Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4VariaLa diversité religieuse en Alsace...

Varia

La diversité religieuse en Alsace-Moselle

Religious Diversity in Alsace-Moselle
Anne-Laure Zwilling
p. 369-386

Résumés

Cet article propose une description sociologique de la diversité religieuse en Alsace-Moselle. Il s’appuie sur un exposé rapide de la spécificité juridique de la région et des particularités de sa démographie religieuse. Il offre également une description des différents groupes religieux qui en composent le paysage. Enfin, il évoque quelques-unes des questions soulevées par le rapport spécifique au religieux rencontré dans cette région.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir le débat autour du livre d’E. Todd, Qui est Charlie ? Sociologie d'une crise religieuse, Pari (...)

1La diversité religieuse de la France est régulièrement évoquée dans l’actualité ; mais le plus souvent, c’est à l’échelle nationale que l’on en parle. Pourtant, cette diversité religieuse est très inégalement visible sur le territoire métropolitain. Les avis peuvent diverger quant à l’interprétation possible de cette répartition géographique des religions, comme en témoigne la polémique de 2015 autour de l’ouvrage d’Emmanuel Todd1. Il n’en reste pas moins que la spécificité religieuse de certaines régions est une évidence. Le cas de l’Alsace-Moselle, qui connaît de plus une spécificité juridique, est particulièrement intéressant à examiner. Cet article propose donc une description sociologique de la diversité religieuse en Alsace-Moselle, un exposé de son paysage religieux.

Une région spécifique

  • 2  Un exemple de cette spécificité est révélé dans le no 1278 de la revue Hommes & migrations de mars (...)

2Une question demeure : pourquoi parler d’Alsace-Moselle ? Il s’agit bien ici de traiter de la diversité religieuse en Alsace-Moselle et non sur l’ensemble du territoire national. Cette région possède en effet un certain nombre de caractéristiques propres2, la plus évidente étant l’existence d’un droit local spécifique. La guerre de 1870, qui opposa le Second Empire aux royaumes allemands, s’est conclue par le traité de Francfort (1871) qui a rattaché l’Alsace-Lorraine à l’Allemagne. Ces territoires redeviendront français en 1919, à la fin de la Première Guerre mondiale. Il s’agit donc d’une partie de la France à l’histoire particulière, avec un passé binational. Il faut cependant souligner que le territoire intégré à l’empire allemand sous le nom d'Alsace-Lorraine comprend les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, et devrait plus justement être appelé Alsace-Moselle. Car si les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin composent bien la région Alsace, la Moselle ne représente qu’une partie de la Lorraine. L’Alsace-Moselle a donc bien une spécificité historique, elle est définie par un droit particulier, bien que n’ayant pas aujourd’hui d’existence institutionnelle.

Une région au régime juridique particulier 

  • 3  Notamment le Concordat du 26 messidor an IX, soit 15 juillet 1801, et la Loi du 18 germinal an X ( (...)
  • 4  Loi du 1er juin 1924 mettant en vigueur la législation civile française dans les départements du B (...)
  • 5  Voir l’Institut de droit local alsacien-mosellan, http://www.idl-am.org.
  • 6  Une excellente présentation de l’histoire et du contenu du droit local se trouve dans Observatoire (...)

3Cette spécificité juridique s’enracine dans l’histoire. Après la guerre de 1870, la France voit la mise en place progressive d’un État laïc, dont on connaît notamment l’école publique gratuite et obligatoire et ses cours de « morale laïque », ou encore la promulgation, à partir de 1880, de plusieurs lois qu’on peut dire laïcisatrices (autorisation du travail « ordinaire » le dimanche, possibilité du divorce en 1884, suppression des facultés de théologie d’État catholiques, laïcisation de l’école en 1886). Lorsque la France laïque organise la prise en compte légale de l’Église catholique, avec la loi de séparation du 9 décembre 1905, les territoires de l’Alsace-Moselle ne sont pas français. Les cinquante ans d’annexion par l’Allemagne de ces régions expliquent donc l’existence d’un droit local, qui comprend les lois françaises d’avant 18703, qui n’ont pas été abrogées par l’administration allemande, mais également les lois allemandes promulguées par l’Empire allemand entre 1871 et 1918, des dispositions propres à l’Alsace-Moselle adoptées par les organes locaux de l’époque et enfin des lois françaises d’après 1918 applicables aux trois départements. Toutes ces dispositions ont été maintenues par la loi du 1er juin 19244, et continuent donc de s’appliquer. Le droit local alsacien-mosellan diffère du droit général sur des points aussi variés que le régime de protection sociale, le ramonage des cheminées, le régime des associations, la chasse5… La partie qui nous intéresse concerne les religions6.

  • 7  Voir F. Curtit, « Organisation des cultes : les régimes locaux », Eurel, 6 juillet 2017, http://ww (...)
  • 8  Concordat du 26 Messidor an IX – 15 juillet 1801.
  • 9  F. Messner et al. (dir.), Traité de droit des religions (Traités), Paris, Litec, 2013.
  • 10  B. Sauvaget, « Concordat : le culte laissé en l’État », Libération, 21 février 2013, http://www.li (...)
  • 11 Voir par exemple http://hewwemi.net/droit-local.
  • 12  « Les régions dont les habitants déclarent le plus fréquemment une appartenance à l’échelle région (...)

