Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4RecensionsHeyer, René, La Bible des animaux...

Recensions

Heyer, René, La Bible des animaux. Fables et contrefables

Dessins de l’auteur numérisés par B. Boulala, Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 144 p.
Frédéric Trautmann
p. 397-398
Référence(s) :

Heyer, René, La Bible des animaux. Fables et contrefables, dessins de l’auteur numérisés par B. Boulala, Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 144 p.

Texte intégral

1L’ouvrage publié par notre collègue émérite R. Heyer interpelle le lecteur dès son intitulé : La Bible des animaux pourrait être le titre d’une encyclopédie, « ouvrage fondamental du vétérinaire » (p. 133), comme le souligne l’A. Il s’agit plutôt pour le lecteur de vivre une expérience l’invitant à avoir « les yeux dans le vague — ou dans le ciel » (p. 136) en proposant une approche particulière de relecture des textes bibliques qui se réfèrent aux animaux dont l’épigraphe suivante résume le sens : « La multiple et discrète parole des bêtes s’élève dans le ciel plus loin que nos suppliques » (p. 133). La lecture du journal de rédaction placé à la fin de l’ouvrage constitue un moment important pour suivre l’A. dans les nuances de la rédaction et les choix qui ont été faits. Ce détour par les coulisses de l’écriture permet au lecteur de goûter mieux encore à l’œuvre elle-même rédigée dans une langue ciselée par un vocabulaire précis, un art littéraire abouti et souvent poétique, amplifié par les illustrations de l’A. lui-même, qui donne autant à lire qu’à contempler. Il y a des sensations, une énergie animale, une émotion qui se dégagent de chaque chapitre et qui semblent refléter le rythme même des animaux auxquels il est fait référence. Ainsi le chapitre « Du plus haut », faisant référence à Ézéchiel 1, Job 39 et Jérémie 49 : « Ça commence par le souffle profond et prolongé, | un bruit de tentures qu’on déplie sur toute leur largeur, | le bruit des eaux en cascade : | c’est l’aigle qui secoue ses ailes, il les ouvre. | Empennage, pennes, | plumage, plumes : | une multitude avance des deux côtés, | une armée » (p. 109). Voici que l’on se retrouve à proximité de cet aigle, projeté dans l’action biblique par la force de l’évocation et la puissance des mots, que l’on a envie de relire les textes bibliques pour savoir ce qui s’y trouve vraiment et déterminer ce qui viendrait de l’A., et que l’on souhaite reprendre des textes tellement connus que l’on croit n’avoir plus rien à y trouver. « N’oublie pas le firmament qui domine la montagne | et si tu crois, comme l’aigle, répandre la terreur, | c’est de là que Shaddaï précipitera | ton orgueil » (p. 109).

2Une plongée dans cet univers des animaux de la Bible permettra sans nul doute au lecteur de redécouvrir la grande richesse des textes bibliques qu’une lecture marquée par des yeux fatigués d’habitude a pu faire oublier. La parole des bêtes est certes discrète mais elle donne à comprendre quelque chose de l’indicible et du Tout-Puissant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Trautmann, « Heyer, René, La Bible des animaux. Fables et contrefables »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 397-398.

Référence électronique

Frédéric Trautmann, « Heyer, René, La Bible des animaux. Fables et contrefables »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9698 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9698

Haut de page

Auteur

Frédéric Trautmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search