Navigation – Plan du site
Recensions

Christoph Theobald, L’Europe terre de mission. Vivre et penser la foi dans un espace d’hospitalité messianique

trad. de l’all. par R. Kremer, Paris, Cerf, 2019, 429 p.
Jean-Dominique Durand
p. 444-445
Référence(s) :

Christoph Theobald, L’Europe terre de mission. Vivre et penser la foi dans un espace d’hospitalité messianique, trad. de l’all. par R. Kremer, Paris, Cerf, 2019, 429 p.

Texte intégral

1Le nouvel ouvrage de haute volée théologique de C. Theobald, paru en allemand sous le titre Christentum als Stil: für ein Zeitgemäßes Glaubensverständnis in Europa (Freiburg, Herder, 2018), se situe dans la filiation du livre fameux des pères Henri Godin et Yvan Daniel, publié en 1943, La France, pays de mission ? (Lyon, Éditions de l’Abeille, rééd. Paris, Karthala, 2014). Il établit « une sorte de fil conducteur » qui va de ce livre, fruit d’un rapport sur l’état spirituel du pays remis à l’archevêque de Paris, le cardinal Suhard, « jusqu’à l’exhortation Evangelii gaudium du pape François [2013], en passant par le Décret sur l’activité missionnaire de Vatican II [Décret Ad gentes, 1965] et l’instruction matricielle Evangelii nuntiandi du pape Paul VI [1975] » (p. 90). Il pose le même regard sur l’Europe d’aujourd’hui, en partant des questions posées par François dans ses discours au Parlement européen et au Conseil de l’Europe en 2014 : « À l’Europe, nous pouvons demander : où est ta vigueur ? Où est cette tension vers un idéal qui a animé ton histoire et la rendue grande ? Où est ton esprit d’entreprise et de curiosité ? Où est ta soif de vérité, que jusqu’à présent tu as communiquée au monde avec passion ? ». Ce questionnement se trouvait lui-même en résonnance avec la question posée par Jean Paul II en 1980 : « France, qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? ». On ne peut que s’étonner du reste de l’absence dans cet ouvrage, de références au magistère de Jean-Paul II qui n’a jamais cessé de s’interroger sur l’Europe. Cette absence du pape polonais est d’autant plus surprenante que comme lui, et comme Benoît XVI, l’A. interroge les racines « culturelles et religieuses de l’identité européenne » (p. 8).

2Il est vrai que sa démarche n’est pas historique, mais théologique. Il identifie une crise de l’Europe « qui est aussi une crise de la manière d’être chrétien en Europe » (p. 9), qui porte en elle un risque de décomposition s’il n’y a pas une « réforme » de la manière de vivre l’Évangile. Ne s’agit-il pas désormais « de convaincre des citoyens libres en leur montrant que la foi dans l’Évangile de Dieu recèle une vitalité insoupçonnée ? », et donc de « solliciter l’hospitalité pour notre foi », « à l’instar des premiers chrétiens » (p 11).

3L’ouvrage se divise en cinq chapitres. Le premier propose un état des lieux, un diagnostic — sévère — de la situation du christianisme en Europe, entre diaspora (« Église de tous les païens et parmi les païens, Église mondiale et partout en minorité » [p. 28]), exculturation (« l’abîme entre une masse non chrétienne et nos communautés s’agrandit » [p. 29]), crise de crédibilité. Il y a donc nécessité de repenser la « pastoralité » à partir de Vatican II (Dei Verbum et Gaudium et Spes), et la perception « stylistique » de la foi, concept cher à l’auteur. Le deuxième chapitre traite de la foi et de la mission en centrant la réflexion sur la question européenne. Les deux chapitres suivants sont consacrés aux défis majeurs auxquels l’Europe est confrontée en termes de transmission de la foi, et d’interrogation missionnaire : le pluralisme religieux, fait nouveau avec notamment l’installation récente de l’islam, et les défis écologiques et transhumanistes. Pour l’A., la mission n’est pas nécessairement prosélyte, mais elle doit prendre en compte la personnalité et les besoins de ceux auxquels elle s’adresse. Le dernier chapitre porte sur l’Église en devenir. Chacun des chapitres a un rythme répétitif de l’un à l’autre, passant d’analyses de contexte, à l’approche stylistique, et aux implications sur le plan de la théologie fondamentale. Ce rythme soutient l’attention du lecteur qui peut être gêné dans sa lecture par le style de l’A. qui n’est pas toujours facile.

4Après les deux guerres mondiales au xxe siècle qui ont entraîné l’effondrement d’un ordre du monde millénaire, alors que progresse « une vision agnostique du monde » (p. 382), l’A. fait partager sa conviction que face à des défis tels que le développement en Europe de religions non chrétiennes (l’islam), de la non croyance, de nouvelles visions du monde comme le transhumanisme ou l’écologisme, le christianisme doit, en reprenant le « style » d’accueil de tous de Jésus Christ, « proposer concrètement sa contribution » à l’Europe (p. 383). Pour l’auteur, théologien jésuite, l’enjeu est de montrer qu’il est possible de proposer la foi dans le contexte européen actuel. Il ne cite pas l’encyclique Ecclesiam Suam de Paul VI (6 août 1964) mais il se situe dans la voie d’une Église qui entend se faire à la fois message et dialogue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Dominique Durand,
« Christoph Theobald, L’Europe terre de mission. Vivre et penser la foi dans un espace d’hospitalité messianique »
Revue des sciences religieuses,
93/4 | 2019,  444-445.

Référence électronique

Jean-Dominique Durand, « Christoph Theobald, L’Europe terre de mission. Vivre et penser la foi dans un espace d’hospitalité messianique »
Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/4 | 2019,
mis en ligne le 01 décembre 2019,
consulté le 25 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/rsr/7740

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals