Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4Les traités d’Ambroise de Milan. ...La prétendue série d’Ambroise sur...

Les traités d’Ambroise de Milan. Quaestiones disputatae

La prétendue série d’Ambroise sur les patriarches : réexamen d’une vexata quaestio

Ambrose’s Supposed Series of Treatises on the Patriarchs: A Reexamination of a vexata quaestio
Michele Cutino
p. 127-158

Résumés

Ces dernières années l’idée que la publication des œuvres d’Ambroise sous la forme qui nous est parvenue serait le fruit d’une sorte de retractatio de la part de l’évêque milanais tant de son parcours de vie que de son œuvre littéraire, opérée entre 395 et 397, s’est de plus en plus imposée. Dans ce contexte, l’opinion des anciens éditeurs d’Ambroise, selon laquelle il aurait existé un cycle De patriarchis, a été récemment reprise : Ambroise y aurait recueilli, en les révisant et en les reliant entre elles, les œuvres qu’il avait consacrées aux figures vétérotestamentaires les plus éminentes. Cette étude réexamine cette vexata quaestio à nouveaux frais en analysant les éléments sur lesquels on a cherché à fonder l’existence de ce cycle, c’est-à-dire un témoignage de Cassiodore dans ses Institutiones divinarum et saecularium litterarum, les préambules des ouvrages ambrosiens sur les patriarches, notamment celui du De Ioseph, et l’intitulé libri qui inscribuntur de patriarchis présent dans une souche des manuscrits recueillant des œuvres d’Ambroise. Au terme de l’analyse, il apparaît, en ce qui concerne la prétendue série sur les patriarches, que rien ne va dans la direction d’une révision des ouvrages qui en feraient partie, en vue d’une publication sous forme de dossier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je me réfère en particulier aux Epist. 32, 7 et 37, 1-3. Pour l’interprétation de ces passages, ai (...)
  • 2  Les deux colloques se sont tenus respectivement à Saint-Étienne et Lyon et à Strasbourg, et leurs (...)
  • 3  M. Zelzer, « Quelques remarques sur la tradition des œuvres d’Ambroise et leurs titres originaux » (...)
  • 4  Voir les Mauristes (1686-1690) en PL 14, 417-420 ; S. Lenain de Tillemont, Memoires pour servir a (...)

1Une nouvelle perspective a récemment émergé dans la recherche sur la production littéraire d’Ambroise de Milan en général et sur ses traités sur les patriarches en particulier, dont les caractéristiques peuvent être synthétisées ainsi : à partir de quelques témoignages d’Ambroise, essentiellement tirés de ses lettres1, qui laissent entrevoir, sans toutefois nous permettre d’en préciser les modalités ou les objets, une révision des œuvres de la part de l’évêque milanais, et qui font allusion à son âge alors avancé, s’est de plus en plus imposée ces dernières années l’idée que la publication effective des œuvres d’Ambroise sous la forme qui nous est parvenue serait le fruit de cette révision opérée entre 395 et 397, c’est-à-dire à partir de son progressif éloignement de la vie publique après la mort de Théodose et de ce qui est perçu comme un repli sur soi en vue d’une sorte de retractatio tant de son parcours de vie que de son œuvre littéraire. On a en particulier mis en évidence la constitution de sa correspondance en dix livres, qui s’est imposée suite à l’édition des lettres dans le CSEL par O. Faller et surtout par M. Zelzer : cette question, aujourd’hui très débattue, a été l’objet de colloques et de journées d’études entre 2009 et 2013 ainsi que de nombreuses prises de position2. Il en va de même pour la constitution de la collection de ses écrits sur la virginité, dont M. Zelzer soutient aussi l’hypothèse et dont l’existence serait documentée par les indications d’une partie de leur tradition manuscrite — aux trois livres du De virginibus est ajouté un liber quartus coïncidant avec le De virginitate, daté par M. Zelzer elle-même de 395-3963. Enfin, l’opinion des anciens éditeurs d’Ambroise4, selon laquelle il aurait existé un cycle De patriarchis a été reprise : Ambroise y aurait recueilli, en les révisant et en les liant entre elles, les œuvres qu’il avait consacrées aux figures vétérotestamentaires les plus éminentes.

  • 5  G. Nauroy, « Les Vies des patriarches d’Ambroise de Milan : de Cassiodore au débat critique modern (...)
  • 6  C. Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore et la série dite De patriarchis », Revue d’études augustinien (...)

2C’est sur ce dernier point que se concentrera la présente contribution, la question du De patriarchis ayant l’avantage, contrairement aux autres, d’être appuyée par le témoignage très ancien de Cassiodore dans ses Institutiones divinarum et saecularium litterarum (deuxième moitié du vie siècle), et d’avoir été récemment l’objet de contributions bien documentées de la part de G. Nauroy5 et de C. Gerzaguet6 — qui sont, par ailleurs, les deux derniers éditeurs d’ouvrages ambrosiens parus dans la collection des Sources chrétiennes, respectivement du De Iacob en 2010 (SC 534) et du De fuga saeculi en 2015 (SC 576), œuvres qui entreraient toutes deux, selon les vues traditionnelles, dans la série dite De patriarchis.

  • 7  G. Visonà, Cronologia ambrosiana. Bibliografia ambrosiana (1900-2000) (SAEMO 25-26), Milano, Bibli (...)

3Cette question dépasse le problème spécifique de savoir si Ambroise, en menant une révision de sa production littéraire antérieure, a ou non composé un recueil sur les patriarches : elle touche, comme il est évident, aux modalités mêmes selon lesquelles Ambroise concevait et composait ses ouvrages, ainsi qu’à leur chronologie interne. À cet égard, en tout cas, dans le dernier travail global sur la bibliographie et chronologie ambrosiennes, celui de G. Visonà qui couvre les publications parues jusqu’à l’an 20007, cette révision conclusive de la série De patriarchis et donc des œuvres qui la composeraient n’est pas du tout mentionnée.

4Si j’ai pris la décision de donner mon point de vue sur cette question, c’est parce qu’elle m’interroge directement : en effet, parmi les textes d’Ambroise dont je m’occupe pour les Sources chrétiennes, figurent deux ouvrages qui entreraient eux aussi dans la série selon la communis opinio, à savoir le traité De Abraham et celui qui est habituellement désigné comme De patriarchis, mais très probablement à intituler De benedictionibus patriarcharum.

I. Quelques précisions sur le témoignage de Cassiodore

  • 8  L’édition que j’utilise est celle de R. A. B. Mynors, Cassiodori senatoris Institutiones, Oxford, (...)

5Mon analyse ne peut avoir d’autre point de départ que le témoignage de Cassiodore qui, dans ses Institutiones divinarum et saecularium litterarum, fait trois fois allusion à cette série sur les patriarches. La première8 indique qu’elle était composée de sept livres publiés par Ambroise : Item sanctus Ambrosius de Patriarchis septem libros edidit, qui multa loca veteris Testamenti factis quaestionibus suaviter enodavit (Inst. I, 1, 5).

  • 9  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 46.
  • 10  Palanque, Saint Ambroise, p. 442 : « Les sept ouvrages […] sont toujours considérés comme formant (...)
  • 11  Cassiodorus, Inst. I, 1, 1 : Primus Scripturarum divinarum codex est Octateuchus, qui initium illu (...)
  • 12  Ibid.: Deinde sanctus Ambrosius, ut est planus atque suavissimus doctor, exinde sex libros eloq (...)

6À juste titre, Nauroy9 a attiré l’attention sur l’emploi spécifique d’un terme technique comme edidit, usuel dans toute l’Antiquité pour indiquer la publication autorisée d’un ouvrage de la part de son auteur ; c’est pourquoi J.-R. Palanque10, qui conteste par ailleurs l’existence de ce cycle, a tort d’avancer l’idée que Cassiodore lui-même pourrait être à l’origine d’un groupement arbitraire de traités ambrosiens. J’ajoute pour ma part que, si l’on lit le passage dans son contexte, qui est justement celui des divinae litterae produites par les auteurs chrétiens sur l’Octateuque11, toutes les œuvres citées par Cassiodore, et qui sont bien connues, sont des ouvrages autonomes, bel et bien publiés par leurs auteurs, et non le fruit d’un choix personnel ou arbitraire de Cassiodore. En effet, celui-ci cite, entre autres, le De Genesi contra Manichaeos, le De Genesi ad litteram et les Confessions d’Augustin ou l’Hexameron d’Ambroise, qu’il évoque à l’aide d’expressions similaires à celles qu’il emploie pour les libri Patriarcharum12.

  • 13  Les Mauristes ne dressent à proprement parler aucune liste. On peut cependant en reconstruire une (...)
  • 14  Lucchesi, « Note sur un lieu », p. 307-309, est le premier à l’insérer, suivi par Nauroy, « Les Vi (...)
  • 15  Ainsi Lenain de Tillemont, Mémoires, p. 290, suivi par Ihm, « Studia Ambrosiana », p. 16-17, et Sc (...)
  • 16  Ambrosius, Bon. mort. 1, 1 : Quoniam de anima superiore libro sermonem aliquem contexuimus, facili (...)

7Si donc Cassiodore parle de sept livres sur les patriarches comme d’un ensemble constitué par Ambroise lui-même, on s’est toujours demandé, depuis les Mauristes, quels traités de ceux qui nous sont parvenus de l’évêque milanais composaient cette série. La multiplicité des solutions formulées depuis Lenain de Tillemont13 dépend du fait qu’on a cherché d’une part à faire correspondre ces sept livres aux séries des traités sur les patriarches qui nous sont parvenues par la tradition manuscrite — dans laquelle, par exemple, la tétralogie De Isaac – De bono mortis – De fuga saeculi – De Iacob (en 2 livres), comme nous allons le voir, est solidement attestée, et dans cet ordre, ce qui postulerait nécessairement l’insertion dans la série du De fuga saeculi14 —, et d’autre part à harmoniser avec les sept, conçus à juste titre comme publiés par Ambroise lui-même, les informations qu’il nous fournit dans ses traités sur leur genèse et sur leur ordre. De là vient que toutes les reconstructions15 postulent la présence du De bono mortis dans les libri Patriarcharum, puisque le début du De bono mortis le rattache explicitement au « livre précédent sur l’âme », c’est-à-dire le De Isaac vel anima16, ce qui implique une unité étroite entre les deux ouvrages, y compris du point de vue de la publication et de la diffusion, qui est sans aucun doute à l’origine de la convergence dans la transmission de ces deux traités.

  • 17  Je suis de près le tableau récapitulatif très clair qui se trouve chez Gerzaguet, « Ambroise, Cass (...)

8Pour faire correspondre ces données au nombre de sept, dans l’élaboration de toutes les séries, une polysémie dans l’emploi du mot liber par Cassiodore a été postulée ; dans le passage des Institutiones, il signifierait à la fois « titre d’œuvre » et « division d’ouvrage », comme il ressort clairement du tableau ci-dessous17 :

Lenain de

Tillemont

K. Schenkl

E. Lucchesi

G. Nauroy

1

De Abraham I

De Abraham I

De Noe

De Abraham I

2

De Abraham II

De Abraham II

De Abraham I-II

De Abraham II

3

De Isaac

De Isaac

De Isaac + De bono mortis

De Isaac

4

De bono mortis

De bono mortis

De fuga saeculi

De bono mortis

5

De Iacob I-II

De Iacob I

De Iacob I-II

De fuga saeculi

6

De Ioseph

De Iacob II

De Ioseph

De Iacob I-II

7

De patriarchis

De Ioseph De patriarchis

De patriarchis

De Ioseph De patriarchis

9Comme on peut le voir, ce schéma postule toujours à la troisième place le De Isaac, et, à l’exception de Lucchesi, sans qu’y soit associé le De bono mortis. Cette présentation est correcte, car Cassiodore cite seulement ce traité comme étant le tertius liber Patriarcharum, sans aucune référence à sa suite « Sur le bien de la mort » ; il le fait dans un autre passage très intéressant qui concerne les textes chrétiens en rapport avec le Cantique des Cantiques qu’il avait repérés :

In Cantico Canticorum duabus omeliis expositionem Origenis idem sanctus Hieronymus, Latinae linguae multiplicator egregius, sua nobis ut consuevit probabili translatione prospexit. […] Quapropter praedicti libri diligentissimos expositores sub uno codice comprehendi, ut simul omnes legentibus offerantur qui tractatores unius voluminis extiterunt. Unde etiam et sanctus Ambrosius in libro tertio Patriarcharum, ubi de persona Isaac loquitur, multa salubriter luculenterque disseruit (Inst. I, 5, 4).

10Cassiodore affirme dans ce passage avoir regroupé dans un seul codex tous les traitements du Cantique des Cantiques par des auteurs chrétiens (par exemple, Origène cité au début du passage) qu’il a trouvés çà-et-là (qui tractatores unius voluminis extiterunt), et cela pour permettre de lire dans un seul codex les interprétations de ce texte. C’est dans ce contexte qu’il ajoute l’information que dans le troisième livre sur les patriarches, là où il parlait d’Isaac (ubi de persona Isaac loquitur), Ambroise avait commenté de manière fructueuse et efficace de nombreux passages de ce livre biblique.

11La troisième affirmation de Cassiodore, concernant l’ouvrage du De patriarchis, est plus délicate à interpréter :

In Hesdrae vero libris duobus Graeco sermone singulas omelias expositas Origenis inveni, quae eiusdem religiosi viri Bellatoris labore translatae sunt. Nam et sanctus Ambrosius in libro Patriarcharum ubi de persona Ioseph loquitur, secundum librum Machabaeorum exempli causa commemorat cuius maximam partem ad demonstrandam tolerantiam eloquentiae suae dulcissimo liquore patefecit (Inst. I, 6, 6).

  • 18  Pour cette question, voir l’édition de Nauroy du De Iacob (SC 534, 2010), p. 98-117. Pour la tradi (...)
  • 19  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 45. Je ne partage pas l’idée, qui fut celle de Weissengru (...)
  • 20  Cf. CSEL 32/1, praef. v.
  • 21  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 44.

12Comme on peut le voir, la difficulté de ce passage est double : avant tout, c’est en fait dans les derniers chapitres du deuxième livre du De Iacob (II, 10, 43 – 12, 58) qu’Ambroise compose un véritable panégyrique du martyre des frères Maccabées, de leur mère et du prêtre Éléazar, suivant le canevas de 4 Maccabées plutôt que de 2 Maccabées, duquel il s’inspire toutefois également18, et cela est en contradiction avec la référence de Cassiodore à Joseph, qui, comme l’a remarqué Nauroy, en ce qu’elle présente la même tournure déjà utilisée pour le De Isaac (ubi de persona Ioseph loquitur), devrait faire allusion au De Ioseph19. Deuxièmement, Cassiodore se réfère au livre De patriarchis de façon vague (« dans un livre sur les patriarches »), ne précisant pas l’ordre du livre auquel il se réfère dans la série sur les patriarches, ce qui a donné lieu, comme il ressort bien du schéma ci-dessus, à des hypothèses variées sur les libri IV-VII qui faisaient partie de cette série. L’éditeur des œuvres ambrosiennes dans le CSEL, K. Schenkl20, a expliqué que cette « bévue » de Cassiodore provenait de ce que, immédiatement avant le panégyrique des Maccabées, c’est-à-dire en De Iacob II, 9, 41-42, le patriarche Joseph est mentionné, ce qui fait aussi envisager la possibilité que le copiste du manuscrit utilisé par Cassiodore avait omis le chiffre VI en le confondant avec la préposition in qui précédait (l’expression originale, tout comme celle employée pour le De Isaac, serait alors in libro sexto Patriarcharum). Nauroy21, ne croyant pas nécessaire, par ailleurs, l’hypothèse d’une omission du numéro du livre dans la série, juge de son côté trop bref le passage du De Iacob se référant à Joseph qui précède le panégyrique des Maccabées, pour créer la confusion avec le traité De Ioseph, et pense plutôt que Cassiodore faisait commencer à tort le De Ioseph avec II, 9, 41-42, qui célèbre ce patriarche.

  • 22  Comme le remarque aussi Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 49, il ne faut pas surestimer cet (...)
  • 23  Voir pour cet aspect, L. F. Pizzolato, « Ambrogio e la retorica : le finalità del discorso », dans (...)

13Or, pour ma part, je crois nécessaire de préciser avant tout l’acception de liber dans les passages où Cassiodore évoque la série ambrosienne sur les patriarches, notamment dans le premier. Cette acception a une signification univoque dont il faut tenir compte et qui a nécessairement des conséquences ; elle nous aide aussi à formuler de façon correcte nos hypothèses sur cet ouvrage que Cassiodore nous transmet comme voulu par Ambroise. En effet, le texte de I, 1, 5 fait partie de la documentation patristique que Cassiodore connaît sur l’Octateuque et qu’il met à la disposition de ses lecteurs. La mention de sept livres sur les patriarches, avec la référence aux solutions données par Ambroise à des questions qui naissaient du texte biblique22, dans une forme empruntée à la suavitas (multa loca veteris Testamenti factis quaestionibus suaviter enodavit), qui est une caractéristique propre à l’éloquence et à la rhétorique de l’évêque milanais23, suit la mention en I, 1, 4 de deux ouvrages en sept livres qu’Augustin consacre à l’éclaircissement, respectivement du point de vue exégétique et philologico-linguistique, des passages de l’Heptateuque qui faisaient difficulté, c’est-à-dire les Quaestiones in Heptateuchum et les Locutiones in Heptateuchum :

Quaestiones etiam quae in voluminibus sacris ardua difficultate poterant operiri, libris septem necessaria nimis et syllogistica probatione declarat (scil. Augustinus) […] Scripsit etiam de modis elocutionum septem alios mirabiles libros, ubi et schemata saecularium litterarum et multas alias locutiones Scripturae divinae proprias, id est, quas communis usus non haberet, expressit (Inst. I, 1, 4).

14Il est donc hors de doute que, dans ce contexte, la référence aux sept livres du De patriarchis naît du rapprochement — l’item, « de même », au début de I, 1, 5 sur Ambroise est très éloquent à cet égard — avec les sept livres que comptait chacun des deux ouvrages d’Augustin traitant des questions textuelles de l’Heptateuque et que le terme liber doit donc être entendu dans le sens de « division d’ouvrage », tout comme dans les références précédentes.

  • 24  À cet égard, l’inventaire de C. Gerzaguet dans « Ambroise, Cassiodore » n’est pas exhaustif et pré (...)

15Plus encore, l’usage linguistique de Cassiodore dans le premier livre des Institutiones va nettement dans ce sens, étant donné que le grammairien emploie couramment liber et volumen pour désigner une « division d’ouvrage », en opposition à codex, qui renvoie à un ensemble, aux caractéristiques variées, de libri ou de volumina24.

  • 25  Cassiodorus, Inst., praef. 8 : Quos ego cunctos novem codices auctoritatis divinae, ut senex potui (...)

16Cassiodore, en effet, utilise surtout le terme codex lorsqu’il se réfère aux neuf sections qui comprennent les différents livres de l’Écriture ainsi que les écrits d’auteurs chrétiens à leur sujet, qu’il a rassemblés25. Cet emploi est respecté par la suite quand il décrit ces différentes sections avec les ouvrages de référence. Par exemple, à propos de l’Octateuque, le premier codex de l’Écriture (I, 1, 1 : Primus Scripturarum divinarum codex est Octateuchus), Cassiodore affirme avoir recueilli dans le même codex l’Hexameron de Basile et le De Genesi contra Manichaeos d’Augustin : Quos libros [c’est-à-dire les deux dont le De Genesi contra manichaeos est constitué] in codice supradicti Basili, ut opinor, forsitan competenter adiunximus, ut textus praedictae Genesis [c’est-à-dire les deux premiers chapitres de la Genèse jusqu’à la création de l’homme] lucidius legentibus panderetur (I, 1, 2). On retrouve la même terminologie à propos des livres des Règnes, qui, pour Cassiodore, constituent le deuxième codex et sur lesquels, faute de travaux d’ensemble comme ceux qu’il a réunis à propos de la Genèse, le grammairien rassemble des interprétations fournies çà et là par les exégètes :

In secundo vero Regum codice, quoniam continui textus expositionem reperire non potui, quaedam frusta disertissimorum virorum velut in uno quodam vestimento contexui, ut membratim possit adunata collectione cognosci, quod sub uno corpore nequaquam potuit inveniri (Inst. I, 2, 1).

17Les sources en question comprennent les trois quaestiones d’Augustin consacrées respectivement aux premier, troisième et quatrième livres des Règnes, ou l’homélie d’Origène sur 2 Règnes (I, 2, 5) ou un sermon attribué à Ambroise sur le très fameux jugement de Salomon en 3 Règnes (I, 2, 8) — qui en fait pourrait être le texte pseudo-ambrosien publié en PL 17, 693-699 et transmis parmi les œuvres ambrosiennes dans le manuscrit carolingien de Lucques, Bibliothèque capitulaire 14, que je considérerai dans le troisième chapitre de cette recherche.

  • 26  Ibid. I, 1, 1 : Qui — scil. Basilius — usque ad hominis conditionem novem libros tetendit.
  • 27  Ibid. I, 1, 2 : Nam et pater Augustinus, contra Manicheos duobus libris disputans, [] textum Gene (...)
  • 28  Ibid. I, 1, 4 : De isdem principiis sanctus quoque Augustinus, disertus atque cautissimus disputat (...)
  • 29  Ibid. : In libris quoque Confessionum posterioribus tribus voluminibus de Genesis explanatione dis (...)
  • 30  Ibid. I, 1, 6 : Sanctus etiam Hieronymus uno volumine de libro Geneseos solvit propositas question (...)
  • 31  Ibid. I, 2, 2 : Primi siquidem voluminis quattuor omelias Origenis inveni.
  • 32  Ibid. I, 2, 3 : De quo libro etiam beatus Augustinus ad Simplicianum episcopum Mediolanensem scrib (...)
  • 33  Ibid. I, 2, 7-8 : In secundo quoque volumine codicis eiusdem Origenis unam repperi nihilominus ome (...)
  • 34  Ibid. I, 5, 4 : Diligentissimos expositores sub uno codice comprehendi, ut simul omnes legentibus (...)
  • 35  Ibid. I, 6, 1 : Sequitur Agiographorum codex sextus, habens libros octo qui in capite suo continet (...)
  • 36  Ibid. I, 6, 6 : In Hesdrae vero libris duobus Graeco sermone singulas omelias expositas Origenis i (...)
  • 37  Cassiodore parle génériquement de livres (I, 6, 4 et I, 6, 6), nommant spécifiquement le deuxième (...)

18Face à cet emploi, presque toutes les occurrences de libri ou de volumina, termes par ailleurs utilisés comme synonymes interchangeables, vont dans la direction de « divisions d’ouvrages ». Là encore, je me limite à des exemples éloquents. Avant I, 1, 4-5 que nous avons déjà examiné à propos du premier témoignage sur la série ambrosienne sur les patriarches, Cassiodore cite dans l’ordre les neuf livres constituant l’Hexameron de Basile26, les deux De Genesi contra Mani­chaeos d’Augustin27, les douze volumes constituant son De Genesi ad litteram28, ainsi que les trois derniers volumes de ses treize livres des Confessions29, et, après I, 1, 5, le volume unique des Quaestiones hebraicae in Genesim de Jérôme30. Si l’on passe au codex sur les Règnes, Cassiodore affirme avoir trouvé, entre autres textes, quatre homélies sur le premier volume des Règnes31, l’explication de six questions concernant ce même livre dans le De diversis quaestionibus ad Simplicianum d’Augustin32 ainsi que l’homélie d’Origène et l’exposé pseudo-ambrosien sur le jugement de Salomon, déjà cités, respectivement sur le deuxième volume et sur le troisième livre du codex des Règnes33. En I, 5, 4 cité ci-dessus, Cassiodore affirme avoir rassemblé dans un seul codex toutes les interprétations qu’il a trouvées sur le volume du Cantique des Cantiques34. Enfin dans le codex de Agiographis [sic], Cassiodore inclut huit livres scripturaires, à savoir Job qui est le premier de la série35, Tobie, Esther, Judith (I, 6, 4), deux livres sur Esdras36 et deux sur les Maccabées37 : cela montre clairement que les livres n’indiquent pas les titres mais plutôt les articulations internes des œuvres.

19Il y a certes des déviations par rapport à cet usage : par exemple, là où il parle des évangiles, qui représentent le septième codex de l’Écriture et le premier du Nouveau Testament, Cassiodore affirme avoir inclus dans un même volume tout ce que Jérôme avait composé sur ces textes :

Septimus igitur codex Scripturae divinae qui est novi Testamenti primus […] quattuor evangelistarum superna luce resplendet. Quorum omnium propria discutiens sanctus Hieronymus diligenti cura disseruit ; quae in uno volumine comprehendi, ne legentis intentio divisis codicibus tardaretur (Inst. I, 7, 1).

20Il est manifeste qu’ici volumen est synonyme de codex. Mais les déviations n’affectent pas l’usage commun et circonstancié que je viens de documenter.

21L’examen que je viens de mener montre que le contexte dans lequel s’inscrivent les témoignages de Cassiodore sur la série ambrosienne De patriarchis, notamment celui de I, 1, 5 qui est le plus important pour toute discussion sur la composition de cette série, ainsi que l’usage lexical de l’auteur, du moins dans le premier livre des Institutiones, amènent à cette première conclusion : dans ces témoignages, le grammairien utilise liber comme « division d’ouvrage » et non comme « titre d’ouvrage » : il comptabilise les libri, c’est-à-dire divi­sions d’ouvrages, des traités ambrosiens sur les patriarches, indépen­damment de leurs intitulés particuliers sous les noms des différents patriarches ; la périphrase même qu’il utilise en I, 5, 4 et I, 6, 6, ubi de persona Isaac/Ioseph loquitur à la place des titres des ouvrages De Isaac vel anima et De Ioseph = De Iacob, est sur ce point très significative.

22Dans cette perspective, la confusion entre le De Iacob II et le De Ioseph se comprend mieux : il est important, à cet égard, de remarquer que la référence précise de I, 5, 4 in libro tertio Patriarcharum pour le De Isaac naît du fait que Cassiodore affirme avoir rassemblé in uno codice les exégèses du Cantique qu’il a trouvées, et accompagne cette déclaration de l’information complémentaire qui doit permettre aux lecteurs de trouver aisément dans un autre codex — les patriarches renvoyant à l’Octateuque — d’autres interprétations importantes fournies par Ambroise dans un livre de son œuvre De patriarchis, en l’occurrence le troisième, dans lequel Ambroise parle d’Isaac. En revanche, étant donné que Cassiodore n’entend pas fournir un dossier précis comprenant ce que l’exégèse chrétienne a produit sur les Maccabées, la référence au De Ioseph au lieu du De Iacob, quelle que soit l’explication de cette confusion, semble être faite de mémoire, de façon imprécise, comme le montre très bien le simple in libro Patriarcharum, « dans un livre sur les patriarches », sans aucune information sur le numéro du livre ou traité concerné dans la série : la comptabilisation des livres plutôt que des titres pouvait certainement favoriser, en effet, une confusion entre les intitulés des livres en succession immédiate.

  • 38  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 44 ; Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 279.
  • 39  Cet intitulé est propre à la branche de la tradition manuscrite à laquelle j’ai donné le sigle β, (...)
  • 40  Dans le Bononiensis, il n’y a pas d’incipit, mais au f. 35v on lit : Explicit liber primus de Iose (...)
  • 41  Cf. Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 284, n. 39.
  • 42  Je reviendrai plus en détail sur la question des intitulés de ces deux traités dans l’édition susm (...)

23Par ailleurs, à propos de cette erreur, je me permets quelques remarques complémentaires. L’idée de Nauroy, partagée par C. Gerzaguet, selon laquelle la confusion de Cassiodore entre le De Iacob et le De Ioseph dépendrait du fait que l’exemplaire dont celui-ci disposait faisait commencer le De Ioseph avec le passage de De Iacob II, 9, 41-4238, me semble peu vraisemblable. La suggestion de Schenkl, en revanche, à savoir que la confusion entre les deux intitulés ait été favorisée par la mention de Joseph dans ce passage du De Iacob, qui précède immédiatement le panégyrique des Maccabées, mérite d’être reprise et adaptée. Le passage en question est particulièrement important parce que c’est avec lui que se conclut la trajectoire du patriarche Jacob dans l’histoire biblique et dans le traité qui porte son nom : il concerne les bénédictions données par Jacob en Gn 49 aux douze patriarches, dans lesquelles Joseph a un rôle éminent. Or, dans la tradition manuscrite la plus ancienne, les livres d’Ambroise sur Joseph et sur les bénédictions des patriarches de Gn 49, généralement connus sous l’intitulé De Patriarchis mais qui en fait devaient s’intituler De benedictionibus patriarcharum39, sont conçus comme une unité étroite. En fait, dans l’une des deux familles des manuscrits de ce dernier traité, la famille franco-anglaise à laquelle j’attribue le sigle α dans ma nouvelle édition en cours pour les SC, deux des témoins les plus significatifs, le Bononiensis (Boulogne-sur-mer) 32, qui est l’un des plus anciens manuscrits des œuvres d’Ambroise, puisqu’il remonte au troisième quart du vie siècle, et le Parisinus latinus 12137, du ixe, un manuscrit très intéressant sur lequel je vais bientôt revenir, présentent le De Ioseph dans leurs incipit et explicit comme le premier livre40 d’un ensemble de deux dont le second est justement constitué par le De Patriarchis. Cela était, semble-t-il, confirmé par un manuscrit non identifié de Saint-Bénigne où il y avait à propos du De Ioseph des incipit et explicit en accord avec cette division (incipit eiusdem [scil. Ambrosii] liber primus Ioseph ; explicit liber primus de Ioseph). Un manuscrit de Saint-Évroult41 offre un témoignage encore plus clair : en plus de ces incipit et explicit pour le De Ioseph, le De patriarchis y était présenté de façon conséquente : incipit secundus de Ioseph et fratribus eius et de benedictionibus eorum. Enfin, dans un ancien inventaire de la bibliothèque de Fontenelle/Saint-Wandrille, les deux traités De Ioseph et De patriarchis étaient enregistrés sous le titre de De Ioseph ac duodecim patriarchis42.

24En somme, la confusion entre De Iacob et De Ioseph pouvait bien dériver de l’association mentale de la part de Cassiodore entre Joseph et les bénédictions des patriarches dans la dernière partie du De Jacob, dans laquelle Ambroise avait revisité le récit des Maccabées, et le traité subséquent, qui est justement consacré, en deux livres ou parties, à ces thèmes de la fin de la Genèse.

  • 43  Là encore Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », se produit dans des observations contradictoires : (...)

25En tout cas, rien ne nous permet de postuler pour les sept livres de I, 1, 5 une acception double à la fois de « titres » d’ouvrages et de « divisions d’ouvrages », comme le font Lenain de Tillemont, Schenkl et Nauroy. Sans aucun doute, la position de Lucchesi est plus cohérente43 : comprenant liber dans le sens de « titre d’ouvrage », il fait commencer la série avec le De Noe, et associe, respectivement à la deuxième et à la cinquième place, le De Abraham I-II et le De Iacob I‑II, mais sa proposition pour la troisième place, le De Isaac combiné avec le De bono mortis, entre manifestement en contradiction avec Inst. I, 5, 4, qui affirme clairement que le troisième livre de la série était le traité sur Isaac.

  • 44  Comme on peut le remarquer d’après les affirmations initiales de De Abraham II, le même texte géné (...)
  • 45  F. Weissengruber, « Benützung des Ambrosius durch Cassiodor », dans : G. Lazzati (éd.), Ambrosius (...)
  • 46  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 58.

26Ainsi donc, si l’on veut se représenter les traités auxquels pouvaient correspondre les sept livres, entendus comme « divisions d’ouvrages », il faut tenir compte du fait qu’avant le De Isaac il y a deux places et après, puisque sont nécessairement présents, sur la base d’Inst. I, 6, 6, De Iacob I et II et De Ioseph, une seule. Or, cette dernière place ne peut que correspondre au De patriarchis ou De benedictionibus patriarcharum lié étroitement au De Ioseph à la fois dans la perspective ambrosienne et dans la tradition manuscrite. En revanche, au vu de la disposition chronologique confirmée par la succession Isaac – Jacob – Joseph, il est très probable que les deux places avant le De Isaac correspondaient à De Abraham I et II, sauf si, en se fondant sur les différences dans la configuration et la tradition manuscrite entre les deux livres d’Ambroise sur Abraham44 et/ou en voulant combler le vide chronologique créé par l’absence du De Noe qui, de fait, est consacré au premier patriarche, l’on envisage justement une succession De Noe De Abraham I. Néanmoins cette dernière hypothèse ne me semble pas convaincante. Il vaut certainement mieux penser que le recueil que Cassiodore avait entre les mains comprenait les traités d’Ambroise sur les patriarches postdiluviens, dont les livres (comme « divisions d’ouvrages ») sont au nombre de sept : 1. De Abraham I, 2. De Abraham II, 3. De Isaac, 4. De Iacob I, 5. De Iacob II, 6. De Ioseph, 7. De patriarchis/De benedictionibus patriarcharum ; il n’y a ainsi aucune aporie. C’est une hypothèse que, sans toutefois l’argumenter, F. Weissengruber avait formulée en passant45 dans un travail traitant de façon générale de la présence d’Ambroise dans l’œuvre de Cassiodore, et qui a été critiquée par Nauroy46 qui considère qu’Ambroise n’aurait jamais pu laisser en dehors d’une série de ce genre un traité qu’il présente lui-même dans le préambule comme suite et complément du De Isaac.

  • 47  Voir à cet égard G. Billanovich – M. Ferrari, « La tradizione milanese delle opere di Sant’Ambrogi (...)

27En effet, c’est là un point faible de la critique favorable à l’idée d’un cycle sur les patriarches publié par Ambroise lui-même, qui appelle une nécessaire réorientation d’un point de vue méthodologique : l’interprétation du témoignage de Cassiodore doit se faire iuxta propria principia, c’est-à-dire à travers l’analyse formelle interne que j’ai proposée ici, et non à partir d’a priori comme le fait qu’Ambroise aurait effectivement publié une série sur les patriarches ou que la tradition manuscrite des traités sur ces personnages qui nous est parvenue devrait être nécessairement en rapport avec la notice de Cassiodore — telle est la raison première de l’insertion dans la série du De bono mortis et du De fuga saeculi. En ce qui concerne, donc, l’identification des sept livres d’Inst. I, 1, 5 avec les livres ambrosiens sur les patriarches postdiluviens, on sera certes d’accord avec Nauroy qu’Ambroise n’aurait probablement pas détaché, dans une publication de ce genre, le De Isaac de son complément De bono mortis, mais cela peut être le fait d’un compilateur postérieur, étant donné que plusieurs recueils thématiques naissent, en particulier dans le milieu milanais, immédiatement après la mort d’Ambroise47. Et c’est là une clé de lecture que les données provenant des Institutiones de Cassiodore, malgré la conviction de celui-ci de la paternité ambrosienne directe du recueil qu’il possédait, ne permettent nullement d’exclure.

28C’est pourquoi, une fois produite une lecture fiable des passages des Institutions concernés, j’en viens à la vérification de ce qu’on peut effectivement dire sur cette prétendue publication à la lumière des critères internes fournis par les œuvres ambrosiennes et de l’examen de la tradition manuscrite qui est parvenue jusqu’à nous.

II. Les préambules des traités ambrosiens sur les patriarches sont-ils les indices d’une « mise en ordre rédactionnelle » finale ?

  • 48  G. Madec, Saint Ambroise et la philosophie, Paris, Études augustiniennes, 1974, p. 52, n. 162 : «  (...)
  • 49  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 51-53.

29L’expression de ce titre, que je fais mienne, appartient à G. Madec48 qui avait déjà cru retrouver les traces bien visibles d’un travail de composition en série sur les patriarches fait par Ambroise, dans les introductions d’au moins quatre traités : celles du De Cain et Abel, du De Noe, du De Abraham I et du De Ioseph. Cette hypothèse a été récemment reformulée par Nauroy qui, au lieu d’une composition progressive sur les patriarches mise en œuvre par Ambroise, a parlé plutôt d’une recomposition de ces traités au travers de « sutures ajoutées », correspondant justement aux préambules de quelques ouvrages faisant partie de la série qui irait à son avis, comme nous l’avons vu, du De Abraham au De IosephDe patriarchis : selon Nauroy, ces préambules prouveraient précisément le souci de l’évêque de présenter au lecteur un cycle sur les patriarches49.

  • 50  Ambrosius, Noe 1, 1 : Noe sancti adorimur vitam mores gesta, altitudinem quoque mentis explanare, (...)
  • 51  Voir Sant’Ambrogio, Opere esegetiche. Isacco o l’anima. Il bene della morte, introd., trad., notes (...)

30Or, une lecture attentive de ces « sutures ajoutées » montre que, dans la plupart des cas, nous ne sommes pas devant des textes qui prouvent l’existence de la composition ou recomposition de la part d’Ambroise d’une série bien déterminée, mais plutôt devant des précisions qui mettent ces textes en rapport les uns avec les autres, indépendamment de l’existence ou non d’une série. Dans certains cas, il n’y a aucune suture, aucun renvoi interne. C’est le cas du De Noe50, dont les premières lignes illustrent tout simplement l’intérêt d’Ambroise pour la vie, les mœurs, les actions de Noé, et, dans la mesure de ses possibilités, leur profondeur exégétique. C’est aussi le cas du De Isaac, dont un renvoi au De Abraham, souvent postulé dans certaines traductions à commencer par la traduction italienne des SAEMO51, est tout à fait fautif :

In patre nobis sancti Isaac vel origo satis expressa est vel gratia. Cui ad omnem redundat gloriam quod tanto et tam inimitabili viro natus Abrahae patri praemium fuit. Neque vero istud mirabile, cum in eo dominicae generationis et passionis figura praecesserit, siquidem et sterilis anus ex promissione Dei peperit eum, ut crederemus quod potens est deus facere ut possit et virgo generare, et oblatus unicus ad immolandum, qui et patri non periret et impleret sacrificium. Itaque ipso nomine figuram et gratiam signat : Isaac etenim risus Latine significatur, risus autem insigne laetitiae est (Isaac 1, 1).

  • 52  Voir à cet égard déjà Philo, De Praemiis et poenis 5, 31.

31Comme on peut le remarquer dans l’expression initiale in patre nobis sancti Isaac vel origo satis expressa est vel gratia, on ne fait aucune allusion à un traité précédent sur Abraham, ce qui postulerait une valeur un peu étrange de in patre, presque une synecdoque pour « dans le traité dédié à son père », mais plus simplement et naturellement Ambroise affirme que dans le père d’Isaac, Abraham, « nous est déjà suffisamment manifestée aussi bien l’origine que la grâce de saint Isaac », et la phrase suivante l’éclaircit encore : « C’est une preuve claire de sa gloire [celle d’Isaac, bien évidemment, auquel se réfère cui], le fait que, né d’un homme si grand et inimitable, il a constitué une récompense pour son père Abraham. » Et cette affirmation est à son tour appuyée par la suite : Isaac est une récompense, il n’y a rien d’étonnant (neque vero istud mirabile), parce qu’il est la figure/typos (cum in eo dominicae generationis et passionis figura praecesserit), traditionnelle dans le christianisme antique, du Christ sacrifié par le Père, instaurant ainsi la correspondance entre d’une part Dieu le Père et le Christ son Fils et d’autre part Abraham et Isaac (oblatus unicus ad immolandum, qui et patri non periret et impleret sacrificium). Enfin, le nom même d’Isaac, qui signifie « rire »52 (Isaac etenim risus Latine significatur, risus autem insigne laetitiae est), illustre à la fois la figure et la grâce (itaque ipso nomine figuram et gratiam signat). Ainsi la valeur exceptionnelle d’Isaac — c’est sur ce point qu’insiste de fait ce préambule, et nullement sur Abraham — est soulignée à travers la triade origine – grâce – figure, où le terme central « figure » sert de trait d’union entre le couple initial origine – grâce et celui qui conclut le paragraphe, figure – grâce.

  • 53  Ambrosius, Abr II, 1, 1 : Moralem quidem locum persecuti sumus qua potuimus intellectus simplicita (...)
  • 54  Ambrosius, Iacob II, 1, 1 : Superiore libro de virtutum praeceptis disputavimus, sequenti clarorum (...)

32Dans d’autres préambules, nous sommes devant de simples renvois internes entre le deuxième et le premier livre d’un même ouvrage. Ainsi en est-il du préambule du De Abraham II53 et de celui du De Iacob II54, qui soulignent tous deux une différence de démarche par rapport à leurs premiers livres respectifs, de niveau exégétique dans le premier cas ou de perspective dans le second.

  • 55  Id. Cain et Abel I, 1, 1 : De paradiso in superioribus pro captu nostro ut potuimus quod dominus i (...)

33Une troisième typologie, plus pertinente, est celle des préambules qui servent à rattacher entre eux des ouvrages différents, mais même dans ces cas il n’y a rien qui puisse nous faire penser à une série : excepté le début du De bono mortis qui se rattache étroitement, comme nous l’avons vu, au De Isaac, le préambule du De Cain et Abel renvoie plus généralement au De paradiso, soulignant qu'Ambroise a traité ce qui suit dans l’Écriture, parce qu’il conçoit les deux histoires comme naturellement liées l’une à l’autre et complémentaires55. En revanche l’unité profonde entre le De Ioseph et le De patriarchis ou De benedictionibus patriarcharum, dont, on l’a vu également, la tradition manuscrite la plus ancienne semble garder un souvenir bien précis, ne trouve aucune confirmation ou justification dans le préambule du deuxième ouvrage qui commence tout de suite à traiter l’interprétation morale et typologique de Gn 49.

34Comme on peut le voir, il n’y a rien dans ces textes qui puisse justifier l’edidit de Cassiodore. C’est pourquoi l’attention de la critique s’est portée surtout sur le texte qui a été conçu comme une véritable clé de voûte de la série imaginée. Il s’agit du préambule du De Ioseph :

Sanctorum vita ceteris norma vivendi est, ideoque digestam plenius accipimus seriem scripturarum, ut dum Abraham, Isaac et Iacob ceterosque iustos legendo cognoscimus, velut quendam nobis innocentiae tramitem eorum virtute reseratum enitentibus vestigiis persequamur. De quibus mihi cum frequens tractatus fuerit, hodie sancti Ioseph historia occurrit. In quo cum plurima fuerint genera virtutum, tum praecipue insigne effulsit castimoniae. Iustum est igitur ut, cum in Abraham didiceritis inpigram fidei devotionem, in Isaac sincerae mentis puritatem, in Iacob singularem animi laborumque patientiam, ex illa generalitate virtutum in ipsas species disciplinarum intendatis animum. Nam licet illa diffusiora, tamen ista expressiora sunt eoque facilius mentem penetrant quo magis circumscripta et determinata sunt. Sit igitur nobis propositus sanctus Ioseph tamquam speculum castitatis (1, 1).

  • 56  M. Cutino, « Per una lettura del De Ioseph di Ambrogio di Milano », Annali di Scienze Religiose 10 (...)

35Or, ce qui m’a toujours étonné à propos de l’approche de ce texte, c’est l’absence de la part de la critique d’un recours à la confrontation avec son modèle, qui est sans aucun doute le préambule du De Iosepho de Philon d’Alexandrie, sur lequel j’ai déjà attiré l’attention dans un travail général sur le traité ambrosien publié en 200556. Voici le texte en question (par. 1) :

  • 57  « Il existe trois manières d’atteindre au terme de la perfection : l’étude, la nature et l’exercic (...)

Τρεῖς μέν ἰδέαι, δι᾽ὧν τὸ ἄριστον τέλος, μάθησις, φύσις, ἄσκησις, Τρεῖς δὲ καὶ σοφῶν οἱ πρεσβύτατοι κατὰ Μωυσῆν ἐπώνυμοι τούτων· ὧν τοὺς βίους ἀναγεγραφώς, τὸν τε ἐκ διδασκάλιας καὶ τὸν αὐτομαθῆ καὶ τὸν ἀσκητικόν, τέταρτον κατὰ τὸ ἑξῆς ἀναγράψω τὸν πολιτικόν, οὗ πάλιν ἐπώνυμον ἕνα τῶν φυλάρχων διασυνίστησιν ἐκ πρώτης ἡλικίας συγκροτηθέντα57.

36Voyons de près, avant tout, ce modèle-ci. Philon dans ce texte affirme avoir composé, avant d’écrire le De Iosepho, trois traités concernant les trois voies de la perfection, μάθησις, φύσις, ἄσκησις (l’étude, la nature et l’exercice) qui portaient les noms des trois patriarches (Abraham, Isaac et Jacob). De ces trois ouvrages le seul à nous être parvenu est le De Abrahamo, les autres sont perdus. Et Philon souligne qu’il a trouvé ses modèles de composition dans l’Écriture, Moïse présentant ces trois patriarches, qui sont les plus anciens, comme ἐπώνυμοι de ces trois vertus. À ces trois, donc, à la suite — remarquons κατὰ τὸ ἑξῆς qui indique comment ce modèle suit immédiatement les trois déjà fournis — Philon ajoute comme quatrième modèle l’homme politique, modèle que Moise encore une fois présente dans l’Écriture sous le nom d’un patriarche, à savoir Joseph.

37Voyons comment le texte philonien est adapté par Ambroise. Ce qu’il faut remarquer, ce n’est pas seulement que les patriarches de­viennent dans le texte latin des modèles de vertus — Abraham représentant la fides, Isaac, la puritas mentis, et Jacob la patientia —, si bien que, en marchant sur leurs pas, le fidèle peut parcourir une sorte de sentier des vertus plus concret qu’un exposé théorique sur chaque vertu, et que, dans cette perspective, Joseph s’ajoute aux trois précédents comme insigne castimoniae, « paradigme de chasteté », mais surtout que le cadre littéraire change radicalement par rapport à l’intertexte grec. En effet, c’est plutôt le texte de Philon qui pourrait être cité comme exemple de composition progressive de traités sur les patriarches selon un dessein et une idéologie bien précis. Ambroise modifie nettement cette perspective, parlant plutôt de la lecture liturgique, dum Abraham, Isaac et Iacob ceterosque iustos legendo cogno­scimus, qui a été faite à propos des justes vétérotestamentaires selon l’ordre du récit scripturaire — et notons, à cet égard, qu’à côté de la triade Abraham – Isaac – Jacob, il mentionne aussi ceterosque iustos — ; ayant traité plusieurs fois de ces personnages, Ambroise dit : « Aujourd’hui se présente (à la lecture) l’histoire de saint Joseph ». Hodie est une formule typique dans les œuvres ambrosiennes pour indiquer la lecture du jour et les sermons, donc, prononcés à telle ou telle occasion par Ambroise, dont le texte écrit et publié garde souvent, comme on le sait bien, des traces bien visibles. À Philon, donc, qui parle d’une série de traités écrits (τοὺς βίους ἀναγεγραφώς), Ambroise substitue la performance orale d’un cycle de lectures et d’homélies sur les patriarches, suivant également l’ordre scripturaire, dans lequel chaque personnage illustre, sur le plan moral, la concrétisation paradigmatique des vertus idéales, ce qui suffit déjà à exclure qu’il fasse référence expresse aux traités De Abraham, De Isaac et De Iacob qui ne correspondent pas à ces caractéristiques : il suffit de penser au double plan exégétique de De Abraham I et II, à la densité mystagogique du De Isaac, irréductible à la simple puritas mentis. Nous sommes plutôt dans la perspective d’une prédication continue sur les patriarches ou pour mieux dire sur les justes vétérotestamentaires dont, par exemple, on peut rappro­cher celle qui accompagne la préparation au baptême des competentes, selon le début du De mysteriis :

De moralibus quotidianum sermonem habuimus, cum vel Patriarcharum gesta, vel Proverbiorum legerentur praecepta; ut his informati atque instituti assuesceretis maiorum ingredi vias, eorumque iter carpere, ac divinis obedire oraculis : quo renovati per baptismum, eius vitae usum teneretis, quae ablutos deceret. Nunc de mysteriis dicere tempus admonet, atque ipsam sacramentorum rationem edere (I, 1, 1‑2).

38Ainsi donc, la référence — réelle ou fictive, peu importe — au début du De Ioseph à la production homilétique dont est issu le traité écrit, est bien évidemment voulue par Ambroise et la confrontation avec le modèle philonien la met en valeur. Par ailleurs, cet usage n’a rien d’exceptionnel dans la production ambrosienne, comme le montre le début d’Hexameron III, 1, 1 : Dies tertius nobis hodie in sermone nascitur, ou du De interpellatione Iob et David II, 1 : Superior disputatio fuit de interpellatione sanctorum […] hodie nobis ea sumenda est, expressions très similaires au hodie sancti Ioseph historia occurrit du De Ioseph.

39Une lecture correcte du préambule du De Ioseph, en dépit de l’apparente correspondance entre la mention des patriarches postdiluviens et les sept livres sur ceux-ci — lesquels, à mon sens, constituent très probablement le recueil De patriarchis dont, selon Cassiodore, Ambroise serait l’auteur —, nous permet d’affirmer qu’on ne peut invoquer le préambule du De Ioseph ni pour appuyer l’idée du souhait qu’aurait eu Ambroise de publier une série sur les patriarches, qui pourrait justifier une éventuelle recomposition de traités déjà composés, ni pour établir une chronologie relative de la publication des traités d’Ambroise — dans ce cas dans l’ordre De Abraham – De Isaac – De Iacob – De Ioseph. On pourrait plutôt supposer le contraire : après la mort d’Ambroise, quelque épigone a pu être incité à rassembler les quatre traités composés par l’évêque milanais sur les patriarches postdiluviens par le fait qu’il trouvait dans le préambule du De Ioseph la confirmation d’un « fil rouge » entre ces ouvrages.

III. Le cycle sur les patriarches et les corpus médiévaux des traités ambrosiens

  • 58  Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 277-278 et 288-289.

40Nous pouvons maintenant prendre en compte la tradition manuscrite pour vérifier si elle entretient quelque rapport avec le témoignage de Cassiodore. Il se trouve que, dans son article sur la série De patriarchis58 et dans son édition du De fuga saeculi, C. Gerzaguet a la première reconnu l’intérêt d’un manuscrit de l’époque carolingienne (du troisième ou quatrième quart du ixe siècle) de la Bibliothèque capitulaire de Lucques, le ms. 14, copié à Milan. Elle a ainsi pu ajouter au manuscrit également carolingien (à peu près contemporain, remontant au dernier quart du ixe siècle) de Karlsruhe, l’Augiensis 213, copié en Italie du Nord, un autre témoin, attestant plus clairement un corpus d’écrits sur les patriarches : si, en effet, dans l’Augiensis il y a seulement l’indication au début du codex Incipiunt libri sancti ambrosii de Patriarchis. De Abraham primus, dans le manuscrit de Lucques au contraire il y a une table du contenu aux f. 2v et 3v que je reproduis ci-dessous :

Sancti Ambrosii Libri Qui De Patriarchis Inscribuntur. Hi Sunt

De Abraham Liber I

De Isaac et Anima Liber I

De Bono Mortis Liber I

De Esau et de Fuga Saeculi Liber I

De Iacob et Vita Beata Libri II

De Ioseph Liber I

De Benedictionibus Patriarcharum Liber I

De Apologia David Liber I

De Nabuthe et Achab Liber I

De Testimonio in Salomone Liber I

  • 59  Ibid., p. 289.
  • 60  Voir le stemma codicum de cette édition, p. 141.
  • 61  Je me réfère à la thèse de doctorat, soutenue en 2006 à Paris 4 mais non publiée, de L. El Horr, L (...)

41Ainsi C. Gerzaguet a pu formuler l’hypothèse suivante59 : les deux exemplaires remontant sans aucun doute de façon indépendante à un ancêtre commun, le subarchétype β, que la savante, dans son édition du De fuga saeculi ci-dessus mentionnée, date de la fin du vie ou du début viie siècle60, cet ancêtre commun β pouvait bien présenter à l’identique le corpus dont témoignent les deux manuscrits. En réalité, à la lumière de l’analyse de la tradition manuscrite du De patriarchis/De benedictionibus patriarcharum que j’ai conduite en vue d’une nou­velle édition de ce traité, la situation du manuscrit de Lucques me semble plus complexe. Dans cette tradition, l’union étroite entre le De Ioseph et ce traité, documentée à partir de témoignages très an­ciens que j’ai déjà considérés, est confirmée par les deux branches qui la transmettent. L’une est constituée justement par la famille germano-italienne déjà étudiée dans le cadre des éditions du De Iacob, du De fuga saeculi et du De bono mortis61, à laquelle j’ai également attribué le sigle β ; l’autre, correspondant à une famille de manuscrits franco-anglaise, que j’ai désignée par le sigle α, comme l’autre branche du De Iacob, du De fuga saeculi et du De bono mortis, est, cependant, tout à fait originale par rapport à celle-ci. J’illustre ci-dessous les contenus des deux rameaux en ce qui concerne les œuvres ambrosiennes :

  • 62  D’autres variantes se trouvent dans les manuscrits de Durham, Dean and Chapter Library cod. B. II. (...)

42Famille α62

  • Boulogne-sur Mer, Bibl. mun., 32 (s. vi3-4/4)
    Apologia David, De Ioseph, De patriarchis, De Paenitentia (I et II), De excessu Satyri (I et II, le deuxième étant intitulé, selon une tradition remontant à Ambroise lui-même, De resurrectione), Epistulae 64-67.

  • Paris, BNF, Lat. 12137 (s. ix2-3/4)
    De Noe, De Abraham (I et II) + Apologia David, De Ioseph, De patriarchis, De excessu fratris (I et II), Epist. 64-67 + De incarnatione domini (ce manuscrit comprend trois parties : voir plus bas).

  • Oxford, Bodl. Libr., Bodl. 137 (s. xii)
    Apologia David, De Ioseph, De Patriarchis, De Paenitentia, De excessu fratris Satyri, Epistulae 64-67.

43Famille β (pour Lucca 14, voir ci-dessus)

  • Karlsruhe, Bad. Landesbibl., Augiensis 213 (s. ix4/4)
    Titre général Incipiunt libri sancti Ambrosii de patriarchis; De Abraham I, De Isaac et anima, De bono mortis, De fuga saeculi, De Iacob I et II, De Ioseph patriarcha, de benedictionibus patriarcharum, De Nabuthae

  • Karlsruhe, Bad. Landesbibl., Augiensis 156 (s. xi)
    De Abraham I, De Isaac et anima,De bono mortis, De fuga saeculi, De Iacob I et II, De Ioseph patriarcha, De benedictionibus patriarcharum, De Nabuthae iezrahelita.

  • Città del Vaticano, BAV, Vat. lat. 264 (s. xiex-xiiin)
    De Abraham I, De Isaac, De bono mortis, De fuga saeculi, De Iacob, De Ioseph, De patriarchis, De Nabuthae.

  • Einsiedeln, Stiftsbibl., 164 (s. xii1/2)
    De Abraham I, De Isaac, De bono mortis, De fuga saeculi, De Iacob, De Ioseph, De patriarchis, De Nabuthae.

  • Reims, Bibl. mun., 379 (s. xii1/2)
    De Abraham I, De Isaac et anima, De bono mortis, De fuga saeculi, De Iacob I et II, De Ioseph patriarcha, De benedictionibus patriarcharum, De Nabuthae iezrahelita.

  • 63  Voir à cet égard les contributions d’H. Savon, « La structure et la formation du ‟livre IX” de l’é (...)
  • 64  Si l’on excepte Charleville-Mézières 212 (s. xiii), qui dépend de Reims 379 ; voir le stemma codic (...)

44Cette liste montre bien comment, parmi tous les exemplaires de β, seul le manuscrit de Lucques associe l’Apologia David au De Ioseph et au De patriarchis tout comme dans la branche α qui est caractérisée, par ailleurs, par un recueil de textes ambrosiens comprenant aussi, outre l’Apologia David, le De Ioseph et le De patriarchis, les deux livres du De excessu Satyri, le De paenitentia et un groupe de lettres, les 64-67 et 68 de l’édition Zelzer, qui ont connu selon toute probabilité une circulation autonome avant la constitution définitive de la correspondance d’Ambroise dans la collectio qui nous est parvenue63. Aucun des autres manuscrits de β64 ne comprend l’Apologia, qui devait donc manquer dans le subarchétype de cette famille germano-italienne.

  • 65  Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 288.

45Cependant, ce qui nous importe plus, en ce qui concerne le rapport entre cette liste et les sept livres de patriarchis attestés par Cassiodore, C. Gerzaguet65 elle-même ne se cache pas les difficultés et les apories dans lesquelles on tombe si l’on croit que la liste de β est soit « un vestige altéré de la série connue de Cassiodore », soit « une tentative de reconstruction de celle-ci à partir des éléments fournis par les Institutiones ». En effet, l’ordre de cette liste de patriarchis ne coïncide pas du tout avec celui que Cassiodore pourrait faire envisager, quelle que soit l’acception donnée à liber en Inst. I, 1, 5. Il faut, avant tout, observer que, en β, la série appelée de patriarchis ne s’arrêtait pas du tout au De patriarchis/De benedictionibus patriarcharum, mais comprenait aussi au moins le De Nabuthe. En outre, on ne trouve pas du tout confirmation dans ce recueil de la troisième place occupée parmi les libri de patriarchis par le De Isaac en Inst. I, 5, 4, celui-ci se trouvant à la deuxième place après De Abraham I, si bien que, pour résoudre cette incongruité, C. Gerzaguet en arrive à postuler soit une omission ou une corruption dans le subarchétype β avec la chute de De Abraham II, favorisée par ses caractéristiques autonomes, comme nous l’avons vu, par rapport à De Abraham I, soit une reconstitution imparfaite en β de la série cassiodorienne.

  • 66  Un autre élément intéressant à remarquer à propos de ces rubriques est le fait qu’elles font référ (...)

46Si l’on en vient à considérer d’autres éléments ressortant de la tradition de traités ambrosiens qui peuvent être rapprochés de la série sur les patriarches dont parle Cassiodore, le Parisinus latinus 12137, du milieu du ixe siècle, est le plus intéressant. Ce manuscrit, en effet, est constitué de trois parties ou sections distinguées par un espace blanc : la première, jusqu’au f. 60v, présente le De Noe, le De Abraham I et II, et seulement le titre du De Isaac ; la deuxième qui commence au f. 61r comprend l’Apologia David, le De Ioseph, le De benedictionibus patriarcharum, le De paenitentia, le De excessu fratris et des lettres (64-67 de l’édition Zelzer), dont la dernière est incomplète ; enfin, à partir du f. 136r, on trouve le traité De incarnationis dominicae sacramento, dont le texte est lui aussi incomplet. Au-delà de cette configuration composite, ce sont des rubriques relatives au contenu du manuscrit qui retiennent notre attention. En effet, aux f. 60v‑61r on trouve deux tables des matières, appartenant à deux mains différentes, écrites la première en minuscule caroline de façon serrée en bas du f. 60v pour remplir évidemment le vide laissé par la mutilation de la première partie du codex, dont on a conservé seulement l’intitulé du De Isaac, la deuxième en onciale et semi-onciale au début de 61r. Ces rubriques mentionnent dans l’ordre l’Apologia David, le De Ioseph, le De patriarchis/De benedictionibus patriarcharum, le De paenitentia, le De excessu fratris et les épîtres, sans le De incarnationis dominicae sacramento66.

  • 67  Un témoignage, également carolingien (troisième quart du ixe siècle), de la tradition indirecte no (...)

47Si l’on ajoute à cela le fait que, par rapport à ces tables des matières, dans le contenu effectif du Parisinus latinus 12137, il manque les deux livres De paenitentia, absence qui ne correspond pas du tout à une corruption de cette section du manuscrit vu qu’au f. 99r le premier livre De excessu fratris suit sans solution de continuité l’explicit du De patriarchis/De benedictionibus patriarcharum, et que, en revanche, les deux livres De paenitentia sont bien présents dans le Bononiensis 32, à la place qu’ils ont dans ces tables du Parisinus, alors on peut conclure que ceux-ci, antérieurs à la deuxième partie du Parisinus dans la forme sous laquelle il nous est parvenu, se réfèrent à un contenu proche de celui du Bononiensis, qui, par ailleurs, tel qu’il nous est parvenu, s’arrête incomplet67.

  • 68  G. Nauroy, « Vers un nouveau texte critique du De Iacob et vita beata », dans : Id., Lire et édite (...)

48Mais la première section du Parisinus est encore plus importante pour notre propos, car elle présente une succession De Noe – De Abraham I – De Abraham II – De Isaac (seulement le titre). Son importance tient donc au fait qu’il est l’unique manuscrit à nous être parvenu qui garde une succession de traités sur les patriarches où, si l’on donne, comme le veut Lucchesi, au liber d’Inst. I, 1, 5 l’acception d’« ouvrage », le De Isaac, dont on garde seulement le titre, se trouvait à l’origine effectivement en troisième place. Mais ce manuscrit ne fournit aucun indice68 que cette section incomplète soit ce qui reste d’une série sur les patriarches. En fait, au f. 1r on trouve une table, qui constitue l’index du contenu du Parisinus latinus 12137 dans l’état dans lequel il nous est parvenu, qui synthétise ces trois ouvrages sous la formule, proche de celle des manuscrits Lucca 14 et Augiensis 213, (hic continentur) libri s. Ambrosii de patriarchis, et mentionne ensuite dans l’ordre l’Apologia David, les De patriarchis libri duo, le De paenitentia libri duo, le De excessu fratris sui Satyri libri duo, des epistulae quat­tuor, ainsi que le De incarnationis dominicae sacramento incomplet. Mais ce tableau est sans aucun doute récent, de l’époque moderne. Dans la première section du manuscrit il n’y a rien qui aille dans la direction d’un cycle sur les patriarches : la mention du De Noe liber primus, qui est particulièrement étrange, s’explique en réalité par le fait qu’à la fin de ce traité il y a un explicit, De arca Noe liber primus explicit. Secundus deest. Requiritur, et, après, un espace blanc, avant le début du De Abraham, comme si le copiste s’attendait effectivement à une suite.

  • 69  Zelzer, « Quelques remarques », p. 26. Mais Faller, CSEL 73, p. 108, l’attribue plus prudemment à (...)

49Par ailleurs, si l’on passe à la famille française — subarchétype α de la tradition du De Iacob, du De bono mortis et du De fuga saeculi —, en dépit de la conviction de Zelzer69 qui voit dans le corpus qui y est transmis une publication authentiquement ambrosienne, il n’y a rien qui puisse nous faire penser à la publication ambrosienne d’une série sur les patriarches et le témoignage de Cassiodore s’avère encore plus éloigné, comme le montre le contenu des deux manuscrits les plus significatifs de cette famille :

  • Saint-Omer, Bibl. mun., 72 (s. ixin)

  • De Isaac, De bono mortis, De fuga saeculi, De Iacob, De paradiso, De obitu Valentiniani, Epist. 14 extra coll.

  • Paris, BNF, Lat. 1913 (s. ixin)

  • De Isaac, De bono mortis, De fuga saeculi, De Iacob, De paradiso, De obitu Valentiniani, Epist. 14 extra coll.

50Notre analyse nous semble pouvoir aboutir à de fécondes conclusions, récapitulées ci-dessous.

  1. Les témoignages de Cassiodore évoquent une série de sept livres d’Ambroise sur les patriarches. Selon toute probabilité, le terme « livre » est à entendre comme « divisions d’ouvrage » plutôt que comme « titres d’ouvrages ». Il s’agirait notamment d’un recueil des traités ambrosiens sur les patriarches post-diluviens, De Abraham, De Isaac, De Iacob, De Ioseph et De patriarchis (ou De benedictionibus patriarcharum), qui, pour Cassiodore, forment un ouvrage unique publié par l’évêque milanais. Par ailleurs, si l’on entend comme « titres d’ouvrages » les libri d’Inst. i, 1, 5, toutes les reconstructions proposées, y compris celle de Lucchesi, aboutissent à une impasse. En tout cas, il est impossible de postuler en Inst. i, 1, 5 la double valeur de « divisions d’ouvrages » et de « titres d’ouvrages » comme le font les critiques qui partent de l’a priori de la constitution du cycle attesté par Cassiodore serait bel et bien due à Ambroise ou des traces d’une tradition manuscrite de cette série sur les patriarches.

  2. L’analyse des préambules des œuvres ambrosiennes ne confirme nullement que l’évêque de Milan aurait eu l’intention de publier une édition revue de ses traités sur les patriarches. Les « sutures » dans ces préambules, qui ont attiré l’attention des critiques, concernent seulement des liens entre deux ouvrages ou entre le premier et le deuxième livre d’un ouvrage. Seul le préambule du De Ioseph pourrait être rapproché de la série dont parle Cassiodore, mais l’analyse comparative avec son modèle littéraire, le préambule du De Iosepho de Philon, montre au contraire qu’Ambroise met en avant le moment de la prédication orale d’un cycle sur les patriarches postdiluviens et d’autres figures éminentes de l’Ancien Testament, ce qui constitue une variation délibérée par rapport au projet éditorial de quatre écrits sur les patriarches — on a bien affaire, dans ce cas, à un tel projet — reconsidéré a posteriori par Philon au début du quatrième.

    • 70  L. Cracco Ruggini, « Il 397, l’anno della morte di Ambrogio », dans : Pizzolato –Rizzi (éd.), Nec (...)

    La tradition manuscrite transmet des dossiers d’ouvrages ambrosiens sous le titre général de libri sancti Ambrosii de Patriarchis, notamment, selon toute probabilité, la branche β de la tradition de traités comme le De Iacob, le De bono mortis et le De fuga saeculi. Mais ces dossiers sont irréductibles, du point de vue formel, à ce que l’on peut tirer des témoignages de Cassiodore, si bien qu’on pourrait plutôt penser qu’une partie de la tradition a gardé le souvenir d’une série sur les patriarches et l’a appliqué, de manière extensive, à des dossiers ambrosiens où figuraient quelques traités de ce type. Si l’on cherche dans la tradition des constantes, des « dénominateurs communs » qui se laisseraient ramener aux intentions d’Ambroise en personne, il reste difficile de l’affirmer, parce que ces constantes, ces « dénominateurs communs » entre les différentes familles qui reçoivent le sigle α et la famille germano-italienne β des traités sur les patriarches témoignent seulement de la présence simultanée en β de la tétralogie De Isaac, De bono mortis, De fuga saeculi, De Iacob et du binôme De Ioseph De patriarchis ou De benedictionibus patriarcharum, lesquels sont transmis indépendamment les uns des autres respectivement dans la branche française α, où la tétralogie est associée au De paradiso, au De obitu Valentiniani et à l’Epist. 14 extra coll., et dans la famille franco-anglaise α, où le couple De Ioseph De patriarchis (ou De benedictionibus patriarcharum) est normalement précédé par l’Apologia David, et suivi par le De Paenitentia, le De excessu Satyri, les epistulae 64-67 et peut-être le De incarnationis dominicae sacramento. Ces regroupements remontent-ils à l’initiative éditoriale d’Ambroise lui-même, subissant, dans la suite de la transmission, des modifications/intégrations variées ? L’idée avancée par C. Gerzaguet70, d’un « noyau dur » constitué par ladite tétralogie, remontant peut-être à une véritable initiative éditoriale d’Ambroise, est séduisante, mais elle demeure une hypothèse, certes plus solidement appuyée par les données de la tradition manuscrite qu’un prétendu cycle ambrosien sur les patriarches.

  3. Tout cela nous amène à penser que la série dont parle Cassiodore s’insère dans la tendance, bien documentée par la tradition manuscrite et qui apparaît juste après la mort d’Ambroise, à assembler sur une base thématique les ouvrages de l’évêque milanais.

    • 71  C. Gerzaguet, « Les traités d’Ambroise sur les patriarches : à la recherche de l’exemplaire florie (...)

    Mais ce qui nous intéresse surtout, c’est de pouvoir donner un cadre correct à l’activité littéraire d’Ambroise et à la chronologie interne de ses œuvres. Le peu que nous savons de la révision finale de ses œuvres par Ambroise — révision que certains témoignages nous font entrevoir —, le caractère uniquement circonstanciel des hypothèses qu’on peut formuler concernant les phases les plus anciennes de la transmission de ces ouvrages, tout cela invite nécessairement à la prudence. C’est-à-dire à ne pas insister trop sur l’idée que dans les dernières années de sa vie (395-397) — qui ne sont d’ailleurs nullement marquées par un éloignement de la dimension publique de la part de l’évêque ni par une forme de repli sur soi, comme l’a bien montré L. Cracco Ruggini71 dans l’une de ses contributions — Ambroise aurait effectivement donné à ses ouvrages la forme que nous leur connaissons. Les œuvres d’Ambroise sans aucun doute — parce que lui-même le confirme par les nombreuses références et renvois internes qu’il fait entre ses ouvrages — ont connu une publication progressive au long de son activité littéraire. Certaines d’entre elles ont peut-être subi une révision en vue d’une publication sous forme de dossier, on ne saurait l’exclure, mais on ne peut non plus l’affirmer. En ce qui concerne la série dite sur les patriarches, le fait est que rien ne va dans cette direction.

Haut de page

Notes

1  Je me réfère en particulier aux Epist. 32, 7 et 37, 1-3. Pour l’interprétation de ces passages, ainsi que sur la question plus générale de la publication de sa correspondance par Ambroise, je me permets de renvoyer à M. Cutino, « Les finalités et l’organisation de la correspondance d’Ambroise de Milan », dans les actes du colloque strasbourgeois mentionnés dans la note suivante, p. 87-146 (p. 96‑109).

2  Les deux colloques se sont tenus respectivement à Saint-Étienne et Lyon et à Strasbourg, et leurs actes ont été publiés : voir A. Canellis (éd.), La correspondance d’Ambroise de Milan (Centre Jean Palerne. Mémoires 33[a]), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012 ; M. Cutino – F. Vinel (éd.), Les dossiers de la correspondance d’Ambroise de Milan. Actes de la journée d’études ambrosiennes, 28 novembre 2013 (Revue des études tardo-antiques. Supplément 2), Nanterre, Association « Textes pour l’Histoire de l’Antiquité Tardive », 2014, (publication numérique : http ://www.revue-etudes-tardo-antiques.fr/ret-supplement-2-2014-2015).

3  M. Zelzer, « Quelques remarques sur la tradition des œuvres d’Ambroise et leurs titres originaux », dans : G. Nauroy (éd.), Lire et éditer aujourd’hui Ambroise de Milan. Actes du colloque de l’Université de Metz (20-21 mai 2005) (Recherches en littérature et spiritualité 13), Bern, P. Lang, 2007, p. 21-35. Pour la datation, voir M. Cutino, « Note sulla datazione del De virginitate di Ambrogio », Augustinianum 46, 2006, p. 95-108.

4  Voir les Mauristes (1686-1690) en PL 14, 417-420 ; S. Lenain de Tillemont, Memoires pour servir a l’Histoire ecclesiastique des six premiers siecles, justifiez par les citations des auteurs originaux, Venise, F. Pietteri, 1732, vol. 10, p. 289-291 ; K. Schenkl, CSEL 32/1 (1897), p. iii-v ; Id., CSEL 32/2 (1897), p. i. Sur ce cycle, voir également M. Ihm, « Studia Ambrosiana », Jahrbücher für classische Philologie. Supplementband 17, 1890, p. 1-124 (p. 16-17) ; J.-R. Palanque, Saint Ambroise et l’Empire romain, Paris, E. de Boccard, 1933, p. 442-444 ; F. H. Dudden, The Life and Times of St. Ambrose, vol. 2, Oxford, Clarendon Press, 1935, p. 681-684 ; E. Lucchesi, « Note sur un lieu de Cassiodore faisant allusion aux sept livres d’Ambroise sur les patriarches », Vigiliae Christianae 30/4, 1976, p. 307-309.

5  G. Nauroy, « Les Vies des patriarches d’Ambroise de Milan : de Cassiodore au débat critique moderne », Revue d’études augustiniennes et patristiques 54, 2008, p. 43-61.

6  C. Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore et la série dite De patriarchis », Revue d’études augustiniennes et patristiques 59/2, 2013, p. 275-298.

7  G. Visonà, Cronologia ambrosiana. Bibliografia ambrosiana (1900-2000) (SAEMO 25-26), Milano, Biblioteca Ambrosiana, 2004.

8  L’édition que j’utilise est celle de R. A. B. Mynors, Cassiodori senatoris Institutiones, Oxford, Clarendon Press, 19612.

9  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 46.

10  Palanque, Saint Ambroise, p. 442 : « Les sept ouvrages […] sont toujours considérés comme formant la série des livres sur les Patriarches dont parle Cassiodore. Celui-ci a pu refléter une tradition déjà fondée ou imaginer lui-même un groupement arbitraire. »

11  Cassiodorus, Inst. I, 1, 1 : Primus Scripturarum divinarum codex est Octateuchus, qui initium illuminationis nostrae historica relatione fecit a Genesi.

12  Ibid.: Deinde sanctus Ambrosius, ut est planus atque suavissimus doctor, exinde sex libros eloquentiae suae more confecit, quos appellavit «Exameron».

13  Les Mauristes ne dressent à proprement parler aucune liste. On peut cependant en reconstruire une sur la base des affirmations de Lenain de Tillemont : elle coïncide avec la liste proposée par Nauroy.

14  Lucchesi, « Note sur un lieu », p. 307-309, est le premier à l’insérer, suivi par Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 59.

15  Ainsi Lenain de Tillemont, Mémoires, p. 290, suivi par Ihm, « Studia Ambrosiana », p. 16-17, et Schenkl, CSEL 32/1, p. iii-v, suivi par Dudden, The Life, p. 681-682.

16  Ambrosius, Bon. mort. 1, 1 : Quoniam de anima superiore libro sermonem aliquem contexuimus, faciliorem viam putamus de bono mortis conficere aliquid.

17  Je suis de près le tableau récapitulatif très clair qui se trouve chez Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 280, auquel j’ajoute le schéma postulé par Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 59.

18  Pour cette question, voir l’édition de Nauroy du De Iacob (SC 534, 2010), p. 98-117. Pour la tradition chrétienne occidentale sur cet important épisode biblique, voir L. F. Pizzolato – C. Somenzi, I sette fratelli Maccabei nella Chiesa antica d’Occidente (SPM 25), Milano, Vita e Pensiero, 2005 (pour Ambroise, en particulier p. 47-78).

19  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 45. Je ne partage pas l’idée, qui fut celle de Weissengruber (voir n 46 ci-dessous), selon laquelle, ici, liber patriarcharum ferait référence aux deux ouvrages De Ioseph et De patriarchis = De benedictionibus patriarcharum ; la tradition manuscrite et les informations dont nous disposons suggèrent plutôt, tout au contraire, que dans une souche particulièrement ancienne de cette tradition ces deux ouvrages étaient transmis respectivement comme premier et deuxième De Ioseph. Cf. aussi Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 279, n. 17. Voir plus loin.

20  Cf. CSEL 32/1, praef. v.

21  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 44.

22  Comme le remarque aussi Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 49, il ne faut pas surestimer cette référence aux quaestiones en la rattachant au genre des quaestiones et responsiones, parce que la référence au caractère problématique, et souvent aporétique, du texte biblique, est topique dans cet ouvrage de Cassiodore ; son emploi en I, 1, 4 des mêmes expressions à propos d’une œuvre d’Augustin qui appartient à proprement parler au genre polémique-apologétique le montre aisément. Voir la note suivante.

23  Voir pour cet aspect, L. F. Pizzolato, « Ambrogio e la retorica : le finalità del discorso », dans : L. F. Pizzolato – M. Rizzi (éd.), Nec timeo mori. Atti del Congresso internazionale di studi ambrosiani nel XVI centenario della morte di sant’Ambrogio, Milano, 4-11 aprile 1997 (SPM 21), Milano, Vita e Pensiero, 1998, p. 235-265. Par ailleurs, même si Cassiodore qualifie Ambroise de suavissimus doctor en I, 1, 3, la formule qu’il emploie en I, 1, 5 est générique, comme cela est fréquent dans les Institutiones, si bien qu’elle est appliquée de façon identique à Augustin en tant qu’auteur du Contra adversarium legis et prophetarum en Inst. I, 1, 4 : Pari quoque modo duos libros vir praedictus effecit, quibus titulum posuit «Contra inimicum legis et prophetarum», ubi simili modo multa de legis divinae quaestionibus enodavit.

24  À cet égard, l’inventaire de C. Gerzaguet dans « Ambroise, Cassiodore » n’est pas exhaustif et présente des éléments de contradiction remarquables : d’une part, elle affirme qu’à la place de liber, Cassiodore « n’emploie ni codex ni volumen qui auraient impliqué, chacun, des interprétations différentes » (p. 281, n. 25) — cela est exact pour codex, pas du tout pour volumen — ; d’autre part, elle constate que « Cassiodore désigne les différents livres qui composent le De fide d’Ambroise par le terme volumina » (p. 281, n. 25) et reconnaît que « Cassiodore emploie couramment liber pour désigner une division d’ouvrage » et qu’il « utilise parfois volumen pour renvoyer aux divisions d’ouvrages » (p. 287, n. 48), comme c’est justement le cas du De fide ambrosien. Par ailleurs, elle fournit une documentation partielle (seulement une occurrence dans Inst. I, 17, 2, les autres provenant d’Inst. II [3, 8 ; 3, 12. 13]) pour appuyer la valeur de « titres d’ouvrages » des sept livres de I, 1, 5, sans prêter attention au contexte de ce passage (p. 287, n. 47).

25  Cassiodorus, Inst., praef. 8 : Quos ego cunctos novem codices auctoritatis divinae, ut senex potui, sub collatione priscorum codicum amicis ante me legentibus sedula lectione transivi ; ubi multum me laborasse Domino iuvante profiteor.

26  Ibid. I, 1, 1 : Qui — scil. Basilius — usque ad hominis conditionem novem libros tetendit.

27  Ibid. I, 1, 2 : Nam et pater Augustinus, contra Manicheos duobus libris disputans, [] textum Genesis diligenter exposuit.

28  Ibid. I, 1, 4 : De isdem principiis sanctus quoque Augustinus, disertus atque cautissimus disputator, duodecim volumina conscripsit.

29  Ibid. : In libris quoque Confessionum posterioribus tribus voluminibus de Genesis explanatione disseruit.

30  Ibid. I, 1, 6 : Sanctus etiam Hieronymus uno volumine de libro Geneseos solvit propositas questiones.

31  Ibid. I, 2, 2 : Primi siquidem voluminis quattuor omelias Origenis inveni.

32  Ibid. I, 2, 3 : De quo libro etiam beatus Augustinus ad Simplicianum episcopum Mediolanensem scribens, sex solvit propositas quaestiones.

33  Ibid. I, 2, 7-8 : In secundo quoque volumine codicis eiusdem Origenis unam repperi nihilominus omeliam. In tertio igitur libro antefati codicis sanctus Ambrosius Mediolanensis episcopus sermonem fecit de iudicio Salomonis.

34  Ibid. I, 5, 4 : Diligentissimos expositores sub uno codice comprehendi, ut simul omnes legentibus offerantur qui tractatores unius voluminis extiterunt.

35  Ibid. I, 6, 1 : Sequitur Agiographorum codex sextus, habens libros octo qui in capite suo continet Iob.

36  Ibid. I, 6, 6 : In Hesdrae vero libris duobus Graeco sermone singulas omelias expositas Origenis inveni.

37  Cassiodore parle génériquement de livres (I, 6, 4 et I, 6, 6), nommant spécifiquement le deuxième utilisé par Ambroise dans le De Ioseph = De Iacob.

38  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 44 ; Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 279.

39  Cet intitulé est propre à la branche de la tradition manuscrite à laquelle j’ai donné le sigle β, constituée par la famille germano-italienne à laquelle appartiennent, entre autres, les manuscrits Lucca, Biblioteca capitolare 14 (ix2-3/4 siècle) et Karlsruhe, Augiensis 213 (ix4/4 siècle), dont il sera question un peu plus loin.

40  Dans le Bononiensis, il n’y a pas d’incipit, mais au f. 35v on lit : Explicit liber primus de Ioseph. Incipit de patriarchis ; dans le Parisinus latinus 12137, au f. 75, on trouve : Incipit liber primus beati Ambrosii de Ioseph (l’explicit étant plus générique au f. 90 : Explicit liber sancti Ambrosii De Ioseph. Incipit liber eiusdem de benedictionibus patriarcharum).

41  Cf. Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 284, n. 39.

42  Je reviendrai plus en détail sur la question des intitulés de ces deux traités dans l’édition susmentionnée.

43  Là encore Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », se produit dans des observations contradictoires : d’une part elle semble entendre les libri d’Inst. I, 1, 5 au sens de « titre d’œuvre » (p. 287), ce qui devrait la rapprocher de la proposition de Lucchesi (« Note sur un lieu de Cassiodore », p. 307-309), mais d’autre part, quand elle fournit une liste hypothétique de sept livres ou « titres » (ibid.), cette liste (1. De Abraham, 2. De Isaac, 3. De bono mortis, 4. De fuga saeculi, 5. De Iacob, 6. De Ioseph, 7. De benedictionibus patriarcharum) s’avère incohérente et ce, aussi bien par rapport aux données mêmes de Cassiodore, mettant le De Isaac à la deuxième place, que par rapport à la signification de « division d’ouvrage » qu’elle postule (ibid.) pour liber en I, 5, 4, étant donné que si l’on entend le couple De Isaac De bono mortis, d’après les affirmations d’Ambroise lui-même, comme un seul ouvrage en deux livres, la division de cet ouvrage qui doit nécessairement se trouver à la troisième place est le De Isaac.

44  Comme on peut le remarquer d’après les affirmations initiales de De Abraham II, le même texte génésiaque concernant le patriarche Abraham est commenté par Ambroise dans le livre I dans une perspective simplex/moralis qui s’attache plus à la lettre, tandis que, dans le livre II, il vise ad altiora, c’est-à-dire des significations plus profondes : cf. Abr. II, 1, 1 : Moralem quidem locum persecuti sumus qua potuimus intellectus simplicitate, ut qui legunt morum sibi possint haurire magisteria. Sed [] non absurdum reor referre ad altiora sensum et per historiam diversarum personarum virtutis formae quendam processum explicare. En outre, dans la famille germano-italienne β (mentionnée ci-dessus dans la n. 39), le premier livre de ce traité est transmis à part.

45  F. Weissengruber, « Benützung des Ambrosius durch Cassiodor », dans : G. Lazzati (éd.), Ambrosius episcopus. Atti del Congresso internazionale di studi ambrosiani nel XVI centenario della elevazione di sant’Ambrogio alla cattedra episcopale, Milano 2‑7 dicembre 1974 (SPM 6-7), vol. 2, Milano, Vita e Pensiero, 1976, p. 378-398 (p. 387‑388).

46  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 58.

47  Voir à cet égard G. Billanovich – M. Ferrari, « La tradizione milanese delle opere di Sant’Ambrogio », dans : Lazzati, Ambrosius, vol. 1, p. 5-102 (p. 35-102). Particulièrement intéressante est la collection thématique constituée très tôt à Milan des œuvres doctrinales d’Ambroise.

48  G. Madec, Saint Ambroise et la philosophie, Paris, Études augustiniennes, 1974, p. 52, n. 162 : « Les introductions des différents traités présentent divers indices de mise en ordre rédactionnelle, qui manifestent aussi qu’Ambroise a eu l’intention de composer une sorte de galerie des Patriarches. »

49  Nauroy, « Les Vies des patriarches », p. 51-53.

50  Ambrosius, Noe 1, 1 : Noe sancti adorimur vitam mores gesta, altitudinem quoque mentis explanare, si possumus.

51  Voir Sant’Ambrogio, Opere esegetiche. Isacco o l’anima. Il bene della morte, introd., trad., notes et index de C. Moreschini (SAEMO 3), Milano, Biblioteca Ambrosiana, 1982, p. 32 : « Con il trattato dedicato al padre del santo Isacco abbiamo sufficientemente chiarito la sua origine e la sua grazia. Torna a tutta sua gloria il fatto che Isacco, nato da un così grande e così inimitabile uomo, sia stato un premio per il padre suo Abramo. » Voir ibid., n. 1 : « È un riferimento al sermone su Abramo (De Abraham), dopo il quale si colloca, da un punto di vista cronologico, questo che stiamo leggendo. »

52  Voir à cet égard déjà Philo, De Praemiis et poenis 5, 31.

53  Ambrosius, Abr II, 1, 1 : Moralem quidem locum persecuti sumus qua potuimus intellectus simplicitate […] Unde non absurdum reor referre ad altiora sensum.

54  Ambrosius, Iacob II, 1, 1 : Superiore libro de virtutum praeceptis disputavimus, sequenti clarorum virorum utamur exemplis qui in summis periculis positi beatitudinem vitae non amiserunt, sed potius adquisiverunt.

55  Id. Cain et Abel I, 1, 1 : De paradiso in superioribus pro captu nostro ut potuimus quod dominus infudit, sensus invenit, digessimus [] Nunc [] sequentem adoriamur historiam et ea quae secundum scripturas sunt adnexa divinas nostro opere prosequamur.

56  M. Cutino, « Per una lettura del De Ioseph di Ambrogio di Milano », Annali di Scienze Religiose 10, 2005, p. 53-97 (p. 54-57).

57  « Il existe trois manières d’atteindre au terme de la perfection : l’étude, la nature et l’exercice, et il existe trois sages, les plus anciens, qui leur prêtent leurs noms selon Moïse. Puisque j’ai écrit leur vie, la vie de celui qui a reçu un enseignement, de celui qui sait de lui-même, et de celui qui s’exerce, je vais, à la suite, en composer une quatrième, la vie de l’homme politique, qu’une fois encore Moïse nous présente sous le nom d’un patriarche, formé à cette vocation depuis son premier âge » (trad. J. Laporte, Les œuvres de Philon d’Alexandrie, vol. 21, Paris, Cerf, 1964, p. 43).

58  Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 277-278 et 288-289.

59  Ibid., p. 289.

60  Voir le stemma codicum de cette édition, p. 141.

61  Je me réfère à la thèse de doctorat, soutenue en 2006 à Paris 4 mais non publiée, de L. El Horr, Le De bono mortis de saint Ambroise. Texte latin, traduction et commentaire, p. 40-78. Pour la tradition de ce traité, voir la contribution de P. Moretti au présent dossier.

62  D’autres variantes se trouvent dans les manuscrits de Durham, Dean and Chapter Library cod. B. II. 6 des xie-xiie siècles contenant De Ioseph, De Patriarchis, De Paenitentia, De excessu fratris Satyri, De bono mortis, De consolatione Valentiniani, De Paradiso, De Abraham I, De Nabuthae et de la Bibliothèque de l’Arsenal 840 du xiie siècle (De Ioseph, De Patriarchis, De paenitentia, Epist. 64-67).

63  Voir à cet égard les contributions d’H. Savon, « La structure et la formation du ‟livre IX” de l’édition Faller-Zelzer des lettres d’Ambroise », et de M. Cutino, « Les finalités et l’organisation de la correspondance d’Ambroise de Milan : un projet inachevé », dans : Cutino – Vinel (éd.), Les dossiers de la correspondance, respectivement p. 3-14 et 135-142.

64  Si l’on excepte Charleville-Mézières 212 (s. xiii), qui dépend de Reims 379 ; voir le stemma codicum de C. Gerzaguet.

65  Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 288.

66  Un autre élément intéressant à remarquer à propos de ces rubriques est le fait qu’elles font référence à des libri duo de patriarchis, ce qui ne coïncide pas avec la dénomination du De Ioseph, comme nous l’avons vu, dans le Bononiensis 32 et dans le Parisinus latinus 12137 même comme premier élément du couple qu’il formait avec la suite sur les bénédictions des patriarches.

67  Un témoignage, également carolingien (troisième quart du ixe siècle), de la tradition indirecte nous donne de précieux renseignements sur la situation originaire du subarchétype α : il s’agit du De praedestinatione dissertatio posterior d’Hincmar de Reims, chap. 33, PL 125, 321A : Et in libro Apologiae David  ; 321B : et item in libro De Ioseph  ; 321C : et item in libro de Patriarchis  ; 321D : Et item in libro primo de Paenitentia […] et item in libro secundo  ; 322A : Et in libro primo de excessu fratris [] Et item in libro secundo  ; 324A : Et item in sermone apostoli : Christus nos redemit de maledicto legis (Ga 3, 13) : sanguine, inquit, pretioso redempti estis, non agni utique, … ; Et in libro de incarnatione domini  ; 324B : Sunt hic et quamplura testimonia in libris istius doctoris, in libro scilicet de Abraham et de fuga saeculi, De Isaac et anima, De Iacob et vita beata, de bono mortis et aliis eius operibus, quae hic, ne lectori increscerent, [] distulimus causa compendii ponere. Parmi les attestations patristiques appuyant ses arguments sur le thème du traité, Hincmar cite de nombreux passages tirés des œuvres d’Ambroise. Gerzaguet, « Ambroise, Cassiodore », p. 280-281, n. 24, a attiré l’attention sur la référence synthétique, qui conclut la série de citations directes ambrosiennes, à un liber — au singulier —De Abraham et de fuga saeculi, De Isaac et anima, De Iacob et vita beata, de bono mortis, derrière laquelle on pourrait voit une correspondance avec la liste des libri de patriarchis des manuscrits Augiensis 213 et Lucca 14. Tout en tenant compte du fait qu’à certains titres concernant les patriarches le texte ajoute aussi aliis eius operibus non expressément mentionnées par Hincmar pour des exigences de synthèse, il est tout à fait possible que l’évêque de Reims cite de mémoire, comme le manifeste l’ordre un peu perturbé, des ouvrages sur les patriarches qui se présenteraient ensemble dans un codex. Cependant, ce qui me semble bien plus important dans ce témoignage, c’est l’ordre des citations explicites tirées d’œuvres d’Ambroise : en effet, après quelques péricopes de son exégèse sur le psaume 118, Hincmar cite dans l’ordre trois textes de l’Apologia David, un passage du De Ioseph, trois du De patriarchis, un du premier livre du De Paenitentia, deux du deuxième livre du De Paenitentia, un du premier livre du De excessu fratris, quatre longs extraits du second, un passage appartenant à un texte sur le sermo Apostoli, et enfin deux textes du De incarnatione domini. Or, puisque le passage in sermone Apostoli n’est qu’un extrait de la lettre 65, il est évident qu’Hincmar suit ici un manuscrit présentant exactement la succession d’œuvres ambrosiennes que la table des matières du f. 1r du Parisinus latinus 12137. Et comme le manuscrit d’Hincmar comprend effectivement le De paenitentia, absent dans le Parisinus mais présent dans le Bononiensis 32, et d’autre part le De incarnationis dominicae sacramento, présent, au contraire, dans le Parisinus, mais non dans le Bononiensis qui est incomplet, cela donne à penser que l’exemplaire d’Hincmar descend du subarchétype α et que celui-ci devait comprendre aussi comme dernier ouvrage de la série ambrosienne le De incarnationis dominicae sacramento.

68  G. Nauroy, « Vers un nouveau texte critique du De Iacob et vita beata », dans : Id., Lire et éditer, p. 37-74 (p. 69), postule à tort que la table des matières attestait la tétralogie De Isaac – De bono mortis – De fuga saeculi – De Iacob, et que ce manuscrit était le premier à présenter la série De Noe – De Abraham – De Isaac – De bono mortis – De fuga saeculi – De Iacob.

69  Zelzer, « Quelques remarques », p. 26. Mais Faller, CSEL 73, p. 108, l’attribue plus prudemment à la volonté d’un moine de rassembler des textes ambrosiens traitant la vie céleste.

70  L. Cracco Ruggini, « Il 397, l’anno della morte di Ambrogio », dans : Pizzolato –Rizzi (éd.), Nec timeo mori, p. 5-29.

71  C. Gerzaguet, « Les traités d’Ambroise sur les patriarches : à la recherche de l’exemplaire florien de la ‟tétralogie” », dans : P. Chambert-Protat – F. Dolveck – C. Gerzaguet (éd.), Les Douze compilations pauliniennes de Florus de Lyon : un carrefour des traditions patristiques au ixe s. (Collection de l’École française de Rome 524), Rome, École française, 2017, p. 95-117 (conclusions p. 117).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michele Cutino, « La prétendue série d’Ambroise sur les patriarches : réexamen d’une vexata quaestio »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 127-158.

Référence électronique

Michele Cutino, « La prétendue série d’Ambroise sur les patriarches : réexamen d’une vexata quaestio »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9080 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9080

Haut de page

Auteur

Michele Cutino

UR 4377 – Faculté de théologie catholique
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search