysteria), transmis à quelques-uns et en possession seulement de quelques-uns (ibid.).

  • 17  Cf. 2 Tm 4, 21 : « Tu as le salut d’Eubule, de Pudens, de Lin, de Claudia et de tous les frères ». (...)
  • 18  Eusèbe de Césarée, en plus de reprendre la mention du martyre, place l’épiscopat de Télesphore de (...)

58Fidèle à sa promesse d’apporter la preuve de la succession apostolique pour l’Église de Rome, Irénée présente ici la liste des « presbytres », c’est-à-dire des évêques romains qui se sont succédé depuis Pierre et Paul. Ce sont : Lin, Anaclet, Clément, Évariste, Alexandre, Xyste, Télesphore, Hygin, Pie, Anicet, Soter et Éleuthère, contemporain d’Irénée (III, 3, 3). Pour certains de ces noms, Irénée ajoute quelques renseignements : Lin est le premier à avoir reçu « la charge de l’épiscopat (τὴν τῆς ἐπισκοπῆς λειτουργίαν) », « et c’est de ce Lin que Paul fait mention dans les lettres à Timothée »17. Rien n’est dit d’Anaclet. Au contraire, la notice concernant le troisième successeur des apôtres, Clément, dont Irénée cite la lettre écrite à l’Église de Corinthe, est très longue. Pour les autres évêques, seul est indiqué leur rang dans la série. Ce n’est qu’à propos de Télesphore, le septième successeur, qu’il est dit qu’il « rendit un glorieux témoignage », c’est-à-dire très probablement qu’il a subi le martyre18.

  • 19  Il est difficile de penser qu’Irénée ne connaissait pas les successeurs de Polycarpe ni les évêque (...)

59Pour Irénée, cette succession épiscopale de l’Église de Rome « est la preuve la plus complète que la seule et unique foi qui donne la vie a été préservée et transmise dans l’Église en vérité depuis les apôtres jusqu’à maintenant » (III, 3, 3). On pourrait en dire autant de l’Église de Smyrne (III, 3, 4) et de celle d’Éphèse (III, 3, 4), qui ont eu un fondement apostolique. En réalité, Irénée ne nomme que Polycarpe de Smyrne, en lui consacrant une longue digression, riche en souvenirs personnels (III, 3, 4)19.

  • 20  Ce Simon est le magicien d’Ac 8. Bien qu’il fût contemporain des apôtres, il a cependant été désav (...)

60En conclusion, la vérité de la Tradition apostolique ne peut être trouvée que dans l’Église et non en dehors d’elle (III, 4, 1). C’est en elle, en effet, que se trouve la vie, alors que tous ceux qui opèrent en dehors de l’Église sont des « voleurs et des brigands » (cf. Jn 10, 8). Et si un différend survient sur des questions de peu d’importance, la solution doit être recherchée dans les Églises de fondation apostolique. Même si l’on supposait que les apôtres ne nous auraient laissé aucun écrit, il suffirait de suivre la Tradition qu’ils ont laissée aux Églises pour être dans la vérité (ibid.). C’est en suivant ce sensus fidei — que le Saint-Esprit a écrit dans leurs cœurs — que les peuples barbares, sans papier ni encre, ont adhéré à la foi. Et si quelqu’un venait leur exposer « les inventions des hérétiques […], aussitôt ils se boucheraient les oreilles et s’enfuiraient au plus loin » (III, 4, 2). En fait, les hérétiques sont venus longtemps après les apôtres : Valentin, Cerdon et Marcion sont apparus à l’époque d’Hygin, soit vers 140. Les gnostiques tirent leur origine de Ménandre, disciple de Simon20. En conclusion, « tous ces gens-là se sont levés dans leur apostasie beaucoup plus tard, lorsque les temps de l’Église étaient arrivés à leur milieu » (III, 4, 3). Ayant terminé cette section centrée sur la Tradition apostolique, Irénée peut passer à la preuve tirée des Écritures (III, 5, 1 ss.).

