Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88/3RecensionsReimund Bieringer, Karlijn Demasu...

Recensions

Reimund Bieringer, Karlijn Demasure, Barbara Baert, To Touch or Not to Touch ? Interdisciplinary Perspectives on the Noli me tangere

Leuven – Paris – Walpole, Ma, Peeters, 2013, 260 p.
Françoise Vinel
p. 408-409
Référence(s) :

Reimund Bieringer, Karlijn Demasure, Barbara Baert, To Touch or Not to Touch ? Interdisciplinary Perspectives on the Noli me tangere, Leuven – Paris – Walpole, Ma, Peeters, 2013, 260 p.

Texte intégral

1Huit contributions issues d’un colloque tenu à Rome en 2008 constituent ce volume et la suite de ce programme de recherche donnera lieu prochainement à une nouvelle publication (New Interdisciplinary Perspectives). Comme l’indiquent les directeurs de l’ouvrage, exégètes, historiens de l’art, philosophes et théologiens croisent leurs réflexions, non pas sur Marie-Madeleine mais bien sur le Noli me tangere de Jn 20, 17. Un verset biblique qui a déjà été largement commenté, ce qu’honore d’ailleurs le premier article, signé par Marc De Kesel : « Mary’s Touch : Reflections on Jean-Luc Nancy’s deconstruction of Christianity » (J.-L. Nancy, Noli me Tangere, Paris, Bayard, 2003) – l’auteur commente les thèses de Nancy et ses analyses du croire, voire de l’acte même de penser une identité religieuse mais revendique comme positive la part critique inhérente au monothéisme, « a religion-critical religion » (p. 36).

2Un aspect un peu décevant doit être noté : les répétitions sont assez nombreuses d’un article à l’autre – par exemple l’analyse des écrits apocryphes se rapportant à la rencontre entre Marie et le Ressuscité, ou des rappels, généralement très (trop) rapides des commentaires patristiques de Jn 20, 17. Cela dit, l’intérêt d’éclairages divers est manifeste. Du point de vue de la seule exégèse du verset johannique, le lecteur est frappé par la différence entre les lectures catholiques et protestantes (article de R. Beiringer de Leuven vs article d’E. de Boer de Kampen). Les deux études sur la littérature apocryphe montrent de manière très intéressante comment les questions institutionnelles surgissent très vite à propos du rapport entre Marie-Madeleine, ou plus globalement les femmes qui annoncent la résurrection, et les apôtres.

3Enfin, les images – une partie de la réflexion de Jean-Luc Nancy y était consacrée. On retrouve la question institutionnelle par la mise en parallèle de deux scènes, celle avec Thomas, celui qui est invité à « toucher », et celle avec Marie-Madeleine. Et du point de vue de l’histoire de l’art elle-même, on signalera l’intérêt de la perspective chronologique adoptée par Lisa-Marie Rafanelli (« To touch or not to Touch : The ‘Noli me tangere’ and the ‘Incredulity of Thomas’ in word and image from Early Christianity to the Ottonian Period », p. 139-177)) sur les premières images occidentales consacrées à ces deux épisodes : un décalage s’introduit progressivement entre le texte-source et son illustration ; les images de la période ottonienne mettent en évidence une portée politique de la rencontre : reconnaissant la divinité du Christ, Marie-Madeleine reconnaît par là-même la royauté du prince (Évangéliaire d’Otton III, v. 998-1000). Pourtant, le fait que dans la période qui suit, au contraire, la figure de Marie-Madeleine devient symbole de la place prise dans la société par les femmes de l’aristocratie, invite à reconsidérer l’interprétation d’images antérieures. En s’intéressant aux représentations de la fin du Moyen Âge, V. M. Schmidt souligne comment l’image de Marie-Madeleine s’inscrit dans des cycles sur la résurrection et ses témoins, montrés en exemple pour les fidèles ; la création d’hymnes à Marie-Madeleine va dans le même sens.

4Bien des pistes sont ainsi ouvertes par cet ouvrage collectif, attestant encore, s’il en était besoin, la fécondité des recherches interdisciplinaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Reimund Bieringer, Karlijn Demasure, Barbara Baert, To Touch or Not to Touch ? Interdisciplinary Perspectives on the Noli me tangere »Revue des sciences religieuses, 88/3 | 2014, 408-409.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Reimund Bieringer, Karlijn Demasure, Barbara Baert, To Touch or Not to Touch ? Interdisciplinary Perspectives on the Noli me tangere »Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/3 | 2014, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/8442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.8442

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search