Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4Les traités d’Ambroise de Milan. ...Le De Helia et ieiunio d’Ambroise...

Les traités d’Ambroise de Milan. Quaestiones disputatae

Le De Helia et ieiunio d’Ambroise de Milan : entre oralité et écriture littéraire

Ambrose of Milan’s De Helia et ieiunio between Orality and Literarity
Aline Canellis
p. 181-194

Résumés

Petit traité de 85 paragraphes, le De Helia et ieiunio, conserve des traces des homélies qui ont servi de base à sa composition, mais il se caractérise par un véritable travail d’écriture : l’éloquence et les marques de littérarité manifestes contribuent à son originalité et font mieux comprendre le mécanisme de rédaction d’Ambroise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une synthèse sur les problèmes de datation, voir M. J. A. Buck, De Helia et ieiunio: A Commen (...)
  • 2  G. Visonnà (éd.), Cronologia Ambrosiana. Bibliografia Ambrosiana (1900-2000) (SAEMO 25-26), Milano (...)
  • 3  Le texte latin cité dans ce travail est celui (ou à peu de choses près) de notre édition critique, (...)

1Rédigé entre 387 et 3901, peut-être même plus précisément aux alentours de 3892, le De Helia et ieiunio3 a été élaboré à partir d’homélies réellement prononcées par l’évêque de Milan au début du carême. C’est, comme le note G. Nauroy, un traité au titre trompeur, voire paradoxal :

  • 4  Ambroise, Hel. 3, 5 : Sed de Heliae gestis plurima iam frequenti diuersorum librorum sermone diges (...)
  • 5  G. Nauroy, Exégèse et création littéraire chez Ambroise de Milan. L’exemple du De Ioseph patriarch (...)

Après deux pages consacrées à rappeler brièvement quelques épisodes de la vie du prophète, Ambroise annonce brusquement à son lecteur quelque peu surpris : « Mais des actions d’Élie nous avons amplement et fréquemment traité dans d’autres livres, et je pense qu’il faut éviter de répéter les mêmes choses4 ». Dès lors la réflexion sur le jeûne recourra moins à l’exemple d’Élie qu’à quantité d’autres figures bibliques. Il est clair ici que le traité garde l’empreinte du ou des sermons qu’il transcrit : les fidèles avaient entendu, avant qu’Ambroise ne monte en chaire, la lecture liturgique des Rois et connaissaient le récit de l’Écriture qu’il suffisait de résumer succinctement en préambule, avant d’aborder le vrai sujet du prône, le jeûne, en un exposé placé en quelque sorte sous le patronage d’Élie5.

2Ce petit traité de 85 paragraphes conserve certes des traces des homélies qui ont servi de base à sa composition, mais il se caractérise — comme bien d’autres des œuvres du pasteur milanais ! — par un véritable travail d’écriture : le souffle oratoire qui anime cet ouvrage ainsi que des marques de littérarité manifestes contribuent à son originalité et surtout à mieux faire comprendre le mécanisme de rédaction d’Ambroise.

I. Des homélies au traité

  • 6  Ambrosius, Sancti Ambrosii Mediolanensis episcopi Opera ad manuscriptos codices Vaticanos, Gallica (...)
  • 7  Buck, De Helia, p. 5-7.
  • 8  D’après Gori (Elia e il digiuno, p. 12-13), Ambroise aurait réuni deux sermons : le premier, qui c (...)

3Comme l’ont indiqué les éditeurs bénédictins du De Helia, Jacques Du Frische et Nicolas Le Nourry dans leur Admonitio (1686)6 reprise par la PL (1845), et, après eux, par la traductrice américaine du traité ambrosien, Mary Joseph Aloysius Buck7, le De Helia a une structure tripartite : les § 1 à 40 se focalisent sur le jeûne, en particulier en période de carême, en fustigeant, entre autres, le vice qu’est la gourmandise (§ 24-26) ; puis les § 41 à 68 forment un réquisitoire contre l’ivrognerie ; enfin les § 69 à 85 vitupèrent la cupidité et la luxure. Même si le fil directeur entre ces divers éléments est repérable, il semble plus plausible que le traité regroupe plusieurs homélies d’Ambroise, deux, comme le propose F. Gori, ou davantage8, sur les thèmes du jeûne en période de carême, des vices que sont l’addiction à la nourriture et à la boisson liées à la débauche, et, pour finir, de l’intempérance en général, illustrée en particulier par la cupidité.

  • 9  Hel. 19, 70 : Audistis quid hodie lectum sit. Mercatores, inquit, Phoenicum transmeantes mare; in (...)
  • 10  Hel. 20, 75 : Audistis hodie in lectione decursa quid Legio (cf. Lc 8, 30) dixerit: Quid mihi et t (...)
  • 11  Hel.21, 77 : Audistis quid hodie lectum sit: Ecce uenit Dominus disperdere orbem terrarum (Is 24, (...)

4Cette impression de disparité ou de « rapiéçage » est accentuée par les fréquentes allusions d’Ambroise à sa situation de prédicateur en chaire, qui interrompent son propos. De fait, à plusieurs reprises, il renvoie ses fidèles à la « lecture du jour », en particulier dans la dernière partie de son traité, sans que l’on puisse réellement savoir si toutes ces lectures ont été faites le même jour, et surtout le même jour que la lecture de l’épisode des Rois sur Élie : ce sont Is 23, 2-3 au § 709, Lc 8, 28 et 30 au § 7510, Is 24, 1 au § 7711. En outre, non sans humour et ironie, Ambroise cesse brusquement sa démonstration au § 41, en l’assimilant explicitement à une homélie :

  • 12  Hel. 12, 41 : Sed quid hoc est? Dum de ieiunio disputo, strepitus audio conuiuiorum! Nisi fallor, (...)

Mais, que se passe-t-il ? Pendant que je débats sur le jeûne, j’entends un brouhaha de banquet ! Sauf erreur, mon sermon a pris des relents de déjeuner ! Le cliquetis des mots <nous> invite donc, les exemples d’impatience ne <nous> effraient pas12.

  • 13  Hel. 15, 53 : Putatis me tamquam uino crapulatum intemperantius ieiunii praedicationi hunc miscuis (...)

5Ce terme de sermon, qui trahit le substrat homilétique du traité, est également repris un peu plus loin, au § 53, avec tout autant d’humour et d’ironie : « Pensez-vous que j’aie, comme saoul de vin, mêlé, sans faire preuve de mesure, mon sermon à l’éloge du jeûne13 ? »

  • 14  Hel. 21, 79 : Athletae sumus; in quodam stadio decernimus spiritali.
  • 15  Hel. 10, 36 : Ad mysteria uocaris et nescis; disces, cum ueneris. At reminiscere illud: Sicut ungu (...)
  • 16  Hel. 10, 34 : Vides quae species et forma ieiunii, qui mentis habitus, ut orationi uaces, ut in le (...)
  • 17  Hel. 22, 83 : Nolite timere quia iugum est: festinate, quia leue est! Non conterit colla, sed hone (...)
  • 18  Hel. 11, 38 : Nemo amarioribus praeoptet dulcia!
  • 19  Hel. 22, 81 : Quicumque paratus ad Dominum armatam dexteram gerat; separet se ab iis qui manducand (...)
  • 20  Hel. 11, 38 : Hoc amaro illud dulce tollatur!
  • 21  Hel. 10, 36 : Hoc iubet ungi caput nostrum.
  • 22  Hel. 1, 1 : Canamus tuba ; 1, 5 : Imitemur ergo illum et eam escam quaeramus ; 10, 34 : Considera  (...)
  • 23  Hel. 10, 35 : Non enim hoc superfluum putes ; 10, 37 : noli hanc exterminare faciem ; 10, 37 : Non (...)
  • 24  Hel. 4, 8 : Et dixit Deus: Ecce Adam factus est tamquam unus ex nobis (Gn 3, 22)! Inridens utique (...)

6Plus encore, le De Helia est scandé de nombreuses marques d’oralité, garantissant la vivacité et l’actualité du sermon. Si Ambroise recourt à un « nous » collectif14, pour bien se situer à l’intérieur de sa propre communauté, il utilise plutôt la deuxième personne pour mieux mettre en cause ses auditeurs15, à titre individuel16 ou collectif17, sous forme de remarques affirmatives ou d’interrogations directes. D’un bout à l’autre, la démonstration ambrosienne est sous-tendue et dynamisée par le mode exhortatif qui se décline en une variété de formules allant des plus générales aux plus personnelles : utilisation d’indéfinis, négatifs18 ou non19, de passifs personnels20 ; formules d’ordre, englobant pasteur et auditeurs21 ; subjonctifs d’ordre ou impératifs, au pluriel ou au singulier ; expressions de la défense, au singulier comme 22au pluriel23. Outre cette technique de persuasion, Ambroise fait un réel effort de pédagogie en expliquant des passages difficiles de l’Écriture, en particulier Gn 3, 21-2224, afin de mettre son propos à la portée de tous ses auditeurs. Afin d’étayer son argumentation, il prend ses exemples dans la vie quotidienne : pour montrer les méfaits de l’ivrognerie, par exemple, il évoque tour à tour le menu peuple (§ 42-44), les riches et les puissants (§ 45), les jeunes gens (§ 45), les soldats (§ 46-50), les barbares (§ 43), les femmes (§ 66-68), et mentionne même les propos des hommes enivrés (§ 62-64), l’utilisation des cornes à boire lors des banquets (§ 64) et les symptômes cliniques de l’ivresse (§ 59-60). Il recourt même à des anecdotes comiques, comme le parallèle inattendu entre les ivrognes, buvant dans des espèces d’entonnoirs, et les éléphants excédés qui inondent l’auberge du cabaretier qui a cherché à les léser (§ 64-65). Si ces marques d’oralité et la variété des formules choisies pour inciter ses fidèles au jeûne et, de façon générale, à la sobriété, contribuent au naturel et à l’immédiateté du discours, elles sont cependant déjà un indice du re-travail d’Ambroise, qui, dans la mouture écrite de son prône, met à profit toute la richesse de son art oratoire.

II. Art oratoire

  • 25  Sur les difficultés de jointure, voir Gori, Elia e il digiuno, p. 11-12.
  • 26  Hel. 1, 1 : Victoria nostra crux Christi est, tropaeum nostrum Pascha est Domini Iesu. […] Certame (...)
  • 27  Voir Ambroise, Des sacrements, Des mystères, Explication du Symbole, texte établi, traduit et anno (...)

7Avec les vestiges visibles — sans doute volontaires — de prédications spontanées et à bâtons rompus, le De Helia et ieiunio sacrifie aux règles de la meilleure rhétorique. Il a une composition plus travaillée qu’il n’y paraît au premier abord25 et qui obéit à un crescendo constant jusqu’à son terme. En effet, à l’exorde (§ 1) qui présente une situation initiale, la préparation à la fête de Pâques et la nécessité de jeûner, pour tous, mais en particulier pour les catéchumènes26, répond la péroraison (§ 81-85) exposant une situation finale, le but ultime que vise l’évêque de Milan : le baptême sans délai des catéchumènes, au terme du carême, au moment de la fête de Pâques27. La stratégie de persuasion d’Ambroise se fait dès lors en trois étapes :

1) Thèse : Apologie du jeûne, en deux temps :

  1. justification du jeûne par l’argument de l’ancienneté (§ 2-22),

  2. explication de ce qu’est le jeûne, en deux mouvements :

    1. jeûne dévoyé (gourmandise et ivrognerie) (§ 23-32),

    2. vrai jeûne (§ 33-39).

2) Antithèse : Manifestation du jeûne au moyen de la sobriété (§ 40-68), expliquée avec la description en deux temps de son opposé, l’« ébriété » :

  1. réquisitoire contre l’ivrognerie des hommes (§ 40-65),

  2. réquisitoire contre l’ivrognerie des femmes, plus honteuse et licencieuse encore que celle des hommes (§ 66-68).

3) Synthèse : Le jeûne, préparation à la vie céleste, en deux temps (§ 69-84)

  1. réquisitoire contre les péchés (notamment la cupidité, corollaire de la luxure et de l’excès alimentaire) (§ 69-76),

  2. préparation à la Résurrection (§ 77-80).

  • 28  Sur l’utilisation de ces exempla bibliques, voir A. Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise d (...)
  • 29  Hel. 11, 40 : Noli ergo te iactare cum ieiunas! Noli gloriari ne nihil tibi prosit ieiunium! Quae (...)
  • 30  Hel. 1, 2 ; 10 ; 27 ; 53 (intemperantius) ; 63 (intemperanti) ; 66 (intemperantium) ; 68 ; 79.
  • 31  Hel. 10 ; 76 (au sens de « neutraliser »).

8Cette structure dialectique est ménagée par des transitions habiles entre les trois parties : elles marquent certes les paliers atteints au terme de la démonstration qui précède immédiatement, mais surtout elles servent à ne pas perdre de vue la ligne directrice de l’argumentation. En effet, l’unité profonde du traité est cimentée par la mention des figures emblématiques du jeûne aux charnières du texte. Dans la première partie sont traités plus ou moins longuement divers exempla bibliques qui représentent des modèles de jeûne, entre autres, Élie et Jean (§ 2-5), Moïse (§ 15-16), Élisée (§ 18) et Daniel (§ 20)28. Au terme de cette première partie, le § 40 reprend, sous une forme synthétique, certaines de ces figures bibliques : Élie, Élisée, Jean et Daniel29. À leur jeûne, Ambroise associe alors la qualité qu’est la sobrietas, thème qu’il va aborder, dans la deuxième partie de son traité, au moyen de son contre-exemple, l’ebrietas. De la même façon, à la fin de la deuxième partie, au § 68, la geste de Moïse est à nouveau mentionnée. À cette occasion Ambroise souligne l’intempérance des Juifs qui les empêcha de gagner la Terre promise, sauf Caleb et Josué. C’est cette intempérance, thème développé dans la troisième partie du traité, qui privera les chrétiens du Royaume des cieux, s’ils ne respectent pas la règle de foi et de conduite préconisée par Dieu, notamment le jeûne quadragésimal. Le mot temperantia, avec les adjectif, adverbe ou verbe du même étymon, résonne même comme un leitmotiv dans le traité : sans oublier de citer le contraire, l’intemperantia30, Ambroise pousse le jeu et la subtilité jusqu’à recourir à tous les sens du mot « tempérer » : adoucir (par exemple l’amertume, § 15 ; 18 ; 39), couper (le vin, § 47), ou encore user de mesure ou de modération31.

  • 32  Voir A. Canellis, « L’utilisation de la Bible dans la catéchèse pascale d’Ambroise de Milan. De la (...)
  • 33  Par exemple : In Luc. 4, 4-7 (Jésus au désert) ; 4, 15-17 (Moïse et Élie) ; 4, 20 (commentaire du (...)
  • 34  Visonnà (éd.), Cronologia Ambrosiana, p. 95-99.
  • 35  Ambroise, Sacr. 2, 4, 9-13 et Myst. 50-52 (SC 25 bis).
  • 36  Ambroise, Sacr. 2, 4, 13 : Ergo si in figura tantum ualuerunt baptismata, quanto amplius ualet bap (...)

9Le modèle par excellence de cette temperantia, ce qui justifie pleinement le titre du traité, est précisément Élie, symbole de la « vie angélique » (cf. § 5), qui a jeûné au désert, a fait preuve de sobriété et a mérité de monter au ciel sur un char de feu. Il préfigure ainsi toutes les étapes de la vie chrétienne : ce sont, pour le catéchumène, le parcours initiatique avec notamment le jeûne quadragésimal et les trois sacrements qu’il reçoit : baptême, confirmation et eucharistie, dont témoignent les écrits catéchétiques d’Ambroise32 ; et, pour le baptisé, après l’étape du baptême, la vie consacrée au Christ (avec toutes les formes de l’ascèse que comporte la militia Christi) et la résurrection, « couronne » glorieuse obtenue le jour du Jugement au prix d’efforts constants (§ 79-82). Du reste, pour tout ce qu’il représente, Élie est fréquemment évoqué par Ambroise dans des œuvres multiples, comme il le rappelle lui-même dans son traité (§ 5) en usant d’une formule hybride, alliant finement l’oralité à l’écriture : De Heliae gestis plurima iam frequenti diuersorum librorum sermone digessimus (« des exploits d’Élie, nous avons déjà plus d’une fois et longuement parlé en divers livres »). On trouvera, par exemple, de nombreux parallèles avec le De Helia dans le livre IV du Traité sur Luc33, rédigé à peu près dans la même période et publié vers 39034, ou plus encore dans le De sacramentis et le De Mysteriis, où sont mentionnés à la fois Élie, Élisée et Moïse35, pour comparer « la puissance du baptême en vérité » à « la puissance des baptêmes en figure »36.

  • 37  Par exemple en Hel. 4, 6 : et adhuc ieiunium ; 8, 26 : Malae dominae seruitur gulae, quae semper e (...)
  • 38  Par exemple en Hel. 13, 50 : Spectaculum triste Christianorum oculis et miserabili specie! ; 17, 6 (...)
  • 39  Par exemple en Hel. 3, 4 : Quid est enim ieiunium nisi substantia et imago caelestis? Ieiunium ref (...)
  • 40  Par exemple en Hel. 2, 3 : Quid eius reliqua contexam? ; 6, 16 : Quid uero alia dicam? ; 8, 22 : E (...)
  • 41  Par exemple en Hel. 2, 2 : Digna poena quae intemperantiam congrue coherceret ut caelum inpiis cla (...)
  • 42  Par exemple en Hel. 2, 3 : Ieiunus filium uiduae ab inferis resuscitauit; ieiunus pluuias ore depo (...)
  • 43  Par exemple en Hel. 4, 8 : Et dixit Deus uestitum putabas (cité dans la n. 24) ; 19, 70 et 71 : D (...)
  • 44  Par exemple en Hel. 11, 39 : Quid Esau seruum fratri suo fecit? Nonne esca ad horam dulcis, amara (...)
  • 45  Par exemple en Hel. 16, 59 : Ebrietas fomentum libidinis, ebrietas incentiuum insaniae, ebrietas u (...)
  • 46  Par exemple en Hel. 1, 1 : dispondée crétique (nostrum ieiunium est) ; anapeste dichorée (om-nis h (...)
  • 47  Par exemple, en Hel. 2, 2 : double crétique et cursus tardus (flu-enta deficerent) ; 2, 3 : moloss (...)

10Cette composition en crescendo du De Helia est constamment dynamisée par des effets oratoires. Des jeux de miroir assurent le lien entre les parties du traité et consolident l’unité de l’argumentation. Les femmes mentionnées dans la première partie, vertueuses comme Anne (§ 17), Judith (§ 29) et Esther (§ 30), ou non, telles Ève (§ 7) ou les filles de Loth (§ 12), annoncent les descriptions des femmes dé­bauchées (§ 66-68), ou valeureuses comme Raab (§ 74), des deuxième et troisième parties. L’ivrognerie, mentionnée dans la première partie (§ 28-30) sert de prélude à l’argumentation détaillée de la deuxième partie. Les effets de miroir thématiques sont accompagnés et mis en relief par toute une rhétorique, avec notamment des phrases rapides ou à l’emporte-pièce37, souvent exclamatives38, avec ou sans verbe39, des interrogations oratoires qui relancent le discours40, des figures de style multiples, entre autres anaphores41 et polyptotes42, ou encore la mise en place de petits dialogues fictifs43 ; le tout est rehaussé par des rythmes binaires44 ou ternaires45, et, comme l’ont révélé quelques sondages, un chatoiement de clausules46 et de cursus47. Une telle expressivité, une telle recherche stylistique sont prolongées et affinées par un réel travail d’écriture accompli par Ambroise pour faire de ses sermons un traité unique et original.

III. Littérarité

  • 48  Voir A. Canellis, « Citations et allusions scripturaires dans le De Helia et Ieiunio d’Ambroise de (...)
  • 49  Voir Canellis, « Citations et allusions scripturaires », p. 281-282.
  • 50  Il semble en effet qu’il y ait eu une version proche de la seconde tournure mentionnée par Ambrois (...)

11Ambroise puise son inspiration à des sources diverses, qu’il actualise et personnalise pour donner à son traité une tonalité très particulière. Le goût du petit détail et le raffinement subtil de l’érudition, sensibles en divers passages, trahissent le travail de composition et de rédaction du pasteur milanais, qui a manifestement sous les yeux plusieurs sources au moment où il écrit. S’il s’appuie d’ordinaire sur une Vieille Latine spécifique48, il recourt parfois aux références scripturaires de ses devanciers qu’il modifie et adapte à son propos49. Exemple de synthèse, Ambroise compare son texte latin de Jg 14, 14 à des textes grecs — peut-être ceux recensés dans les Hexaples50, mais surtout ceux de ses prédécesseurs, en particulier Basile —, qu’il a vraisemblablement sous les yeux au moment où il rédige son traité (§ 39) :

Ideo non mediocris, sed laudata quaestio: De manducante exiuit esca et de forte dulce (Jg 14, 14). Alii habent ...et de tristi dulce, Graeci codices maxime. Sed et «forte» laboriosum est; exit enim dulce de tristitia uel labore.

Problème à juste titre non négligeable, mais considérable : Du mangeur est sorti l’aliment et du fort, la douceur. D’autres manuscrits, les grecs surtout, ont : ...et du triste, la douceur. Mais aussi ce qui est « fort » est laborieux ; en effet la douceur résulte de la tristesse voire du labeur.

  • 51  Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise », p. 223, n. 51-52.
  • 52  Basile, Hom. 1 de ieiunio (PG 31, 164A-184C) ; Hom. 2 de ieiunio (PG 31, 185A-197C).
  • 53  Basile, Hom. 14 in ebriosos (PG 31, 444C-464A).
  • 54  Basile, Hom. 13 in sanctum baptisma (PG 31, 423A-444C).
  • 55  Voir Buck, De Helia, p. 7-8.
  • 56  Voir Canellis, « Citations et allusions scripturaires », p. 288-291.
  • 57  Voir Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise », p. 222-234.
  • 58  Sur le symbolisme des chiffres 7 et 8, voir M. Cutino, « Réemploi de Philon d’Alexandrie et typolo (...)
  • 59  Voir Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise », p. 235-237 ; Ead., « Citations et allusions s (...)

12Cet effort d’adaptation, ou plutôt d’appropriation, de ses sources ne vaut pas que pour le texte biblique, repris à son modèle avec ou sans variante51. En effet, le jeu d’anamorphoses, imitatio et uariatio, est sensible tout au long du traité dans l’utilisation des quatre homélies de Basile : deux Homélies sur le jeûne52, l’Homélie contre les ivrognes53 et l’Homélie d’exhortation au saint baptême54, qui sous-tendent respectivement les § 1 à 40, 41 à 68, et 79 à 8555 du De Helia. Il faut probablement ajouter à ces sources principales, aux § 69-77, le Commentaire sur Isaïe de Basile dont les parallèles avec le De Helia sont nombreux56. Ambroise retravaille, adapte, remanie, emprunte, traduit, reformule, transpose, simplifie, amplifie, infléchit, modifie les arguments et les formules de son prédécesseur, dont il s’écarte parfois57 ; néanmoins l’hypotexte grec du traité latin est toujours repérable. À ce tissage Ambroise imbrique les influences philonienne (avec l’étude du symbolisme numérique au § 69 et les réflexions sur l’ebria sobrietas aux § 30 et 33)58 et origénienne (notamment l’Homélie sur Jérémie 2, 7-10, aux § 56-58, et les Homélies et le Commentaire sur le Cantique aux § 34 ; 36-38 ; 52, qui se font également sentir, mais à un moindre degré59).

  • 60  Voir Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise », p. 238-241.
  • 61  G. Jackson, « Una pagina plautina nel De Helia di Ambrogio », Vichiana 6, 1977, p. 231-240.

13Outre ces sources juive et patristiques nourrissant et étayant la démonstration du De Helia, l’influence des auteurs païens, jamais nommés non plus, trahit également le travail de réélaboration écrite du traité. Il ne s’agit pas de simples réminiscences émaillant ici ou là le propos d’Ambroise, mais bien d’une esthétique délibérée de la mosaïque visant à souligner certaines idées-forces du traité. Les remarques sarcastiques et satiriques sur la gourmandise et l’ivrognerie ne pouvaient qu’attirer la connivence des connaisseurs lettrés de Virgile, Cicéron, Lucrèce, Horace, Ovide, Tite-Live, Pline l’Ancien, Tacite et Sénèque, ou encore Valère-Maxime (avec, au § 45, l’allusion implicite à Polémon, converti à la philosophie par l’enseignement de Xénocrate)60. La finesse d’Ambroise se révèle notamment à l’occasion de la saynète des § 24-25 concernant la préparation d’un festin à la mode de Trimalcion, dans l’élaboration d’un centon à partir des comédies de Plaute61 sur une trame de fond rappelant les Satires de Juvénal. Mais l’art de l’écrivain culmine avec le détournement volontaire de situations, de sens, d’emplois d’expressions d’auteurs célèbres, propre à provoquer le rire — jaune sans doute — de ses contemporains, tant leur reprise dans un contexte décalé a un effet drolatique. Par exemple au § 25, la tournure épique de la Guerre civile de Lucain (VII, 728 ; natare sanguine, « baigner dans le sang »), évoquant la tragédie de la bataille de Pharsale remportée par César, est appliquée par Ambroise à l’état de la cuisine, véritable champ de bataille où se préparent les banquets. Toute cette érudition et ces marques de littérarité donnent ainsi au De Helia une coloration très originale.

14À bien des égards, le De Helia conserve des traces d’oralité et témoigne d’une éloquence très travaillée. Ce traité, qui dans son esprit ou son objectif reste un sermon sur le jeûne sous le patronage d’Élie, s’avère être mieux fait pour être lu à haute voix que pour être parcouru au moyen de la lecture silencieuse que pratiquait Ambroise. Loin d’être la mise bout à bout de deux ou plutôt de trois sermons, le traité révèle, par sa rigueur et sa précision, un travail de composition élaborée, d’écriture soignée à partir de sources diverses : grecques surtout pour l’argumentation sur le jeûne, le baptême et contre l’intempérance en général, et latines, pour donner une saveur à la fois humoristique et caustique à la démonstration fustigeant plusieurs péchés, en particulier le péché capital qu’est la gourmandise.

  • 62  Site consulté le 5 juin 2020 : http://www.chateaudeboudry.ch/?a=38,58,105.

15Même s’il vise avant tout à inciter les chrétiens au jeûne et les catéchumènes à un baptême non différé, le traité brosse également une satire de la société romaine contemporaine, tout autant chrétienne que païenne. La description ambrosienne des banquets n’est pas sans rappeler les mosaïques décorant le sol des triclinia des somptueuses villas du monde romain, qui, par un effet de mise en abîme, représentaient de riches banquets… À titre d’exemple, on peut citer celle du ve siècle ap. J.-C. en dépôt au musée du château de Boudry en Suisse, qui donne à voir un Symposium avec un sol non balayé : si les serviteurs au premier plan de cette beuverie affichent leur mécontentement, une petite souris et un chat malicieux, quant à eux, profitent pleinement de ce festin inopiné62.

Haut de page

Notes

1  Pour une synthèse sur les problèmes de datation, voir M. J. A. Buck, De Helia et ieiunio: A Commentary, with an Introduction and Translation (Patristic Studies 19), Washington, The Catholic University of America, 1929, p. 3-4 ; F. Gori, Elia e il digiuno, Naboth, Tobia (SAEMO 6), Milano, Biblioteca Ambrosiana, 1985, p. 9-11.

2  G. Visonnà (éd.), Cronologia Ambrosiana. Bibliografia Ambrosiana (1900-2000) (SAEMO 25-26), Milano, Biblioteca Ambrosiana, 2004, p. 108-109 (bilan et analyse de l’ensemble des hypothèses avancées).

3  Le texte latin cité dans ce travail est celui (ou à peu de choses près) de notre édition critique, à paraître dans la collection des Sources chrétiennes (Lyon) ; malgré une ponctuation renouvelée, il est peu différent de celui de Gori, Elia e il digiuno, p. 43‑127 ; mais la traduction française est la nôtre.

4  Ambroise, Hel. 3, 5 : Sed de Heliae gestis plurima iam frequenti diuersorum librorum sermone digessimus et cauendum arbitror, ne in eadem recurramus.

5  G. Nauroy, Exégèse et création littéraire chez Ambroise de Milan. L’exemple du De Ioseph patriarcha (Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité 181), Paris, Institut d’Études augustiniennes, 2007, p. 466. Sur l’inadéquation du titre, voir Gori, Elia e il digiuno, p. 13-15.

6  Ambrosius, Sancti Ambrosii Mediolanensis episcopi Opera ad manuscriptos codices Vaticanos, Gallicanos, Belgicos, etc., necnon ad editiones veteres emendata studio et labore monachorum ordinis S. Benedicti, e congregatione S. Mauri, vol. 1, éd. J. Du Frische – D. N. Le Nourry, Parisiis, J.-B. Coignard, 1686, p. 531.

7  Buck, De Helia, p. 5-7.

8  D’après Gori (Elia e il digiuno, p. 12-13), Ambroise aurait réuni deux sermons : le premier, qui commencerait juste après l’exorde et irait jusqu’au § 40 (le jeûne) ; le second, qui regrouperait les § 41 à 69 (l’ivrognerie), avec une inflexion au § 69 (l’intempérance). À mon sens, Ambroise pourrait avoir synthétisé plutôt trois homélies.

9  Hel. 19, 70 : Audistis quid hodie lectum sit. Mercatores, inquit, Phoenicum transmeantes mare; in aqua multa semen mercatorum sicut messis quae defertur (Is 23, 2-3).

10  Hel. 20, 75 : Audistis hodie in lectione decursa quid Legio (cf. Lc 8, 30) dixerit: Quid mihi et tibi est, Iesu, fili Dei (Lc 8, 28)?

11  Hel.21, 77 : Audistis quid hodie lectum sit: Ecce uenit Dominus disperdere orbem terrarum (Is 24, 1).

12  Hel. 12, 41 : Sed quid hoc est? Dum de ieiunio disputo, strepitus audio conuiuiorum! Nisi fallor, in sermone meo redoluit prandium. Sonus ergo litterarum inuitat, inpatientiae exempla non terrent.

13  Hel. 15, 53 : Putatis me tamquam uino crapulatum intemperantius ieiunii praedicationi hunc miscuisse sermonem? 

14  Hel. 21, 79 : Athletae sumus; in quodam stadio decernimus spiritali.

15  Hel. 10, 36 : Ad mysteria uocaris et nescis; disces, cum ueneris. At reminiscere illud: Sicut unguentum in capite, quod descendit in barbam; tunc cognosces quid sit «ungere caput uestrum», quomodo placueris Deo, ut tibi sua patefaceret sacramenta, daret gratiam spiritalem ; 21, 79 : Et tu dedisti nomen tuum ad agonem Christi; subscripsisti ad conpetitionem coronae: meditare, exercere, ungere oleo laetitiae, unguento exinanito. Cibus tuus cibus sobrietatis sit; nihil habeat intemperantiae, nihil luxuriae; potus tuus parcior; ne quid ebrietatis obrepat; custodi corporis castimoniam ut possis esse habilis ad coronam.

16  Hel. 10, 34 : Vides quae species et forma ieiunii, qui mentis habitus, ut orationi uaces, ut in lege Dei die et nocte meditere ; 19, 71 : Ad escam tibi mare datum est, non ad periculum: cibo, non ad mercatum utere! Cur tibi periculum generas de uoluptate? Cur separatioris elementi profunda rimaris? Cur inquietas mundi altiora secreta? Cur postremo saepius sulcare atque exarare fluctus inpatiens nauta contendis? Cur temptas frequenter innoxia aequora, inritas procellas? […] Cedit tibi et mare et inquietudinem tuam pelagus non potest sustinere ; 22, 84 : Quid negas adhuc esse temporis? ; 22, 85 : Et uos potestis ascendere, si sacramenti gratiam consequamini. Quousque delectationes? Quousque comis(s)ationes? Instat Iudicii dies: dum differs gratiam, mors adpropinquat. Quis dicat: «Non mihi nunc uacat; occupatus sum; non mihi demonstres lumen; nolo tam cito me redimas; non mihi adhuc opus est regnum caeleste»? Nonne hoc dicit qui excusat a baptismate? Et quanta gratia renouaris, o homo? Purgaris et non exureris; sanaris et non doles; reformaris et non dissolueris; ictum mortis non excipis et resurgis! Et adhuc dissimulas, adhuc expectas ut uiuas saeculo, postea te reseruas Deo? Ignoras quod Cain propterea displicuerit sacrificium quoniam non primitiua optulit sed primitiuis ipse perfunctus de sequentibus munus Deo temptauit offerre?

17  Hel. 22, 83 : Nolite timere quia iugum est: festinate, quia leue est! Non conterit colla, sed honestat. Quid dubitatis? Quid procrastinatis? ; 22, 85 : Et uos potestis ascendere, si sacramenti gratiam consequamini.

18  Hel. 11, 38 : Nemo amarioribus praeoptet dulcia!

19  Hel. 22, 81 : Quicumque paratus ad Dominum armatam dexteram gerat; separet se ab iis qui manducando et bibendo grauia contraxere peccata! ; 22, 83 : Si quis autem non est baptizatus, securior conuertatur remissionem accipiens peccatorum.

20  Hel. 11, 38 : Hoc amaro illud dulce tollatur!

21  Hel. 10, 36 : Hoc iubet ungi caput nostrum.

22  Hel. 1, 1 : Canamus tuba ; 1, 5 : Imitemur ergo illum et eam escam quaeramus ; 10, 34 : Considera ; 10, 36 : Vnge ergo caput tuum ; 10, 37 : et tu fac quo lauderis, quo remissionem accipias peccatorum! Laua faciem tuam; emunda animam tuam peccatricem; laua conscientiam tuam! […] laua illam et omnem sordem conscientiae tuae dilue! Exterminat faciem suam qui aliud corde gerit, aliud foris praetendit ; 22, 81 : Castigemus ergo corpus nostrum ieiuniis. Fugiamus indecoras comisationes! Caueamus ne nobis dicatur: Vlulate a uino, ne ueniat Moyses, Leuitas aduocet! ; 21, 82 : Percutiamus eum gladio spiritali, qui est Verbum Dei. Non fratris, non propinqui accipiamus personam sed omnem inmundum a Christi secernamus altaribus ut emundet et corrigat lapsus suos quo ad sacramenta Christi redire mereatur.

23  Hel. 10, 35 : Non enim hoc superfluum putes ; 10, 37 : noli hanc exterminare faciem ; 10, 37 : Non nos uelut quodam peripetasmate operiamus ; 10, 40 : Noli ergo te iactare cum ieiunas! Noli gloriari ne nihil tibi prosit ieiunium!

24  Hel. 4, 8 : Et dixit Deus: Ecce Adam factus est tamquam unus ex nobis (Gn 3, 22)! Inridens utique Deus, non adprobans dicit, hoc est: «Putabas te similem fore nostri? Quia uoluisti esse quod non eras, destitisti esse quod eras. Itaque, dum supra te esse adfectas, infra te esse coepisti». Denique uestituit eum tunicam pelliciam (cf. Gn 3, 21) prius et sic ait: Ecce Adam (Gn 3, 22), quasi dicat: «Ecce amictus tuus, ecce dignum indumentum tuum, hic te uestitus decet! Qui diuina affectant, tali digni habentur ornatu! Ecce quo te tua culpa deduxit, ecce nunc in hac tunica pellicia tamquam unus ex nobis (cf. Gn 3, 22) aperuisti oculos (cf. Gn 3, 7)! Circumspice diligenter: nudum te aspicis, quem uestitum putabas.

25  Sur les difficultés de jointure, voir Gori, Elia e il digiuno, p. 11-12.

26  Hel. 1, 1 : Victoria nostra crux Christi est, tropaeum nostrum Pascha est Domini Iesu. […] Certamen nostrum ieiunium est.

27  Voir Ambroise, Des sacrements, Des mystères, Explication du Symbole, texte établi, traduit et annoté par B. Botte (SC 25 bis), Cerf, Paris, 1994.

28  Sur l’utilisation de ces exempla bibliques, voir A. Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise dans le De Helia et ieiunio d’Ambroise de Milan », dans : P.-G. Delage (éd.), Les Pères de l’Église et la chair. Entre incarnation et diabolisation, les premiers chrétiens au risque du corps : actes du Ve colloque de la Rochelle, 9, 10 et 11 septembre 2011, Royan, CaritasPatrum, 2012, p. 217-245 (p. 217-222).

29  Hel. 11, 40 : Noli ergo te iactare cum ieiunas! Noli gloriari ne nihil tibi prosit ieiunium! Quae enim ad ostentationem fiunt non in futurum fructum iam extendunt suum, sed praesentium mercedem consumunt. Helias in deserto erat ne quis ieiunantem uideret nisi soli corui, cum pascerent. Helisaeus in deserto erat ubi non inueniretur esca nisi amara. Iohannes in deserto erat ubi solas locustas aut mel siluestre inueniret. Ieiunantibus epulae pio angelorum ministerio deferebantur. Prandebat Daniel inter ieiunantes leones. Ille prandebat alienum prandium; ferae non tangebant suum. Ieiunantibus epulae uolant; prandentibus pedes uacillant; ieiunantibus de caelo manna descendit, epulantibus culpa praeuaricationis ascendit.

30  Hel. 1, 2 ; 10 ; 27 ; 53 (intemperantius) ; 63 (intemperanti) ; 66 (intemperantium) ; 68 ; 79.

31  Hel. 10 ; 76 (au sens de « neutraliser »).

32  Voir A. Canellis, « L’utilisation de la Bible dans la catéchèse pascale d’Ambroise de Milan. De la simplicité pastorale à l’érudition », dans : R. Gounelle (éd.), La Bible dans les catéchèses des ive-ve siècles (Cahiers de Biblia Patristica 21), Turnhout, Brepols, 2020, p. 53-90.

33  Par exemple : In Luc. 4, 4-7 (Jésus au désert) ; 4, 15-17 (Moïse et Élie) ; 4, 20 (commentaire du Ps 103) ; 4, 32 (mer du siècle) ; 4, 32-33 (gourmandise d’Adam, Ève, nourriture interdite du paradis) ; 4, 37 (combat pour la couronne) ; 4, 49 (renvoi au De uiduis qui parle d’Élie) ; 4, 54 (critique des avares, des buveurs et des idolâtres) ; 4, 65 (vêtement du corps).

34  Visonnà (éd.), Cronologia Ambrosiana, p. 95-99.

35  Ambroise, Sacr. 2, 4, 9-13 et Myst. 50-52 (SC 25 bis).

36  Ambroise, Sacr. 2, 4, 13 : Ergo si in figura tantum ualuerunt baptismata, quanto amplius ualet baptisma in ueritate.

37  Par exemple en Hel. 4, 6 : et adhuc ieiunium ; 8, 26 : Malae dominae seruitur gulae, quae semper expetit, numquam expletur. Quid enim insatiabilius uentre? Hodie suscipit, cras exigit. Cum impletus fuerit, disputat de continentia; cum digesserit, uale uirtutibus dicit, quaerit luxuriam. Inter pocula philosophia praedicatur, inter philosophos uina laudantur. Vigiliae, inquit, et cholera et tortura uiro insatiabili. Manducat et paulo post eum paenitet ; 13, 50 : Fit pompa ludibrii ; 15, 53 : Putatis me tamquam uino crapulatum intemperantius ieiunii praedicationi hunc miscuisse sermonem?

38  Par exemple en Hel. 13, 50 : Spectaculum triste Christianorum oculis et miserabili specie! ; 17, 62 : O piae deuotionis obsequium! ; 8, 71 : O inexplebilis auaritia mercatorum!

39  Par exemple en Hel. 3, 4 : Quid est enim ieiunium nisi substantia et imago caelestis? Ieiunium refectio animae, cibus mentis est; ieiunium uita est angelorum; ieiunium culpae mors, excidium delictorum, remedium salutis, radix gratiae, fundamentum est castitatis ; 8, 23 : Respondeant quis e ieiunio defecerit! ; 21, 79 : Grauis aestus sed dulcis uictoria!

40  Par exemple en Hel. 2, 3 : Quid eius reliqua contexam? ; 6, 16 : Quid uero alia dicam? ; 8, 22 : Et quid uetustis utar exemplis, cum abundet ieiunium etiam praesentium muneribus gratiarum? ; 12, 41 : Sed quid hoc est? ; 17, 62 : Quid autem obtestationes potantium loquar? ; 18, 68 : Quid autem mirum … ; 19, 69 : Et quid aliorum utar sententiis? ; 17, 64 : Quid retexam auditum mihi non poculi, sed profluuii genus … ; 18, 66 : Sed quid de uiris loquamur, quando etiam feminae […] bibunt? ; 20, 75 : Quid nobis cum inpuritatibus et inpudicitiis. Quid cum operibus Diaboli?

41  Par exemple en Hel. 2, 2 : Digna poena quae intemperantiam congrue coherceret ut caelum inpiis clauderetur qui terrena polluerant! Dignum etiam ut ad condemnationem regis sacrilegi propheta ad uiduam in Sarepta Sidoniae mitteretur, quae quoniam deuotionem cibo praetulit, meruit ut ariditatis publicae sola non sentiret aerumnam.

42  Par exemple en Hel. 2, 3 : Ieiunus filium uiduae ab inferis resuscitauit; ieiunus pluuias ore deposuit; ieiunus ignis deduxit e caelo; ieiunus curru raptus ad caelum et quadraginta dierum ieiunio diuinam adquisiuit praesentiam. Tunc denique plus meruit quando amplius ieiunauit. Ieiuno ore statuit fluenta Iordanis et redundantis fluminis alueum repente siccatum puluerulento transmisit uestigio ; 21, 79 : Athletae sumus; in quodam stadio decernimus spiritali. Denique bonus athleta dicebat: Facti sumus spectaculum huius mundi, et alibi: Sic curro non ut in incertum, sic enitor non ut aera caedens sed castigo corpus meum, et alibi: Superiora obliuiscens et ea quae sunt priora adpetens, ad destinatum sequor, ad brabium. Athletae ergo sumus; legitime certandum est.

43  Par exemple en Hel. 4, 8 : Et dixit Deus uestitum putabas (cité dans la n. 24) ; 19, 70 et 71 : Dominus dixit: Dominamini piscium maris!, non dixit: «Enauigate in fluctibus!» […] Cedit tibi et mare et inquietudinem tuam pelagus non potest sustinere. Denique, totiens recurrentibus mercatoribus exaratum, erubesce, Sidon, dixit mare. Tamquam fatigati elementi uox ista dicentis est: «Erubesce, Sidon!», hoc est: «Meos fluctus, negotiator, arguis, cum sis ipse fluctibus inquietior. Erubesce uel pudore, quoniam periculo non moueris! Verecundiores uenti sunt quam uestrae cupiditates! Illi habent otia sua; numquam uestra quaerendi studia feriantur. Et cum otiosa tempestas est, numquam uestra otiosa nauigia sunt. Versatur unda sub remige, quando quiescit a flamine».

44  Par exemple en Hel. 11, 39 : Quid Esau seruum fratri suo fecit? Nonne esca ad horam dulcis, amara in posterum? Quid Iacob dominum fratri dedit? Nonne contemptus cibi ad tempus amarior, sed salubris in reliquum? ; 12, 43 : Barbari in ferrum ruunt, uulgus in rixas ; 22, 83 : Quid dubitatis? Quid procrastinatis?

45  Par exemple en Hel. 16, 59 : Ebrietas fomentum libidinis, ebrietas incentiuum insaniae, ebrietas uenenum insipientiae ; 18, 67 : Quomodo patienter loquar, pie praeteream, conuenienter defleam?

46  Par exemple en Hel. 1, 1 : dispondée crétique (nostrum ieiunium est) ; anapeste dichorée (om-nis homo est liberatus).

47  Par exemple, en Hel. 2, 2 : double crétique et cursus tardus (flu-enta deficerent) ; 2, 3 : molosse crétique et cursus tardus (trans-misit uestigio) ; 10, 35 : péon 1er trochée et cursus dispondaicus (plena grauitatis) ; 11, 38 : spondée crétique et cursus medius (latentem interficit) ; 12, 42 : spondée anapeste et cursus medius (di-erum labores) ; 19, 71 : antibacchius péon 3e et cursus velox (uestrae cupiditates) ; 85 : trochée péon 3e et cursus dispondaicus (in-signe pietatis).

48  Voir A. Canellis, « Citations et allusions scripturaires dans le De Helia et Ieiunio d’Ambroise de Milan », dans : S. Marculescu Badilita – L. Mellerin (dir.), Le miel des Écritures (Cahiers de Biblia Patristica 15 ; Cahiers de Biblindex 1), Brepols, Turnhout, 2015, p. 269-292.

49  Voir Canellis, « Citations et allusions scripturaires », p. 281-282.

50  Il semble en effet qu’il y ait eu une version proche de la seconde tournure mentionnée par Ambroise que F. Field rapproche du style de Symmaque : ἐκ στόματος ἐσθίοντος ἐξῆλθε βρῶσις, καὶ ἐκ (ἀπὸ) σκληροῦ ἐξῆλθε γλυκύ : F. Field (éd.), Origenis Hexaplorum quae supersunt, 2 vol., Oxford, E typographeo Clarendoniano, 1875, p. 448. On mentionnera également une version proposant ἐκ πικροῦ (amer, cruel, dur, odieux) à côté de ἐκ σκληροῦ (dur, sec, pénible, morose, âcre), dont on trouve des traces, selon la Vetus Latina Database, chez Paulin de Nole et Rusticus. Pour un apparat critique précis donnant les différentes traductions grecques de Jg 14, 14, voir A. England Brooke – N. Mac Lean, The Octateuch, vol. 4 : Joshua, Judges and Ruth (The Old Testament in Greek according to the Text of Codex Vaticanus, Supplemented from Other Uncial Manuscripts 1), Cambridge, University Press, 1917, p. 852. Des traces de cette formule, rare au demeurant, se trouvent dans la Synopsis Scripturae sacrae du Pseudo-Chrysostome, qui cite un texte quasiment analogue : ἐκ τοῦ στοματος τοῦ λέοντος, και ἐκ σκληροῦ ἀντὶ τοῦ πικροῦ γλυκύ (PG 56, 339, l. 52). Selon la Library of Latin Texts, Series A et la Vetus Latina Database, seul Ambroise emploie la formule de tristi dulce. On ne trouve aucune citation de ce texte chez les auteurs grecs recensés dans Biblia Patristica, mais une seule occurrence intéressante figure dans le Thesaurus Linguae Graecae. Biblindex donne deux références d’auteurs grecs : Basile, Homeliae in Psalmos, PG 29, 280B, et Jean Chrysostome, Expositiones in Psalmos, PG 55, 225, l. 35, qui proposent la première formule. Voir Canellis, « Citations et allusions scripturaires », p. 279-280. Il se peut aussi, comme le précise Gori (Elia e il digiuno, p. 251, n. 7), qu’Ambroise se soit inspiré de Basile (Hom. in Ps 28, PG 29, 280B) ; pour une synthèse sur ce point, voir C. Gerzaguet, « Ambroise de Milan et le texte des Écritures. Citer, comparer et traduire », dans : Marculescu BadilitaMellerin (dir.), Le miel des Écritures, p. 245-263 (p. 261).

51  Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise », p. 223, n. 51-52.

52  Basile, Hom. 1 de ieiunio (PG 31, 164A-184C) ; Hom. 2 de ieiunio (PG 31, 185A-197C).

53  Basile, Hom. 14 in ebriosos (PG 31, 444C-464A).

54  Basile, Hom. 13 in sanctum baptisma (PG 31, 423A-444C).

55  Voir Buck, De Helia, p. 7-8.

56  Voir Canellis, « Citations et allusions scripturaires », p. 288-291.

57  Voir Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise », p. 222-234.

58  Sur le symbolisme des chiffres 7 et 8, voir M. Cutino, « Réemploi de Philon d’Alexandrie et typologies épistolaires dans la correspondance d’Ambroise de Milan », dans : A. Canellis (éd.), La correspondance d’Ambroise de Milan (Mémoires. Centre Jean Palerne 33), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012, p. 201-236.

59  Voir Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise », p. 235-237 ; Ead., « Citations et allusions scripturaires », p. 285-291.

60  Voir Canellis, « Jeûne et éloge de la gourmandise », p. 238-241.

61  G. Jackson, « Una pagina plautina nel De Helia di Ambrogio », Vichiana 6, 1977, p. 231-240.

62  Site consulté le 5 juin 2020 : http://www.chateaudeboudry.ch/?a=38,58,105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aline Canellis, « Le De Helia et ieiunio d’Ambroise de Milan : entre oralité et écriture littéraire »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 181-194.

Référence électronique

Aline Canellis, « Le De Helia et ieiunio d’Ambroise de Milan : entre oralité et écriture littéraire »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9203 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9203

Haut de page

Auteur

Aline Canellis

UMR 5189 HiSoMA
Université de Lyon (UJM Saint-Étienne)

Articles du même auteur

  • Laetare, Israel [Texte intégral]
    Relecture de l’histoire d’Israël dans le Commentaire sur l’Ecclésiaste de saint Jérôme
    Paru dans Revue des sciences religieuses, 91/2 | 2017
Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search