Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/1RecensionsJordan Hillebert (éd.), T&T Clark...

Recensions

Jordan Hillebert (éd.), T&T Clark Companion to Henri de Lubac

(T&T Clark Companions), London, Bloomsbury T&T Clark, 2017, xix, 492 p.
Bertrand Dumas
p. 97-98
Référence(s) :

Jordan Hillebert (éd.), T&T Clark Companion to Henri de Lubac (T&T Clark Companions), London, Bloomsbury T&T Clark, 2017, xix, 492 p.

Texte intégral

1Comme son nom l’indique, l’ouvrage dirigé par J. Hillebert se présente comme un guide de la pensée lubacienne à destination des universitaires anglophones. Il regroupe vingt contributions, surtout dues à des théologiens, réparties en trois parties d’inégale longueur : 1. de Lubac en son contexte ; 2. les thèmes-clefs de la pensée lubacienne ; 3. l’héritage théologique de Lubac.

2Tout d’abord, on peut souligner qu’il s’agit là d’un outil précieux : bien écrit, muni d’une bibliographie et d’un index, l’ensemble forme un volume à la fois clair et utile. La mise en perspective historique et théologique permet d’entrer dans une œuvre complexe (40 volumes !). À l’exception du bouddhisme sans doute (cf. p. 247), les thèmes choisis sont très représentatifs des lignes de force de la pensée de Lubac et traités avec une bonne connaissance de l’œuvre. Fidèle à son ambition d’offrir à la fois une vue générale d’un grand auteur et des pistes de travail précises, nul doute que ce nouveau volume des guides T&T Clark ne rende là un précieux service à la communauté académique, notamment non francophone.

3On notera aussi qu’il s’agit là d’une réception créative de l’œuvre lubacienne. À la différence des nombreuses études italiennes et françaises sur de Lubac, le présent volume regroupe des contributions marquées par leur contexte anglophone : l’appropriation de Lubac par le mouvement de Cambridge connu sous le nom de Radical Orthodoxy, bien sûr (p. 393-418), mais aussi la question du rapport de Lubac au protestantisme (p. 373-392) ou encore la problématique assez typique du politique dans la pensée lubacienne (p. 419-444), question que l’auteur lui-même n’abordait que très peu (p. 461). Malgré un risque d’effet-loupe et quelques exagérations concernant cette importance supposée du politique en soi (p. 113-118), on constate avec intérêt la fécondité de l’œuvre lubacienne dans un contexte culturel différent. En tout cas, ce volume confirme — s’il en était besoin — la vigueur des études lubaciennes et l’émergence d’une génération de spécialistes dans le monde anglophone. D’une certaine manière, le P. de Lubac n’appartient plus seulement à la sphère italo-française qui ont toutes deux bénéficié d’« œuvres complètes » ; c’est heureux.

4En revanche, cette différence de contexte n’est pas sans soulever quelques difficultés. À l’exception notable d’une minorité (A. Riches, G. Simmonds, J.‑Y. Lacoste et N. O’Sullivan), et sauf erreur de notre part, les contributeurs semblent visiblement mal à l’aise avec le français et, plus largement, avec tout ce qui n’est pas écrit en anglais. Certes, on comprend le propos pédagogique d’un livre qui s’adresse au monde anglophone, mais cela n’excuse pas tout ! Tout se passe comme s’il n’y avait pas eu des décennies de travail et une collection française dédiée aux « Études lubaciennes » : les spécialistes reconnus comme Cholvy, Gomes, Guibert, Moulins-Beaufort, Wagner et bien d’autres sont cités en fin de volume mais ils ne sont — sauf exception rarissime — ni lus ni utilisés (à l’exception de Sales et de Chantraine, repérés comme historiquement proches du P. de Lubac). Autre conséquence : le fait que les contributeurs n’aient accès ni à l’intégralité des textes lubaciens, ni à des traductions toujours fiables, peut dans certains cas fausser la perspective de lecture. Ainsi, dans une contribution par ailleurs excellente dédiée à la mystique (p. 307-325), B. Hollon s’appuie sur un texte « classique » de Lubac intitulé Mystique et mystère. Cependant, il ignore non seulement qu’il y a trois versions françaises différentes de ce texte et quatre inédits préparatoires (cf. B. Dumas, Mystique et théologie d’après Henri de Lubac [Œuvres complètes 8], Paris, Cerf, 2013, p. 153-188), mais encore qu’en français, de Lubac en arrive à différencier « mystique » et « mysticisme ». Ce qui, en anglais, est rendu par le seul mot de « mysticism », favorisant in fine une lecture fautive du texte (p. 319). Remarque connexe : pour pallier ces limites, sans doute y aurait-il lieu à l’avenir de favoriser davantage les coopérations internationales dans le domaine des études lubaciennes.

5En tout cas, ces critiques ne doivent pas nous faire bouder notre plaisir. Il s’agit là d’un beau volume destiné à trouver place dans les bibliothèques universitaires, à la fois outil de travail et « vitrine » d’une pensée lubacienne toujours actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Dumas, « Jordan Hillebert (éd.), T&T Clark Companion to Henri de Lubac  »Revue des sciences religieuses, 94/1 | 2020, 97-98.

Référence électronique

Bertrand Dumas, « Jordan Hillebert (éd.), T&T Clark Companion to Henri de Lubac  »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/1 | 2020, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/7926 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.7926

Haut de page

Auteur

Bertrand Dumas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search