61En résumé, l’analyse de la section III, 2, 2 – 4, 3 est centrée sur la question des critères authentifiant la véritable Tradition apostolique. La réponse est qu’elle ne se trouve que dans l’Église et non dans les sectes hérétiques. La preuve qui en est donnée est d’ordre à la fois synchronique et diachronique : en effet, l’Église est répandue sur toute la terre habitée, elle est universelle ; de plus, chaque Église est reliée en ligne directe avec les apôtres par la succession épiscopale. L’exemple de l’Église de Rome est au cœur de cette preuve, non pas parce qu’elle serait supérieure aux autres Églises, puisque toutes forment une seule et unique Église, mais parce que la communion avec l’Église de Rome est la garantie nécessaire et suffisante pour être dans la tradition apostolique. Les sectes hérétiques n’ont ni l’universalité de l’Église ni le lien institutionnel avec les apôtres et, par conséquent, leur prétention de posséder la vraie Tradition doit être rejetée.

IV. Ceux qui sont en dehors de l’Église

  • 21  Cf. SC 210, p. 228.

62À l’unique Église, qui est rattachée aux apôtres par la succession des presbytres/évêques — une continuité qui est particulièrement visible dans l’Église de Rome —, s’opposent ceux qui se tiennent en dehors de cette chaîne de la Tradition, qui ne sont donc pas « Église ». Irénée indique trois types de déviations qui sont à peine mentionnés dans le passage de III, 3, 2 et risquent par conséquent de ne pas être remarqués si l’on ne fait pas appel au texte parallèle de IV, 26, 221 :

III, 3, 2

IV, 26, 2

confundimus omnes eos qui
quoquo modo,
uel per
sibiplacentiam,
uel
uanam gloriam
uel per caecitatem et
sententiam malam,
praeterquam oportet
colligunt …

Reliquos uero qui absistunt a principali successione
et quocumque modo colliguntur,
suspectos habere,
uel quasi haereticos et
malae sententiae,
uel quasi scindentes et elatos et
sibi placentes,
aut rursus ut hypocritas,
quaestus gratia et
uanae gloriae
operantes.

63Les parallèles entre ces deux textes ne sont que trop évidents, mais en IV, 26, 2, les trois catégories sont mieux identifiées et appelées par leur nom, quoique dans un ordre différent de celui de III, 3, 2 :

III, 3, 2

IV, 26, 2

1) schismatiques (per sibiplacentiam)

2) schismatiques (elatos et sibiplacentes)

2) hypocrites (per uanam gloriam)

3) hypocrites (quaestus gratia et uanae gloriae)

3) hérétiques (per caecitatem et sententiam malam)

1) hérétiques (malae sententiae)

  • 22  E. Cattaneo, « Il ritratto del vero presbitero-vescovo secondo S. Ireneo di Lione », dans : A. Asc (...)

64En IV, 26, 2-5, ces trois catégories sont illustrées plus en détail à l’aide d’exemples bibliques. Pour un examen de ces textes, nous renvoyons à une précédente étude22.

65En dehors de la chaîne de communion dans la foi et la succession apostolique, il y a d’abord les hérétiques, qui « introduisent un feu étranger » ; il y a aussi les schismatiques, qui « divisent et séparent » l’Église unique ; il y a enfin les hypocrites, c’est-à-dire « ceux qui passent pour des presbytres aux yeux de beaucoup, mais sont les esclaves de leurs passions ». Ce sont les mauvais pasteurs, qui semblent extérieurement appartenir à l’Église, mais recherchent en réalité le gain (quaestus) et la louange des hommes (uanae gloriae) ; ils sont comme des sépulcres blanchis, qui se trouvent en réalité hors de l’Église parce qu’ils sont « hors de la vérité » (IV, 26, 2-3). Par conséquent, les fidèles doivent écouter les presbytres/évêques qui enseignent la vérité reçue des apôtres, qui l’ont évidemment reçue du Christ et de l’Esprit, et non les partisans de conventicules. En effet, les vrais presbytres sont ceux « qui gardent la succession des apôtres », et « offrent une parole saine et une conduite irréprochable, pour l’exemple et l’amendement d’autrui » (ibid.).

V. Retour sur A.H. III, 3, 2

  • 23  Pour se faire une idée claire de l’ensemble des hypothèses avancées sur A.H. III, 3, 2, la présent (...)
  • 24  Morin, « Une erreur de copiste », p. 516.
  • 25  De même que, pour la doctrine trinitaire d’Irénée, il est impossible d’y voir la foi de Nicée déjà (...)