4L’ancienne législation cultuelle qui était restée applicable sous le régime allemand est encore en vigueur. Les lois de 1901 et de 1905 ne s’appliquent pas dans ces trois départements, où s’applique un régime de cultes reconnus (décrit rapidement ci-dessous7) — nommé parfois à tort régime concordataire, car le Concordat (traité diplomatique signé en 1801 entre l’État napoléonien et le Vatican qui permet aux pouvoirs publics d’intervenir dans le financement des cultes8) ne concerne que l’Église catholique. Dans ce régime des cultes, l’État reconnaît en Alsace-Moselle quatre dénominations religieuses, qui ont donc un statut particulier : il s’agit de l’Église catholique, des Églises protestantes (luthérienne et réformée) et du culte israélite9. Ces quatre cultes sont organisés dans le cadre du droit public ; ils peuvent être financés par l’État et les collectivités locales, et leurs ministres sont rémunérés par l’État (environ 1 400 ministres du culte, pour un budget total de près de 60 millions d’euros10). Les autres confessions sont organisées selon un statut d’association inscrite de droit local, et peuvent être subventionnées volontairement par les pouvoirs publics. Si les Français sont dans l’ensemble peu au courant de l’existence du droit local, en revanche, les Alsaciens et Mosellans en sont en règle générale bien conscients, et accordent d’ailleurs majoritairement beaucoup d’importance à ce droit11. Il y a fort à parier que le régime spécifique de sécurité sociale, plus avantageux que le régime général, pèse plus que le droit des religions dans ce lien. Force est de constater, néanmoins, que le rapport au religieux n’est pas le même en Alsace-Moselle, région à laquelle ses habitants sont particulièrement attachés12, que dans le reste de la France.

Une spécificité religieuse

5Avant d’aller plus loin, cependant, il faut souligner qu’il peut y avoir aujourd’hui une certaine artificialité à parler d’Alsace-Moselle : on connaît les différences existant entre l’Alsace et la Moselle, linguistique notamment13, ou encore quant à la tradition culinaire ou vestimentaire. Les récents débats à propos de la nouvelle structure des régions ont également montré que les relations entre Alsaciens et Mosellans, ou entre Haut et Bas-Rhinois, ne sont pas neutres14. Il est donc essentiel de garder en mémoire que la région Alsace-Moselle est un ensemble hétérogène, dont la diversité interne reste grande. Qui plus est, puisqu’elle n’a aucune existence administrative, la région de droit local est difficile à cerner : la plupart des informations disponibles concernent l’ensemble de la région Lorraine et non la seule Moselle. De plus, les recherches sont souvent menées à l’échelle des régions, l’information disponible sur l’Alsace n’étant pas toujours comparable (en matière de modalités de collecte, par exemple) à celle que l’on peut trouver concernant la Moselle. L’information sociologique relève donc bien plus des grandes tendances que des données précises. Cette double réserve, quant à la diversité régionale et à la difficulté à définir la région avec précision, est donc à garder à l’esprit.

6Il n’en est pas moins vrai que, si on le compare au reste de la France, l’Est du pays, et donc a fortiori l’Alsace-Moselle, montre quelques traits spécifiques, notamment en ce qui concerne la place faite à la dimension religieuse. En effet, sans doute du fait de leur légitimité juridique, la présence des religions dans l’espace public y prête moins à débat. Ainsi, les représentants des différentes confessions religieuses sont régulièrement invités aux cérémonies civiles telles les commémorations du 11 novembre. Le sujet de l’appartenance religieuse est également facilement évoqué, cette information étant plus aisément discutée publiquement que dans le reste de la France.

  • 15  IFOP, Éléments d’analyse géographique de l’implantation des religions en France, 2006, https://www (...)

7Le rapport à la religion y diffère également. Alors qu’actuellement, plus du quart de la population française (27,6 %) dit n’être proche d’aucune religion15, l’Est de la France (Franche-Comté, Alsace et Lorraine) échappe pour le moment à cette progression des « sans religion ». Cette partie de la France est aujourd’hui celle où la part d’appartenance religieuse est la plus forte. Déjà en 2006, la carte réalisée par l’IFOP à l’issue d’un sondage illustrait cette tendance générale, à savoir que les régions Alsace et Lorraine apparaissent pour l’instant préservées de la déchristianisation que l’on constate dans le reste de la France. Il est courant que les régions de l’Est soient désignées comme la partie la plus religieuse de la France. Une plus forte religiosité constatée est donc un des aspects de la spécificité du paysage religieux de la région.

Le paysage religieux de l’Alsace-Moselle

8La composition de cette appartenance religieuse présente également des traits caractéristiques, que l’on peut décliner par groupe religieux.

  • 16  IFOP, Les Français et la croyance religieuse, 2011, http://www.ifop.com/?option=com_publication (...)

9La France dans son ensemble est un pays de tradition catholique, où l’appartenance religieuse est en déclin. En 2011, selon une étude réalisée par l’IFOP, 61 % des Français se déclarent catholiques, 7 % musulmans, 4 % protestants, 2 % d’autres religions, 1 % juifs, et 25 % sans religion16. Pour sa part, l’Alsace-Moselle connaît une répartition assez différente. On ne dispose pas de chiffres détaillés très récents, mais de grands traits peuvent être observés. Ainsi, la part des personnes appartenant à une religion y est plus importante, les catholiques étant par exemple environ 70 % (plutôt qu’environ 60 % pour la France dans son ensemble). La proportion de protestants est beaucoup plus importante (autour de 15 %) que dans le reste de la France, tandis que la proportion des juifs y est semblable. Les musulmans et les membres des autres groupes, pour lesquels il n’existe pas de chiffres régionaux, y seraient en proportion moins grande (environ 3 % « autre »).

