Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4RecensionsTertullien, De l’âme

Recensions

Tertullien, De l’âme

Introd., texte latin, apparats et notes [par] J. Leal, trad. [de] P. Mattei (Sources chrétiennes 601), Paris, Cerf, 2019, 484 p.
Elina Freslon
p. 400-402
Référence(s) :

Tertullien, De l’âme, introd., texte latin, apparats et notes [par] J. Leal, trad. [de] P. Mattei (Sources chrétiennes 601), Paris, Cerf, 2019, 484 p.

Texte intégral

1Le traité De l’âme, vraisemblablement composé par Tertullien vers 210‑211, est la première « psychologie » chrétienne, dans la lignée des psychologies d’ordre philosophique ou médical. Face à des théories « qui s’opposent au contenu des Écritures et à la regula fidei » (p. 16), surtout face à l’anthropologie platonicienne, Tertullien livre une véritable catéchèse sur les principes fondamentaux relatifs à l’âme.

2Dans la première partie, que J. Leal qualifie de « systématique », Tertullien précise les qualités et les fonctions de l’âme, et s’attarde en particulier à prouver sa corporéité (7, 1 – 9, 8). Cette partie aboutit à la définition de l’âme comme « née du souffle de Dieu, immortelle, corporelle, ayant une forme, simple par sa substance, ayant du sentiment par elle-même, douée de développements variés, libre de sa volonté, sujette à l’accident, changeante selon les tempéraments, rationnelle, souveraine, divinatrice, issue d’une seule [âme, c’est-à-dire celle d’Adam] » (22, 2).

3Dans la deuxième partie dite « diachronique », Tertullien part de l’origine de l’âme (en abordant au passage la question de l’embryon), de son lien avec le péché pour suivre son trajet jusqu’à la mort et sa séparation d’avec le corps. On trouve ainsi dans ce traité l’expression de la doctrine traducianiste de Tertullien : il affirme l’hérédité du péché originel, comme « la contagion d’une maladie héréditaire du corps transmise à l’âme » (p. 57) ; c’est-à-dire que « l’homme, porteur des semences du corps et de l’âme, transmet la faute à l’embryon » (p. 57-58). C’est également dans le traité De l’âme qu’est élaborée la première théorie cohérente à propos des rêves et des visions dans la littérature latine tardive (p. 43-49) ; J. Leal fait d’ailleurs un point particulièrement éclairant sur le rapport entre sommeil et extase dans l’Introduction (p. 38-46).

4Avec ce volume, les deux spécialistes de Tertullien que sont J. Leal et P. Mattei donnent un nouvel élan à l’édition des œuvres du Carthaginois dans la collection des Sources chrétiennes. Le texte latin, délesté de quelques coquilles, est celui de J. Waszink dans le CCSL 2 (1954, p. 779-870). Il n’était pas aisé de reprendre le De anima après les travaux, étalés sur plus de vingt ans, que lui avait consacrés ce savant. Outre la mise à jour bibliographique des commentaires, l’un des apports principaux du volume réside dans la traduction française élaborée par P. Mattei, qui rendra de grands services au lecteur francophone. De plus, une introduction d’une centaine de pages, extrêmement complète, donne toutes les armes nécessaires au lecteur pour aborder ce traité complexe : date de composition, analyse de l’œuvre, synthèse sur les sources et références de Tertullien, etc. Pour ne citer qu’un exemple d’enrichissements, notons que J. Leal verse au dossier des auteurs s’étant inspirés du De anima quelques noms oubliés par son prédécesseur : Rufin (Apol. ad Anast. 6), Arnobe le Jeune (Praed. I, 26) et Isidore de Séville (Etymol. VIII, 5, 60).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elina Freslon, « Tertullien, De l’âme »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 400-402.

Référence électronique

Elina Freslon, « Tertullien, De l’âme »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9735 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9735

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search