66Nous nous sommes attardé sur le passage de A.H. III, 3, 2 en essayant d’en faire une lecture cohérente avec l’ecclésiologie d’Irénée. En réalité, nombreux sont ceux qui citent ce passage en omettant précisément ab his qui sunt undique, car, même sans ces mots, le sens général du passage demeure. Le point crucial, comme le note Bellini, est d’établir si, dans ce texte, c’est de l’Église de Rome ou bien de l’Église universelle qu’il est question23. Le renvoi à l’Église de Rome favorise sans doute l’exégèse « catholique ». C’est pourquoi de nombreux protestants et orthodoxes réagissent fortement contre les interprétations excessivement romano-centriques, car elles risquent de faire dire plus que ce qu’Irénée lui-même voulait dire. G. Morin avait déjà remarqué que ce concept lui paraissait « à tout le moins prématuré24 ». Toutefois, cela ne signifie pas que l’ecclésiologie d’Irénée n’aille pas dans le sens catholique, même s’il faut éviter de trop anticiper25. L’évêque de Lyon fait certainement preuve d’une grande admiration pour l’Église de Rome, notamment en raison de la présence des apôtres Pierre et Paul, couronnés par le martyre. Cependant, cette « prééminence » de l’Église de Rome n’est pas vue par Irénée en opposition aux autres Églises apostoliques, comme si Rome était la seule à avoir conservé intacte la tradition des apôtres. Interpréter le texte dans ce sens reviendrait à en faire une lecture forcée. Pour l’évêque de Lyon, toutes les Églises apostoliques sont nécessairement (necesse est) en accord avec l’Église de Rome, car, en vertu de la succession, tous les presbytres, « disciples des apôtres », enseignent toujours dans toutes les Églises la même foi et préservent la même Tradition. Ainsi, les Églises fondées par les apôtres ou qui sont en communion avec elles, forment une seule et même Église, qui « d’une voix unanime (συμφώνως) proclame, enseigne et transmet ces vérités, comme si elle n’avait qu’une seule bouche » (I, 10, 2). Quand Irénée parle de la foi de l’Église, il entend parler de « toute l’Église ». Pour lui « chaque Église qui est telle, dans toutes les parties du monde, possède une seule et même foi » (I, 10, 3).

  • 26  Nous n’avons pas été découragé par le jugement tranchant de C. Pietri, pour qui ce texte conserve (...)

67L’examen de quelques cas de traduction de l’article grec dans l’ancienne version latine nous a permis de formuler une nouvelle hypothèse sur le fameux passage de A.H. III, 3, 226. Bien que notre tentative n’aboutisse pas à des résultats qu’on pourrait considérer comme assurés, nous pensons néanmoins qu’elle n’est pas vaine, mais qu’elle aide à mieux cerner l’ecclésiologie d’Irénée. Nous pouvons ainsi nous approprier les conclusions de deux savants distingués, qui partent d’analyses opposées. Nous sommes bien d’accord avec P. Nautin quand il souligne la valeur qu’Irénée accorde aux listes épiscopales par rapport à l’Église universelle :

  • 27  Nautin, « Irénée, Adv. Haer. III, 3, 2 », p. 59.

Ce sont toutes ces successions épiscopales, toutes ensemble et chacune en particulier, qui prouvent, en effet, que la tradition conservée dans l’Église universelle remonte aux apôtres, et par le fait même elles convainquent les hérétiques de n’être plus que des conventicules illégitimes27.

  • 28  Nautin, « Irénée, Adv. Haer. III, 3, 2 », p. 59.
  • 29  Rousseau, SC 210, p. 236.

68Dans ce cas, la liste des évêques romains n’est qu’un exemple éminent des différentes successions épiscopales présentes dans l’Église universelle28. Cependant, avec A. Rousseau, nous « ne voyons pas » non plus « pourquoi [le texte de III, 3, 2] ne pourrait pas continuer à figurer parmi les témoignages les plus impressionnants que les premières générations chrétiennes nous aient laissé sur la primauté déjà reconnue par elles à l’Église de Rome29 ». En ce qui concerne le noyau de l’interprétation, nous sommes également d’accord avec C. Pietri lorsqu’il écrit :

  • 30  Pietri, Roma Christiana, p. 300-301.