10Rappelons qu’il est interdit en France, depuis 1872, de distinguer les personnes sur la base de leur appartenance confessionnelle lors des recensements, et qu’il n’est pas possible d’intégrer dans une enquête démographique des questions portant sur l’appartenance religieuse. On ne peut donc pas trouver d’information démographique concernant la religion sur les sites officiels de statistique, INSEE ou INED. Ces renseignements sont donc obtenus par sondage d’opinion, et reflètent souvent mal, pour des raisons statistiques, les minorités religieuses. Par ailleurs, ces sondages sont essentiellement nationaux et n’offrent donc que très rarement des indications concernant le niveau régional. La seule source d’information disponible concernant l’appartenance religieuse en Alsace-Moselle reste, dans la très grande majorité des cas, les chiffres fournis par les groupes religieux eux-mêmes. Il faut donc s’en contenter, malgré l’évidente difficulté que cela représente (notamment en ce qui concerne la comparaison de données, car les différents groupes ne recensent pas leurs membres de la même façon, mais aussi parfois la fiabilité des sources ou l’obtention de l’information).

Les différents groupes religieux : les cultes reconnus

Catholicisme

  • 17  http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/guide-de-leglise/leglise-catholiq (...)

11Comme dans le reste de la France, le groupe religieux le plus important en Alsace-Moselle est l’Église catholique. Le site Statistiques catholiques17 fournit quelques informations : le catholicisme est le culte le plus représenté en Alsace-Moselle, et la proportion de catholiques y est plus élevée que dans le pays entier : il comporte environ 2 190 000 fidèles, soit près des ¾ de la population. L’archidiocèse de Strasbourg, aussi appelé diocèse d’Alsace, est l’un des plus grands diocèses de France. Il compte cinq régions pastorales, quatorze zones pastorales et soixante-six secteurs pastoraux. On peut également noter qu’il comptait 484 prêtres en 2017. Le diocèse de Metz, qui couvre la Moselle, est moins imposant, mais son territoire est plus restreint ; la part des catholiques par rapport à la population, en pourcentage, est plus importante en Moselle (81 %) qu’en Alsace (71,6 % en 2010). Elle est cependant en diminution, puisqu’elle était de 75 % en 2004.

Protestantisme

  • 18  IFOP, Éléments d’analyse géographique de l’implantation des religions en France, 2006, https://www (...)

12La spécificité religieuse essentielle de l’Alsace-Moselle est la place du protestantisme. Selon le sondage IFOP de 200618, l’Alsace-Lorraine et la Franche-Comté représentent 8,8 % de la population française totale, mais plus de 28 % de la population protestante.

  • 19 Voir http://www.uepal.fr.

13Comme dans le reste de la France, les protestants se répartissent en différentes tendances confessionnelles. Les deux plus connues sont l’Église luthérienne et l’Église réformée : ces deux Églises font partie des cultes reconnus en droit local (avec l’Église catholique et le judaïsme). Il existe d’autres groupes protestants, d’importance et d’ancienneté diverses, comme les mennonites, l’Église Chrischona et de nombreuses Églises évangéliques. Le protestantisme alsacien est majoritairement luthérien, les luthériens étant inversement peu nombreux dans le reste de la France (leur présence est principalement localisée dans le Territoire de Belfort et la région parisienne). Les deux cultes reconnus, luthériens et réformés, ont créé en 2006 l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL), qui rassemble l’Église protestante de la Confession d’Augsbourg d’Alsace-Lorraine (EPCAAL, Église luthérienne) avec environ 235 000 membres, et l’Église protestante réformée d’Alsace-Lorraine (EPRAL), environ 35 000. Les deux Églises comptent respectivement 235 et 55 paroisses, ainsi que 280 et 51 pasteurs, dont environ un quart de femmes19.

14Il est cependant difficile de déterminer précisément le nombre de protestants. Pour connaître ses effectifs, l’UEPAL se base sur les chiffres fournis par les pasteurs. Or, leurs critères de définition d’un paroissien peuvent être variables (de la personne rencontrée une fois lors d’un service funèbre au membre engagé du conseil local). De plus, chaque Église a un fonctionnement spécifique pour ce qui est de la participation financière. L’EPCAAL définit une valeur indiciaire, et applique ensuite ce coefficient au nombre de personnes de la paroisse, pour obtenir le chiffre de la participation financière au fonctionnement de l’Église qui lui sera demandée. L’EPRAL fonctionne sur la répartition de ses dépenses en fonction des capacités financières des paroisses ; certaines paroisses peuvent donc avoir une « cible » importante malgré un nombre de paroissiens relativement restreint ; l’inverse peut également être vrai. Il est donc possible que, pour leurs évaluations, les paroisses réformées aient tendance à gonfler leurs chiffres (pour exalter leur vitalité locale) et les paroisses luthériennes à être moins enthousiastes (pour ne pas voir trop augmenter leur charge financière). L’inscription sur les listes électorales des paroisses, démarche volontaire des membres d’une Église protestante, n’est pas non plus un indice très fiable. Un conflit local peut faire gonfler le nombre de votants, tandis qu’à l’inverse certains participants réguliers des activités paroissiales peuvent ne pas être intéressés à voter — il y a fréquemment autant de postes que de candidats pour ces élections. Les pratiques et le tissu social varient également considérablement, allant d’un protestantisme mosellan rural en grande perte de vitalité à un intérêt urbain pour le protestantisme à Strasbourg par exemple. Faute d’indicateur précis, il est donc difficile d’avancer un chiffre fiable du protestantisme luthéro-réformé en Alsace. L’UEPAL parle en termes de « capacité de mobilisation » des Églises luthériennes et réformées, évaluée à 300 000 personnes.

  • 20  C. Sinclair, « Le protestantisme alsacien-mosellan : du terroir paroissial à la dispersion convers (...)
  • 21 http://www.eglises.org.
  • 22  http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/2015/04/27/mulhouse-des-locaux-plus-grands-pour-l-eg (...)
  • 23  S. Wydmusch, « L’évangélisme alsacien : lieux et contours », dans : C. Sinclair (dir.), Actualités (...)

15Il n’est guère plus facile de chiffrer la présence des évangéliques, qui semble cependant plus dense en Alsace-Moselle que dans le reste de la France20. Les protestants évangéliques fonctionnent en général de façon locale et autonome, et les fédérations fournissent le nombre des Églises qu’elles regroupent21. Mais cela ne donne qu’une estimation du nombre de fidèles : ces Églises locales peuvent regrouper un nombre très variable de membres, qui peut aller d’une quinzaine à plusieurs centaines, voire plusieurs milliers comme pour l’Église évangélique de la Porte Ouverte Chrétienne, une des plus grandes megachurches de France basée dans les faubourgs de Mulhouse22. Certaines de ces Églises de tendance évangéliques sont d’implantation assez ancienne (ainsi les méthodistes ou encore les Assemblées de Dieu) ; d’autres sont plus récentes. L’Alsace connaît aussi la présence de groupes issus du protestantisme, les témoins de Jéhovah et les mormons. Certains courants du protestantisme sont majoritairement implantés en Alsace, comme le petit groupe de mennonites anabaptistes, installé depuis le xvie siècle dans la vallée de la Bruche, et qui comporte depuis une vingtaine d’années une communauté à Strasbourg ; on peut encore évoquer l’Église évangélique Chrischona ou les courants néo-apostoliques. Dans l’ensemble, on constate que la présence des Églises évangéliques est corrélée à celle des Églises traditionnelles23, sauf à Sélestat, Haguenau et Strasbourg. Contrairement aux autres tendances du protestantisme, les Églises évangéliques sont en progression numérique en Alsace-Moselle. Ces Églises sont en général assez liées à l’immigration et d’une faible diversité ethnique ; cette tendance est moins prononcée en Alsace-Moselle que dans le reste de la France.

  • 24  Voir la notice récapitulative du musée protestant, http://www.museeprotestant.org/notice/le-vote-p (...)

16Enfin, un dernier élément caractéristique du protestantisme français est l’hétérogénéité du comportement politique selon les régions ; le protestantisme de l’Est a ainsi une tendance politique propre. Le Front national (Rassemblement national depuis 2018) prend par exemple une part trois fois plus importante parmi les protestants d’Alsace et de l’Est que parmi ceux vivant dans les grandes agglomérations ; mais l’Est protestant affiche aussi un penchant pour les Verts et l’écologie plus important que le reste du pays24. Des raisons socioculturelles et historiques expliquent en partie cette diversité. Par ailleurs, il faut également souligner la diversité sociologique des communautés protestantes régionales. Ainsi, l’importance des ouvriers parmi les protestants de l’Est est probablement à mettre en rapport avec la forte présence du Rassemblement national. La population des grandes agglomérations, nettement plus jeune, penche plus volontiers à gauche.

Judaïsme

  • 25  Le site http://judaisme.sdv.fr/index.htm en éclaire cependant l’histoire.
  • 26  F. Raphaël, Regards sur la culture judéo-alsacienne. Des identités en partage, Strasbourg, La nuée (...)

17Aucune source fiable ne permet actuellement de connaître avec précision la population juive des trois consistoires du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle25. Le nombre de personnes inscrites dans les communautés fournit quelques indications, mais il existe de plus en plus de cercles orthodoxes ou libéraux qui vivent en marge des communautés traditionnelles. Ainsi, la communauté Habad Loubavitch a été fondée il y a une quarantaine d’années ; plus récemment, une communauté libérale a également ouvert ses portes, et un restaurant universitaire casher, ouvert depuis 1965, a été rénové en 2007. On avance le chiffre de plus de 20 000 membres. La tendance générale a été à une baisse de la population depuis les années 2000, mais on pourrait noter une remontée des chiffres ces deux dernières années. Le consistoire israélite du Bas-Rhin comprend 27 communautés, ainsi que les communautés du consistoire de Saverne. Les communautés juives de Metz et Nancy restent très actives. Le judaïsme rural est en voie de disparition alors que c’était une caractéristique du judaïsme, notamment alsacien ; actuellement, le judaïsme est majoritairement urbain26.

18Comme ailleurs, la Seconde Guerre mondiale a fait baisser considérablement la présence juive en Alsace-Moselle : selon Freddy Raphaël, un dixième de la population juive a disparu à cette occasion, et le judaïsme de la région a connu depuis le milieu du xxe siècle une baisse constante du nombre de ses membres.

19L’une des spécificités du judaïsme alsacien est d’être majoritairement de tradition ashkénaze (judaïsme de l’Est), le judaïsme étant ailleurs en France plutôt sépharade (judaïsme venant d’Afrique du Nord). Mais le culte israélite en Alsace-Moselle s’est enrichi d’une forte communauté sépharade lors du rapatriement des Français d’Algérie après 1970.

Les différents groupes religieux : les cultes non reconnus

Islam

  • 27  Étrangers et immigrés en Alsace : définitions et évolutions, ORIV, 2007, http://www.oriv-alsace.or (...)

20Comme partout ailleurs en France, l’islam est devenu en Alsace-Moselle une composante importante de la diversité religieuse. C’est le troisième groupe religieux en termes d’importance dans cette région. Il est principalement composé de personnes d’immigration récente. Il faut rappeler que le taux d’étrangers, qui était en 1990 de 5,6 % en France, était en Alsace de 8 %. Cette forte proportion d’immigrés dans la population persiste, puisqu’en 2004, l’Alsace-Moselle tenait la deuxième place nationale après l’Île-de-France sur le plan de la présence étrangère (c’est-à-dire le rapport étrangers/population totale)27.

