Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/4RecensionsAndré Wénin, Psaumes censurés. Qu...

Recensions

André Wénin, Psaumes censurés. Quand la prière a des accents violents

(Lire la Bible 192), Paris, Cerf, 2017, 198 p.
Marie-Jo Thiel
p. 433-434
Référence(s) :

André Wénin, Psaumes censurés. Quand la prière a des accents violents (Lire la Bible 192), Paris, Cerf, 2017, 198 p.

Texte intégral

1Professeur d’Ancien Testament à l’université catholique de Louvain, A. Wénin a publié de nombreux ouvrages, en particulier sur le livre de la Genèse. Il s’intéresse ici à quelques psaumes que la liturgie catholique a censurés en raison de leur violence.

2Comme l’A. le rappelle en introduction, « l’univers des psaumes est en effet un monde hautement conflictuel, théâtre d’une guerre permanente opposant les justes et les méchants, que Dieu vient remporter en faveur des premiers » (p. 9-10). Deux camps s’opposent dès le Ps 1 puis se combattent dès le Ps 2 et ceci jusqu’à la victoire finale de Dieu au Ps 149 ! Le ton est souvent à la guerre, la vengeance, mais pour autant — et c’est l’hypothèse de l’A. — on n’a pas intérêt à éliminer les textes qui dérangent : les Ps 58, 83 et 109, mais aussi 35, 69 et 59.

3En les contextualisant, en dégageant leur cohérence interne, l’auteur cerne les « traits du psalmiste » (p. 18) et cherche moins à prier ces textes qu’à « comprendre ce qu’ils disent » (p. 19). Au moins dans un premier temps, dans les chapitres successifs. Mais il revient à cette question en conclusion pour rappeler que les Psaumes ont, dans la grande tradition de l’Église, été d’abord considérés non pas comme une prière individuelle — ils peuvent l’être dans la succession des états d’âme de l’orant — mais comme une prière de l’Église où celui qui prie est invité à se faire solidaire des victimes, des révoltés, des indignés… Dans ce cadre global, il est alors juste que les membres de l’Église « portent ensemble la prière et la souffrance de celles et ceux dont le corps et l’âme sont à ce point déchirés par l’injustice et la violence que la seule prière qui puisse encore monter de leurs lèvres soit ce cri rageur… » (p. 185).

4L’ouvrage permet ainsi d’élargir le regard. Mais peut-on vraiment se satisfaire de cette image de Dieu vengeresse et sanguinaire ? L’on comprend la perspective de l’auteur — et elle est convaincante —, mais en même temps, l’on reste mal à l’aise avec certaines formulations qui risquent toujours d’être « utilisées » hors contexte justement.

5Dans tous les cas, ouvrage à méditer !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « André Wénin, Psaumes censurés. Quand la prière a des accents violents  »Revue des sciences religieuses, 93/4 | 2019, 433-434.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « André Wénin, Psaumes censurés. Quand la prière a des accents violents  »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/4 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/7677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.7677

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search