Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88/3Liminaire

Liminaire

Éthique et économie
Marc Feix et René Heyer
p. 293-296

Texte intégral

1Depuis une quarantaine d’années, les économies dites développées sont malmenées par des évolutions qui semblent leur échapper, tandis que les politiques des démocraties occidentales peinent à intervenir sur le terrain de l’économie, tant au plan national qu’international. La « crise », censée caractériser le passage d’un état à un autre, paraît s’installer durablement. Paradoxe d’une situation éphémère qui devient l’horizon quasi permanent de toute réflexion en ces domaines. Il est alors souvent fait appel aux valeurs éthiques pour tenter de corriger les excès du capitalisme. Financiarisation de l’activité, délocalisations, plans massifs de licenciement, harcèlements moraux, management défaillant, parachutes dorés, stocks options etc. seraient autant de symptômes d’un déficit de morale. Le pape François, dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium du 24 novembre 2013, le rappelle avec force en renvoyant à l’interdit primordial : « De même que le commandement de “ne pas tuer” pose une limite claire pour assurer la valeur de la vie humaine, aujourd’hui, nous devons dire “non à une économie de l’exclusion et de la disparité sociale”. Une telle économie tue » (n° 53). « Pour pouvoir soutenir un style de vie qui exclut les autres ou pour pouvoir s’enthousiasmer avec cet idéal égoïste », poursuit le pape, « on a développé une mondialisation de l’indifférence » (n° 54). Paroles fortes, qui viennent après de timides prises de conscience des milieux économiques, préoccupés de l’image qu’ils donnent. Mais suffit-il d’élaborer des règles déontologiques, des codes de conduite, des catalogues de bonnes pratiques, des chartes éthiques ou des accords de responsabilité sociale pour « moraliser » le capitalisme ?

2Le présent numéro de la Revue des sciences religieuses interroge les différentes facettes de cette situation. On notera d’abord que les acteurs économiques et sociaux proches de l’Église n’ont pas cessé d’avancer la morale comme norme de la pratique professionnelle et des relations sociales au sein de l’entreprise, et ils continuent de s’interroger sur les choix qui relèvent de leur responsabilité. Mais l’évolution des rapports du capital et du travail avec la prépondérance prise par les flux financiers sur les circuits économiques amène à questionner la théorie économique elle-même et sa prétention scientifique à dégager des « lois » de l’activité ; Jean-Paul II s’en inquiétait déjà. Enfin, et c’est une attitude assez récente, des initiatives sont prises pour agir sur le lien même entre théorie et pratique de manière à faire bouger non seulement les priorités, mais les habitudes, non seulement les protocoles, mais les relations : afin qu’il soit question de morale et pas seulement de profit, l’humain doit retrouver sa place à la fois d’agissant, de désirant et de parlant.

3Pour cela, il faut sans doute commencer par dire que l’économie n’est pas seulement l’économie. Telle est la thèse que soutient Jean-Pierre Dupuy en prenant au pied de la lettre la prétention de l’économie à exister de façon indépendante – indépendante en particulier du politique. Ce qui revient pour elle à revendiquer l’essentiel du lien social. On peut vouloir rabattre cette prétention comme indue, sans autre examen ; mais à la regarder en face, on voit qu’elle implique l’utopie rassembleuse de la croissance indéfinie et de l’expansion continue. Or cette fin sans fin qui a la capacité d’unifier des croyances contradictoires n’est pas elle-même économique, on pouvait s’en douter. Et cette fin sans fin n’est plus bientôt que fuite en avant – Jean-Pierre Dupuy en fait la démonstration implacable – dès lors que son horizon se fissure du fait, d’abord, des atteintes irréversibles portées à la nature et, ensuite, de la montée de la violence entre les hommes, laissée à découvert par le reflux de la parole politique.

4L’auto-référencialité de la rationalité économique déboucherait ainsi sur une désastreuse irrationalité, faute d’assumer la part de croyance dont elle s’autorise et qu’elle dissimule. Le cadre d’analyse posé par Jean-Pierre Dupuy réévalue la portée de l’éthique en économie : il ne s’agit pas que d’agir vertueusement dans un domaine supposé neutre, l’économie a elle-même d’emblée une portée anthropologique. Les contributions suivantes dans le numéro sont toutes marquées par cette conviction.

5Qu’en est-il d’abord des multinationales dont la puissance économique dépasse celle de nombreux États et leur confère un poids politique conséquent ? Elles agissent dans le cadre d’un capitalisme financiarisé et mondialisé qui s’affranchit des frontières étatiques. Cécile Renouard aide à envisager les différentes responsabilités éthiques et politiques des entreprises dans un contexte de reconfiguration du droit mondial. Une juridicisation de la responsabilité des entreprises apparaît dans le champ politique. À travers l’exemple d’initiatives très concrètes lancées dans le textile (au Bangladesh en particulier), l’auteur montre que les choses sont plus complexes et intriquées qu’il n’y paraît et qu’elles affectent directement les biens communs mondiaux à transmettre.

6Si la responsabilité sociale se développe au sein des entreprises multinationales, elle est prise en compte depuis bien plus longtemps dans des contextes locaux et de petites structures. Nathalie Geneste, Marie-Christine Monnoyer et Emmanuel Pic soutiennent la thèse que cette approche « sociétale » est un « héritage direct » du paternalisme du xixe siècle. Mais cette posture éthique ne suffit pas davantage à fonder intégralement une communauté solidaire dans le quotidien de la vie des personnes qui concourent à l’activité. L’entreprise n’est pas destinée à s’accomplir dans la communauté : c’est sa limite. Les piliers économiques, sociaux et environnementaux de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) peuvent néanmoins soutenir la réflexion et l’action des entrepreneurs et de leurs équipes, qui souhaitent donner à leur activité managériale le sens d’une véritable création humaine. Devant ce nouveau constat de réponse partielle, faut-il se tourner alors vers le droit, et particulièrement celui du travail, pour y trouver trace d’une imprégnation morale ? C’est en tout cas l’option que prend délibérément Christian Leroy : s’interrogeant pour savoir si la crisis actuelle ne précéderait pas une metanoïa, il en voit les signes avant-coureurs dans les dimensions proprement morales du droit du travail et des accords interprofessionnels tels qu’ils ont été établis récemment en France. À les lire de cette façon, ces éléments du droit constitueraient les principes d’un possible retournement éthique, voire spirituel, tant au plan individuel que collectif.

7Comment accompagner alors ce questionnement ? Michel Dagras livre ses réflexions à partir de son expérience de théologien mais aussi de conseiller spirituel d’un mouvement ecclésial, les Entrepreneurs et Dirigeants chrétiens. Dans un contexte où les variables de gestion conduisent à des effets déterminants sur les performances organisationnelles des entreprises, l’accompagnement n’est pas chose facile. Entre directivité, simples paroles d’encouragement et laisser-faire, des formes d’accompagnement respectueuses et critiques sont à trouver, qui répondraient à l’attente des dirigeants et décideurs confrontés à des situations professionnelles et humaines difficiles. L’expérience concrète de ce terrain d’étude, le mouvement apostolique, permet d’envisager cette microstructure comme une cellule de base ecclésiale : une « ecclésiole », selon le joli terme de Michel Dagras.

8Il reste alors à passer ou à repasser de la microstructure à la macrostructure institutionnelle, ce que tente de faire Marc Feix. Il décrit une Église qui se veut plus instituante qu’instituée, qui entre dans les débats de société, qui se risque même à parler sur la question des théories économiques, et pas seulement en rappelant l’interdit négatif d’exclure. La recherche du bien commun ne serait-elle pas un point de rencontre possible entre la théorie économique et le discours social de l’Église catholique ? Confirmant les pistes données dans l’encyclique Caritas in veritate de Benoît XVI en 2009, l’économiste italien Stefano Zamagni essaie de réintroduire la pensée de la réciprocité dans le calcul économique ; il montre qu’elle existait déjà chez un contemporain d’Adam Smith, Antonio Genovesi, sous le nom d’économie civile. C’est une pensée qui implique de réintroduire les acteurs dans le comptage économique, le bien commun étant fonction de la participation de chacun et non d’abord de la production de richesses. Elle va jusqu’à compter la gratuité comme phénomène économique limite, qui n’établirait que du lien. En d’autres termes, une économie qui exclurait d’emblée le don serait une économie tronquée.

9L’intitulé du présent numéro aurait pu être « économie et éthique » : on comprend en effet spontanément que le domaine des échanges vitaux donne forme aux considérations éthiques, et non l’inverse. Changer l’ordre des termes ne signifie pas faire prévaloir les bons sentiments sur le réalisme prétendu ; c’est donner à penser – comme les contributions ici rassemblées y mènent – que l’économie se justifie toujours plus ou moins par l’éthique, quitte à mentir, à tromper ou à se mentir. Décidément, l’économie est plus que l’économie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix et René Heyer, « Liminaire »Revue des sciences religieuses, 88/3 | 2014, 293-296.

Référence électronique

Marc Feix et René Heyer, « Liminaire »Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/3 | 2014, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/8104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.8104

Haut de page

Auteurs

Marc Feix

Articles du même auteur

René Heyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search