Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88/4RecensionsEmma Aubin-Boltanski, Claudine Ga...

Recensions

Emma Aubin-Boltanski, Claudine Gauthier (dir.), Penser la fin du monde

Paris, CNRS Éditions, 2014, 524 p.
Ataa Denkha
p. 555
Référence(s) :

Emma Aubin-Boltanski, Claudine Gauthier (dir.), Penser la fin du monde, Paris, CNRS Éditions, 2014, 524 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat d’un travail qui s’inscrit dans le cadre d’un colloque interdisciplinaire tenu à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), les 18 et 19 octobre 2013. Une introduction très documentée situe les textes publiés dans l’histoire de l’eschatologie, qui sera abordée non seulement comme un thème fixé par les textes sacrés, mais comme un concept recouvrant différents courants intellectuels. L’idée générale présente tout au long de l’ouvrage est celle des phénomènes d’attente eschatologique, idée étudiée par des anthropologues, des historiens, des historiens des religions, des linguistes et des politologues. Pour sonder cette inquiétude qui traverse les siècles, les auteurs se proposent de montrer en trois parties quelles sont les caractéristiques essentielles des théories des fins dernières du monde, vues non seulement par les trois religions monothéistes mais aussi par les zoroastriens et les samaritains.

2La première partie intitulée « l’histoire au prisme de l’eschatologie » passe en revue tous les moments chronologiques et culturels de l’eschatologie. La série s’ouvre sur un ensemble de contributions interrogeant à la fois les faits historiques, sociaux, idéologiques et politiques inscrits en des lieux et temps précis. Une seconde partie retrace des dogmes et des figures sur lesquels se base l’eschatologie au cours des siècles. Les auteurs définissent un parcours associant le concept de fin du temps et ses signes. Le christianisme met l’accent sur la figure mariale qui est la base de cette construction du salut, cependant que la tradition zoroastrienne présente Wahrâm comme une figure eschatologique majeure. Quant à l’eschatologie des textes relatifs à l’islam, elle relève d’un contexte social et politique. Les hadiths s’appuient sur trois figures : le Mahdi, Jésus et l’Antéchrist. Enfin, vient la troisième partie consacrée aux schèmes contemporains de l’eschatologie : ils prennent leur inspiration dans des traditions anciennes en les dépassant et en les adaptant.

3La richesse des informations et réflexions laissera au lecteur toute liberté non seulement de se déterminer sur la manière de penser la fin du monde mais déjà de la définir. Autant dire que cet abord singulier d’une thématique originale, même si l’on aurait aimé que l’ouvrage soit écrit dans un langage moins complexe, suscite un vif intérêt. Il met ainsi à la disposition des chercheurs des textes dont l’importance est indéniable pour la connaissance de la pensée eschatologique et de son influence dans les milieux religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ataa Denkha, « Emma Aubin-Boltanski, Claudine Gauthier (dir.), Penser la fin du monde »Revue des sciences religieuses, 88/4 | 2014, 555.

Référence électronique

Ataa Denkha, « Emma Aubin-Boltanski, Claudine Gauthier (dir.), Penser la fin du monde »Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/4 | 2014, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/8999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.8999

Haut de page

Auteur

Ataa Denkha

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search