Navigazione – Piano del sito

HomeNuméros94/2-4RecensionsBastit, Agnès – Verheyden, Joseph...

Recensions

Bastit, Agnès – Verheyden, Joseph J. (éd.), Irénée de Lyon et les débuts de la Bible chrétienne. Actes de la journée du 1.vii.2014 à Lyon

(Instrumenta Patristica et Mediævalia 77), Turnhout, Brepols, 2017, 502 p.
Paul-Hubert Poirier
p. 398-400
Riferimento/i:

Bastit, Agnès – Verheyden, Joseph J. (éd.), Irénée de Lyon et les débuts de la Bible chrétienne. Actes de la journée du 1.vii.2014 à Lyon (Instrumenta Patristica et Mediævalia 77), Turnhout, Brepols, 2017, 502 p.

Testo integrale

1Cet ouvrage, édité par A. Bastit (Université de Lorraine) et J. Verheyden (KU Leuven) rassemble dix-sept textes issus des travaux du second volet d’un colloque qui s’est tenu à Lyon, en juin 2014, sous le titre « Irénée entre Bible et hellénisme ». Un premier volet avait été consacré à l’arrière-plan historique et culturel de l’activité d’Irénée, en Asie mineure et en Gaule (annoncée dans la collection des Études augustiniennes sous le titre Irénée entre Asie et Occident, la publication des Actes de ce volet du colloque n’a pas encore vu le jour). Dans le présent recueil ont été retenues les contributions touchant à la présence des textes bibliques chez Irénée, en particulier de ceux qui étaient destinés à être « canonisés » dans le Nouveau Testament. L’ouvrage s’ouvre par une ample introduction signée par Agnès Bastit dans laquelle on trouvera un résumé de chacune des études le composant. Celles-ci ont été par la suite regroupées en trois ensembles.

2Le premier, intitulé « Études autour du texte biblique d’Irénée » a pour but de dresser en quelque sorte un état des lieux. On y trouve les études suivantes : Laurence Mellerin (Institut des Sources chrétiennes, Lyon), « Étude des usages bibliques d’Irénée à l’aide de Biblindex » (approche statistique du contenu de la Bible d’Irénée, 4084 citations ou allusions bibliques au total, où on observe une nette prépondérance du Nouveau Testament, même si le verset le plus cité par Irénée est de loin Gn 2, 7) ; Olivier Munnich (Paris-Sorbonne), « Le texte scripturaire d’Irénée, témoin d’un état ancien de la Bible grecque et de reformulations néotestamentaires » (l’A. montre qu’Irénée pratique une Bible essentiellement grecque, non révisée sur l’hébreu, qu’il travaille à partir de dossiers scripturaires organisés par thème ou par collection de testimonia, notamment prophétiques, et qu’il construit ses références à l’Ancien Testament à partir de ses citations du Nouveau) ; Christophe Guignard (Faculté de théologie catholique, Strasbourg), « Irénée, les généalogies évangéliques de Jésus et le Codex de Bèze » (le problème des divergences des généalogies de Matthieu et de Luc, et la solution qu’y apporte Irénée, par une « lecture mariale » de la généalogie lucanienne) ; Patrick Andrist (Université de Fribourg), « À propos de la citation de Mt 3, 16-17 dans le Papyrus Oxyrhynque 405 : rapports avec le Codex Bezae ; diplai marginales » (ce papyrus livre quelques lettres d’Adversus haereses 3, 3, 9, 3, et une citation de Mt 3, 16-17 proche du Codex de Bèze et marquée par des chevrons [diplai] marginaux, sans aucune autre valeur que de signaler la présence d’un texte biblique).

3La deuxième partie de l’ouvrage porte sur « le statut des livres et des traditions » et consacre cinq études à cette thématique : Christophe Guignard, « Le Quadruple Évangile chez Irénée » (examen approfondi de l’usage par Irénée de l’appellation et du concept d’ « évangile tétramorphe », et de sa portée : « Dans la mesure où l’on peut parler d’un canon des évangiles au iie siècle, Irénée n’est pas celui qui le forme, mais celui qui le ferme » [p. 168]) ; Joseph Verheyden, « Four Gospels Indeed, but Where Is Mark? On Irenaeus’ Use of the Gospel of Mark » (le recours à l’Évangile de Marc dans la douzaine de passages de l’Adversus haereses où il est invoqué ; la raison de cette présence discrète de Marc pourrait être le fait que cet évangile contient moins de dits de Jésus que les autres, ou sa redondance narrative par rapport à Matthieu et à Luc) ; Luc Devillers (Université de Fribourg), « Irénée fait-il de l’apôtre Jean le Disciple bien-aimé ? Le point sur une question controversée » (relecture convaincante des passages selon lesquels Irénée ferait de « Jean, le disciple du Seigneur » le disciple bien-aimé et l’auteur du quatrième évangile ; il apparaît toutefois difficile de disposer d’Adversus haereses III, 1, 1 dans le sens que souhaiterait l’auteur) ; Enrico Cattaneo (Institut pontifical oriental, Rome), « Le figure di Pietro e Paolo in Ireneo » (présentation exhaustive, mais quelque peu lénifiante, du duo Pierre et Paul dans l’Adversus haereses et de sa portée ecclésiale et théologique) ; James R. Payton, Jr (Redeemer University College, Hamilton, Canada), « Irenaeus, Pseudonymity, and the Pastoral Letters » (bref retour sur le témoignage d’Irénée concernant l’authenticité paulinienne des Pastorales).

4La troisième et dernière section de l’ouvrage, consacrée aux « lieux d’interprétation », aborde différents aspects de l’exégèse irénéenne : Joaquín Blas Pastor (Faculté Antoni Gaudi, Barcelone), « Rationalis Esca (AH 4.16.3). Manger et connaître dans l’exégèse irénéenne de Dt 8, 3 » (la manne comme « nourriture rationnelle/du Logos » et la théologie eucharistique d’Irénée) ; Maurizio Girolami (Padoue et Jérusalem), « Il Salmo 21 (LXX) nell’esegesi di Ireneo di Lione » (le recours au Ps 21 chez Irénée, à la suite de Justin, dans la perspective de la polémique antignostique) ; Marie-Laure Chaieb (Université catholique de l’Ouest, Angers), « La référence au dernier repas du Christ. Une question herméneutique au cœur des arguments eucharistiques d’Irénée de Lyon » (analyse des huit passages de l’Adversus haereses où l’eucharistie de l’Église est évoquée, et de la valeur argumentative, pour Irénée, du récit de la dernière Cène) ; Pino Di Luccio (Naples et Jérusalem), « Dimore eterne e fine dei tempi nei Vangeli e nell’Apocalisse, e per sant’Ireneo » (l’attente de la Jérusalem céleste chez Irénée ne correspond pas à l’attente eschatologique du Temple messianique, contrairement à ce que l’on trouve dans la littérature rabbinique de l’époque, dans les évangiles synoptiques et dans la littérature chrétienne « non orthodoxe ») ; Pierre Molinié (Centre Sèvres, Paris), « Vase d’argile ou vase précieux ? Saint Irénée et la théologie paulinienne du ministère (2 Co 4, 7 et 12, 9) » (l’image du vase et du dépôt, de Paul à Irénée, et sa portée ecclésiale et ministérielle) ; Alberto D’Anna (Università Roma Tre), « Les ‟Négateurs de la salus carnis internes à l’Église” et le conflit exégétique avec Irénée sur les Épîtres de Paul » (démonstration exemplaire que les négateurs de la résurrection de la chair auxquels Irénée s’oppose dans le cinquième livre de l’Adversus haereses sont des adversaires anonymes de l’intérieur, membres de la même Église qu’Irénée mais partisans d’une anthropologie platonicienne dualiste qui opposait la chair destinée à la dissolution et l’esprit, à la vie éternelle) ; Andrés Sáez Gutiérrez (San Damaso, Madrid), « Interprétations scripturaires en conflit chez Irénée. Quelques réflexions théoriques et un exemple significatif » (approche comparative de l’exégèse valentinienne et irénéenne, qui utilisent toutes deux la Loi, les prophètes, les évangiles et les apôtres ; illustration par la place accordée de part et d’autre à la σάρξ et par l’interprétation de 1 Co 15, 50).

5Un « Épilogue : vers l’esquisse d’une économie théologique » clôt l’ouvrage, avec l’unique contribution de Patricio de Navascués, « Quelques principes herméneutiques chez saint Irénée » (le Verbe, révélateur du Père, principe herméneutique fondamental chez Irénée, reçu par la tradition apostolique). Des résumés en anglais des contributions et quatre index complètent cet ouvrage, dont un précieux répertoire des « lieux irénéens » qui permettra d’en exploiter toutes les richesses pour la lecture de l’œuvre de l’évêque de Lyon. Par-delà Irénée, ce recueil constitue une très belle contribution à l’histoire de l’exégèse patristique.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento cartaceo

Paul-Hubert Poirier, «Bastit, Agnès – Verheyden, Joseph J. (éd.), Irénée de Lyon et les débuts de la Bible chrétienne. Actes de la journée du 1.vii.2014 à Lyon »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 398-400.

Riferimento elettronico

Paul-Hubert Poirier, «Bastit, Agnès – Verheyden, Joseph J. (éd.), Irénée de Lyon et les débuts de la Bible chrétienne. Actes de la journée du 1.vii.2014 à Lyon »Revue des sciences religieuses [Online], 94/2-4 | 2020, Messo online il 31 décembre 2020, consultato il 21 juin 2021. URL: http://journals.openedition.org/rsr/9710; DOI: https://doi.org/10.4000/rsr.9710

Inizio pagina

Diritti d'autore

© RSR

Inizio pagina
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search