Dans sa synthèse théologique, l’évêque de Lyon confie aux successions épiscopales la transmission de la foi apostolique : ici avec cette formule d’ecclésiologie pratique, assez exceptionnelle, il reconnaît logiquement une autorité très forte — potentior principalitas — à une Église dont la succession épiscopale remonte jusqu’à la prédication de Pierre30.

Haut de page

Notes

1  Nous suivons l’édition des Sources chrétiennes (SC).

2  Voir S. Lundström, Studien zur lateinischen Irenäusübersetzung, Lund, Gleerup, 1943.

3  On trouve la même construction dans d’autres passages, dont le texte grec n’est pas conservé. Ainsi, en III, 22, 1 on devrait lire : in ea quae est ad Romanos <epistola>, et non comme en SC 211, p. 432, 23, sans epistola. Souvent, le traducteur anticipe le nom (epistola), mais l’article est toujours traduit par quae est, par exemple, en III, 16, 3 ; 22, 1 : in epistola quae est ad Galatas. Ainsi, dans les trois passages mentionnés ci-dessus, la rétroversion grecque devrait être : ἐν τῇ πρὸς Ῥωμαίους ἐπιστολῇ, et : ἐν τῇ πρὸς Γαλάτας ἐπιστολῇ, tandis que la rétroversion de SC 211, p. 297 et 433 omet ἐπιστολῇ, terme pourtant présent dans le latin, au moins dans les deux cas avec Galatas. Cf. IV, 37, 1 : in ea epistola, quae est ad Romanos ; V, 8, 1 : in epistola, quae ad Ephesios est.

4  W. W. Harvey, Sancti Irenaei episcopi Lugdunensis. Libros quinque adversus Hae­reses, 2 t., Cantabrigiae, Typis academicis, 1857, t. 2, p. 205, 5-6.

5  E. Cattaneo, « Ab his qui sunt undique. Una nuova proposta su Ireneo AH III, 3, 2b », Augustinianum 40, 2000, p. 399-405. On trouvera dans cet article d’autres conjec­tures faites par divers spécialistes, que je ne reprends pas ici.

6  L’expression cum constitutis presbyteris est empruntée à Clément de Rome, 1 Clem 54, 2 : μετὰ τῶν καθεσταμένων πρεσβυτέρων. Irenée connaissait cette lettre.

7  Le passage que nous venons de citer emploie l’expression per successiones presby­terorum, puis en III, 3, 2 on trouve per successiones episcoporum : la synonymie est totale.

8  Voir G. Morin, « Une erreur de copiste dans le texte d’Irénée sur l’Église Romaine », Revue Bénédictine 25, 1908, p. 515-520.

9  Le texte transmis est maintenu, entre autres, par P. Nautin (voir n. 23) et par Rousseau et Doutreleau (SC 211), mais avec des interprétations opposées : pour Nautin, tout le passage se réfère à l’Église universelle, tandis que pour Rousseau et Doutreleau il s’agit toujours de l’Église de Rome.

10  SC 210, p. 143-144.

11  SC 211, p. 33. L’explication est donnée en SC 210, p. 233-236.

12  E. Bellini – G. Maschio, Ireneo di Lione. Contro le eresie e gli altri scritti (Già e non ancora 320), Milano, Jaca Book, 20032, p. 218. Pour sa part, A. Cosentino, Ireneo di Lione, Contro le eresie, vol. 2 (Testi patristici 30), Roma, Città Nuova, 2009, p. 12-13, suit fidèlement la version française.

13   BelliniMaschio, Ireneo di Lione, p. 597 (les italiques sont nôtres).

14  D. van den Eynde, Les normes de l’enseignement chrétien dans la littérature patristique des trois premiers siècles (Dissertationes ad gradum magistri in Facultate Theologica consequendum conscriptae. Series 2 25), Paris, Gabalda, 1933, p. 181-187.

