Navigation – Plan du site
Recensions

Francis Watson, The Fourfold Gospel: A Theological Reading of the New Testament Portraits of Jesus

Grand Rapids (MI), Baker Academic, 2016, xi, 207 p.
Christophe Guignard
p. 435-437
Référence(s) :

Francis Watson, The Fourfold Gospel: A Theological Reading of the New Testament Portraits of Jesus, Grand Rapids (MI), Baker Academic, 2016, xi, 207 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage de F. Watson, éminent exégète britannique, prolonge en partie les intuitions développées dans son très remarqué Gospel Writing: A Canonical Perspective (Grand Rapids [MI], W. B. Eerdmans, 2013), notamment la valorisation de la diversité des perspectives des évangiles et l’intérêt d’une approche canonique. Ce nouvel ouvrage s’adresse à un public plus large, mais intéressera également théologiens et exégètes, même si ceux-ci regretteront le choix de l’A. de limiter drastiquement les renvois à la littérature secondaire.

2Le sens de la démarche est clairement exposé dès la première phrase : « Une lecture “théologique” des évangiles canoniques est une lecture qui aborde les questions qu’ils posent en lien avec les préoccupations centrales de la foi chrétienne » (p. vii). Plus particulièrement, celle que propose ici F. Watson, « trouve son inspiration dans le fait que les quatre évangiles sont aussi un évangile quadruple », où « la pluralité est une unité et l’unité reste une pluralité » (ibid.), même si cette situation est due non aux évangélistes eux-mêmes (qui ne l’avaient pas envisagée), mais à leurs lecteurs anciens.

3Après une introduction consacrée à l’émergence du Quadruple Évangile, l’A. porte son attention sur deux lieux emblématiques en matière de diversité, mais aussi, pour le second, d’unité : le début et la fin des évangiles, qui sont au cœur des deux grandes sections de l’ouvrage, intitulées respectivement « Perspectives » et « Convergences ». Prolongeant une intuition patristique selon laquelle « le caractère particulier d’un évangile s’exprime le plus clairement en son commencement » (p. ix) — conviction qui se manifeste dans les figures des Quatre Vivants —, la première (chap. 1-4) analyse la façon dont chaque évangéliste commence son récit et ce que cela nous dit de sa perspective sur le Christ, tout en soulignant comment ces perspectives plurielles s’avèrent complémentaires d’un point de vue théologique. La seconde (chap. 5-8) parcourt les récits de la Passion, de l’entrée à Jérusalem au tombeau vide. En relisant cette partie du récit où les évangélistes finissent par converger, l’A. se plaît également à montrer comment leurs perspectives s’enrichissent mutuellement. Pour ce faire, il s’aide des Canons évangéliques d’Eusèbe de Césarée : c’est à la lumière de ce système de renvois synoptiques entre les évangiles qu’il analyse les relations complexes entre les quatre récits et les singularités de chacun d’eux. Le parcours s’achève avec un chapitre intitulé « The Truth of the Gospel » (chap. 8), où l’A. se range résolument du côté du Jésus-Christ des Écritures, qui « nous renvoie à Jésus de Nazareth tel qu’il a été reçu dans la communauté qu’il a fondée », plutôt qu’à la « construction », jugée problématique aussi bien théologiquement qu’historiquement, « d’un “Jésus de l’histoire” qu’on pourrait opposer au “Christ de la foi” » (p. 187).

4D’accès facile, l’ouvrage n’en présente pas moins nombre d’analyses intéressantes. Sur certains points, F. Watson, n’hésite pas à adopter des perspectives originales, l’exemple le plus caractéristique étant son plaidoyer pour l’idée que Luc relit Matthieu (p. 8, 62 et 69-79) — il défend en effet non pas l’hypothèse des deux sources, mais celle de Farrer, qui fait l’économie de la source Q en faisant dépendre Luc de Marc et Matthieu.

5S’il faut risquer sur tel ou tel point des remarques critiques, on pourra en particulier relever un curieux angle mort, très perceptible dans les prolégomènes : le Quadruple Évangile n’est pas pensé comme recueil délibérément constitué (ce que suggère au contraire la présence en tête de chaque évangile d’un titre semblable), ce qui impose de supposer, contre toute évidence, qu’il serait le résultat d’« innombrables décisions à petite échelle » concernant le choix des évangiles à transmettre (p. 17). La « première édition des quatre évangiles » est d’ailleurs attribuée à Eusèbe, tandis qu’Irénée aurait été le premier à définir une collection des quatre évangiles (p. 123). C’est surestimer l’importance du travail d’Eusèbe et lire Irénée sans prêter attention au fait qu’il atteste la préexistence du recueil.

6Nous relèverons également que l’excellente remarque de l’A. sur le fait que « la généalogie de Matthieu suggère que l’histoire sainte rappelée dans les Écritures d’Israël n’a pas le pouvoir de se régénérer elle-même », ouvrant ainsi sur l’attente d’« un événement décisif dans lequel Dieu agira pour sauver son peuple » (p. 40), n’aurait pu que gagner en évidence s’il avait exploité la malédiction prononcée par Jérémie contre Jéchonias (Jr 22, 24-29), un texte qui, étrangement, n’est pas cité, alors même que l’évangéliste ne pouvait guère l’ignorer.

7Au-delà de ces quelques remarques sur des points de détail, il importe surtout de souligner l’intérêt d’une telle entreprise, qui ne renonce ni aux ressources de la critique, ni à une lecture proprement théologique des évangiles et qui, surtout, ne sacrifie pas la perspective globale du Quadruple Évangile aux options théologiques particulières des textes qui le composent. De fait, une lecture théologique ne saurait jamais perdre de vue que « le quadruple évangile est plus que la somme de ses parties » (p. 103).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Guignard, « Francis Watson, The Fourfold Gospel: A Theological Reading of the New Testament Portraits of Jesus  »Revue des sciences religieuses, 93/4 | 2019,  435-437.

Référence électronique

Christophe Guignard, « Francis Watson, The Fourfold Gospel: A Theological Reading of the New Testament Portraits of Jesus  »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/4 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsr/7689

Haut de page

Auteur

Christophe Guignard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • OpenEdition Journals