Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/4RecensionsAgnès Lorrain, Le Commentaire de ...

Recensions

Agnès Lorrain, Le Commentaire de Théodoret de Cyr sur l’Épître aux Romains. Études philologiques et historiques

(Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur 179), Berlin, De Gruyter, 2018, 390 p.
Tiphaine Lorieux
p. 440-442
Référence(s) :

Agnès Lorrain, Le Commentaire de Théodoret de Cyr sur l’Épître aux Romains. Études philologiques et historiques (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur 179), Berlin, De Gruyter, 2018, 390 p.

Texte intégral

1Cette étude, issue d’une thèse en études grecques soutenue en décembre 2015 à l’Université Paris-Sorbonne, doit accompagner l’édition critique et la traduction française (à paraître dans les collections Die Griechischen Christlichen Schriftsteller et Sources chrétiennes) de l’In Romanos de Théodoret de Cyr.

2À plusieurs reprises, A. Lorrain insiste sur la difficulté à saisir le propos d’un commentaire exégétique linéaire qui semble à première vue se contenter de paraphraser la Lettre aux Romains. Le grand intérêt de ce volume, dont chaque chapitre constitue une étude rigoureuse abordant selon un angle différent l’In Romanos de Théodoret, consiste à en faire émerger les lignes de force et les points saillants.

3Le chapitre 1 offre une vue générale de l’In Romanos en cherchant à caractériser son mode d’interprétation. Le chapitre 2 s’intéresse à la langue de Théodoret en menant des enquêtes sémantiques, utiles aussi bien pour établir le texte critique que pour dégager des lignes d’interprétation. L’étude littéraire du prologue de l’In epistulas Pauli occupe le chapitre 3. Ce prologue général, qui introduit la série de commentaires de Théodoret sur les épîtres pauliniennes, est l’occasion d’un exposé sur l’ordre des épîtres qui met en valeur la place charnière qu’occupe l’In Romanos dans sa classification. Dans le chapitre 4, A. Lorrain rappelle à juste titre que l’état parcellaire de la documentation transmise et la difficulté d’établir de manière rigoureuse de véritables rapports de dépendance entre deux auteurs compliquent grandement la recherche des sources. Elle choisit donc de s’intéresser aux rapports d’influence, de réécriture et d’opposition que le commentaire de Théodoret entretient avec une de ses sources avérées, les homélies de Jean Chrysostome. Le chapitre 5, enfin, porte sur les éléments polémiques contenus dans l’In Romanos, dirigés contre trois cibles : Juifs, Marcionites, Ariens et Eunomiens.

4Ces études, menées avec grand sérieux, n’appellent que des remarques de détail. Ainsi, à propos de l’expression ταινιοῦν εὐφημίαις, A. Lorrain écrit : « on n’a pas trouvé d’utilisation de ταινιοῦν (ni de ταινία) au sens figuré avec un autre mot désignant l’éloge » (p. 57). Il s’en trouve cependant au moins une autre, dans le prologue de l’In XII Prophetas : Σωτὴρ […] τὴν χήραν ἐκείνην ἐταινίωσεν ἐγκωμίοις (PG 91, col. 1545 ; cette occurrence n’est pas repérable par le TLG, car une erreur de l’éditeur a remplacé ἐταινίωσεν par le fautif ἐπαινίωσεν). Cet exemple, bien qu’anecdotique, illustre la nécessité de disposer d’éditions critiques du corpus concerné pour en permettre une exploitation satisfaisante, nécessité d’ailleurs soulignée par A. Lorrain.

5Quelques chantiers laissés ouverts sont signalés tout au long des chapitres : l’étude systématique des expressions caractéristiques de Jean Chrysostome et de Cyrille chez Théodoret (p. 91), des études lexicales à poursuivre (p. 98), les analyses concernant la question de l’ordre de rédaction des épîtres pauliniennes (p. 116). En outre, A. Lorrain clôt sa conclusion générale en énumérant plusieurs pistes de recherches susceptibles d’ouvrir de nouvelles perspectives d’études : l’approfondissement des recherches sur la langue de Théodoret, notamment en rapport avec celles de ses œuvres dont l’authenticité pose problème (les Quaestiones et responsiones ad orthodoxos, l’Expositio rectae fidei, la recension longue de l’In Psalmos), et l’étude des commentaires de Théodoret sur les autres épîtres de Paul.

6Les conclusions intermédiaires à la fin de chaque sous-partie et les synthèses à la fin de chaque chapitre permettent de suivre pas à pas le raisonnement et confèrent une grande clarté à l’ensemble, tout comme les tableaux synthétiques, qui présentent notamment les arguments de Théodoret sur la chronologie des épîtres pauliniennes (p. 132-134) et sur la structure de l’Argument sur Romains (p. 220). Plusieurs index pertinents (liste des associations sémantiques remarquables, index des mots et des associations sémantiques, index des personnages bibliques…) facilitent la navigation à l’intérieur d’un volume dense et remarquable tant par les angles d’approche choisis que par l’attention portée à des exemples longuement analysés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Lorieux, « Agnès Lorrain, Le Commentaire de Théodoret de Cyr sur l’Épître aux Romains. Études philologiques et historiques  »Revue des sciences religieuses, 93/4 | 2019, 440-442.

Référence électronique

Tiphaine Lorieux, « Agnès Lorrain, Le Commentaire de Théodoret de Cyr sur l’Épître aux Romains. Études philologiques et historiques  »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/4 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/7716 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.7716

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search