Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/4RecensionsGerhard Steigerwald, Die frühchri...

Recensions

Gerhard Steigerwald, Die frühchristlichen Mosaiken des Triumphbogens von S. Maria Maggiore in Rom

Regensburg, Schnell & Steiner, 2016, 239 p.
Marcel Metzger
p. 442-443
Référence(s) :

Gerhard Steigerwald, Die frühchristlichen Mosaiken des Triumphbogens von S. Maria Maggiore in Rom, Regensburg, Schnell & Steiner, 2016, 239 p.

Texte intégral

1Le titre est incomplet, car l’étude porte aussi sur quatre mosaïques de la nef de la basilique Sainte-Marie-Majeure représentant la rencontre d’Abraham et de Melkisédek (Gn 14, 17-20), la visite des trois messagers à Abraham (Gn 18), la séparation d’Abraham et de Lot (Gn 13) et l’enfance de Moïse (Ex 2, 9-10). Mais comme un titre doit rester concis, l’éditeur ne pouvait y injecter toute cette liste ! Sur l’arc triomphal sont représentées les principales étapes de l’épiphanie du Christ, depuis les annonciations à Marie et Joseph, l’adoration des Mages, l’ordre de fuir en Égypte, le massacre des enfants de Bethléem, jusqu’à la présentation au Temple. S’y ajoute la rencontre de l’empereur Auguste et de Virgile avec l’enfant Jésus, un épisode qui n’est pas biblique, ni même historique, mais théologique. Au centre de l’arc triomphal figure une hétimasie (le trône préparé pour la parousie), encadrée par les deux apôtres Pierre et Paul et le tétramorphe, avec, sous le trône, l’inscription « Sixte, évêque du peuple de Dieu ». À la base de l’arc, de part et d’autre, les deux villes, Bethléem et Jérusalem. Ce cycle de mosaïques est une des réalisations les plus expressives de l’iconographie paléochrétienne. La liste de ses composantes en révèle l’importance et la cohérence. Le pape Sixte III (432-440) en a été le commanditaire. L’ensemble a assez bien traversé les siècles, l’essentiel a été préservé, mais des fragments ont été perdus, et d’autres, restaurés avec une fidélité relative.

2Dans cet ouvrage, l’A. publie la synthèse d’un demi-siècle de recherches iconographiques et livre une étude systématique, minutieuse et précise de cet important cycle de mosaïques. Pour chaque scène il procède à une description complète, il informe sur l’état de conservation, sur les sources bibliques et autres, sur les personnages représentés, sur les parentés avec d’autres réalisations de l’art impérial et de l’art paléochrétien, dont Ravenne. Il a décrypté avec soin les multiples messages livrés dans chaque tableau par la composition, le cadre, les personnages représentés, leurs attitudes et leurs vêtements, le décor architectural, etc.

3Le choix et la composition des scènes proclament, en une admirable synthèse, des messages théologiques. Il s’agit d’une part de la révélation de l’enfant Jésus aux païens, comme le Fils de Dieu promis et comme roi, réalisant les annonces de leurs propres prophètes, la Sibylle et Virgile, et d’autre part de la réception de cette révélation par les représentants de l’empire romain et des royaumes étrangers, respectivement l’empereur Auguste et les Mages. En outre, ce programme iconographique a enregistré les incidences des conflits théologiques de l’époque, par la proclamation de l’union de la divinité et de l’humanité dans la personne du Christ au concile d’Éphèse en 431, contre Nestorius, et ses conséquences, dans la reconnaissance de Marie comme Théotokos.

4Le titre du pape, « évêque du peuple de Dieu », au centre et au sommet de ce programme iconographique, manifeste la fonction alors assumée par les papes à Rome, dans le contexte du transfert de l’autorité impériale dans d’autres villes de l’empire, et suite aux invasions barbares, avec le sac de la ville par Alaric (410). En lieu et place de la Rome des cultes ancestraux, ce cycle de mosaïques illustre l’avènement de la ville chrétienne. La représentation de l’adoration des Mages est particulièrement expressive à cet égard, en raison de la mise en scène du Christ enfant, siégeant sur un trône impérial. S’y ajoute la configuration topographique, la basilique Sainte-Marie-Majeure ayant été édifiée sur une des collines dominant l’ancien centre urbain, l’Esquilin. Ainsi, du populus romanus païen la population de la ville a évolué vers la plebs Dei.

5Ce n’est donc pas seulement un magnifique ouvrage d’art que l’A. livre aux lecteurs, mais aussi une admirable synthèse théologique, manifestant combien l’iconographie chrétienne antique a su traduire visuellement l’épiphanie du Christ, dans toutes ses dimensions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Gerhard Steigerwald, Die frühchristlichen Mosaiken des Triumphbogens von S. Maria Maggiore in Rom »Revue des sciences religieuses, 93/4 | 2019, 442-443.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Gerhard Steigerwald, Die frühchristlichen Mosaiken des Triumphbogens von S. Maria Maggiore in Rom »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/4 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/7729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.7729

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search