Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88/3RecensionsMarc Faessler, Qohélet philosophe...

Recensions

Marc Faessler, Qohélet philosophe. L’éphémère et la joie. Commentaire herméneutique de l’Ecclésiaste

Genève, Labor et Fides, coll. « Essais bibliques, 47 », 2013, 272 p.
Françoise Laurent
p. 407-408
Référence(s) :

Marc Faessler, Qohélet philosophe. L’éphémère et la joie. Commentaire herméneutique de l’Ecclésiaste, Genève, Labor et Fides, coll. « Essais bibliques, 47 », 2013, 272 p.

Texte intégral

1Avec son titre stimulant, un peu provocant aussi, « Qohélet philosophe », l’étude de Marc Faessler, théologien et pasteur, cultive avec force et profondeur la dimension philosophique spécifique et incontournable de ce livre biblique. Sans faire de Qohélet un philosophe à l’instar du monde grec, il montre qu’est à l’œuvre une « véritable pensée philosophique ». S’attachant à la littéralité du texte, son approche herméneutique « arrache » (p. 210) à l’implicite cette pensée qui « intègre dans sa logique tous les aspects soi-disant contradictoires de l’ouvrage » (p. 8). L’éphémère et la joie en sont les notes majeures dans le contraste entre l’inconsistance de l’être et le surgissement de la joie comme métaphore et révélation de la Transcendance.

2L’essai de traduction philosophique qui renonce au terme de vanité pour celui de buée, souvent associée à éphémère ou évanescente, surprend parfois mais rend à l’expression sa charge conceptuelle : Quid, l’Il-y-a, néant, le tout, le Bien… Attentive au lexique, aux procédés, formes et figures littéraires, la lecture cherche surtout à saisir « l’entre-dit des subtiles sollicitations sous-jacentes » (p. 43) pour faire émerger la pensée conceptuelle. Qo 1-3, objet d’un chapitre consistant, en forme l’assise, le « traité philosophique ». Les mots que Qohélet surdétermine dans un travail réflexif révèlent plusieurs niveaux de sens dévoilant ainsi pour le terme clef, hèvèl, « l’inconsistance ontologique et éthique de l’être et des êtres » (p. 23) avec, sous-jacente, une allusion à Abel (Gn 4). Une façon nouvelle de penser le temps est mise au jour dans le lien entre temps et désir où se joue la responsabilité éthique de l’humain. Et la joie prend une force singulière, philosophique et théologique, comme ce qui survient toujours de façon inopinée, véritable manifestation de la Transcendance qui la donne. Les trois chapitres suivants respectivement consacrés à Qo 4,1-7,15, 7,16-9,12 et 9,13-12,8 placent au centre du regard sur les diverses situations humaines le motif de la joie, comme une énigme, don et réponse de Dieu, irradiant la buée évanescente de l’éphémère (cf. p. 181) et l’inconsistance engendrée par ces situations. La joie est à cet égard l’objet d’une réflexion, voire d’une méditation fine que développent quatre digressions, philosophique, existentielle, théologique, eschatologique et qui la distingue clairement du carpe diem. Au long de toute l’étude, les données capitales de la réflexion de Qohélet, le hèvèl, le profit, l’interrogatif « quoi », il y a, le bien, la négation, le temps sont objets d’interprétation philosophique et de définitions conceptuelles. Le mot Dieu qui reste irréductible renvoie à « l’énigme insondable de la Transcendance » (p. 166). Le double épilogue enfin ressaisit l’intuition philosophique fondamentale de Qohélet.

3Nous aimerions soulever deux points. La notion d’éphémère est essentielle dans l’interprétation. Elle est articulée à l’inconsistance et aux apparences et soutenue de plus par une hypothèse sur une influence conjuguée de l’hellénisme et de l’Inde. On peut se demander pourtant si, bien qu’importante, elle ne domine pas trop la compréhension du hèvèl dont les motivations, larges, relèvent d’un regard spécifique à Qohélet ? Peut-on la privilégier comme « pierre de touche de l’enjeu philosophique de l’époque » choisie par ce dernier (p. 215) ? Peut-elle faire figure de concept unificateur ? Par ailleurs, si la démarche appelle naturellement un effort de lecture serrée, il est dommage de se heurter à l’une ou l’autre formulation difficile à saisir, le langage conceptuel qui interprète risquant ici ou là de devenir quelque peu inaudible.

4Mais cet ouvrage a le grand intérêt d’appréhender l’élaboration d’une pensée à laquelle il apporte un éclairage suggestif, d’entrer dans sa cohérence à travers les disparités, d’en mesurer la portée véritablement philosophique soulignant ainsi une évolution importante de la réflexion sapientielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Laurent, « Marc Faessler, Qohélet philosophe. L’éphémère et la joie. Commentaire herméneutique de l’Ecclésiaste »Revue des sciences religieuses, 88/3 | 2014, 407-408.

Référence électronique

Françoise Laurent, « Marc Faessler, Qohélet philosophe. L’éphémère et la joie. Commentaire herméneutique de l’Ecclésiaste »Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/3 | 2014, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/8432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.8432

Haut de page

Auteur

Françoise Laurent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search