Navigation – Plan du site
Recensions

Joseph Ratzinger, Peuple et Maison de Dieu dans l’ecclésiologie de saint Augustin

trad. de l’all. par É. Iborra, préf. de J.-M. Salamito (Sed Contra), Paris, Artège Lethielleux, 2017, 453 p.
Françoise Vinel
p. 438-440
Référence(s) :

Joseph Ratzinger, Peuple et Maison de Dieu dans l’ecclésiologie de saint Augustin, trad. de l’all. par É. Iborra, préf. de J.-M. Salamito (Sed Contra), Paris, Artège Lethielleux, 2017, 453 p.

Texte intégral

1Signataire de la préface, J.-M. Salamito, spécialiste reconnu de saint Augustin, reconnaît qu’il était grand temps que ce livre soit accessible au public francophone. Cette thèse, récompensée en 1951 d’un prix décerné par la faculté de théologie de l’université de Munich, est une œuvre de jeunesse de J. Ratzinger, alors étudiant du professeur G. Söhngen, et pourtant longuement mûrie, puisque J. Ratzinger ouvre l’avant-propos de la nouvelle édition en allemand en affirmant que « les premiers travaux préparatoires à ce livre remontent à la fin des années 40 » (p. 15). La bibliographie établie par l’A. est tout à fait intéressante du point de vue historiographique, avec la place faite aux travaux de J. Harnack et H. Campenhausen ainsi qu’à plusieurs études en français parues dans les premières décennies du xxe siècle. Les références à saint Augustin sont données dans la Patrologie latine ou le CSEL (Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum) et traduites par J. Ratzinger (puis en français), de longue date lecteur d’Augustin. Ce travail sur l’ecclésiologie d’Augustin articule parfaitement et avec force, J.-M. Salamito a raison de le souligner dans sa préface, histoire et théologie : l’œuvre même d’Augustin est abordée chronologiquement, des Confessions à la Cité de Dieu en passant par la crise donatiste — pour ne citer que les étapes décisives de l’élaboration des concepts clés de sa vision de l’Église — qui imprègnera durablement la pensée de J. Ratzinger.

2Deux parties regroupent neuf chapitres. La première porte sur « Les fondements de la compréhension de l’Église chez Augustin » (p. 27-177). Les quatre chapitres qui la composent font une large place à l’approche historique : d’abord en scrutant les Confessions et les marques de l’expérience ecclésiale liée à sa conversion — puis les chapitres 3 et 4 situent Augustin dans le contexte de ses prédécesseurs dans l’Église africaine, Tertullien, Cyprien et Optat de Milève, qui précède Augustin dans le combat contre les donatistes à la fin du ive siècle. En retraçant la logique de la pensée de ces auteurs sur l’Église, l’A. en retient les accents majeurs mais c’est au fond en soulignant que s’ils sont « d’authentique[s] maillon[s]de la tradition chrétienne » (une expression employée à propos de Tertullien, p. 108), seul Augustin saura déployer les dimensions du mystère de l’Église.

3Deux « lieux » permettent de situer la maturation de l’ecclésiologie augustinienne comprise à la fois comme « peuple » et « maison ». D’abord, le combat difficile contre les Donatistes jusqu’à la Conférence de Carthage en 411 (2e partie, chap. 5), et, d’autre part, d’une façon continue mais qui trouve sa pleine élaboration dans la Cité de Dieu, « l’opposition au monde païen » (chap. 7 et 9). Si les recherches augustiniennes depuis plus d’un demi-siècle ont fait progresser notre connaissance du donatisme (font date, par exemple, les deux volumes de J.-L. Maier, Le Dossier du donatisme, parus en 1988 et 1989), cela n’invalide pas la compréhension de l’A., ni l’intuition que pour Augustin, la réalité historique de cette période troublée dans l’Afrique chrétienne est un enjeu ecclésiologique décisif, et qu’au centre du débat se trouve une question d’herméneutique scripturaire : en quel sens et avec quel appui scripturaire comprendre que l’Église est « catholique », une appellation revendiquée par les deux partis ? La réponse d’Augustin, analyse J. Ratzinger, se fait en deux temps : en faisant le lien entre plusieurs références bibliques (et principalement Lc 24, Gn 22, 18 et Ga 3, 16.29), « Augustin, dans son combat contre les Donatistes, comprit l’Église comme peuple de Dieu d’abord à partir de la justification de la catholica grâce à la promesse d’Abraham entendue chrétiennement » (p. 195) ; mais ce lien affirmé entre Abraham et le Christ exige aussi la caritas, pour édifier l’Église comme « maison de Dieu » et le chapitre 6 analyse « la théologie de l’édifice sacré chez Augustin » puis « le rattachement à la théologie biblique de la maison ». La forte charpente théologique du livre, si l’on peut filer la métaphore, se dessine ainsi page après page, et les nombreuses références à l’œuvre augustinienne données en note tracent un parcours de lecture. Les chapitres 7 à 9, seconde section de la deuxième partie, orientés par la manière dont Augustin pense l’opposition au monde païen, introduisent la réflexion sur le Christ comme unique médiateur et sur la constitution de l’Église comme corps du Christ. Celui-ci, fondement et tête de la maison, est aussi la « pierre angulaire » de cette maison à deux murs, les Juifs et les païens (p. 334-336). Impossible dans cette recension brève de détailler les facettes de la brillante démonstration faite par le « doctorant » J. Ratzinger, dont l’attention continue à l’entrecroisement d’une théologie biblique et d’une ecclésiologie christologique donne aussi à percevoir l’unité profonde de la pensée augustinienne. Dès lors l’analyse de la Cité de Dieu est au cœur des deux derniers chapitres, passant d’une présentation des différents sens de civitas et de populus (à partir du Thesaurus Linguae Latinae, que complèterait aujourd’hui l’apport de l’Augustinus-Lexikon, en cours de publication depuis 1986) et de leur mise en contexte à la question du rapport entre « civitas » et « populus ».

4La conclusion est lumineuse : « Dans la confrontation avec la religion encore vive de la polis antique, Augustin forme le concept de l’Église comme la polis chrétienne et, par là même, une nouvelle compréhension de l’Église comme peuple de Dieu. Ce peuple y est compris comme peuple cultuel, autrement dit l’Église est peuple en tant qu’elle est sacrifice » (p. 381). Que ces lignes soient une invitation à la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Joseph Ratzinger, Peuple et Maison de Dieu dans l’ecclésiologie de saint Augustin  »Revue des sciences religieuses, 93/4 | 2019,  438-440.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Joseph Ratzinger, Peuple et Maison de Dieu dans l’ecclésiologie de saint Augustin  »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/4 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsr/7713

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • OpenEdition Journals