Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4RecensionsGrégoire de Nysse, Trois oraisons...

Recensions

Grégoire de Nysse, Trois oraisons funèbres (Mélèce, Flacilla, Pulchérie)

Texte grec d’Andreas Spira (GNO IX) ; Sur les enfants morts prématurément, texte grec de Hadwiga Hörner (GNO III.2), introd., trad. et notes par P. Maraval (Sources chrétiennes 606), Paris, Cerf, 2019, 211 p.
Isabelle Moulin
p. 402-403
Référence(s) :

Grégoire de Nysse, Trois oraisons funèbres (Mélèce, Flacilla, Pulchérie), texte grec d’Andreas Spira (GNO IX) ; Sur les enfants morts prématurément, texte grec de Hadwiga Hörner (GNO III.2), introd., trad. et notes par P. Maraval (Sources chrétiennes 606), Paris, Cerf, 2019, 211 p.

Texte intégral

1Ce nouveau volume de la collection des « Sources chrétiennes » s’inscrit dans la lignée du n° 588 puisqu’il regroupe les « membra disjecta de l’œuvre de Grégoire » (p. 7). Que ce soit pour les Trois oraisons funèbres ou pour le traité Sur les enfants morts prématurément, ce volume ne présente pas une édition nouvelle du texte grec mais reprend celui d’A. Spira pour les premiers et d’H. Hörner pour le second (à la suite de H. Polack), tous deux publiés dans les Gregorii Nysseni Opera (respectivement vol. 9 et 3/2, Leiden, Brill, 1993 et 1987).

2Les trois oraisons funèbres de Grégoire de Nysse sont de petits joyaux littéraires dans lesquels le style et la beauté du grec n’éclipsent pas les thèses anthropologiques et théologiques. Ainsi, l’éloge funèbre de Mélèce, évêque d’Antioche, est-elle l’occasion de s’inscrire dans le contexte nicéen (« le corps commun de l’Église est malade et nous ne trouvons pas le médecin », p. 45), tout comme celui de l’impératrice Flacilla dont il fait l’éloge de l’attachement à la foi nicéenne (p. 99). Mais le Père cappadocien sait également faire preuve de délicatesse, notamment dans les paroles de consolation et dans la poésie de ses formules : « La beauté disparue du corps te chagrine, car tu ne vois pas la beauté véritable de l’âme, qui maintenant se réjouit dans l’assemblée festive des êtres célestes » (p. 115) ; formules poétiques qui ne sont pas dénuées de portée spirituelle, en particulier le dernier éloge sur Pulchérie, fille de l’Empereur Théodose, qui meurt alors qu’elle est encore une jeune enfant. Cette dernière oraison peut d’ailleurs se lire en parallèle avec le traité Sur les enfants morts prématurément qui a une portée essentiellement philosophique (on trouve, dans ce traité, un grand nombre de références aux philosophes antiques, en particulier Platon).

3La question posée par Hiéros à Grégoire est toujours d’actualité : pourquoi les méchants jouissent-ils parfois d’une vie très longue, tandis que les bons sont parfois enlevés prématurément ? Et quel est le sort réservé aux innocents cueillis dès leur prime jeunesse ? P. Maraval fait remarquer, à la suite de J. Daniélou, que Didyme d’Alexandrie traitait du même sujet et que Grégoire de Nazianze avait déjà composé un discours sur le baptême des enfants. Il s’agit là en effet d’une question catéchétique et dogmatique qui met en jeu non seulement l’angoisse existentielle des parents, mais qui porte également la question du mal au cœur de la condition humaine. Grégoire de Nysse, dont l’anthropologie voit l’homme comme médiateur entre Dieu et la création, à la croisée de l’intelligible et du sensible, du matériel et du spirituel, affirme que la vie est un bien, mais selon la capacité de chacun à recevoir les biens de la béatitude. Pour ce qui concerne l’arrachement à la vie de manière prématurée, elle est peut-être un bien pour une âme qui sans cet abrègement se serait peut-être perdue ; une réflexion, peu originale, puisqu’elle se trouve déjà chez la plupart des auteurs païens, mais qui a le mérite de tenter d’apporter une consolation. Toutefois, c’est l’argument de la théodicée qui répond au questionnement de Hiéros, tout en soulignant que si Dieu peut transformer le mal en bien, il n’est cependant pas l’auteur du mal.

4Le lecteur retiendra surtout la communauté de l’homme avec le Christ jusque dans la mort, puisque l’homme ne peut atteindre les parties inaccessibles du Royaume, si, tout comme le Christ, ne lui est pas retiré « le voile de la chair » (τὸ τῆϛ σαρκὸϛ παραπέτασμα), une belle reprise de la formule de la lettre aux Hébreux (Hb 10, 20), réinterprétée anthropologiquement par Grégoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Moulin, « Grégoire de Nysse, Trois oraisons funèbres (Mélèce, Flacilla, Pulchérie) »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 402-403.

Référence électronique

Isabelle Moulin, « Grégoire de Nysse, Trois oraisons funèbres (Mélèce, Flacilla, Pulchérie) »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9748

Haut de page

Auteur

Isabelle Moulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search