Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/1RecensionsÉlisabeth Parmentier –Pierrette D...

Recensions

Élisabeth ParmentierPierrette Daviau –Lauriane Savoy (dir.), Une Bible des femmes. Vingt théologiennes relisent des textes controversés

Genève, Labor et Fides, 2018, 288 p.
Françoise Laurent
p. 91-92
Référence(s) :

Élisabeth ParmentierPierrette Daviau –Lauriane Savoy (dir.), Une Bible des femmes. Vingt théologiennes relisent des textes controversés, Genève, Labor et Fides, 2018, 288 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage appelle une grande attention. Sa thématique, sa qualité, son actualité le désignent comme un point de référence pour la lecture de la Bible, les enjeux ecclésiologiques, l’anthropologie contemporaine, les questions de société. Il recueille un héritage, celui de la Woman’s Bible parue en 1898, dans lequel vingt femmes avaient commenté en les réinterprétant les textes bibliques traitant des femmes. Il s’en différencie aussi et le fait fructifier par l’apport des progrès de l’exégèse, les interrogations critiques incontournables des femmes d’aujourd’hui qui engagent la relation homme – femme, la diversité des confessions (protestantes et catholiques), des enracinements culturels (Europe, Afrique, Québec) et professionnels, des états de vie, âges, sensibilités.

2Une vingtaine de femmes reprennent donc avec finesse et profondeur des textes bibliques controversés. Leur respect des Écritures écarte toute critique étroite mais valorise un regard renouvelé qui éclaire des aspects occultés, libérant ainsi de compréhensions unilatérales ou faussées. Les approches conjuguent un ou plusieurs passages bibliques avec une thématique intéressant plus spécifiquement mais pas exclusivement les femmes. L’accent peut être alors plus exégétique, spirituel, anthropologique ou sociologique, au gré des compétences et des genres littéraires. Mais l’articulation entre réflexion théologique et ancrage dans des réalités concrètes est toujours honorée. Les chapitres sont autonomes et laissent libre l’ordre de la lecture.

3Une étude fondamentale, en ouverture, aborde les visages féminins de Dieu élargissant ainsi son image à partir des notions que sont la rouah ou l’Esprit, la Shékinah, représentation du Divin féminin, la Hokmah, Sagesse, avec sa personnification et son lien à la vie. Des femmes mystiques du xie au xiiie siècle en sont des témoins, nourrissant aussi la spiritualité. Celle-ci aujourd’hui trouve un lieu privilégié dans l’attention à la Création (écospiritualité). Le corps est un champ de réflexion théologique important, la pudeur, le vêtement (cf. 1 Tm 2, 8-10 ; 1 P 3, 1-4), la beauté (Sarah, Rébecca, Bethsabée, Esther…) qui en dit la valeur positive et sort des discours seulement masculins. L’archétype de la femme fatale est revu par une reprise juste, nuancée, sans concession des textes, excluant les clichés destructeurs (Ève, Jézabel, Athalie, la femme de Potiphar, Dalila, Yaël, Judith…). Des qualités sont redistribuées, comme le courage, celui de la mère des sept fils (2 M), permettant ainsi de repenser les notions de féminité et de masculinité qui sont au cœur de l’actualité. L’audace de la femme souffrante et isolée en Mc 5, 24 marque la subversion de la violence par Jésus tandis que les initiatives de femmes étrangères (Tamar, Rahab, Ruth) avec leur place dans la généalogie de Jésus et la réalisation des promesses éclairent le rapport à l’étranger — ou à l’étrangère.

4L’A. repense les rôles des femmes dans la société et dans l’Église en s’appuyant sur l’interprétation de textes connus à travers le point de vue de femmes engagées, attentives à des situations souvent ignorées ou à des aveuglements de lecture. Deux passages sensibles sont comme restaurés dans leur force transformante. C’est la rencontre de Jésus avec Marthe et Marie (Lc 10, 38-42 ; cf. aussi Jn 11 – 12) : accent sur la possibilité réelle de choix pour ces femmes, référence à des fonctions dans l’Église primitive, service du Christ. C’est le propos de Paul en Ep 5, 21-33 sur la subordination avec la puissance subversive de l’analogie du Christ et de l’Église, amour et don, subordination mutuelle, appartenance baptismale, et la vocation originelle à l’unité et au vis-à-vis (Gn 2). La fonction missionnaire des femmes est restituée (Houlda, Marie de Magdala), rôle prophétique, autorité de leur parole, qualité d’apôtre, en des points essentiels de la foi tandis que la Samaritaine et le couple Priscille et Aquila offrent des modèles d’envoi en mission hors des préjugés, essentiels en des contextes sociologiques concrets.

5La vie, le corps, la Parole incarnée disent une plénitude anthropologique, théologique et christologique sur la base de faits engageant femme et homme : stérilité, fécondité, adoption, maternité, virginité. Le sens est redit en profondeur. Avec originalité l’ouvrage s’achève en donnant à Marie la parole pour relire en le transcendant le problématique propos de 1 Tm 2 sur la maternité salutaire et Gn 2. Éclairage puissant sur la figure de Marie, de toute femme, de tout croyant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Laurent, « Élisabeth ParmentierPierrette Daviau –Lauriane Savoy (dir.), Une Bible des femmes. Vingt théologiennes relisent des textes controversés »Revue des sciences religieuses, 94/1 | 2020, 91-92.

Référence électronique

Françoise Laurent, « Élisabeth ParmentierPierrette Daviau –Lauriane Savoy (dir.), Une Bible des femmes. Vingt théologiennes relisent des textes controversés »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/1 | 2020, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/7869 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.7869

Haut de page

Auteur

Françoise Laurent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search