Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88/4RecensionsGilbert Vincent, Associations et ...

Recensions

Gilbert Vincent, Associations et institutions. Les formes élémentaires de la solidarité

Strasbourg, PUS, coll. « essais », 2014, 310 p.
René Heyer
p. 550-551
Référence(s) :

Gilbert Vincent, Associations et institutions. Les formes élémentaires de la solidarité, Strasbourg, PUS, coll. « essais », 2014, 310 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage important, sur la parution duquel le lecteur doit être alerté. C’est la raison pour laquelle, alors que le livre mérite une présentation en bonne et due forme, j’en fais immédiatement la recension pour que l’information passe.

2Notre collègue Gilbert Vincent est professeur émérite de philosophie à la Faculté de théologie protestante. Spécialiste de la pensée solidariste du tournant du 19e au 20e siècle (Renouvier, Charles Gide…), familier de Paul Ricœur (voir La Religion de Ricœur, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, Paris, 2008), il livre aujourd’hui une véritable somme sur la pensée du social et de son organisation. L’ampleur du projet se lit dans le sous-titre, décalqué de Durkheim, où « solidarité » remplace « vie religieuse », l’éthique prenant le relais du lien religieux. Quant au titre, il attirera certainement l’attention des militants associatifs, en un temps où les associations, bien que conventionnellement saluées par les politiques, sont traquées par les institutions sous prétexte de manque de transparence. Le sujet porte cependant sur les dimensions fondamentales de la vie relationnelle : les organisateurs qui chercheraient des règles juridiques ou des dispositifs administratifs ne les trouveront pas tels quels – mais ceux-ci prendront sens en prolongement.

3Vincent s’attaque à des formes de pensée unique auxquelles nous nous habituons bon gré mal gré : la règle de l’autosuffisance, le raisonnement utilitariste, les conventions qui opposent même et autre, individualisme et holisme. Non content de dénoncer des travers contemporains, l’auteur s’attache à reconstruire les « formes élémentaires » de la vie relationnelle. Il commence par la notion d’appartenance (1ère partie), longtemps comprise comme dépendance du souverain et relue ensuite comme « physique sociale », avec les logiques sacrificielles et guerrières qui s’en suivent. Leur font face l’antériorité, toujours, de la relation et les indispensables médiations tant symboliques qu’organisationnelles. La 2e partie surprend en faisant la promotion du semblable, qu’on n’attendait pas à pareille fête ; mais le semblable n’est pas une projection du même, il est pris dans le processus que Vincent appelle « co-humanisation ». La 3e partie en vient aux « conditions d’une société de semblables », et donc à l’association et à l’institution, par un biais qui est celui de l’intersubjectivité. On arrive là au cœur de la théorie vincentienne de la relation, dans un parcours qui va de la phénoménologie de Husserl à la sociologie de Weber.

4S’il me fallait qualifier l’attitude de pensée de Gilbert Vincent, je dirais d’un mot que le cynisme lui est insupportable. Il existe certes un précédent : le célèbre Critique de la raison cynique de Peter Sloterdijk. Mais, quand l’auteur germanique s’embarque dans un traité d’immunologie générale, opposant un cynisme sain au cynisme défaitiste des masses, le philosophe français se méfie des effets, de l’excès dans la fiction, pour promouvoir quant à lui une hospitalité réelle, « une pratique en laquelle il en va de l’invention réciproque, coopérative (…), de l’invention du semblable en chacun, face à l’autre semblable » (p. 148). Alors, par la confiance accordée à la capacité d’agir des sujets sociaux, peuvent être articulés ensemble sans confusion éthique et politique, amour et justice, droit et charité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Heyer, « Gilbert Vincent, Associations et institutions. Les formes élémentaires de la solidarité »Revue des sciences religieuses, 88/4 | 2014, 550-551.

Référence électronique

René Heyer, « Gilbert Vincent, Associations et institutions. Les formes élémentaires de la solidarité »Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/4 | 2014, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/8947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.8947

Haut de page

Auteur

René Heyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search