15  Ici, Irénée vise les marcionites et non les gnostiques valentiniens, car ceux-ci ne contestaient pas le texte des Écritures. Voir A. Orbe, « Biblia y teología entre los Valentinianos: ejemplos de interferencia entre exegesis y teología », Augustinianum 36/1, 1996, p. 5-12 (p. 6) : « Los grandes teólogos heterodoxos eran respectuosos de la letra de la Biblia, a la cual no quitaban ni agregaban nada. »

16  Rappelons que ces hérésies touchaient des points de la foi non pas marginaux mais fondamentaux : l’unique Dieu Créateur et Sauveur ; l’unité des deux Testaments ; l’unité de la personne du Christ, vrai Fils de Dieu et vrai fils de l’homme ; la constitution divine de l’Église et des sacrements, dans lesquels agit le Saint-Esprit ; le salut intégral de l’homme et de la création, contre tout dualisme ontologique.

17  Cf. 2 Tm 4, 21 : « Tu as le salut d’Eubule, de Pudens, de Lin, de Claudia et de tous les frères ». La 2 Tm pourrait avoir été écrite de Rome.

18  Eusèbe de Césarée, en plus de reprendre la mention du martyre, place l’épiscopat de Télesphore de 128 à 138 ; voir F. Scorza Barcellona, « Telesforo », Enciclopedia dei Papi 1, 2000, p. 218-219.

19  Il est difficile de penser qu’Irénée ne connaissait pas les successeurs de Polycarpe ni les évêques d’Éphèse ; mais il n’a pas jugé nécessaire de les mentionner.

20  Ce Simon est le magicien d’Ac 8. Bien qu’il fût contemporain des apôtres, il a cependant été désavoué par eux ; voir A.H. I, 23.

21  Cf. SC 210, p. 228.

22  E. Cattaneo, « Il ritratto del vero presbitero-vescovo secondo S. Ireneo di Lione », dans : A. Ascione – M. Gioia (éd.), Sicut flumen pax tua. Studi in onore del Cardinale Michele Giordano (Collectanea 14 ; Pontificia facoltà teologica dell’Italia meridio­nale 3), Napoli, M. D’Auria, 1997, p. 157-166.

23  Pour se faire une idée claire de l’ensemble des hypothèses avancées sur A.H. III, 3, 2, la présentation la plus utile et la plus précise reste celle de P. Nautin, « Irénée, Adv. Haer. III, 3, 2. Église de Rome ou Église universelle ? », Revue de l’histoire des religions 151/1, 1957, p. 37-78.

24  Morin, « Une erreur de copiste », p. 516.

25  De même que, pour la doctrine trinitaire d’Irénée, il est impossible d’y voir la foi de Nicée déjà explicitée, quand bien même il ne fait aucun doute que, lue dans son développement interne, elle pointe résolument vers Nicée plutôt que vers l’arianisme, de même en va-t-il pour son ecclésiologie. Sur la doctrine trinitaire d’Irénée, voir ma recension d’A. Orbe, Introduction à la théologie des iie et iiie siècles (2 vol., Paris, Cerf, 2012) dans Orientalia Christiana periodica 79, 2013, p. 257-263.

26  Nous n’avons pas été découragé par le jugement tranchant de C. Pietri, pour qui ce texte conserve « le triste privilège d’avoir excité pendant des générations la libido disputandi et les ingéniosités baroques. […] Écartons encore les exercices périlleux des corrections ou des rétroversions qui s’appuient toujours sur des idées préconçues » (C. Pietri, Roma Christiana. Recherches sur l’Église de Rome, son organisation, sa politique, son idéologie, de Miltiade à Sixte III (311-440) [Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome 224], Rome, École française, 1976, vol. 1, p. 299 et 300).

27  Nautin, « Irénée, Adv. Haer. III, 3, 2 », p. 59.

28  Nautin, « Irénée, Adv. Haer. III, 3, 2 », p. 59.

29  Rousseau, SC 210, p. 236.

30  Pietri, Roma Christiana, p. 300-301.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enrico Cattaneo s. j.,
« Irénée, Adversus haereses III, 3, 2 à la lumière de la traduction de l’article grec dans la version latine »
Revue des sciences religieuses,
93/4 | 2019,  395-412.

Référence électronique

Enrico Cattaneo s. j., « Irénée, Adversus haereses III, 3, 2 à la lumière de la traduction de l’article grec dans la version latine »
Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/4 | 2019,
mis en ligne le 01 décembre 2019,
consulté le 25 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/rsr/7585 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.7585

Haut de page

Auteur

Enrico Cattaneo s. j.

Pontificio Istituto Orientale
Roma

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals