Navigation – Plan du site
Recensions

Philippe-Marie Margelidon (dir.), Le miracle et la foi. Actes du colloque des 21-22 octobre 2016 à Rocamadour

Toulouse — Paris, Les Pressses universitaires [de l’]Institut catholique de Toulouse – Artège Lethielleux, 2017, 382 p.
Jacques Ahiwa
p. 445-447
Référence(s) :

Philippe-Marie Margelidon (dir.), Le miracle et la foi. Actes du colloque des 21-22 octobre 2016 à Rocamadour, Toulouse — Paris, Les Pressses universitaires [de l’]Institut catholique de Toulouse – Artège Lethielleux, 2017, 382 p.

Texte intégral

1Miracle et foi. Le sujet paraît ancien, mais il continue d’interroger au regard des phénomènes surréalistes qui se produisent dans la vie de certaines personnes ou en certains lieux. La question était au cœur du colloque organisé par l’Institut catholique de Toulouse les 21 et 22 octobre 2016 à Rocamadour, et dont les actes font l’objet du présent ouvrage. Publié sous la direction de P.-M. Margelidon, il rassemble onze contributions de grande qualité, qui abordent la question du statut du miracle dans le christianisme, sa nécessité dans la révélation de Dieu, sa signification anthropologique et religieuse, son rapport à la foi à travers l’histoire de l’Église, depuis la période patristique jusqu’aux temps modernes en passant par le Moyen Âge. À ces onze contributions scientifiques s’ajoute le mot d’ouverture de Mgr L. Camiade, évêque de Cahors, qui expose trois préoccupations pastorales essentielles, à savoir le rapport du miracle à la réalité, la possibilité du miracle pour un monde encore humain et les mots pour traduire le miracle.

2Le dossier proprement dit s’ouvre sur Origène, un Père de l’Église qui a clairement posé le problème du rapport entre miracle et foi. Dans son ouvrage Contre Celse, il déboute admirablement, avec des arguments basés sur la raison, les thèses du philosophe païen Celse qui, dans son Discours véritable contre les chrétiens, rejetait les miracles comme signe de la divinité de Jésus. Il témoigne ainsi que les miracles sont dignes de foi (D. Vigne). Quant à Maxime le Confesseur, il présente les miracles du Christ comme des actes théandriques. Inspirée de la pensée du Pseudo-Denys et de Jean Damascène, sa théologie du miracle aurait inspiré celle de saint Thomas d’Aquin. Dans la réalisation du miracle, il souligne une relation très forte entre le divin et l’humain (E. Ayroulet).

3Le dossier hagiographique de Bernard de Clairvaux lui attribue un florilège de 260 miracles lors de la prédication de la deuxième croisade en Allemagne. Le regard de l’historien (J.-H. Foulon) interroge l’authenticité de ces faits en analysant le vocabulaire des récits, leur contexte religieux et leur sens théologique. Il se pose alors la question du discernement du miracle. Pascal en livre quelques critères dans des fragments des Pensées. En plus de la foi, l’autre critère essentiel de discernement du miracle est la charité (J.‑C. Nadaï). Quant au grand dévot de la Vierge Marie, Louis-Marie Grignon de Montfort, dans son enseignement, d’orientation essentiellement pastorale, voit en Marie un signe et un instrument du miracle de Dieu (E. Richer).

4Cependant, pour une véritable doctrine du miracle, il faut interroger l’œuvre de saint Thomas d’Aquin. Celui-ci propose deux éléments à considérer comme inhérents au miracle : ce qui est produit et qui dépasse le pouvoir de la nature et ce en vue de quoi le miracle est réalisé. Pour lui, si le miracle n’est pas indispensable à la foi, il la soutient et lui donne sens (P.‑M. Margelidon). Dans la continuité de cette réflexion théologique sur le miracle, toujours remise à jour, le théologien Hans Urs von Balthasar présente dans La gloire et la croix les miracles de Jésus à la fois comme manifestation de la gloire de Dieu, enjeu pour la foi, porteur de l’événement pascal, et comme actualisation des sacrements (B. Gautier). Sous un autre angle, on pourrait soumettre à l’intelligence humaine « une quadrature divine : toute-puissance et miracle, omniscience et prophétie » (G. Narcisse). L’enjeu est la reconnaissance de ces quatre preuves ou signes de la révélation divine, non par la foi, mais par l’intelligence humaine. L’autre question porte sur les critères de différenciation entre les prodiges des démons et les miracles divins. Le De potentia de saint Thomas d’Aquin en fournit quelques éléments (J.-B. Golfier).

5Tout compte fait, la valeur apologétique du miracle reste toujours d’actualité. Elle est à réévaluer à travers la méthode dite classique (G. Woimbée). Dans ce débat, le droit canonique n’a pas été oublié. Le regard du canoniste a permis de situer « la nature juridique du miracle dans le modus procedendi des causes de canonisation », surtout dans son évolution à travers les différentes périodes de l’histoire de l’Église (B. Callebat).

6La qualité scientifique de l’ouvrage ne souffre d’aucun doute au regard de la riche variété des contributions sur le même thème. Il a surtout le mérite d’instruire le lecteur sur la notion du miracle dans la pensée de certaines grandes figures de l’Église, à travers les différentes époques de l’histoire. Il remet ainsi au goût du jour un sujet tant examiné. Toutefois, tout en respectant le choix éditorial des organisateurs, on peut tout de même regretter que ce colloque n’ait pas donné la parole à une contribution d’ordre exégétique, les miracles de Jésus étant avant tout portés par des récits bibliques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Ahiwa, « Philippe-Marie Margelidon (dir.), Le miracle et la foi. Actes du colloque des 21-22 octobre 2016 à Rocamadour »Revue des sciences religieuses, 93/4 | 2019,  445-447.

Référence électronique

Jacques Ahiwa, « Philippe-Marie Margelidon (dir.), Le miracle et la foi. Actes du colloque des 21-22 octobre 2016 à Rocamadour »Revue des sciences religieuses [En ligne], 93/4 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rsr/7752

Haut de page

Auteur

Jacques Ahiwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • OpenEdition Journals