  • 28  Voir Mise en perspective de la présence étrangère en France et en Alsace, ORIV, juillet 2012 et «  (...)
  • 29  Voir les notes de l’observatoire régional de l’intégration et de la ville, Qui sont les étrangers (...)
  • 30  S. Akgönül et al., 40 ans de présence turque en Alsace : constats et évolutions, Strasbourg, Néoth (...)
  • 31  S. Akgönül, « Islam turc, islams de Turquie : acteurs et réseaux en Europe », Politique étrangère  (...)
  • 32  Enquête sur l’implantation et l’évolution de l’islam de France, IFOP 2011, http://www.ifop.com/med (...)
  • 33  Profil socio-démographique des immigrés et primo-arrivants en Alsace, ORIV, septembre 2010, http:/ (...)

21Il s’agit surtout de Turcs (22 % de la population d’origine étrangère en Alsace) et d’Allemands, les Marocains représentant environ 12 %, les Algériens environ 10 %, et les Tunisiens 2 % de cette population28. On note d’ailleurs la spécificité de l’Alsace encore sur ce point : au plan national, les Turcs constituent 6 % de la population étrangère. L’importance de la présence turque est particulièrement notable dans le Haut-Rhin, où elle est liée à la présence des usines Peugeot et à l’embauche des ouvriers29. En 1974, lorsque la France a fermé ses frontières à l’immigration, l’Alsace avait encore besoin de main d’œuvre. La région a obtenu de continuer à faire venir des travailleurs étrangers et a notamment signé des accords avec la Turquie dont le taux de chômage était important à l’époque30. La population turque est surtout présente dans le Haut-Rhin, mais on constate une tendance récente à la migration vers le Bas-Rhin du fait des problèmes de chômage. Plus récemment, l’Alsace a connu des migrations d’Afrique subsaharienne et d’Europe orientale (Russie, Serbie, Albanie)31. Les migrants albanais sont surreprésentés en Alsace. Cette spécificité migratoire explique sans doute la densité géographique de l’islam : selon une enquête IFOP de 201132, les musulmans sont plus présents dans l’Est de la France. C’est une tendance urbaine : on constate une concentration plus importante de personnes se réclamant de l’islam dans les grandes zones urbanisées. D’ailleurs, Strasbourg, Colmar et Mulhouse concentrent à elles trois près de 45 % des étrangers, alors que ces villes ne représentent qu’un quart de la population totale d’Alsace. On constate cependant récemment un phénomène de migration vers les petites communes : les logements y sont souvent plus accessibles, ainsi que l’embauche de proximité33.

  • 34  J.-F. Havard, « Les stratégies de visibilisation des étudiants mourides en Alsace », dans : A.-L. (...)

22Du fait des origines diverses de la population d’immigration qui composent encore majoritairement l’islam en Alsace-Moselle, cette confession est assez diversifiée. On trouve ainsi des sunnites, majoritairement malékites pour les Maghrébins et hanafites pour les Turcs, chez qui on note surtout l’importance de Milli Gorüs, tendance proche du parti politique Parti islamique turc de la vertu (Fazilet Partisi). On note aussi une forte présence des alévis (membres de l’islam à tendance hétérodoxe et réformiste venant de Turquie), quelques azéris, ainsi que des Kurdes (surtout shafiites, mais également alévis). Il faut mentionner la présence de quelques chiites iraniens, ainsi que de groupes de mourides d’origine sénégalaise, islam confrérique à tendance mystique, surtout présent chez les étudiants34. Il existe également des groupes soufis : suleymanci, naqshbandyia, nurçu, qaddiryia.

Autres groupes religieux

  • 35  R. Morel-Chevillet, « Les immigrés en Alsace : 10 % de la population », Chiffres pour l’Alsace 34, (...)

23Le dernier élément de la diversité religieuse en Alsace-Moselle est les religions d’Orient et d’Asie. On les présente ici ensemble, du fait de certaines similitudes dans la situation et la population de ces groupes. Ces religions sont principalement liées à l’immigration35 ; leur poids, surtout pour les plus récentes, est plus fort en Alsace (deuxième région d’immigration en France après l’Île-de-France) qu’en Moselle.

24Comme dans le reste de la France, on trouve en Alsace-Moselle un foisonnement de groupes chrétiens venus d’Orient, d’inégales importances : orthodoxes (russes et grecs, plus récemment roumains, bulgares ou serbes), maronites, Arméniens apostoliques, catholiques ou protestants (depuis une vingtaine d’années du fait de l’immigration post-soviétique), coptes.

  • 36  N. Weibel, « Spiritualités indiennes en Alsace », Hommes et migrations 1268-1269, 2007, p. 174-182
  • 37  Voir par exemple http://www.bouddhismes.net/annuaire-FRANCE-alsace#67.
  • 38 http://cb-alsace.org.

25L’installation des Indiens en Alsace-Moselle a été très progressive, depuis les années 197036. Depuis 2002, l’hindouisme a une vitrine grâce à deux associations hindoues, mais la pratique demeure plutôt familiale et d’immigration chez les Indiens. Les Tamouls mauriciens sont plus démonstratifs, mais restent peu connus en Alsace. Le yoga, le qi gong et le tai-chi investissent les villes et les campagnes, mais il s’agit souvent de pratiques détachées de leur signification religieuse et conçues comme une gymnastique ou une recherche de bien-être. Le néo-hindouisme et le bouddhisme sont donc plutôt constitués de petits groupes aux contours flous, et fréquemment occidentaux. On compte plus d’une vingtaine de pagodes et temples en Alsace, dont 3 à Strasbourg et 4 à Mulhouse37. Le bouddhisme alsacien est cependant connu grâce à Maître Olivier Reigen Wang-Genh, abbé du monastère bouddhiste zen Ryumonji à Weiterswiller. Moine depuis 1977, il a créé de nombreux lieux de pratique en Alsace et en Allemagne du Sud. Il est l’actuel président de la Communauté bouddhiste d’Alsace38 et vice-président de l’Union bouddhiste de France, instance qu’il a dirigée de 2007 à 2012.

La diversité religieuse en Alsace-Moselle : remarques et questions

26À partir de ce portrait de la religion et de ce panorama de la diversité religieuse en Alsace-Moselle, on peut esquisser un bilan contrasté. En effet, la prise en compte par l’État des différents groupes religieux a quelques aspects négatifs.

Questions soulevées par l’existence d’un droit local des religions

  • 39 http://www.eurel.info/spip.php?article1007.

27D’abord, cette grande importance des religions implique aussi un fort attachement à l’identité religieuse. On a pu ainsi relever que l’Alsace a compté parmi les régions de France où les cas d’opposition à la loi sur le port des signes religieux ont été les plus nombreux39. On ne peut que se demander à quel point cela révèle une crispation identitaire, qui pourrait aller de pair avec une tolérance religieuse plus basse, ce qui pourrait être l’une des explications du fort antisémitisme constaté en Alsace.

28Le deuxième point est celui de l’inégalité de traitement des religions. Dans le cadre du droit local des cultes, les quatre cultes reconnus peuvent être financés par l’État et les collectivités locales, et leurs ministres du culte sont rémunérés par l’État. Les autres confessions sont organisées selon un statut d’association inscrite de droit local et peuvent être subventionnées volontairement par les pouvoirs publics. Force est cependant de constater l’inégalité de traitement des religions, dont le statut de l’islam est un révélateur, notamment sur la question de l’enseignement des religions. En ce domaine, les pouvoirs publics sont en effet tenus d’organiser un enseignement religieux confessionnel intégré dans les programmes des établissements d’enseignement primaire, secondaire et professionnel. Les parents qui le désirent peuvent faire dispenser leur enfant de l’enseignement religieux. Cet enseignement, cependant, concerne essentiellement la religion chrétienne alors qu’en de nombreux endroits, le nombre d’élèves musulmans justifierait, s’il ne s’agissait que d’effectifs, l’existence d’un enseignement de l’islam.

29Ainsi, la prise en compte des religions par les pouvoirs publics suscite des interrogations légitimes, ainsi qu’une certaine crispation.

Retombées positives du régime de droit local

30La spécificité religieuse de l’Alsace-Moselle est loin cependant de n’avoir que des conséquences négatives. D’abord, notons que sa tradition de prise en compte de l’élément religieux dans la gestion publique donne à l’Alsace-Moselle sur certains plans un peu d’avance sur quelques questions d’actualité. Ainsi, depuis quelque temps, la question des carrés musulmans a émergé dans le débat public. En effet, la loi française du 14 novembre 1881 interdit de créer en France des cimetières confessionnels. Or, de nombreux musulmans souhaitent pouvoir être enterrés selon les préceptes de l’islam, qui suppose notamment le regroupement des tombes des fidèles de cette religion. Pour répondre à une demande grandissante, des circulaires ministérielles de 1975 et de 1991 autorisent le regroupement des tombes d’une même confession dans des espaces spécifiques. Le droit local a permis d’inaugurer dès 2012 un cimetière musulman à Strasbourg, d’une surface d’un hectare et demi et pouvant accueillir un millier de sépultures. Il est doté de salles d’ablution et d’un espace où la famille peut recevoir les condoléances. Les sépultures sont orientées vers la Mecque ; un compromis a été trouvé quant à la pérennité des sépultures, élément important dans la religion musulmane : la convention signée avec le Conseil régional du culte musulman prévoit que les corps soient mis en bière et puissent être exhumés au bout de quarante ans pour être placés dans un ossuaire et que les corps soient enterrés dans un cercueil.

  • 40  Voir notamment F. Messner – A.-L. Zwilling (dir.), Formation des cadres religieux en France : une (...)
  • 41  Il a également été question longtemps de l’ouverture d’une faculté de théologie musulmane à Strasb (...)
  • 42  Le point sur l’existence de ces DU en France est fait régulièrement sur le site Eurel (voir http:/ (...)

31La formation des cadres religieux, qui est actuellement un sujet de préoccupation des pouvoirs publics40, a également pu trouver en Alsace-Moselle un accueil favorable. Ainsi, c’est à l’université de Strasbourg, seul établissement public d’enseignement supérieur en France à pouvoir comprendre du fait du droit local deux facultés de théologie, l’une protestante, l’autre catholique41, qu’ont été ouverts le premier master d’islamologie de France ainsi que l’un des premiers diplômes d’université (DU) destinés à la formation civique et civile des responsables religieux42.

  • 43  http://www.sacreesjournees.eu.

32Autre point à souligner, il existe en Alsace depuis 2008 un comité interreligieux, financé par le Conseil régional d’Alsace, qui soutient et encourage les initiatives de coexistence religieuse, qu’elles soient d’origine confessionnelle ou non. L’annuaire de ces groupes, réalisé par le Conseil régional, signale 23 groupes et 10 aumôneries ou services équivalents. Ce comité finance le « Rendez-vous des Religions », organisé sous l’impulsion du Comité consultatif du fonds de soutien aux initiatives interreligieuses. Il finance aussi les Sacrées journées, festival de musique des religions du monde43 et offre un soutien financier à des activités religieuses si trois confessions au moins sont représentées dans la manifestation.

Perspectives

  • 44  L’Observatoire de la laïcité a rendu en mai 2015 un Avis sur le régime local des cultes en Alsace (...)
  • 45  Il est à noter que des régimes de droit local existent également dans les départements, régions et (...)
  • 46  A.-L. Zwilling, « The Struggle for Laïcité in France », dans : J. Nelis – C. Sägesser – J.-P. Schr (...)

33Il existe donc une prise en charge publique de la diversité religieuse, dans sa dimension de coexistence, qui soutient et encourage le vivre ensemble. Sur plusieurs points, on constate que cela a permis à la région de trouver des réponses spécifiques aux nouvelles modalités de présence des religions dans l’espace public. Tant que le droit local détermine les modalités de gestion publique des religions dans cette région — et savoir si c’est la meilleure perspective, tant du point de vue des groupes religieux que de celui de la population dans son ensemble, reste à déterminer —, il est à souhaiter que certains aspects négatifs de cette gestion puissent être atténués, notamment grâce à sa modernisation44. Le régime des cultes reconnus qui prévaut dans la région, s’il met en tension l’unité juridique de la République45, peut être une opportunité de faire reconnaître l’apport possible des religions à la société et de permettre que la diversité religieuse en Alsace-Moselle soit vécue dans une logique de laïcité, non pas antagoniste, mais apaisée et fructueuse46.

Haut de page

Notes

1  Voir le débat autour du livre d’E. Todd, Qui est Charlie ? Sociologie d'une crise religieuse, Paris, Seuil, 2015.

2  Un exemple de cette spécificité est révélé dans le no 1278 de la revue Hommes & migrations de mars 2009, « Histoire des immigrations. Panorama régional. Volume II », qui présente un chapitre pour chacune des régions de France, DOM compris, mais ne traite ni de l’Alsace ni de la Moselle.

3  Notamment le Concordat du 26 messidor an IX, soit 15 juillet 1801, et la Loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) modifiée relative à l’organisation des cultes (dits articles organiques), http://www.droitcanon.com/Articles_organ.html.

4  Loi du 1er juin 1924 mettant en vigueur la législation civile française dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Article 7, http://www.legirel.cnrs.fr/spip.php?article425.

5  Voir l’Institut de droit local alsacien-mosellan, http://www.idl-am.org.

6  Une excellente présentation de l’histoire et du contenu du droit local se trouve dans Observatoire de la laïcité, Avis sur le régime local des cultes en Alsace et en Moselle, mai 2015, http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/contenu/piece-jointe/2015/05/avis_alsace-moselle_definitif.pdf.

7  Voir F. Curtit, « Organisation des cultes : les régimes locaux », Eurel, 6 juillet 2017, http://www.eurel.info/spip.php?rubrique345.

8  Concordat du 26 Messidor an IX – 15 juillet 1801.

9  F. Messner et al. (dir.), Traité de droit des religions (Traités), Paris, Litec, 2013.

10  B. Sauvaget, « Concordat : le culte laissé en l’État », Libération, 21 février 2013, http://www.liberation.fr/societe/2013/02/21/concordat-le-culte-laisse-en-l-etat_883618.

11 Voir par exemple http://hewwemi.net/droit-local.

12  « Les régions dont les habitants déclarent le plus fréquemment une appartenance à l’échelle régionale, quelle que soit la région citée, sont l’Alsace (26 % des Alsaciens déclarent comme lieu d’appartenance une région), […] ce sont les Corses et les Alsaciens qui sont les plus fidèles à leur région d’origine » (F. Guérin-Pace, « Sentiment d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace géographique 4/35, 2006, p. 298-308).

13  Voir M.-N. Denis, « Le dialecte alsacien : état des lieux », Ethnologie française 3, 2003, p. 363-371.

14  http://www.cigogne-rebelle.fr/ ; http://www.touchepasalalsace.com ; http://www.petitions24.net/touche_pas_a_mon_alsace ; https://www.facebook.com/NonFusionAlsaceLorraine.

15  IFOP, Éléments d’analyse géographique de l’implantation des religions en France, 2006, https://www.ifop.com/publication/elements-danalyse-geographique-de-

limplantation-des-religions-en-france.

16  IFOP, Les Français et la croyance religieuse, 2011, http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=1479.

17  http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/guide-de-leglise/leglise-catholique-en-france-et-en-chiffres/.

18  IFOP, Éléments d’analyse géographique de l’implantation des religions en France, 2006, https://www.ifop.com/publication/elements-danalyse-geographique-de-limplantation-des-religions-en-france.

19 Voir http://www.uepal.fr.

20  C. Sinclair, « Le protestantisme alsacien-mosellan : du terroir paroissial à la dispersion conversionniste », dans : J.-P. Bastian (dir.), La recomposition des protestantismes en Europe latine. Entre émotion et tradition (Actes et Recherches), Genève, Labor et Fides, 2004, p. 233-250 (ici p. 233).

21 http://www.eglises.org.

22  http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/2015/04/27/mulhouse-des-locaux-plus-grands-pour-l-eglise-porte-ouverte-713169.html.

23  S. Wydmusch, « L’évangélisme alsacien : lieux et contours », dans : C. Sinclair (dir.), Actualités des protestantismes évangéliques (Société, droit et religion), Strasbourg, Presses universitaires, 2002, p. 43-69 ; http://evangeliquesdubas-rhin.fr/les-eglises-evangeliques-dans-le-departement-du-bas-rhin/lidentite-du-protestantisme-evangelique-et-son-developpement-historique-en-alsace-par-chapitres ; S. Fath, « Evangelical Protestantism in France: An Example of Denominational Recomposition? », Sociology of Religion 66/4, 2005, p. 399-418.

24  Voir la notice récapitulative du musée protestant, http://www.museeprotestant.org/notice/le-vote-protestant ; G. Charreyron, « Retour sur la question du vote protestant », Archives de sciences sociales des religions 154, 2011, p. 199-222, et le sondage IFOP pour Réforme, 2012, présenté par J.-P. Willaime, Réforme, 17 mai 2012.

25  Le site http://judaisme.sdv.fr/index.htm en éclaire cependant l’histoire.

26  F. Raphaël, Regards sur la culture judéo-alsacienne. Des identités en partage, Strasbourg, La nuée bleue, 2001.

27  Étrangers et immigrés en Alsace : définitions et évolutions, ORIV, 2007, http://www.oriv-alsace.org/wp-content/uploads/oriv_note_etrangers_immigres_en_Alsace_janvier_2007.pdf.

28  Voir Mise en perspective de la présence étrangère en France et en Alsace, ORIV, juillet 2012 et « Les chiffres au service d’une meilleure compréhension de la réalité migratoire », Actualités sur… l’intégration, la promotion de l’égalité et la ville 76, ORIV, 2012, http://www.oriv-alsace.org.

29  Voir les notes de l’observatoire régional de l’intégration et de la ville, Qui sont les étrangers présents en Alsace ?, ORIV, 2006 ; http://www.oriv-alsace.org/wp-content/uploads/oriv_guide_etranger_chap_un_fiche_deux.pdf ; Étrangers en Alsace, ORIV, 2007, http://www.oriv-alsace.org/wp-content/uploads/oriv_note_etrangers_alsace_cadrage_octobre_2007.pdf ; Demandeurs d’asile, réfugiés, en France et en Alsace, ORIV, 2012, http://www.oriv-alsace.org/wp-content/uploads/oriv_note_demandeurs_asile.pdf.

30  S. Akgönül et al., 40 ans de présence turque en Alsace : constats et évolutions, Strasbourg, Néothèque, 2009.

31  S. Akgönül, « Islam turc, islams de Turquie : acteurs et réseaux en Europe », Politique étrangère 1, 2005, p. 35-47.

32  Enquête sur l’implantation et l’évolution de l’islam de France, IFOP 2011, http://www.ifop.com/media/pressdocument/343-1-document_file.pdf.

33  Profil socio-démographique des immigrés et primo-arrivants en Alsace, ORIV, septembre 2010, http://www.oriv-alsace.org/wp-content/uploads/oriv_note_statistique_pripi_alsace.pdf ; Profil socio-démographique des immigrés résidant en Lorraine, ORIV, 2013, http://www.oriv-alsace.org/wp-content/uploads/oriv_note_immigres_ages_moselle.pdf.

34  J.-F. Havard, « Les stratégies de visibilisation des étudiants mourides en Alsace », dans : A.-L. Zwilling (dir.), Minorités religieuses, religions minoritaires dans l’espace public : visibilité et reconnaissance, Strasbourg, Presses universitaires, 2014, p. 217‑228.

35  R. Morel-Chevillet, « Les immigrés en Alsace : 10 % de la population », Chiffres pour l’Alsace 34, INSEE 2006, http://www.insee.fr/fr/insee_regions/alsace/themes/cpar34_1.pdf.

36  N. Weibel, « Spiritualités indiennes en Alsace », Hommes et migrations 1268-1269, 2007, p. 174-182.

37  Voir par exemple http://www.bouddhismes.net/annuaire-FRANCE-alsace#67.

38 http://cb-alsace.org.

39 http://www.eurel.info/spip.php?article1007.

40  Voir notamment F. Messner – A.-L. Zwilling (dir.), Formation des cadres religieux en France : une affaire d’État ? (Religions et modernités 6), Genève, Labor et Fides, 2010 ; F. Curtit – A.-L. Zwilling, « L’enseignement de la théologie musulmane en Europe : contexte et contenu », dans : M. Deneken – F. Messner (dir.), La théologie à l’université : statut, programmes et évolutions (Religions et modernité 5), Genève, Labor et Fides, 2009, p. 151-171.

41  Il a également été question longtemps de l’ouverture d’une faculté de théologie musulmane à Strasbourg ; pour un état des lieux complet, voir A.-L. Zwilling, « L’enseignement de l’islam dans les universités en France : une histoire mouvementée », dans : M. Aoun – J.-M. Tuffery-Andrieu (dir.), Droit et religion. Études en l’honneur de Francis Messner (Société, droit et religion), Strasbourg, Presses universitaires, 2014, p. 239-259.

42  Le point sur l’existence de ces DU en France est fait régulièrement sur le site Eurel (voir http://www.eurel.info/spip.php?rubrique18).

43  http://www.sacreesjournees.eu.

44  L’Observatoire de la laïcité a rendu en mai 2015 un Avis sur le régime local des cultes en Alsace et en Moselle allant dans le sens d’une modernisation de ce droit ; http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/contenu/piece-jointe/2015/05/avis_alsace-moselle_definitif_0.pdf.

45  Il est à noter que des régimes de droit local existent également dans les départements, régions et territoires d’outre-mer ; voir la circulaire du 25 août 2011 sur la réglementation des cultes outre-mer, http://www.legirel.cnrs.fr/IMG/pdf/110825.pdf.

46  A.-L. Zwilling, « The Struggle for Laïcité in France », dans : J. Nelis – C. Sägesser – J.-P. Schreiber (dir.), Religion and Secularism in the European Union. State of Affairs and Current Debates (Dynamiques citoyennes en Europe 8), Bruxelles, Peter Lang, 2017, p. 68-74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Zwilling, « La diversité religieuse en Alsace-Moselle »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 369-386.

Référence électronique

Anne-Laure Zwilling, « La diversité religieuse en Alsace-Moselle »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9611 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9611

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Zwilling

CNRS
UMR 7354 DRES
Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search