Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88/4Liminaire

Texte intégral

1Il est rare qu’un numéro thématique de la Revue des Sciences Religieuses soit consacré à un seul chercheur, théologien, exégète ou historien. Il est encore plus rare qu’un dossier porte sur une œuvre qui est toujours en voie de constitution et, par définition, nullement achevée. Mais à notre connaissance, c’est la première fois qu’un numéro spécial de la Revue traite de la recherche toujours vive d’un philosophe, Jean-Luc Nancy, ou, plus exactement, d’un volet de sa recherche qu’il est difficile d’ignorer tant ses différentes formes, communications orales, articles, publications pèsent sur la scène philosophique et le débat public.

  • 1 On en aura une idée en lisant l’ouvrage collectif Penser à Strasbourg publié par les Éditions Galil (...)

2Le propos de ce numéro n’est pas d’honorer en Jean-Luc Nancy une des personnes qui a puissamment contribué, et qui continue de le faire, à la renommée de la Faculté de philosophie de l’Université de Strasbourg1, mais de montrer comment la lecture de l’œuvre de ce philosophe par des théologiens ou d’autres philosophes, parvient à donner une réalité à l’espace intervallaire qui les sépare existentiellement et disciplinairement et à faire de ce dernier une condition de leur « rencontre », un mot d’autant plus galvaudé que l’expérience de la chose qu’il est supposé désigner est exceptionnelle.

  • 2 Jean-Luc Nancy, La déclosion, déconstruction du christianisme 1, Paris, Éditions Galilée, 2005, p.  (...)

3L’exercice de lecture porte principalement sur deux ouvrages, La Déclosion et l’Adoration, le premier publié en 2005, le second en 2010, et il est suscité par le choix du sous-titre qui les réunit : Déconstruction du christianisme (1 et 2). Le premier terme de ce sous-titre donnerait lieu à malentendu si, procédant par une sorte d’allitération, une pensée paresseuse se contentait de rapprocher jusqu’à les confondre « déconstruction » et « destruction ». Or, les lecteurs actuels de Jean-Luc Nancy le savent et les nouveaux le découvriront : la déconstruction est une recherche qui se propose de « désassembler » et d’« analyser » les « éléments constitutifs du monothéisme, et plus directement du christianisme, donc de l’Occident, afin de remonter (ou d’avancer) jusqu’à une ressource qui pourrait former l’origine enfouie et l’avenir imperceptible du monde qui se dit “moderne”2 ». Et si d’aventure on se demande pourquoi le faire, c’est parce que le monothéisme, le christianisme et, plus largement, le monde enserrent, en tant qu’assemblage, cette ressource qu’un travail proprement philosophique cherche à déclore. Délivrer une activité en train de se faire, pour emprunter à W. von Humboldt une de ses idées, et non pas une activité en train de faire quelque chose d’autre qu’elle-même ni, a fortiori, son résultat, une œuvre, caractérise tous les thèmes des chapitres des deux ouvrages.

  • 3 Ces directions de recherche font l’objet d’une présentation systématique dans l’ouvrage de Jean Gre (...)
  • 4 Jean-Luc Nancy, La déclosion, p. 10.
  • 5 Le programme de recherche brièvement récapitulé ici reprend celui que Jean Greisch a élaboré plus l (...)

4Le projet philosophique de la déconstruction excède donc celui, plus limité, de la Déconstruction du christianisme et, quand on s’en tient à celle-ci, force est de remarquer que son développement recouvre les grands axes de ce que l’on entend aujourd’hui par « philosophie de la religion ». Jean-Luc Nancy propose en effet une élucidation du sens d’une religion positive, le christianisme, dont il analyse des expressions rituelles individuelles ou collectives comme la prière, mais aussi une attitude spirituelle, la foi, qu’il distingue soigneusement de la croyance, et même quelques-unes des catégories mentales et discursives produites par le christianisme comme le péché, la grâce, pour ne rien dire de ses élaborations dogmatiques. Enfin, en réfléchissant explicitement sur les rapports entre le christianisme, voire la foi chrétienne, et l’histoire, il contribue à son intégration dans l’histoire des religions et dans l’histoire tout court3. Peut-être estimera-t-on un jour prochain que les deux ouvrages auront philosophiquement contribué, et de manière décisive, à relativiser – ou, en tout cas, à compliquer – le projet de déterminer l’essence de la religion (si une religion est l’assurance d’une sauvegarde providentielle du monde et de l’existence, dans quelle mesure le christianisme en est-il une4 ?), mais aussi à éclairer le sens de la succession historique des religions positives, et, par-dessus tout, à tenter de dégager la teneur de vérité d’une religion en critiquant ses déviations et contrefaçons5.

  • 6 Nancy, ibid., p. 23.

5Les textes de La Déclosion et de L’Adoration ne sont pas comminatoires. Ce trait explique peut-être pourquoi aucun des contributeurs du dossier qui suit ne donne l’impression d’avoir été poussé, après lecture, dans ses ultimes retranchements et sommé de se rendre à une argumentation étrangère. Au contraire, chacun semble plutôt avoir pu s’avancer « à découvert » faisant à son tour montre de « l’exigence qui porte la pensée hors d’elle-même6 ». Mais de cela, c’est au lecteur de juger.

Haut de page

Notes

1 On en aura une idée en lisant l’ouvrage collectif Penser à Strasbourg publié par les Éditions Galilée en 2004 à l’occasion de la session du « Parlement des philosophes » consacrée, la même année, à Jacques Derrida.

2 Jean-Luc Nancy, La déclosion, déconstruction du christianisme 1, Paris, Éditions Galilée, 2005, p. 54.

3 Ces directions de recherche font l’objet d’une présentation systématique dans l’ouvrage de Jean Greisch, Le buisson ardent et les lumières de la raison. L’invention de la philosophie de la religion, tome 1, héritages et héritiers du XIXe siècle, Paris, éd. du Cerf, 2002, p. 33.

4 Jean-Luc Nancy, La déclosion, p. 10.

5 Le programme de recherche brièvement récapitulé ici reprend celui que Jean Greisch a élaboré plus longuement dans l’ouvrage cité plus haut, au même endroit.

6 Nancy, ibid., p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Courtel, « Liminaire »Revue des sciences religieuses, 88/4 | 2014, 433-435.

Référence électronique

Yannick Courtel, « Liminaire »Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/4 | 2014, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/8584 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.8584

Haut de page

Auteur

Yannick Courtel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search